«Lumières»: la leçon africaine de Bernard Mouralis

Entretien

Un entretien de Tirthankar Chanda avec Bernard Mouralis, à l’occasion de la parution de Lumières, essais sur une vie, à retrouver sur rfi.fr.

© Archives personnelles de Bernard Mouralis.

Lumières, essais sur une vie est un récit autobiographique. Son auteur Bernard Mouralis, peu connu du grand public, a été un inoubliable professeur de lettres africaines, aujourd’hui retraité. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur l’Afrique littéraire et la littérature en général, Bernard Mouralis a fait l’essentiel de sa carrière universitaire en France, mais il a également enseigné dans les lycées et les universités africaines.  

RFI : Comme l’on pouvait s’y attendre, l’Afrique occupe une place importante dans vos mémoires. Vous ne connaissiez pas le continent, mais vous le découvrez en débarquant au Sénégal au milieu des années 1960. Comment vous êtes-vous retrouvé en Afrique au jeune âge de 24 ans ?

Bernard Mouralis : Cela s’est fait très simplement. Après mes études, je sentais de plus en plus le besoin de changer de cadre de vie, de me déprendre du cadre intellectuel dans lequel j’avais grandi. En 1965, j’ai déposé un dossier auprès de l’administration pour partir à l’étranger en tant que volontaire du service national (VSN). En juin de la même année, on m’a informé que mon dossier avait été accepté et que j’étais affecté à partir de la rentrée en tant que professeur de lettres classiques au lycée Malick Sy à Thiès, au Sénégal. Au début, j’ai regretté de ne pas être nommé à Dakar, mais je me suis vite rendu compte qu’être enseignant dans une petite ville était une expérience formidable, parce que cela m’a permis d’entrer en contact avec l’intérieur même de l’Afrique. C’était, peut-être, moins prestigieux que ne l’aurait été un séjour de trois ans à Dakar, mais l’expérience fut – ô combien – riche en rencontres et découvertes.

Lire la suite sur le site de RFI.

Approches sociologiques des littératures de jeunesse

Séminaire ASOHLIS

Lundi 9 mai – 14h-17h  

Pauline Franchini, « La littérature de jeunesse afro-brésilienne contemporaine comme territoire de résistance »

Au Brésil, la littérature afro-descendante, et a fortiori celle destinée à la jeunesse, s’est inventée et se développe en dehors des grands circuits nationaux de diffusion et de consécration. Cette communication se propose de décrire cet espace littéraire brésilien peu ouvert à la diversité, ainsi que les stratégies des auteurs, autrices et maisons d’éditions spécialisées pour exister en marge des réseaux légitimés du monde des Lettres, en revendiquant une auto-identification au paradigme du marronnage et de la résistance culturelle. Le cas brésilien sera comparé au cas de la littérature young adult des États-Unis, où les voix des minorités se font de plus en plus entendre.

Pauline Franchini est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature générale et comparée de l’Université de Bourgogne. Sa thèse, soutenue le 8 décembre 2021, s’intitule La littérature de jeunesse contemporaine des Amériques à la croisée des minorités (Brésil, Caraïbe, États-Unis). Elle est actuellement ATER à l’Université d’Aix-Marseille.

Delia Guijarro Arribas, « Sociologie de l’édition jeunesse : une comparaison France, Espagne, Belgique »

La production des livres jeunesse se caractérise par une importante fragmentation à plusieurs niveaux : catégories génériques, tranches d’âge, livres divertissants ou éducatifs, avec ou sans textes, plus ou moins courts, onéreux ou bon marché, adoptant des formats divers, ciblant filles ou garçons. A partir d’une étude croisée et comparée de trois pays, la France, la Belgique et l’Espagne, il est possible d’analyser l’interdépendance entre l’évolution de ces pratiques classificatoires et la constitution des secteurs jeunesse en espaces éditoriaux autonomes, intégrés et dotés d’une forte puissance de légitimation. Notre intervention vise précisément d’une part à interroger comment mener à bien cette comparaison, à partir de quelles sources et avec quel cadre théorique. Et d’autre part, elle veut rendre compte des apports méthodologiques de ladite comparaison dans le cas particulier de l’édition jeunesse.

Delia Guijarro Arribas est docteure en sociologie par l’EHESS. Actuellement elle mène en parallèle deux projets de recherche en post-doctorat : un intitulé « Editer pour la jeunesse en Belgique » au sein du FNRS et l’Université de Liège, l’autre « Pour une nouvelle histoire de Bayard » au sein de l’Université de Bordeaux.

Séminaire en visioconférence sur Teams 

Inscription : Virginie.Brinker@u-bourgogne.fr