Migrer d’une langue à l’autre ?

Migrer d’une langue à l’autre ?

Présence des langues africaines en France

Mercredi 8 décembre 2021 de 10h à 18h

Musée national de l’histoire de l’immigration

Paris, Porte Dorée

Cette journée met l’accent sur la présence en France des langues africaines, notamment dans le domaine culturel. Des personnalités issues de domaines divers viendront dialoguer et réfléchir aux pratiques liées à ces langues, à leur place sur les scènes culturelles et artistiques contemporaines et à leur hybridation avec le français.

Programme de la journée

10h : Accueil par Pap Ndiaye, Directeur général de l’EPPPD

10h10 – 10h30 : Séance d’ouverture sur les enjeux liés à la présence des langues africaines en France

  • Paul de Sinety, DGLFLF,
  • Laurent Roturier, DRAC Ile-de-France,
  • Nivine Khaled, Directrice de la Langue française et de la Diversité des Cultures francophones à l’OIF. 

10h30 – 12h30 : Les langues africaines entre pratiques et représentations

  • Alexandrine Barontini, Inalco,
  • Fabienne Leconte, sociolinguiste, université de Rouen-Normandie,  
  • Manon Reynaud, association Causons,
  • Nabil Wakim, journaliste au Monde,
  • Anne Zribi Hertz, grammairienne.

14h – 15h30 : Des expressions artistiques en toutes langues : théâtre et musique

  • Hassane Kassi Kouyaté, directeur du « Festival Les Francophonies » et Zébrures d’automne (sous réserve),
  • François Bensignor, journaliste spécialisé dans les musiques du monde,
  • Naïma Huber-Yahi, directrice-adjointe du Festival Villes des musiques du monde,
  • Manoute Seri, directeur de L’Afrique Festival à Strasbourg.
  • Dominique Caubet, Inalco

16h – 17h : La part des mots de l’Afrique – les Glossaires de l’administration française et le Dictionnaire des francophones

  • Danièle Wozny, Maison de la sagesse
  • Mona Laroussi, directrice de l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation à Dakar.

17h – 18h : Vitalité de la littérature africaine en France

  • Abigail Assor, (Aussi riche que le roi, Gallimard, 2021),
  • Souleymane Bachir Diagne, professeur de philosophie et de littérature à l’université Columbia de New York,
  • Souleyman Diamanka, (Habitant de nulle part, originaire de partout, Editions Points, 2021)
  • Mohamed Mbougar Sarr, écrivain lauréat 2021 du prix Goncourt pour La plus secrète mémoire des hommes, Philippe Rey/Jimsaan (sous réserve).

En direct depuis le Musée : émission « De vive(s) voix » avec Pascal Paradou (Radio France International)

URL de référence : https://www.histoire-immigration.fr/agenda/2021-11/migrer-d-une-langue-l-autre

Hommage à Musanji Ngalasso-Mwatha

A l’occasion de ses 50 ans de carrière universitaire, l’Université de Bordeaux Montaigne et le laboratoire CELFA-CLARE (EA 4593) organisent, en hommage au Pr. ém. Musanji Ngalasso-Mwatha, un colloque international, les 18 et 19 novembre 2021 : Regards croisés sur le français et ses usages dans l’espace francophone : créativités langagières et identités socio-discursives.

Programme Colloque CELFA 18-19 nov 21

AAC: Littératures africaines et écologie

Congrès de l’APELA

Université Cheikh Anta Diop (Dakar)

2, 3 et 4 novembre 2023

Littératures africaines et écologie

Modalités de participation :

Les propositions de panels (quatre communications rassemblées au maximum) ou de communications (titre et résumé d’une page maximum) sont attendues pour le 30 juin 2022 au plus tard, accompagnées de vos nom, prénom, affiliation et contact électronique. La langue principale du congrès sera le français, toutefois il est possible de proposer des communications et panels en anglais.

Veuillez adresser vos propositions à : apeladakar2023@gmail.com (Réponse le 15 septembre 2022)

Argumentaire :

Les questions environnementales sont un enjeu discret mais persistant du développement des littératures africaines depuis le début de l’époque coloniale. Les menaces écologiques qui pèsent sur le continent, à la suite du réchauffement climatique, des prédations extractivistes ainsi que des conséquences des conflits armés, trouvent des répercussions fortes sur le plan littéraire. Il s’agira au cours de ce congrès, qui se déroulera pour la première fois depuis la création de l’APELA sur le continent africain, de montrer la pertinence des préoccupations environnementalistes des littératures africaines en lien avec les grands défis contemporains à l’échelle mondiale.
L’imaginaire géographique qui accompagne depuis le XVIIIe siècle la pénétration européenne du continent africain a donné lieu à un héritage critique partagé entre l’Europe et l’Afrique pour appréhen- der les littératures du continent, dans leur versant oral comme écrit. Les études sur les littératures coloniales ont très largement contribué à la prise en compte des enjeux spatiaux à propos de textes qui font une large place aux paysages africains. Depuis une dizaine d’années, plusieurs colloques et journées d’étude de l’APELA ont porté sur des questions spatiales, dans une optique géocritique. Le congrès de 2009 à Bayonne, sur « Littératures africaines et territoires » (publié chez Karthala en 2011), la journée d’études « La question du paysage dans les littératures africaines » (dossier publié en 2015 dans la revue Études Littéraires Africaines, n°39), ont permis d’aborder, de façon oblique, la question environnementale. Le fait que cette problématique a surtout été abordée de biais nous invite à nous interroger sur ce qui gêne l’émergence d’un discours écocritique pour le continent africain. L’assignation « primitiviste » des peuples colonisés à leur milieu naturel dans l’idéologie coloniale en est peut-être une des raisons. Il est à cet égard révélateur que si peu de travaux de recherche, qui se sont pourtant inscrits dans la mouvance de la négritude, se soient intéressés aux poétiques générées par la revendication senghorienne d’une civilisation nègre caractérisée par un grand respect de la nature. L’ambition du colloque est donc de promouvoir une lecture des littératures africaines qui interroge le rapport au lieu et au vivant sous toutes ses formes dans le contexte d’une prise de conscience de l’urgence écologique.

Continuer la lecture de AAC: Littératures africaines et écologie

AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

Appel à communications

Colloque international

Université du Mans / Université d’Abomey-Calavi

à l’Université d’Abomey-Calavi & Ouidah (Bénin),
11-12-13 mai 2022

[calendrier modifié]

Propositions de communications (en français) à envoyer au plus tard le 15 décembre 2021 aux adresses suivantes :

Et en Cc :

« Les géographies imaginaires de l’esclavage dans la littérature, les arts et les musées »

La traite négrière définit une « route » dans la géographie du monde dont les traces sont matérielles et immatérielles, représentées à la fois par des lieux de mémoire (forts, plantations, navires, architectures) et des histoires singulières (réelles ou imaginaires). On entendra ici par géographie imaginaire l’approche de ce concept selon Édouard Glissant qui écrit : « Dans les pays composites, et par exemple pour les cultures créoles des Amériques, l’avancée se fait par traces. L’essentiel de la population est arrivée nue, c’est-à-dire après avoir été dépouillée des artefacts de sa culture originelle, de ses langues, de ses dieux, ses objets usuels, ses coutumes, ses outils, et il lui a fallu recomposer par traces, ‘dans les savanes désolées de la mémoire’ ». L’analyse des géographies imaginaires explore la dialectique entre mémoire et espace telle qu’elle s’inscrit dans les réalités quotidiennes des esclavisés et dans les transmissions qui alimentent les imaginaires. Les histoires de l’esclavage se singularisent en fonction des géographies (politiques, sociales, culturelles, humaines) locales et les œuvres qui en découlent traduisent la différenciation de l’espace à toutes les échelles. Ainsi, la migration de retour vers l’Afrique pourra être explorée à travers l’ancrage géographique réel et imaginaire que l’espace romanesque laisse entrevoir.
Cette rencontre scientifique se concentrera sur les analyses des représentations et des imaginaires géographiques de l’esclavage dans les arts contemporains, en l’occurrence la littérature, les films, la photographie, les arts plastiques et les discours historiographiques. Les approches critiques pourront porter sur l’étude du passage des réalités géographiques (l’espace Atlantique, sillonné de bateaux négriers qui voyagent entre les côtes d’Afrique, du continent européen et des terres américaines) aux géographies imaginaires de ces lieux tragiques. Les représentations des routes du « commerce triangulaire » et la formation d’une identité diasporique entre Afrique, Europe et Amériques (Paul Gilroy) pourront être étudiées à travers des œuvres qui participent à la construction de cette géographie imaginaire de l’esclavage. Dans le contexte d’une littérature croissante qui documente la façon dont les événements passés influencent le présent mémoriel, quelle représentation géographique a été donnée de l’héritage de l’esclavage sur l’évolution socio-économique des descendants ? Les répartitions géographiques ont créé des différences de statut social et de perception des esclavisés et ceci pourra être analysé à travers les réminiscences géographiques imaginaires.
Les puissances colonisatrices (Portugal, Royaume-Uni, Espagne ou France) se sont développées grâce à la traite et de nombreux projets artistiques et littéraires interrogent cette mémoire longtemps occultée. Dans les pays destinataires de la traite, ce sont également des monuments qui ont été construits grâce aux profits tirés du commerce de l’esclavage. Les pratiques de sociétés structurées sur la mise en esclavage d’hommes et de femmes transplantés du continent africain aux Amériques y ont été les facteurs de la construction de nouveaux espaces de vie qui restent dans les mémoires transmises. Ces lieux qui nourrissent les géographies imaginaires méritent d’être revisités pour considérer la manière dont ils incarnent le destin de l’esclavisé. Il s’agira de mettre en relief une géographie de la servitude (zones de kidnapping, d’emprisonnement et de déplacement), qui là aussi est transmise comme géographie humaine tragique.
Les musées, en tant que lieux de mémoire proposant un filtre de perception de la culture de l’Autre, esquissent une géographie mémorielle que l’on pourra également interroger. Du Mémorial de l’Abolition de l’esclavage à Nantes, de la Maison des esclaves de l’Ile de Gorée, au Musée de l’esclavage de Ouidah et au Fort de Cape Coast au Ghana, les musées expriment différentes approches de cette géographie imaginaire. Ce colloque international sur les géographies imaginaires de l’esclavage soulignera justement la difficulté à parler de l’histoire locale de la traite dans les territoires européens, dans les Amériques, mais aussi en Afrique. Tous ces lieux seront à explorer dans le cadre de ce colloque international qui vise à construire une réflexion sur les géographies imaginaires de l’esclavage à travers les textes et les images de l’époque coloniale à l’époque postcoloniale et ce, à partir d’un site à forte charge symbolique, celui de la route des esclaves de Ouidah, au Bénin.

Continuer la lecture de AAC: Géographies imaginaires de l’esclavage

JCEA 2022

Les 27 et 29 juin 2022 se tiendra la sixième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) autour du thème « Le(s) Afrique(s) face aux crises ? Ruptures et continuités ». L’évènement se déroulera sur le campus de l’université Toulouse Jean-Jaurès, en parallèle aux septièmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF), tous deux organisés par le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS).

Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA  aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.

La thématique choisie pour cette édition : « Le(s) Afrique(s) face aux crises ? Ruptures et continuités » se veut englobante et la notion de crise peut être comprise de façon diverse : crise économique, sanitaire, sociale, identitaire, environnementale etc. 

https://jcea2022.sciencesconf.org/

Des Maliennes en résistance

Jeudi du Genre : « Des Maliennes en résistance : écrits et musiques »

Jeudi 2 décembre 2021, 17h-19h

Aix-Marseille Université, ALLSH, site Schuman,
Maison de la recherche
Salle de colloque 2, Pôle Multimédia

avec Cheryl Toman

La Pr. Cheryl TOMAN est en accueil au CIELAM (Aix Marseille Université, ALLSH) dans le cadre de la Chaire 2021 de l’Institut du Genre.

Discutante : Catherine ATLAN (UMR 8171 IMAf), spécialiste de l’histoire de l’Afrique
Modération : Susanne Böhmisch (UR 4236 ÉCHANGES, responsable des Jeudis du genre AMU) et Catherine Mazauric (UR 4235 CIELAM)

Impossible de connaître la littérature et la musique maliennes sans les contributions des femmes. Leurs textes et chansons dénoncent toutes formes de violences faites aux femmes tout en soulignant qu’hommes et femmes vivent différemment les conflits et les violences associées. Avec un répertoire anti-guerre et anti-violence pour unifier tous les Maliens, ces créatrices transmettent un message fort en soutien aux victimes de violences sexuelles, défendent les droits des femmes, critiquent leurs sociétés, réclament de véritables changements.

Projet de recherche de Cheryl Toman : La philosophe Tanella Boni analyse la violence contre la femme africaine en identifiant de multiples responsables : le colonialisme, la tradition, l’homme, et parfois la femme elle-même. Au Mali, l’écriture féminine et le genre musical du Wassoulou (région Sud-ouest du pays) sont les outils que certaines Maliennes non-initiées utilisent pour s’exprimer contre les injustices qu’elles subissent. Le livre que Cheryl Toman prépare actuellement est une étude comparée de la littérature féminine et du Wassoulou sound au Mali. Le projet de recherches en cours, extrait de chapitres de l’ouvrage, se concentre sur des textes et des paroles des chansons Wassoulou qui abordent le sujet des conflits politiques et des attentats au Mali.