L’art est mon arme

Parution en librairie du dossier L’art est mon arme, en majeure de multitudes. Revue politique, artistique, philosophique, coordonné par Elara Bertho, Armelle Gaulier et Maëline Le Lay.

L’art engagé est devenu une posture. Pourtant, loin d’être désuète, la catégorie d’art engagé est de plus en plus mobilisée par les slameurs, les rappeurs, les écrivains ou encore les danseurs au Congo, au Niger, en Palestine entre autres exemples. Tandis que la parole politique souffre d’une crise de légitimité, l’art devient espace de fabrication de la citoyenneté, à bas bruit. Nouvel espace de rénovation démocratique, l’art engagé peut être une posture maniée par les artistes de manière stratégique mais dont les effets pragmatiques en termes de réception sont bien réels.

Consulter le sommaire et les articles : https://www.multitudes.net/category/l-edition-papier-en-ligne/87-multitudes-87-ete-2022/ 

Ce dossier contient des articles sur des artistes d’Algérie, du Cameroun, du Niger, de RD Congo (entre autres). Il est également disponible sur la plateforme Cairn: https://www.cairn.info/revue-multitudes-2022-2.htm

Modernités africaines

Modernités africaines. Conversations, circulations, décentrements

 

Cet événement intitulé « Modernités africaines. Conversations, circulations, décentrements » entend présenter un regard neuf sur l’Afrique contemporaine et les dynamiques qui traversent les sociétés du continent. Le titre de la conférence décrit à la fois son contenu et sa méthode. Il s’agit de décloisonner notre appréhension du continent africain en insistant sur les circulations transnationales des hommes et des idées et les conversations entre les savoirs. Il s’agit également de décentrer notre regard pour interroger les rapports entre la France, l’Europe et l’Afrique. Ces interrogations prendront la forme de dialogues entre des chercheuses et des chercheurs, mais aussi des artistes, de différents horizons disciplinaires et géographiques, qui s’intéressent à l’Afrique et à ses diasporas.
Inauguré le 11 juin 2021 par un dialogue autour des études africaines entre Souleymane Bachir Diagne, philosophe, professeur à l’université de Columbia, et François-Xavier Fauvelle, professeur en histoire et archéologie des mondes africains au Collège de France, à revoir en vidéo ici, il se déroulera à l’ENS les 9, 10 et 11 juin 2022.
Ce colloque international inclut des panels abordant chacun une thématique au cœur des études africaines, qu’il s’agisse : des circulations dans les arts et les lettres, de la fabrique de la ville, de la construction de l’État et de la question de la dette, de la question foncière et des ressources naturelles, de la place des femmes et des dynamiques du genre, des rapports entre nature, environnement et santé, de la modernité de l’invisible et du sacré, des mobilisations au sein de la société civile, ou encore de la place de l’Afrique dans la philosophie. Dans le cadre du colloque, est également proposée la projection du film documentaire Trouble Sleep, primé au festival Visions du Réel 2020. Elle sera suivie d’un débat en présence de son réalisateur, Alain Kassanda.

Programme

Jeudi 9 juin 2022, Grand Amphithéâtre. Campus Jourdan, 48 bld Jourdan, 75014 Paris

10h-10h30  – Ouverture du colloque
10h30-12h – Circulations des arts et des lettres

(Avec une performance de l’artiste Vhan Olsen Dombo)

Lire la suite : https://www.ens.psl.eu/agenda/conference-olivier-legrain-sciences-et-societe/2022

Ecopoétiques africaines

Xavier Garnier, Écopoétiques africaines. Une expérience décoloniale des lieux

Karthala, coll. Lettres du Sud
Date de publication : 09/06/2022
264 p.
ISBN : 9782811129941

La lecture écopoétique des littératures africaines s’intéresse aux moments où des textes se nouent à des lieux pour lancer l’alerte sur un état du monde menacé par une catastrophe écologique dont la genèse coloniale reste encore peu explorée.
Parce que l’extractivisme qui a présidé à l’aventure coloniale a soumis le continent à une gigantesque opération de zonage dont il souffre encore aujourd’hui, se réclamer des lieux est un enjeu important pour les littératures africaines.
Dès la première moitié du XXe siècle, des écrivains anticolonialistes ont cherché à capter la puissance des lieux pour mener leur combat contre l’exploitation économique et la réification culturelle. Les trois poétiques présentées dans cet ouvrage sont les phases d’un même processus décolonial qui affirme une expérience des lieux : donner corps aux lieux pour défaire les territorialités impériales ; détourner les hyper-lieux pour enrayer la fluidité du marché global de l’image ; laisser résonner les hypo-lieux pour rompre le silence du déni.

Revisitant l’histoire littéraire africaine, Xavier Garnier livre une lecture écopoétique d’auteurs aussi divers que Senghor, Ahmadou Kourouma, Ben Okri, Yvonne Vera, Ngũgĩ wa Thiong’o ou encore Sinzo Aanza et Abdourahman Waberi.

Xavier Garnier est professeur de littérature à l’université Sorbonne Nouvelle et membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF). Ses recherches portent sur les littératures africaines, la théorie du roman, la géocritique et l’écopoétique. Il est l’auteur notamment du Roman swahili (Karthala, 2006) et de Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale (Karthala, 2015).

Consulter la table des matières et commander sur le site de l’éditeur : https://www.karthala.com/lettres-du-sud/3455-ecopoetiques-africaines-une-experience-decoloniale-des-lieux-9782811129941.html

(Re)lire les féminismes noirs

Présentation du numéro des Etudes Littéraires Africaines  51 : “(Re)lire les féminismes noirs” Claudine Raynaud et Tina Harpin dir., 2021

EMMA, axe 3 « faire commun », Université Paul-Valéry Montpellier 3

Mardi 7 juin 2022 à 18h en format hybride : en salle 126 sur le campus Saint-Charles 1 (U. Paul-Valéry Montpellier 3) et en visioconférence*

Séminaire animé par 

  • Tina Harpin, Maîtresse de conférence en littérature comparée, Université de Guyane, MINEA, chercheuse associée au laboratoire ITEM/CNRS
  • Claudine Raynaud, Professeur émérite en études américaines, EMMA, ITEM/CNRS

Ce dossier propose de relire des auteures de l’Amérique et de l’Afrique associées au féminisme noir, compris comme mobilisation et comme conscience féministe des femmes noires. La première partie du dossier, dédiée à Angela Davis et à Audre Lorde, se concentre sur l’apport de ces deux penseuses et écrivaines des États-Unis, terre de naissance proclamée du « Black Feminism » par-delà les frontières chronologiques strictes de la « deuxième vague » féministe (1960-1980). La deuxième partie s’attache à deux autres voix pionnières, celles des féminismes africains francophones et anglophones, également de la « seconde vague » : Awa Thiam et Flora Nwapa, dont l’influence durable est commentée. La dernière partie du dossier aborde Roxane Gay, Joan Morgan, Djamila Ribeiro et Chimamanda Ngozi Adichie, quatre auteures « phares » de la « troisième vague » des féminismes noirs africains américains, afro-brésiliens et africains dans un monde globalisé où paraissent s’opposer un féminisme noir radical et un féminisme plus ironique qui joue avec les codes de la culture pop.
Ce choix d’auteures d’Afrique et d’Amérique met ainsi à distance la notion de « féminisme noir » pour en saisir les diverses modalités et l’urgence, passée et présente, à l’heure de débats internationaux grandissants sur l’actualité du féminisme et de l’antiracisme face aux violences faites aux femmes et face aux meurtres dont les Noirs sont toujours victimes. Contre un fétichisme de la théorie, nous suggérons, à la façon de Barbara Christian, l’exploration d’une bibliothèque féminine et féministe noire éclectique et puissante, inspiratrice de nouvelles lectures de la réalité et de nouveaux possibles. La (re)lecture comme activité critique est donc au cœur de cette esquisse transatlantique d’une bibliothèque féministe noire et d’une galerie (quasi infinie) de figures pensantes et militantes entre Afrique et Amériques noires.

*Pour obtenir le lien et les codes de visioconférence, écrire à Marc.Lenormand@univ-montp3.fr