Un dictionnaire trilingue français-lingala-sango

 L’OIF, à travers son programme École et langues nationales en Afrique, publie « DICO plus », un dictionnaire trilingue français-lingala-sango, lancé à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, le 21 février 2014.

Cet ouvrage propose plus de 15 000 mots du langage courant, expliqués de façon simple et conviviale en trois langues, utiles à la maison, à l’école et au travail. Il contient plusieurs indications indispensables pour maîtriser l’orthographe, la prononciation et le sens des mots, comprendre la grammaire de base et maîtriser la conjugaison des verbes.

Ce dictionnaire s’adresse aux élèves, étudiants et aux professionnels à la recherche d’informations claires et précises. C’est également un outil de référence pour jeter les bases d’un enseignement bilingue ou plurilingue en Afrique centrale (le lingala est principalement parlé en RDC et le sango en RCA).

Il a été réalisé sous la direction de Ngalasso Mwatha Musanji, Professeur de sociolinguistique et de linguistique africaine.

Le dictionnaire sera bientôt téléchargeable sur cette page.

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Les 14 et 15 novembre 2013, CNSAD Salle Louis Jouvet, 2 bis rue du Conservatoire 75009 Paris, Métro Grands Boulevards (lignes 8, 9)

Colloque organisé par Julie Peghini et Nicolas Martin-Granel

En collaboration avec  Jean-François Dusigne, projet « La direction d’acteur comme processus artistique » ITEM-CNRS Institut des Textes et Manuscrits Modernes, équipe « manuscrits francophones du Sud » Labex TRansferS

Au travers d’échanges, de lectures de scènes et poèmes et d’archives visuelles comme sonores, ces deux journées permettront de revenir à l’œuvre de Sony Labou Tansi. Ce colloque permettra de comprendre à quel point son théâtre a été novateur et peut encore l’être, pratiqué par des acteurs, par des metteurs en scène, par des chercheurs, par des lecteurs et par tous ceux que Sony cherchait obstinément à interpeller de pièce en pièce.

Le théâtre se trouve au coeur de la conception que l’écrivain congolais Sony Labou Tansi se fait de l’écriture. C’est au théâtre de Sony Labou Tansi que se révèle son énergie créatrice et que s’accomplit et s’entend pleinement sa « folie de nommer ». Car comme dans les autres genres pratiqués par Sony, mais plus directement encore, il s’établit dans le dire dramaturgique un lien physique, charnel, voire érotique, entre les mots et les corps, confondus alors en « chair-mots-de-passe ».

Ce colloque entend donner à voir le plateau de théâtre mental sur lequel l’artiste Sony construisait le monde qu’il voulait dire et inventer. Seront conviés à ce colloque les amis et témoins de son parcours fulgurant, d’homme de lettres et de théâtre. En effet, si la partie publique et publiée de l’œuvre connue de Sony Labou Tansi a duré une petite dizaine d’années après son irruption fracassante en littérature en 1979, il n’en demeure pas moins que son héritage est d’une actualité toujours aussi vive depuis sa mort précoce survenue à Brazzaville le 14 juin 1995.

Par-delà les travaux universitaires en cours sur Sony Labou Tansi, il nous semble important que la jeune génération, représentée ici par les élèves du Conservatoire engagés dans ce colloque, puisse aborder aux rives de cette littérature-continent et s’approprier sa « douce douleur d’être différent ». Toutes les séquences du colloque seront ainsi ponctuées par des lectures d’élèves – à entendre comme autant de parenthèses de chair et d’idée, autant de voix de ce que SLT fait au théâtre.

Toutes les infos et le programme ici.

L’Afrique via Bayreuth -SudOuest.fr

Publié le 09/09/2013 par Christophe Lucet, SudOuest.fr

Grâce aux collections allemandes de l’Iwalewa-Haus, coup de projecteur sur le dynamisme artistique de l’Afrique urbaine.

Bordeaux expose du 10 septembre au 10 octobre, dans quatre lieux (1), une exceptionnelle collection allemande d’art contemporain africain. De quoi s’agit-il ?

Alain Ricard (2). Il s’agit de donner une vitrine culturelle au Laboratoire des Afriques dans le monde (LAM), né au sein de la nouvelle université de Bordeaux et qui préfigure ce que pourrait être à l’avenir un institut des mondes africains. Or un modèle existe en Europe : c’est l’Iwalewa-Haus de Bayreuth. Continuer la lecture de L’Afrique via Bayreuth -SudOuest.fr

Échanges interculturels entre Europe et Afrique

Séminaire « Transferts culturels »- 03 avril 2013 – Échanges interculturels entre Europe et Afrique

03 avril 2013 – Échanges interculturels entre Europe et Afrique
Hans-Jürgen Lüsebrink (Sarrebruck) : Transferts de savoirs sur l’Afrique. Présentation d’un livre


Les transferts de savoirs entre l’Afrique subsaharienne et l’Occident ont
 été extrêmement asymétriques pendant l’époque coloniale, et sont restés 
largement déséquilibrés. Pourtant des productions scientifiques africaines
modifient progressivement ce constat. A partir de cas paradigmatiques on
 peut suivre l’élaboration franco-allemande de l’image d’une région du monde
 ayant son histoire et ses spécificités et la définition des contours de
 cette région du monde à travers les médias. Nous retiendrons, dans les
études de cas, de préférence des exemples pris dans la période du siècle qui
 va de la révolution de 1848 au début des indépendances africaines.
 L’accent est mis sur la production de savoir scientifique, sur le rôle 
capital de disciplines comme l’ethnologie, la linguistique africaine, 
l’anthropologie. Mais des études de cas comme celles sur Friedrich Sieburg,
 permettent également d’éclairer l’importance d’autres domaines de
 représentation de l’Afrique et de transferts de savoirs sur l’Afrique,
 atteignant un plus large public, et d’étudier leurs interconnections avec le
domaine scientifique.

Ninja Steinbach-Hüther (Leipzig) : La présence en Allemagne des publications 
universitaires en provenance d’Afrique. Un état des lieux
Bien que la globalisation culturelle laisse supposer qu’il soit possible de
 produire et de recevoir de façon égalitaire des informations partout dans le
monde, les cartes du savoir sont en réalité caractérisées par un
 déséquilibre énorme. Ce déséquilibre peut s’expliquer par les structures
 culturelles, économiques et politiques du marché global et du pouvoir en 
place dans les pays-mêmes. En dépit de l’accroissement des liens 
internationaux, relativement peu de livres provenant de scientifiques 
africains sont redirigés vers l’Europe. Mais il n’existe à l’heure actuelle 
aucune échelle de données permettant d’indiquer leur présence en France et 
en Allemagne. Il s’agit d’analyser ce phénomène à travers le transfert trilatéral de la littérature académique africaine en
 France et en Allemagne, limitée aux livres et aux recueils rédigés par des 
intellectuels africains, ayant vécu en Afrique ou qui ont fait la navette
 entre l’Afrique et un pays extérieur au moment de leur publication.
Les séances ont lieu en salle INFO 1 de l’Ecole normale supérieure,
45 rue d’Ulm, 75005 Paris, le vendredi matin de 9h30 à 12h30. La salle se trouve dans le bâtiment Rataud, au 2e sous-sol.
Emprunter l’ascenseur situé à l’entrée du bâtiment.

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)