Construction mémorielle et imaginaire des sociétés contemporaines

Cette journée d’étude organisée par les universités de Metz (Écritures UR 3943), Paris 3 (THALIM UMR 7172) et Strasbourg (Configurations Littéraires UR 1337) envisage une réflexion sur le thème de la “Construction mémorielle et les imaginaires des sociétés contemporaines africaines”. Elle vise à favoriser la rencontre et le dialogue des doctorant.e.s en francophonie qui auront l’occasion de présenter leurs travaux et d’échanger avec leurs pairs à partir de cette thématique centrale.

Journée d’études du 030622

URL de référence : http://ecritures.univ-lorraine.fr/manifestations/journees-detudes-doctorales/jed-construction-memorielle-et-imaginaire-des-societes

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Africana. Figures de femmes et formes de pouvoir

Ouvrage publié avec le soutien de l’université de Lausanne, du Département fédéral des affaires étrangères, de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales, de la Société suisse d’études africaines et de la Société académique vaudoise
 

Directrices d’ouvrage : Valérie Cossy, Christine Le Quellec Cottier

Organisé en quatre parties consacrées à autant de formes de pouvoir déclinées au féminin, ce volume réunit trente chercheurs internationaux et écrivaines afin d’interroger les représentations de voix féminines subsahariennes et diasporiques à travers la littérature, les arts visuels et l’histoire.

539 p.
Parution le 18/05/2022.
Classiques Garnier, coll. Rencontres, série Francophonies, n° 2

Mots-clés: Afrique subsaharienne, francophonie, femmes, féminismes, littérature, arts, histoire, diaspora, intermédialité

URL de référence : https://classiques-garnier.com/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir.html

Présentation augmentée sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/africana-figures-de-femmes-et-formes-de-pouvoir-valerie-cossy_108223.php

Nollywood. Le cinéma nigérian 1991-2021

Par Françoise Ugochukwu

  • Date de publication : 25 avril 2022
  • Broché – format : 15,5 x 24 cm • 278 pages
  • ISBN : 978-2-14-025608-0
  • EAN13 : 9782140256080
  • EAN PDF : 9782140256097

La riche production cinématographique nigériane, plus connue sous le nom de Nollywood, est devenue, depuis sa naissance, la vitrine de la fédération. Cet ouvrage destiné aussi bien au public universitaire qu’aux amoureux des cinémas du sud présente et analyse plus de trois cents films produits entre 1991 et 2021. Il introduit le lecteur à une production profondément enracinée dans les cultures du Nigeria et marquée par l’ouverture grandissante du pays à l’influence de la globalisation. Ces films circulent aujourd’hui dans toute l’Afrique et au-delà, dans la vaste diaspora africaine présente sur tous les continents, inspirant un nouveau type de cinéma.

Françoise Ugochukwu, africaniste habilitée à diriger des recherches, est actuellement Research Fellow à l’Open University du Royaume-Uni après avoir enseigné vingt-quatre ans à l’université de Nsukka au Nigeria. Son domaine de recherches couvre plus spécialement le Nigeria, Nollywood, les études igbos et l’interculturel.

URL de référence : https://www.editions-harmattan.fr/livre-9782140256080

Sorcières/sorciers et guérisseurs/guérisseuses

Sorcières/sorciers et guérisseurs/guérisseuses : techniques de soins et pratiques d’espaces dans les littératures et les arts d’Europe et d’Afrique

le 1 juin 2022

Paris 3, Sorbonne Nouvelle, Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Organisation :

Pierre Leroux : pierre.leroux@sorbonne-nouvelle.fr
Xavier Garnier : xavier.garnier@sorbonne-nouvelle.fr  
Guido Furci guido.furci@sorbonne-nouvelle.fr 

Prog_JE_sorcieres_guerisseurs_1juin_2022

Alors que la médecine moderne, face aux incertitudes de la crise sanitaire, semble susciter une défiance grandissante, sorciers/sorciers et guérisseurs/guérisseuses, tout en étant la source de nombreux fantasmes, représentent pour certains une voie à explorer dans la recherche de soins alternatifs. Confrontées à une science qui se veut universelle et objective, leurs diverses pratiques représenteraient alors l’idéal d’un savoir “situé”, selon la définition qu’en donne Donna Haraway (“Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective”, 1988). Leurs savoir-faire ne sont pas transposables tant ils sont attachés à leurs lieux d’exercice. En lien avec cette implication locale, ces praticiens – contrairement au médecin moderne – engagent leur propre intégrité physique dans le processus thérapeutique. C’est la représentation littéraire et artistique de cette relation particulière au soin et à l’espace que nous souhaitons explorer lors de ces journées d’études. 
Dans cette perspective, le choix d’un corpus européen et africain nous permet de prendre en considération des approches différentes qui placent la question de la sorcellerie au cœur d’un débat sur les savoirs et les relations de pouvoir. Ainsi, les procès en sorcellerie européens sont réévalués au travers d’une grille de lecture féministe (Silvia Federici, Mona Chollet) et les multiples pratiques sorcières africaines sont parfois étudiées comme un symptôme de la modernité capitaliste (Peter Geschiere, Patrice Yengo). Dans les deux cas, il s’agit de décrire un savoir qui s’élabore à la marge et menace une certaine conception de l’équilibre au sein d’une société donnée. C’est bien cette violence partagée que l’on retrouve dans les propos d’un guérisseur mayennais interrogé par l’ethnologue Jeanne Favret-Saada dans les années 1970 : “On dit qu’ils sont sauvages, en Afrique: mais plus sauvages que nous, est-ce que vous en connaissez, vous qu’avez tant lu?” (Les Mots, la mort, les sorts,1977 p. 14)
Les manifestations littéraires et artistiques de la sorcière ou du sorcier font écho aux études menées par les historiens et les anthropologues, mais la popularité de cette figure  masque une grande diversité. On trouve ainsi, derrière cette étiquette, les rebouteux des romans régionaux et des folkloristes, les ngangas d’Afrique centrale, les puissants mages des romans de fantasy, mais aussi le jeune Harry Potter qui fait son apprentissage tout au long des sept volumes publiés par la romancière anglaise J.K. Rowling. Qu’il incarne une “anormalité inquiétante” ou qu’il soit le représentant d’une “profession comme les autres” (Bertrand Ferrier), le sorcier de fiction, plus encore que la sorcière, engage invariablement un certain rapport à l’espace et au corps que les récits prennent nécessairement en compte.
On pourra ainsi étudier dans une perspective géocritique, voire écopoétique, l’usage des lieux des personnages de sorcières/sorciers et de guérisseurs/guérisseuses. L’espace ne ressort pas indemne de leurs pratiques thérapeutiques, qui peuvent l’investir comme un espace à sauver (perspective écologique), à déchiffrer (polar, hexen krimi) ou un espace d’opportunité (charlatan). Parce que les pratiques locales des sorcières/sorciers et des guérisseurs/guérisseuses circulent avec les diasporas et acquièrent une dimension transculturelle on pourra s’intéresser aux reconfigurations spatiales provoquées, en milieu urbain comme en milieu rural, en Europe et en Afrique par des pratiques venues d’autres continents. Par ailleurs, on pourra creuser la question des dynamiques d’échange qui ont tendance à se mettre en place lorsque ces dernières sont envisagées, notamment dans le milieu hospitalier, par analogie ou par contraste vis-à-vis des pratiques dominantes. En quoi les croyances d’un patient peuvent-elles influencer la prise en charge médicale? Quelles figures professionnelles sont-elles susceptibles d’opérer une médiation dans ce cadre spécifique? En d’autres termes, le cas de l’ethno-psychiatrie développée par Tobie Nathan (L’Influence qui guérit, 1994) peut-il s’appliquer à d’autres branches de la médecine contemporaine? De quelles manières la littérature et les arts ont-ils thématisé et raconté ces interrogations et les histoires dans lesquelles elles s’inscrivent ?

AAC: Le devenir du Congo: collaborer, imaginer, changer

Le devenir du Congo: collaborer, imaginer, changer / The Becoming of the Congo: Collaborating, Imagining, Changing

Le Congo Research Network (CRN) organise son cinquième colloque international à l’Université de Milan, du 13 au 15 septembre 2022.

Les propositions d’intervention (titre et résumé, max. 400 mots) doivent être envoyées aux organisateurs par email à congoresearchnetwork@gmail.com et à silvia.riva@unimi.it avant le 15 juin 2022.
Les propositions peuvent être envoyées en français ou en anglais.
Les participants seront informés le 30 juin 2022 sur l’acceptation de leur proposition.

Le colloque a pour but de réunir des chercheurs débutants et confirmés dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales qui partagent un intérêt commun pour la République Démocratique du Congo et l’Afrique. Le comité scientifique et organisateur espère tout particulièrement encourager l’émergence de réflexions et d’analyses transdisciplinaires et comparatives, au sein et au-delà des études Congolaises.

Cette nouvelle édition du CRN, qui a lieu après un long délai dû à la pandémie, se concentre sur le concept du « devenir » :

  • le devenir de la recherche sur/autour du Congo (nouvelles voies et nouveaux liens entre savoirs et épistémologies, moyens de communication nouveaux (TIC, nouveaux médias, vidéos) et agents -universitaires, artistes, écrivains, acteurs culturels, journalistes et blogueurs, activistes et autres) ;
  • le devenir de la culture congolaise (nouveaux lieux de création et d’exhibition, nouvelles façons de partager/transmettre les savoirs et les pratiques culturelles) ;
  • le devenir du pays et les dynamiques de la mobilité et de la stabilité non seulement au Congo, mais également en Afrique et dans le monde (changements anthropologiques, climatiques, justice épistémique, sociale, sanitaire, économique) ;
  • le devenir de la politique, entre trauma, mémoire et résilience.

Le colloque se déroulera sur trois journées articulées selon trois mots-clés : Collaborer, Imaginer, Changer.

Les journées seront divisées en sessions plénières comprenant des allocutions par d’éminents spécialistes.

Chaque session (panel) comptera un maximum de 4 participants ou groupes de participants (de préférence en
modalité présentielle ; une connexion Teams est toutefois prévue).

URL de référence : https://congoresearchnetwork.com/

NEW_Appel_CRN_Milan_2022_EN_PDF

NEW_Appel_CRN_Milan_2022_FR_PDF

The Legacy of a Troubled Past

Legacy of a Troubled Past: Commemorative Politics in South Africa in the 21st century

Les Presses Universitaires de Provence et Liverpool University Press ont le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage collectif The Legacy of a Troubled Past: Commemorative Politics in South Africa in the 21st century (coll. « Sociétés contemporaines », 2022) sous la direction de Bernard Cros, Mathilde Rogez et Gilles Teulié.

Présentation de l’ouvrage

Since the advent of democracy in 1994, South Africa has been engaged in an unprecedented exercise of national soul-searching, torn between the need to lay to rest centuries of racial conflict and the desire to come to terms with its traumatic history.
This book asks whether the country has begun to turn the corner on the legacy of collective hurt. To do so it ranges in scope across 350 years of South African history, encompassing the struggle against the apartheid regime, the downfall of white supremacy, the Truth and Reconciliation Commission and the first 25 years of democracy, up to more recent movements, such as #RhodesMustFall, or the inquests into the 2012 Marikana massacre, that point to the persistence of traumatic memory in contemporary society.
The authors assembled here set out to analyse the representation of such memory, how it has been woven into narratives, recorded, preserved and questioned, and how issues of individual and collective responsibility have been grafted onto it through the visual arts, literature, political discourse and public action.
In focusing on memory along with its derived forms of memorialization, collective memory, nostalgia, or post-memory, our contributors pose a fundamental question: is South Africa finally coming to the end of the post-apartheid transition period? Do the decades of memory work on racial violence and repression examined here hold out hope for the nation to make peace with its past?

Table des matières

 
Introduction : Bernard Cros, Mathilde Rogez, Gilles Teulié

1. The Struggle, Past and Present: the Memorialisation of Violence

  • Sabine Marschall, ‘Bruised Landscape of Memory: The Vandalism, Abuse and Neglect of Statues and Commemorative Monuments in South Africa.’
  • Fanny Robles, ‘On the (In)Appropriate Ways to Remember Racial Oppression: Brett Bailey’s Exhibit A and B.’
  • Annael Le Poullennec, ‘How to Remember Marikana: Memory, Narratives and mise en scène.’

2. The Ambiguous Memorialisation of Heroes

  • Brenda Schmahmann, ‘Monumental Disruptions: Usha Seejarim’s Commemorations of Mahatma Gandhi and Nelson Mandela.’
  • Mélanie Joseph-Vilain, ‘Commemorating Piet Retief: Justin Cartwright’s Up Against the Night (2015).’
  • Shannen L. Hill, ‘Borrowing Biko: Visual Critiques of Capitalism in South Africa.’

3. Learning and Unlearning: Memories and/for the Future

  • Fiona McCann, ‘“Unlearning” the Past, Reappraising the Present in Antjie Krog’s Life Writing: The Double Valence of Disposition.’
  • Philippe Denis, ‘Memory Work with IV/HIV Positive Children under Antiretroviral Treatment in KwaZulu-Natal.’
  • Cécile Perrot, ‘Youth, Memory and Politics in Post-Apartheid South Africa.’

Epilogue : Gary Baines, ‘From Reconciliation to Contentious Co-existence: Memory Work and Wars in Post-apartheid South Africa.’

Pour commander :
ISBN 979-10-320-0349-7
ISSN 2265-5913

https://presses-universitaires.univ-amu.fr/the-legacy-of-a-troubled-past