“Le théâtre humanitaire de l’Europe à l’Afrique”. Atelier à Pau.


pdf-img

Lundi 5 mai à l’UPPA – Université de Pau et des Pays de l’Adour – un atelier exploratoire interdisciplinaire sur “Le théâtre humanitaire de l’Europe à l’Afrique” est organisé par Emilie Matignon (Enap Agen/LAM Pau) et Maëline Le Lay (LAM Pau).

Avec la participation de : David Diop (UPPA), Pierre Halen (U. de Lorraine), Abel Kouvouama (UPPA), Alain Ricard (LAM Bordeaux), Emilie Matignon (LAM Pau) et Maëline Le Lay (LAM Bordeaux).

Consultez le programme ici : Programme atelier 05.05.14

 

7ème Biennale des Littératures d’Afrique noire à Saint-Médard-en-Jalles

La 7ème édition de la Biennale des Littératures d’Afrique noire se déroulera à Saint-Médard-en-Jalles (dans l’agglomération bordelaise), à la médiathèque Le Carré des Jalles, du 5 au 7 mai 2014.

Cet événement est organisé par l’Agence de Médiation Culturelle des Pays du Sahel, plus particulièrement par son volet “Bibliothèque Virtuelle des Littératures d’Afrique noire francophone” présidé par Mwatha Musanji Ngalasso, vice-président de l’APELA.

Au programme de cette 7ème édition : des rencontres avec les auteurs – Wilfried N’Sondé, Serge Bilé, Insa Sané, Christian Epanya, Kidi Bebey… – la nuit des contes animée par plusieurs conteurs, des dîners littéraires, des visites du “Bordeaux nègre” avec Karfa Diallo…

Un hommage sera aussi rendu à l’écrivain malien récemment disparu, Moussa Konaté.

Plus de précisions ici : http://bv-afrilitt.net/7eme-biennale.html

 

 

Tranches d’histoire

 Tranches d’histoire : Fondations et ruptures, périodes et événements dans l’historiographie des littératures africaines

APPEL A COMMUNICATIONS

DATE-LIMITE DES PROPOSITIONS : 30 AVRIL 2014

Journées d’études de l’APELA
Université Paris-Est Créteil
18-19 septembre 2014

Coorganisation : L.I.S. (Lettres, Idées, Savoirs EA 4395) / ECRITURES (EA 3943) / APELA
Organisation pratique : L.I.S. (Lettres, Idées, Savoirs EA 4395)
Comité scientifique : Nathalie Carré / Claire Ducournau / Papa Samba Diop / Pierre Halen

L’histoire littéraire n’a pas souvent été interrogée en tant que pratique critique dans le domaine des littératures africaines. Elle a pourtant été abondamment mise en œuvre, assurant presque à elle seule l’essentiel des approches au temps des pionniers (cf. la première thèse en la matière, de L. Kesteloot, et bien d’autres).
La prédominance de l’approche historique s’est exercée aux dépens d’autres approches (stylistiques, sociologiques, thématiques, psychocritiques, génétiques, philologiques…). Elle s’explique sans doute surtout par la prévalence des rapports entre littérature et histoire, entre texte et société : étant « de l’Afrique » d’une manière ou d’une autre, l’œuvre n’a cessé d’être mise en rapport avec son contexte d’émergence. Cette domination de l’approche historique a-t-elle pour autant conduit à de nombreuses études historiques fouillées, ou a-t-on privilégié les panoramas globaux ? C’est une première question qu’on peut poser.
Plus fondamentalement, s’interroger à propos de l’Histoire revient aussi à poser la question du Temps, concept dont l’appréhension est déterminée par des facteurs sociaux(1)  mais aussi culturels (2). Y aurait-il, en la matière, une temporalité – un mode d’historicité – qui serait particulière ? c’est une deuxième question possible.
Cependant, comme l’indique le sous-titre retenu pour ces journées : « fondations et ruptures, périodes et événements », c’est aussi et surtout la pratique même de la narration historique que nous souhaitons interroger, de préférence à partir de perspectives généralisantes, mais sans exclure l’analyse de cas précis.
Une étude comparée des périodisations adoptées par la critique montrerait sans doute que les découpages opérés varient en fonction des corpus envisagés, et, implicitement, en fonction de ce que l’on considère comme relevant de la littérature africaine, selon que l’on prend en considération l’écrit et/ou l’oral, le légitime et/ou le « populaire », ce qui a fait l’objet d’une diffusion internationale et/ou locale, ce qui s’est publié dans telle langue particulière (européenne, arabe ou africaine), etc. A titre d’hypothèse de travail au moins, on peut néanmoins aussi conjecturer que, malgré cette diversité liée aux différents corpus, des vulgates dominantes se sont constituées, favorisant un modèle d’appréhension basé sur l’édition du texte écrit, et confirmant par ailleurs certains partis-pris de départ en vue de définir des auteurs « classiques ». Une histoire littéraire africaine plus ou moins unifiée a-t-elle une pertinence heuristique ? Et, si oui, quelles en seraient les éventuelles spécificités ? Les périodisations les plus couramment adoptées et les « fondations » littéraires que l’on a l’habitude d’isoler ont-elles la valeur générale qu’on leur prête ? Ou seraient-elles justifiées par des impératifs didactiques ou communicationnels, donc par des publics particuliers ? En tant que narration historique, – en l’occurrence, une narration de conflits et de conquêtes pour son « émergence » –, jusqu’à quel point l’historiographie a-t-elle été configurée par le régime narratif de l’épopée ? de l’hagiographie ?
Selon un autre point de vue encore, comment la ou les histoires littéraires africaines s’articulent-elles avec l’histoire politique et sociale, et de quel territoire de référence ? Comment s’articule(nt)-elle(s) aussi avec une histoire littéraire mondiale, mise en avant avec le succès de la World Literature depuis les années 1990 ?
Le débat invite en tout cas à questionner nos routines interprétatives. On peut s’interroger, en particulier, à propos de la notion d’« événement littéraire », née en France au dix-neuvième siècle, au moment où la littérature se constitue en objet autonome : a-t-elle un sens pour les littératures africaines, et dans quel(s) espace(s) géographique(s) de référence ? Certaines dates sont régulièrement brandies comme des « ruptures », s’agissant des « chefs-d’œuvre » du passé ou de la réception de plus en plus médiatique des productions contemporaines : 1968 avec les parutions conjointes d’Ahmadou Kourouma et Yambo Ouologuem, 1986 avec les « nouvelles écritures africaines » (Séwanou Dabla), 1994 comme justifiant la mise en place d’une « écriture préemptive » (Alain-Patrice Nganang), 2007 avec le « manifeste pour une littérature-monde », etc. Mais la multiplication possible des dates (parfois empruntées à une chronologie politique) s’accompagne rarement d’une réflexion sur ce qui constitue un « événement littéraire », et sur ce qui justifie son inscription durable dans une historia. Comment penser et faire vivre, autrement qu’à travers une datation sèche, de tels « points de repère », en étant davantage attentif à l’ensemble des discours qui ont pu favoriser tel événement plutôt que tel autre ? Comment rendre compte des ruptures symboliques introduites par certaines œuvres, volontiers retenues dans de telles mises en récit : ces ruptures reposent-elles sur leur lieu et sur le contexte de leur publication, ou plutôt sur leurs caractéristiques formelles propres ? Y a-t-il eu différents moments dans leur réception, etc. ? Ne masquent-elles pas des tendances perceptibles sur le long terme, des publications plus discrètes, mais moins accessibles sur le marché, qui les nourrissent et les produisent ? Le risque est en effet de figer des habitudes d’interprétation qui obstruent les textes en les obligeant à n’être plus que des illustrations d’un cadrage périodique traditionnel, voire des monuments plus ou moins sacralisés. Comment de tels monuments ont-ils été concrètement édifiés, à travers des actes de réception critique ou médiatique, des rencontres institutionnelles (congrès, conférences, festivals), mais aussi des manifestes, des scandales retentissants (par exemple à travers des affaires de plagiat), ou des parutions orchestrées pour produire un canon littéraire (anthologies, dictionnaires, publications de « classiques », etc.) ?
Une telle démarche devrait ainsi relativiser les découpages admis, tout en suscitant des redécouvertes d’objets et d’enjeux ayant échappé à un travail de scénarisation. Mais c’est bien cette scénarisation qui est au cœur de notre interrogation : comment découpe-t-on l’histoire littéraire ? quelles tranches détermine-t-on ? Comment se définissent les fameux terminus a quo et ad quem, si importants dans les travaux académiques ? Comment établit-on que tel « événement » a constitué une rupture ? Un fondement ? Un « point de repère » ? La notion d’« événement (spécifiquement) littéraire » a-t-elle une pertinence dans le domaine ? On parle très souvent de « première génération », de « pionniers », de « précurseurs », de « fondateurs », d’« héritiers » etc., mais comment construit-on ces « générations », ces moments particuliers où apparaît une innovation ? Pourquoi ce moment-là plutôt qu’un autre ? Pourquoi cette innovation-là plutôt qu’une autre ? Pourquoi telle figure d’auteur est-elle mémorialisée et pas telle autre ? Y a t-il une concurrence entre différents « récits » centrés sur des faits ou sur des figures différentes, et comment un récit l’emporte-t-il sur un autre ? Quelles œuvres sont abandonnées à l’oubli et pourquoi ? Qu’est-ce qui, en définitive, permet de construire un récit « consacré » et des figures (auteurs, œuvres, jugements critiques), en quelque sorte ancestrales, qui ne le sont pas moins ? Que signifie, enfin, la connotation religieuse de mots comme « consacré », « consécration » ?
Bien entendu, notre but n’est pas d’aboutir à un consensus à propos d’un Grand Récit quelconque, ni à propos des « vraies » périodes de l’histoire. Plutôt, il s’agit de prendre de la distance par rapport aux narrations déjà mises en œuvre, de les analyser de manière critique comme autant de constructions discursives et institutionnelles : il y a peut-être, en effet, des périodes qui se dégageront… mais dans l’histoire de la réception critique des littératures africaines, dans l’histoire des histoires, si l’on veut.

Axes :     1) la fabrique de l’histoire littéraire africaine : acteurs, institutions, contextes, modes narratifs
2) l’événement en histoire littéraire africaine : fondations et ruptures, nature autonome ou hétéronome de l’événement, réception et narration
3) l’historiographie des littératures africaines : un état des lieux en fonction des zones d’applicabilité, si possible dans une perspective comparée ; les « périodes » sont-elles les mêmes d’une langue à l’autre, d’un pays à l’autre ?

Les Journées d’études sont ouvertes à tout membre de l’APELA en ordre de cotisation (http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/)
Les propositions d’interventions, précisant l’axe choisi, sont à envoyer sous la forme d’un résumé de 1000 signes maximum, accompagnées d’un bref CV (1000 signes) avant le 30 avril 2014 aux adresses suivantes : Nathalie Carré nathalie.carre@gmail.com ; Papa Diop diop@u-pec.fr ; Claire Ducournau ducournau.claire@gmail.com  ; Pierre Halen pierre.halen@univ-lorraine.fr
Le programme définitif sera communiqué autour du 15 juin 2014. L’organisation de cette manifestation ne prendra pas en charge les frais de déplacement et de séjour.

(1) Rezsohazy (Rudolf), Temps social et développement : le rôle des facteurs socio-culturels dans la croissance. Bruxelles : La Renaissance du livre, 1970, 248 p.
(2) Fabian (Johannes), Le Temps et les autres : comment l’anthropologie construit son objet. Traduit de l’anglais par Estelle Henry-Bossonney et Bernard Müller. Avant-propos d’Alban Bensa. Postface de Johannes Fabian. Toulouse : Anacharsis, coll. Essais, 311 p. (Time and the Other, 1983, 2002).

 

Responsables : Nathalie Carré / Claire Ducournau / Papa Samba Diop / Pierre Halen
URL de référence : http://www.apela.fr/2014/03/21/journees-detudes-creteil-2014/

Call For Papers – ASAUK Sept 2014 – Critical African Studies Panel Stream‏

 source : Communiqué de presse / Press Release

Deadline: 25th of April 2014 avril 2014 – appels à contributions / candidatures www.asauk.net/conferences/asauk14.shtml

contact

Lizelle Bisschoff – Lizelle.Bisschoff@glasgow.ac.uk
Wolfgang Zeller – wolfgang.zeller@ed.ac.uk

 

Critical African Studies Panel Stream’African Utopias/Dystopias’

L’Association d’Etudes Africaines de Royaume Uni tient sa conférence biennale du 09 au 11 septembre 2014, à l’Université de Sussex (R.U)

L’appel à papiers se clôt ce 25 avril 2014.
Le panel thématique des Etudes africaines critiques (Critical African Studies) aura lieu autour de “Utopies/Dystopies Africaines, ainsi que quatre autres panels ouverts à propositions sur 4 sujets :
* Science Fiction et Fantastique Africaine
* Technologie
* (Re)Matérialiser la dytopie/utopie dans le Rwanda contemporain
* Le scissionnisme (la sécession) en Afrique

traduit de l’anglais par Thierno. I. DIA
(Voir plus bas l’appel complet)

English

Call for Papers
Critical African Studies Panel Stream

AFRICAN STUDIES ASSOCIATION OF THE UK (ASAUK)
2014 Biennial Conference

September 9th – 11th, University of Sussex

African Utopias/Dystopias

Africa has long suffered the caricature of being’without history’, but in the early 21st century it is constraints upon the multiplicity of possible futures that often appear like a more prevalent and immediate burden across the continent. Just as African pasts once appeared inevitably constrained by normative imaginations from the outside, so it can now seem as if African futures and potential trajectories remain limited by the juggernauts of’development’,’human rights’,’neo-liberal’ economics, or even’post modern’ and’post-structuralist’ thought. But there is nothing inevitable about afro-optimism or afro-pessimism. Just as African pasts are in reality dynamic and unconstrained by ahistorical caricatures imposed upon them, so too for their corollary, African futures. More often than not the two are intertwined in ways that defy conventional temporalities. Whether in rich fictional colours or dark nightmares, African imaginations of pasts and futures and the wider world are powerful drivers of real cultural, political and economic change.

In line with CrAS’s agenda to forge new perspectives based on African realities and promote critical and theoretical innovation in African studies, this panel stream will examine various aspects of African utopias and dystopias as they emerge from lived realities on the continent.

Critical African Studies is convening four panels for the ASAUK 2014 which link to the theme ‘African Utopias/Dystopias’. Full details of the four panels can be found below. The call for papers will close on the 25th of April. Full submission guidelines and online submission instructions for paper abstracts can be found here:

http://www.asauk.net/conferences/asauk14.shtml#streams

Please direct any other questions to individual panel conveners or the editorial office for Critical African Studies (critical.african.studies@ed.ac.uk).

Critical African Studies Panel List

ASAUK 2014 Biennial Conference

September 9-11th, University of Sussex

Panel: African Science Fiction and Fantasy

In contrast to the social realist tendency prevalent in African visual arts, cinema and literature, genres of science fiction and fantasy are increasingly being explored by African artists, filmmakers and writers. This is evident, for example, in Angolan artist Kiluanji Kia Henda’s series of photographs Icarus 13 (2006), Cameroonian filmmaker Jean-Pierre Bekolo’s feature film Les Saignantes (2005), Kenyan director Wanuri Kahiu’s short film Pumzi (2009), South African writer Lauren Beukes’ novel Zoo City (2010), and Nigerian author Nnedi Okorafor’s Who Fears Death? (2011). Science fiction as a genre emerged during the height of European colonialism, and is profoundly shaped by it. The use of science fiction and fantasy in African arts is thus significant, because the continent has consistently and continually been represented as the orientalist ‘other’, alien to ‘the West’. Narratives of science fiction and fantasy afford Africa, just like the genres are used in Western visual arts, film and literature, the possibility to project different, alternative and multiple futures. As such, these narratives could serve a counter-hegemonic function which enhances African emancipation and self-reclamation. At the same time, these genres should not be seen as merely escapist, as they often draw on the present, confront social issues and are products of the societies in and on which they are based.

This panel will explore how African artists, filmmakers and writers adopt and adapt the genres of science fiction and fantasy to create utopian and dystopian representations that allow us to imagine Africa outside of the normal “third-worldist” representations of the so-called “Dark Continent”.

Contact: Lizelle Bisschoff
Lizelle.Bisschoff@glasgow.ac.uk

Panel: Technology

Technological progress and the influence of the so-called digital revolution has been much-hailed in an African context. Africa’s exposure to technology is different from the West; most Africans do not own a desktop computer and are introduced to the internet through mobile phones, while in the West it works in the opposite way. The utopian view of technology emphasises the democratising role that more accessible and affordable technologies can play on the African continent in empowerment, emancipation and communication. Africa has certainly embraced new technologies, as is prevalent in rising statistics of mobile phone and internet usage in many parts of the continent, particularly the urban centres. The accelerated process of technological progress that Africa has undergone over the past decade is providing multiple possibilities of innovation, including new forms of citizenship and activism (as could be observed, for example, by the use of social networking during the Arab Spring uprisings). Africa has also in some cases been at the forefront of new technological developments, such as mobile phone banking, and the use of mobile internet technologies in agriculture to access market prices and weather patterns. The impact of mobile technology in Africa is huge and it has been claimed that Africa is on the cusp of new ways of understanding user experience and user interface design. A more sober view of the impact of new technologies and ICT in Africa would recognise that technological advancement is still inaccessible in vast areas of the continent, and that economic and political failures prevent many Africans access to its potential benefits.

This panel will explore the use and application of new technologies in Africa, and the economic, creative and social potential that the digital revolution has opened up on the continent.

Contact: Lizelle Bisschoff
Lizelle.Bisschoff@glasgow.ac.uk

Panel: (Re)Materializing dystopia/utopia in contemporary Rwanda

2014 will mark twenty years of ‘remembering’ the Rwandan Genocide. In the historical narratives of the Rwandan government, the international community, and scholarly literature, the Genocide has often been cast as the spilling into reality of an ultimate dystopian nightmare. In those twenty years of reflection, the issue of what is ‘truth’ and what is ‘fiction’ in the historiography of Rwandan pasts has merged with broader debates around the nature of memory and its re-imaginations. Concurrently, these visualisations of the ultimate societal disorder have fed an unavoidable birthing of dystopia’s surreal alter-ego, by provoking the re-imagination and re-forging of Rwanda as the ultimate utopian state. Bodies and bodily materials inevitably inhabit these spaces of the imagined and the real, past and present. The memorialised corpses of Genocide victims, the living, breathing bodies of genocide ‘survivors’, and the broadly defined ‘other’ or genocide perpetrator are called upon to populate Rwanda’s dystopian pasts. At the same time, visions of Rwanda’s utopian futures also play out in bodily ways; for example in the on-going envisioning of the idealised ‘de-ethnicised’ and ‘modern’ Rwandan citizen, which brings particular bodies into being and determines the absence or illegitimacy of others.

This panel engages with the implicit and yet under-theorised population of Rwanda’s dystopian pasts, and reforged futures through the materialities of Rwandan bodies. Drawing upon current debates in the academic study of materials and materialities, papers will examine the role of bodies and bodily substances in generating and contesting Rwanda’s dystopian pasts and utopian futures.

Contact: Laura Major
l.major@sms.ed.ac.uk

Panel: Secessionism in Africa

50 years since the OAU’s decision to adopt the principle of uti possidetis juris, the territorial boundaries of African states have remained largely unchanged. Englebert and Hummel in 2005 claimed that Africa had a “secessionist deficit” and that consequently, across the continent, feeble states continued to exist that were dysfunctional territorial containers created during colonialism but not filled with sufficient state power to administer these territories since then. Nevertheless, in all parts of Africa secessionist movements have in the past, and presently continue to use the imagination of a future territorial reconfiguration to reinforce (sometimes more, sometimes less credible) arguments to overcome their perceived marginalisation and achieve political and economic emancipation. While in the cases of Eritrea and South Sudan, this vision has ultimately been successful, other unsuccessful cases like Biafra and Katanga have left a deep fear among policy-makers in Africa and elsewhere that the secessionist utopia can lead to a dystopian nightmare. But by whose standards do we measure “success”? Is secession always the only and ultimate utopia of secessionist movements?

This panel will present and invite discussion of the results of an ongoing book project, which examines and compares all major cases of secessionism in Africa since independence. It emerges from the work of the African Borderlands Research Network (ABORNE) and is expected to reach publication stage during 2014.

Contact: Wolfgang Zeller
wolfgang.zeller@ed.ac.uk

 

Escritor Filipe Correia de Sá lança livro “Tala Mungongo”

 O escritor angolano Filipe Correia de Sá lança no dia 24 deste mês no Centro Cultural Português, em Luanda, a obra literária “Tala Mungongo”.

Uma nota de imprensa do Centro Cultural Português, chegada hoje (quarta-feira) à Angop, indica que o livro baseia-se numa lenda passada na cordilheira do Tala Mungongo, na província de Malanje, em que se fala “de acontecimentos perdidos e roubados por ventos devastadores de um reino em decadência”.

O documento acrescenta que o livro tem três personagens, nomeadamente o Estamos Juntos, Ninguém e o Cara Podre, que aprendem a viajar no vento para tentar salvar o grande quimbo.

Leia mais.

40th Annual Conference of the African Literature Association (ALA), April 9-13, 2014

 Texts, Modes and Repertoires of Living In and Beyond the Shadows of Apartheid

40th Annual Conference of the African Literature Association (ALA), April 9-13, 2014, University of the Witwatersrand, Johannesburg, South Africa

Confirmed Keynote Speakers

Simon Gikandi (Robert Schirmer Professor of English, Princeton University)

Njabulo Ndebele (Novelist and Research Fellow, Archive and Public Culture Research Initiative, University of Cape Town)

April 2014 marks an auspicious moment in African history and experience: twenty years after the demise of official apartheid. Elsewhere, the seemingly intractable challenges of poverty, social inequality, discrimination and tyranny continue to bedevil the continent. The conference presents a fitting occasion to embark on the kinds of retrospection, introspection and predictions that look both at the past and the future in more fluid and dynamic ways – particularly in relation to the shadows and unfinished business of apartheid and the possibilities for imagining and creating a more just, egalitarian and humane world.

As a political system and concept, apartheid occupied a complicated status in local and global imaginaries. It signified one of the most totalising attempts at racial social engineering, encompassing economic, socio-political and cultural policies as well as interventions into the most fundamental elements of everyday life. Today, apartheid has become shorthand for contesting different kinds of discrimination, segregation and exploitation across the world. The term can be usefully deployed as a catalyst for also speaking to other experiences and case-studies. Such an inflection, when used pointedly and imaginatively, can be productive, whether in localised or global comparative frameworks.

One central aesthetic response to the demands of life and ‘apartheids’ is an abiding reliance on the complexities and politics of the quotidian; the everyday. The everyday longings for basic necessities and also for joy, love, beauty, community and democracy present some of the most politically affective and effective occasions that call into question the dominant ideas and networks of the state and other powerful national and international forces. Artists and citizens – through recourse to texts, modes and repertoires 2 of living – have proffered alternative narratives, senses of self, memories and hopes for the future.

Convener: Bhekizizwe Peterson ala2014.sllm@wits.ac.za Mail: School of Literature, Language and Media, Private Bag 3, Wits, South Africa, 2050.
Conference Committee (members are from Departments in the School of Literature, Language and Media): Sarah Chuimbu (Media), Pumla Gqola (African Literature), Isabel Hofmeyr (African Literature), Innocentia Mhlambi (African Languages), Litheko Modisane (African Literature), Dan Ojwang (African Literature), Veronique Tadjo (Modern Languages), Michael Titlestad (English), James Ogude (University of Pretoria).

Programme : http://ala2014.co.za/40th_Annual_Conference_Of_African_Literature.pdf

 

Rencontre avec Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe

 Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe – Rwanda
Rencontre à la librairie Terra Nova, 18 rue Gambetta 31000 Toulouse
Tél : 05 61 21 17 47
Fax : 05 61 21 25 15
Contact :contact@librairie-terranova.fr
Vendredi 11 avril 2014 à 19h

En partenariat avec Survie Midi Pyrénées, rencontre avec Boubacar Boris Diop et Vénuste Kayimahe, animée par Catherine Mazauric, professeur de littérature à l’Université de Toulouse : Rwanda 1994, écrire par devoir de mémoire : ce que peut la littérature.

En 1998, le programme « Rwanda, écrire par devoir de mémoire » rassemble au Rwanda une dizaine d’écrivains venus de tout le continent africain. De cette résidence d’écriture de quatre mois naissent plusieurs ouvrages qui interrogent la capacité de la littérature à transmettre une mémoire de l’événement et à agir sur les consciences.
Nous recevons ici, dans le cadre de la 20e commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda, deux des auteurs de cette résidence, tous deux marqués par le génocide : un romancier devenu témoin, un témoin devenu romancier.

Boubacar Boris Diop, romancier et essayiste, est né à Dakar en 1946. Après avoir travaillé pour plusieurs journaux sénégalais, il continue de collaborer à des titres de la presse étrangère. La résidence d’auteurs «Rwanda : écrire par devoir de mémoire» lui a permis de prendre toute la mesure du génocide. Né de cette expérience, Murambi, le livre des ossements a été traduit en plusieurs langues. Il publie en 2014 avec Aminata Traoré La Gloire des imposteurs, lettres sur le Mali et l’Afrique.
Vénuste Kayimahe est un rescapé du génocide des Tutsi devenu écrivain. Il publie en 2002 son livre France-Rwanda : les coulisses du génocide, témoignage d’un rescapé pour lutter entre autres contre le négationnisme et pour faire reconnaître la responsabilité de hauts fonctionnaires français. Vénuste Kayimahe publie en 2014 son premier roman, La Chanson de l’aube.

Samedi 12 Avril à la salle San Subra, 2 Rue Saint Subra – métro St Cyprien Toulouse dans l’après midi 20e Commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda, avec notamment le témoignage de Vénuste Kayimahé, programme complet sur Survie Midi Pyrénées.

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)