Appel à contributions – «Retentissements» de la guerre : les écrivain(e)s des mondes (post)coloniaux face aux conflits mondiaux

Sabrina Parent (f.r.s.-fnrs / ULB), Xavier Luffin (ULB), Nathalie Carré (INALCO, APELA) et Anthony Mangeon (Université de Strasbourg, APELA)

 Projet de numéro d’Études Littéraires Africaines (ELA, décembre 2015)

avec Journées d’étude préparatoires à l’ULB (vendredi 24 et samedi 25 avril 2015)

 Appel à contributions

« Retentissements » de la guerre : les écrivain(e)s des mondes (post)coloniaux face aux conflits mondiaux

Argumentaire

Dans le cadre des commémorations des guerres mondiales, ce projet a pour objectif général de rappeler à la mémoire la participation active et cruciale des colonies à l’effort de guerre. De manière plus spécifique, il consiste à mettre au jour l’impact des conflits mondiaux sur la vie et l’œuvre de penseurs et écrivains, masculins et féminins, des territoires colonisés de l’Afrique et des Caraïbes. Il s’agit de prendre la mesure des répercussions de l’événement historique sur les individus, « le retentissement de l’histoire en l’homme », pour reprendre la belle expression de Georges Hyvernaud. Au-delà de l’expérience intime de l’événement, l’on s’interrogera sur la dimension universelle que les écrivain(e)s ont su éventuellement conférer au vécu individuel.

Ainsi, l’auteur juif d’origine tunisienne, Albert Memmi, comme l’écrivaine d’origine algérienne, Assia Djebar, font de l’expérience de la Seconde guerre —vécue, respectivement, pour l’un, au début de l’âge adulte, et pour l’autre, dans la toute petite enfance— un moment crucial de leur relation à la famille, à la communauté d’origine et/ou à la communauté « étrangère ». Tel qu’il se manifeste dans trois chapitres (« La guerre », « Le camp » et « Les autres ») de La Statue de sel (1953) ou dans l’épisode de « la nuit française » inclus dans Vaste est la prison (1995) d’Assia Djebar, le vécu de guerre fut déterminant dans le rapport construit avec l’Autre ainsi que dans la conceptualisation théorique de ce rapport, par exemple la notion de judéité ou d’hétérophobie chez Memmi. Dans le contexte algérien, Ronnie Scharfman (2005) a mis en évidence le lien entre le traumatisme de la révocation du décret Crémieux (1940) et les œuvres de Derrida et Cixous. Qu’il s’agisse du séjour en frontstalag de Léopold Sédar Senghor ou encore de la participation en tant que tirailleur de Sembene Ousmane, variées sont les expériences de guerre des anciens colonisés et nombreuses sont leurs répercussions, directes ou indirectes, conscientes ou non, dans les œuvres –biographiques, romanesques, théâtrales, poétiques, filmiques, philosophiques– qu’ils ont produites.

En résumé, à partir de l’examen d’un auteur spécifique ou d’une analyse comparée de cas, il s’agit d’étudier la transcription artistique et/ou la pensée critique des écrivains (post-)coloniaux, hommes et femmes, en se focalisant sur la thématique guerrière. Autrement dit,

  • quelles répercussions l’événement guerrier a-t-il sur les œuvres ? Comment la prise en compte de cet événement permet-il d’éclairer l’écriture (ou la mise en forme artistique, plus généralement) sous un jour nouveau ?
  • En sens inverse, l’on peut également se demander comment le processus d’écriture, de transcription créative, a transformé le souvenir ou la perception de l’événement lui-même.

Notons d’emblée que l’événement de la guerre peut être appréhendé comme étant réel, ancré dans les faits ou, au contraire, comme imaginaire, voire fantasmé. L’interrogation peut porter sur les moments et les genres de la transposition : s’agit-il d’une transcription concomittante à l’événement ou d’une écriture postérieure à celui-ci ? Quel est le médium (littérature, cinéma) ou le genre investi (journal, autobiographie, (auto)fiction romanesque, essai, documentaire, etc.) et en quoi ce choix est-il significatif ?

Pour compléter l’approche strictement intime du vécu de l’Histoire, une perspective plus sociale, voire sociologique, se révèle également pertinente : comment ces auteurs et intellectuels (cf. Betz et Martens) se situent-ils par rapport à l’occupant, sur le territoire européen ou dans les colonies ? Dans le sillage de l’étude de Katharina Städtler relative aux écrivains de la négritude pendant l’occupation allemande, l’on peut ainsi s’interroger sur les stratégies déployées par ces écrivains pour conquérir l’espace public (Lüsebrink). Il serait tout aussi pertinent d’envisager l’impact de l’événement guerrier sur les imaginaires collectifs : comment la guerre modifie-t-elle la perception du colonisateur, la représentation du territoire ? La guerre est-elle une expérience favorisant une certaine cohésion des colonisés ? Sur quelles bases ? En vue de quelles revendications ?

Nous accueillerons tout aussi favorablement les propositions basées sur l’analyse d’écrits de la première génération (Mohammed Dib, Mouloud Mammeri, par exemple) ou plus récentes (Tierno Monénembo, Patrice Nganang, notamment). Nous serons, par ailleurs, particulièrement réceptifs à des propositions se focalisant sur des œuvres féminines afin de contribuer à une vision plus nuancée du fait guerrier, qui se donne encore a priori comme « une affaire d’hommes ». Nous invitons les participants à traiter de la problématique dans des médias autres que le texte (le cinéma, par exemple) et, au sein du médium textuel, dans des discours et des genres diversifiés (autobiographie, roman, poésie, théâtre, essai, témoignage, etc.). Enfin, cet appel, centré sur le domaine francophone, ne souhaite cependant pas s’y cantonner : les propositions considérant des corpus anglophone, hispanophone, lusophone ou autres sont les bienvenues.

Bibliographie

Primaire (indicative)

Agénor, Monique, Bé-Maho. Chroniques des îles sous le vent, Le Serpent à plumes, 1996, 289 p.

Bouchareb, Rachid, Indigènes, Tessalit Production, 2006. [Film]

Chraïbi, Driss, Le Passé simple. Roman, Paris, Denoël, 1954, 263 p.

___, Lu, vu, entendu. Mémoires, Paris, Denoël, 1998, 203 p.

Cixous, Hélène, « Lettre à Zohra Drif », Leggendaria, 14 avril 1999, p. 4-9.

Confiant, Raphaël, Le Nègre et l’Amiral. Roman, Paris, Grasset, 1988, 334 p.

Confiant, Raphaël, La Dissidence. Récit, Paris, Écriture, 2002, 279 p.

Derrida, Jacques, Le Monolinguisme de l’autre ou la prothèse originelle, Paris, Galilée, « Incises », 1996, 135 p.

Dib, Mohammed, La Grande Maison, L’Incendie, Le Métier à tisser. Romans, Seuil, « Méditerranée », 1952, 1954, 1957, 191 p, 191 p, 208 p, respectivement.

Djebar, Assia, Vaste est la prison. Roman, Paris, Albin Michel, 1995, 351 p.

Dongala, Emmanuel, Le Feu des origines. Roman, Albin Michel, 1987, 255 p.

Kourouma, Ahmadou, Monnè, outrages et défis. Roman, Paris, Seuil, 1990, 286 p.

Lopes, Henri, Le Lys et le Flamboyant, Seuil, 1997, 430 p.

Mammeri, Mouloud, La Colline oubliée. Roman, Paris, Plon, 1952, 255 p.

Memmi, Albert, La Statue de sel. Roman, Paris, Corrêa, 1953, 283 p.

Monénembo, Tierno, Le Terroriste noir, Seuil, 2012, 224 p.

• Nganang, Patrice, La Saison des prunes, Philippe Rey Éditeur, 2013, 443 p.

Oyono, Ferdinand, Le Vieux Nègre et la Médaille. Roman, Julliard, 1956, 211 p.

Rahamarinana, Jean-Luc, Nour 1947. Roman, Le Serpent à plumes, 2001, 211 p.

Sembene, Ousmane, Emitai, Médiathèque des trois mondes, 1971. [Film]

• Senghor, Léopold Sédar, Hosties noires, Seuil, 1948.

U’Tamsi, Tchicaya, Les Méduses ou les Orties de mer, Albin Michel, 1982, 265 p.

Secondaire (pistes)

Betz, Albrecht et Stefan Martens (dir.), Les Intellectuels sous l’Occupation (1940-1944). Collaborer, partir, résister, Paris, Éditions Autrement, 2004, 352 p.

• Britton, C. (éd.), France’s Colonies and the Second World War, L’Esprit créateur, printemps 2007, vol. 47, 2007.

• Donadey, Anne et alii (éd.), Empire and Occupation in France and the Francophone World. Twentieth-Century Literature, hiver 1999, vol. 23, n° 1.

Lüsebrink, Hans-Jürgen, La Conquête de l’espace public colonial. Prises de parole et formes de participation d’écrivains et d’intellectuels africains dans la presse à l’époque coloniale (1900-1960), Québec/Frankfurt am Main/London, Éd. Nota bene/IKO-Verlag, 2003, 272 p.

• Mann, Carol, Femmes dans la guerre 1914-1945, Pygmalion, 2010, 380 p.

Scharfman, Ronnie, « Narrative of internal exile : Cixous, Derrida, and the Vichy Years in Algeria », in Murdoch, A. et Donadey, A. (éd.), Postcolonial Theories and Francophone Literary Studies, Gainesville, FL, University Press of Florida, 2005, 87-101.

Städtler, Katharina, « La négritude en France (1940-1950). À propos d’un champ littéraire colonisé en exil », Les Champs littéraires africains, Paris, Karthala, 2001, 193-209.

Organisation

Le projet prendra, dans un premier temps, le format d’un atelier (ou journées d’étude) se déroulant les vendredi 24 et samedi 25 avril 2015 à l’Université libre de Bruxelles. Cette première étape se conçoit comme nécessaire au dialogue que nous souhaitons établir entre les expériences de guerre diverses, leurs transcriptions textuelles et artistiques et les outils critiques et théoriques avec lesquels nous les analysons. Les participants (dix à douze) seront activement invités, à partir de leur contribution individuelle, à dégager des tendances communes à l’ensemble de ces productions guerrières, en termes de thématiques, certes, mais aussi en termes de procédés (stylistiques, narratologiques, filmiques, etc.) utilisés et d’éléments de signification à dégager. Favorisant la réflexion collective, les sessions seront davantage conçues comme des tables rondes : les présentations individuelles (chacune de 15 minutes maximum) seront suivies d’échanges entre participants et avec l’auditoire, sous la houlette d’un(e) président(e) de séance dont le rôle, précisément, sera d’orienter les débats vers cette mise en commun des réflexions. Pour que ce travail de mise en commun soit rendu possible, nous souhaitons que les textes des communications soient disponibles à la personne présidant la session et aux autres participants de ladite session un mois avant la rencontre. Il est bien entendu que ces textes seront abordés comme « travaux en cours ».

Dans un second temps et faisant suite à cet atelier, une sélection sera opérée au sein des communications afin que celles choisies (maximum une dizaine) puissent constituer un ensemble cohérent. Cet ensemble, accompagné d’une préface mettant en exergue sa pertinence, sera proposé à la revue Études Littéraires Africaines (ELA) pour une publication en décembre 2015. Il va de soi que les processus éditoriaux d’évaluation seront appliqués.

Les propositions d’intervention pour l’atelier sont à envoyer par courriel le 1e novembre 2014 au plus tard sous la forme d’un résumé (4000 signes maximum) accompagné d’un titre et d’un bref curriculum  vitæ conjointement à Sabrina Parent (sabrina.parent@gmail.com), Nathalie Carré (nathalie.carre@gmail.com) et Anthony Mangeon (amangeon4@gmail.com). L’acceptation des propositions sera notifiée fin novembre-début décembre 2014.

Comités d’organisation et scientifique des journées

Sabrina Parent (F.R.S.-FNRS / ULB)

Xavier Luffin (ULB)

Nathalie Carré (INALCO / ELA)

Anthony Mangeon (Université de Strasbourg / ELA)

Bénédicte Ledent (Université de Liège)

La littérature africaine francophone. Mesures d’une présence au monde

La littérature africaine francophone. Mesures d’une présence au monde

Editions Universitaires de Dijon
Sous la direction de : Abdoulaye Imorou
ISSN : 1630-0858
ISBN : 978-2-36441-093-0
Collection : Ecritures
Parution : 2014
Format : 15 x 23 cm
Pages : 277 p.
Prix : 20 €

Depuis quelques années, la littérature africaine francophone se lance résolument à la conquête du monde, bien décidée à sortir des marges et à devenir une référence dans la République mondiale des Lettres. Se réclamant de la littérature-monde, elle dispute ainsi à Paris son statut de capitale littéraire.
Cette volonté de marquer sa présence au monde se traduit par l’adoption de logiques transcontinentales. Car pour la plupart des écrivains francophones, leurs œuvres ne doivent pas se restreindre aux seuls Africains, mais susciter un écho en chacun. C’est ainsi que certains situent leurs intrigues ailleurs qu’en Afrique ou dans le milieu de la diaspora.
Ce collectif sur la littérature francophone permet de prendre la mesure de ces initiatives, des stratégies sur lesquelles elles s’appuient et des modalités selon lesquelles elles se réalisent.

URL de référence : http://eud.u-bourgogne.fr/404-la-litterature-africaine-francophone-9782364410930.html.

Sommaire et bon de commande.

Appel à articles / CFP : Celaan, Leïla Sebbar

Relayé depuis la liste [apela-infos] :

APPEL A CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS

CELAAN : Numéro spécial LEÏLA SEBBAR

« J’écris. Des livres. J’écris la violence du silence imposé, de l’exil, de la division, j’écris la terre de mon père colonisée, maltraitée (aujourd’hui encore), déportée sauvagement, je l’écris dans la langue de ma mère. C’est ainsi que je peux vivre, dans la fiction, fille de mon père et de ma mère. Je trace mes routes algériennes dans la France » (L’arabe comme un chant secret, Bleu Autour, 2010)

Leïla Sebbar, romancière, nouvelliste, essayiste, a publié dans les quarante années passées un nombre important de textes variés : romans, essais, récits. Elle est née d’un père algérien et d’une mère française, et ne parle pas la langue de son père, thème qui parcourt son oeuvre et tisse autour de la langue de nombreuses problématiques.

Ses écrits  recomposent des fragments de mémoire, des déchirures du genre, des lambeaux d’exil.  Elle s’est ainsi employée à recoudre les deux rives de la Méditerranée, tout en faisant entendre d’autres voix que la sienne dans bon nombre d’ouvrages collectifs qu’elle a dirigés. ( Mes Algéries en France, Enfance juive en Méditerranée musulmane…pour ne citer que ceux-ci)

Nous vous invitons à nous faire parvenir vos textes en français ou en anglais de 10 à 12 pages, double interligne, modèle MLA,  avant le 1er mars 2015  pour ce numéro spécial qui se veut éclectique et transdisciplinaire. A envoyer à : ikummer@unis.org.

Quelques pistes de travail qui ne se veulent pas exhaustives :

    • La question de la langue arabe
    • Orient/occident
    • La guerre d’Algérie
    • La poétique de l’exil
    • Histoire et mémoire
    • L’étranger, le métissage
    • Femmes/Jeunes filles du Maghreb en révolte
    • Le rôle de l’image dans certaines  de ses oeuvres
    • Isabelle Eberhardt dans l’oeuvre de Leila Sebbar

CELAAN: SPECIAL ISSUE                                      

LEILA SEBBAR

“I write books. I write about the violence of imposed silence, exile, division. I write about my father’s land which was colonized, badly treated even still today and cruelly deported, but all this I write in my mother’s language. This is how I can actually, through fiction, live as my father’s and mother’s daughter. I  trace my Algerian roads in France.”

( L’arabe comme un chant secret, Bleu Autour, 2010.)

Leila Sebbar, author, novelist and essayist, has published an impressive number of books during the past 40 years. She does not speak Arabic, the maternal language of her Algerian father, but rather that of her French mother, and this has become a richly defining theme throughout her work.

Her writing reconnects fragments of memory, explores gender issues and recomposes the shards of exiled lives. Her work is a repeated attempt to sow back and bring together the two banks of the Mediterranean: France and the Maghreb. In addition to her personal writing, she has also published many works of a collective nature, bringing together different authors addressing such shared themes as colonial Algeria, growing up Jewish in Muslim Mediterranean, to name a few.

We would would to invite your participation in the special edition of CELAAN devoted to the work of Leila Sebbar, which we anticipate will be diverse and interdisciplinary.  Your texts may be in English or French, from 10 to 12 pages double-spaced, MLA style, and must be received by us no later than March 1, 2015. Please send to: ikummer@unis.org, guest editor.

Articles may deal with (but won’t be limited to) the following suggestions/themes:

the relationship to the Arabic language, the confrontation between Western and Eastern worlds, the Algerian war, the poetry of exile, History and memory,  the “Other”, the mixing of cultures, women of the Maghreb in revolt, the role of images in some of Leila Sebbar’s work, the impact of Isabelle Eberhardt in Leila Sebbar’s work.

URL de référence : http://www.skidmore.edu/celaan/#.

Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite

Référence bibliographique : INTERCULTUREL FRANCOPHONIES, n° 25, juin-juillet 2014: Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite, Alliance Française de Lecce, 2014. EAN13 : 9788895343181.

Le n° 25, juin-juillet 2014, de la revue semestrielle sur les cultures et littératures nationales d’expression française Interculturel Francophonies, dirigée par Andrea Calì (Università del Salento, Lecce, Italie), vient de sortir. Cette livraison, coordonnée par Frédéric Mambenga (Université de Librebille, Gabon) est consacrée à Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite.

Présentation

Situer l’œuvre d’Alain Mabanckou dans le champ littéraire africain et francophone n’est pas une entreprise facile. Car, elle est marquée par la polymorphie, c’est-à-dire à la fois la pluralité des genres et des postures qui s’invitent sur la scène de son imaginaire et l’esthétique transculturelle qui remet sans cesse en question l’authenticité culturelle et raciale  comme fondements définitoires de l’écrivain négro-africain. Mais en même temps, Mabanckou n’a pas totalement renoncé à ses racines africaines, à cette nostalgie inconsolée du pays natal, à travers la figure maternelle qui constitue sa véritable source d’inspiration.

Dans le champ littéraire francophone, l’œuvre de Mabanckou est au cœur des principales problématiques esthétiques et thématiques, car elle se caractérise par le déracinement, l’entre‑deux culturel, l’incertitude identitaire et l’hybridation de l’écriture La posture de Mabanckou a toujours été celle d’un iconoclaste qui brise les certitudes établies, en proposant des pistes d’un cosmopolitisme littéraire qui rendent obsolètes les nationalismes culturels. Pour Mabanckou, l’expression de l’identité francophone   nécessite  un dépassement des frontières géographiques, politiques, culturelles et institutionnelles  pour une francophonie qui serait de fait une francophonie  totale intégrant même la littérature française.

Sommaire

 

Introduction

11    Frédéric Mambenga,  Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite

L’inscription autobiographique

19    Virginie Brinker, L’inspiration autobiographique comme matrice poétique dans quelques ouvrages d’Alain Mabanckou

37    Jelena Antic, Les rapports mère-fils dans le roman d’Alain Mabanckou Demain j’aurai vingt ans

55    Katerina Spiropoulou, La mémoire de l’enfance chez Mabanckou et Maximin: étude comparée de Demain j’aurai vingt ans et Tu, c’est l’enfance

Poétique romanesque

 

79    Magali Renouf, Alain Mabanckou: reconstruire pas le détournement et la déconstruction

91    Marthe Bogat Oyane, Alain Mabanckou, ses pères et ses pairs

107   Claudine Gaetzi, Verre cassé: les échos d’un texte brisé

125   Alain Serge Agnessan, Alain Mabanckou, un écrivain paralittéraire (?)

145   Guilioh Vokeng – Romuald Nkouda, Verre cassé d’Alain Mabanckou ou des livres dans un livre: de la pratique intertextuelle aux échanges interculturels

165   Marcel Nouago Njeukam, La mise en forme du drame de l’immigré clandestin dans le roman francophone de la migritude: le cas de Bleu Blanc Rouge d’Alain Mabanckou

Paysages thématiques

185   Bernard Mouralis, Distance critique et fraternité dans Lettre à Jimmy d’Alain Mabanckou

203   Serge Ondo Ella, Romans de la « migritude » et imaginaire traditionnel africain: cas de Mémoires de porc-épic d’Alain Mabanckou

223   Canissius Allogho Mantwani, Alain Mabanckou: la mémoire et l’histoire. Plaidoyer pour une herméneutique de la conscience historique

243   Buata B. Malela, Ce que la musique populaire fait au roman contemporain: Black Bazar d’Alain Mabanckou

267   Frédéric Mambenga, Errance et Espérance dans la poésie d’Alain Mabanckou: un poète lyrique en face du tragique négro-africain

283   Andrea Calì, L’écriture de la guerre chez Alain Mabanckou et Emmanuel Dongala

305   Médard K. Bouazi, Violence sociale, fureur urbaine: la mise en scène du désespoir chez Alain Mabanckou

317   Jaouad Serghini, Mabanckou, l’intellectuel africain interverti

331   Fiches bio-bibliographiques des collaborateurs

339   Les numéros d’Interculturel Francophonies

Responsable : ANDREA CALI
Url de référence :
http://alliancefrlecce.xoom.it

La migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines

Ouvrage disponible dans toutes les bonnes librairies :
La Migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines
sous la direction de Cécile Canut et Catherine Mazauric.

Cécile Canut en parle ce jeudi 3 juillet dans La Danse des mots, une émission d’Yvan Amar à réécouter sur RFI.

12 juin 2014
14 x 21
broché
288 p.
28 €
ISBN : 978-2-84670-539-4
http://www.lecavalierbleu.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=402 (extrait disponible à la lecture)

SOMMAIRE
Prologue
– Mise en récits et en images des migrations
(Cécile Canut & Catherine Mazauric)

I. Poétique de la migration
– Migration et comédie de réaction : Le Visa de Kanuté de Habib Dembélé
(Alioune Sow)
– Rendre possible le retour : cinéma et migration en Afrique de l’Ouest
(Carola Mick & Marina Lafay)
– Voyages au féminin et subjectivations transafricaines
(Catherine Mazauric)
– Des pratiques migratoires peu valorisées ? Les chants et les discours entourant les migrations des Burkinabés en Côte d’Ivoire
(Alice Degorce)
– Quand la femme s’en va : regards de trois romanciers africains sur les migrations féminines
(Pierre Soubias)
– Poétique et politique de la migration au Sahara occidental. Les « câ’idîn » : repentants, migrants ou ralliés ?
(Sébastien Boulay)

II. Temps et espaces des migrations
– Les Konpo xooro des migrants soninkés de Dakar : histoire, pratiques et mises en discours
(Cheikhna Wagué & Sandra Nossik)
– Les migrations au Sénégal : essai d’histoire par le bas à travers l’exemple de deux quartiers mythiques de la capitale : Medina et Allées du Centenaire
(Abdourahmane Seck)
– « Quand tes parents ne sont pas ici, c’est très dur ».Récits, imaginaires et dynamiques de (ré)-inscription d’étudiants « diaspo » au Burkina Faso
(Jacinthe Mazzocchetti)
– Morphologie de la « famille à distance » capverdienne. Migrations entre Mosteiros (Fogo, Cap-Vert) et Boston (Massachusetts, États-Unis)
(Pierre-Joseph Laurent)
– Le cap vert dans l’imaginaire des immigrés de la CEDAO : avant le départ et après l’arrivée
(Clémentina Furtado)

III. Mots et maux de la migration
– Trois récits de femmes
(Christine Deprez)
– Quand les hommes haalpulaar se plaignent de la migration : la question de la précarité masculine au coeur des problématiques migratoires dans la vallée du fleuve Sénégal
(Aziz Faty)
– La migration face à la santé mentale au Sénégal : récits, discours et imaginaires
(Véronique Petit, Giulia Pizzolato & Mohamed Ly)
– Symptômes, mensonges, crypto-biographies. L’écriture de l’inquiétude chez les immigrés
(Roberto Beneduce)
– On m’appelle le voyageur…
(Cécile Canut)

Epilogue
– Cicéron et les sans-papiers
(Sylvie Kandé)

Rencontre autour de la littérature mauricienne et de la parution de “Paradis blues” de Shenaz Patel

 Dimanche 22 juin à 16h, à la librairie Le Merle moqueur (51 rue de Bagnolet, Paris 20e), à l’occasion de la parution de Paradis blues de Shenaz Patel aux Editions Vents d’ailleurs, coll. “Pulsations”, une rencontre a lieu autour de l’ouvrage et de la littérature mauricienne. Avec Tirthankar Chanda (RFI), Julie Peghini (université Paris 8), l’éditrice Jutta Hepke et les directeurs de collection, Claire Riffard et Jean-Pierre Orban. Avec, également, un entretien enregistré de Shenaz Patel.

Après le succès critique de La Sourde Violence des rêves du Sud-Africain K. Sello Duiker, la collection “Pulsations” aux Editions Vents  propose un texte de l’auteure mauricienne Shenaz Patel: Paradis blues. Déjà remarquée pour Sensitive (2003) et Le Silence des Chagos (2004) tous deux parus aux Editions de L’Olivier, mais aussi pour son théâtre et sa défense du créole (elle a traduit deux aventures de Tintin et même une oeuvre de Beckett), Shenaz Patel choisit de raconter ici à la première personne l’itinéraire d’une jeune femme, Mylène, coincée entre ses rêves d’évasion et les pressions d’une société, d’une famille et d’une île qui l’enserrent. Le texte a fait l’objet d’une représentation théâtrale au Festival des Francophonies de Limoges en 2009.

Shenaz Patel, Paradis blues, La Roque d’Anthéron, Editions Vents d’ailleurs, coll. “Pulsations”, 2014, 64 pages. http://www.ventsdailleurs.fr

Appel à panels/Call for Panels : Collective Mobilisations in Africa: Contestation, Resistance, Revolt (ECAS 2015)

 

ECAS 2015, 6e conférence européenne des études africaines

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines (ECAS-6) aura lieu à Paris du 8 au 10 juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM).

ECAS-6 aura pour thème principal : Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes. Mais cette thématique n’est pas exclusive, le comité scientifique considérera également des propositions de panels sur d’autres domaines émergents et/ou plus classiques.

 

Le site web d’ECAS 6 ouvrira le 23 juin 2014 à cette adresse : www.ecas2015.fr.

 

Les propositions devront être soumises, via le site, à partir du 23 juin jusqu’au 23 juillet 2014.

 

Thème

 

Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes
Le tournant historique des « révolutions » arabes dont les répercussions se manifestent largement en Afrique sahélienne, les diverses modalités de dénonciation de la « vie chère » ou les mobilisations autour des enjeux liés à la citoyenneté ou aux différentes formes de renouveau religieux semblent attester d’une profonde recomposition du politique en Afrique. Ces formes contemporaines de la contestation ont mis sur le devant de la scène de nouveaux acteurs au croisement de dynamiques locales et globales. Ces mobilisations récentes nous invitent à penser une histoire longue de la contestation, du ralliement, de la prise de parole et de l’engagement en Afrique, et à renouveler par exemple notre regard sur les jihads, les révoltes d’esclaves, les conversions de masse ou les conflits dynastiques. Mais aussi à interroger d’une manière nouvelle la trajectoire sociale des acteurs et des actrices des expressions contestataires ainsi que les réponses des pouvoirs politiques à celles-ci. Au-delà des phénomènes de crises, il s’agit de s’intéresser plus généralement aux répertoires d’actions collectives, aux modes de transgression et de subversion, aux arènes du militantisme et aux statuts sociaux, générationnels et de genre.

 

Les associations, les groupes religieux, les syndicats notamment, qui forment cette « société civile » dont il convient encore d’interroger la pertinence comme catégorie d’analyse, représentent des médiateurs, voire des contre-pouvoirs manifestes, mais aux relations parfois ambigües avec les pouvoirs en place. A contrario, on peut interroger la capacité des partis politiques d’opposition à être des lieux d’expression de la parole politique, et de la contestation, au-delà des stratégies de captation du pouvoir et de leur rôle, souvent constaté, de réserves électorales clientélistes. On doit noter par ailleurs le poids croissant des associations des droits de l’homme, des « advocacy groups » et autres entrepreneurs de« causes » qui cherchent à se positionner comme des vigiles des actions de l’État. Une attention particulière devra être portée aux logiques internationales, sinon transnationales, notamment de professionnalisation, dans lesquelles s’inscrivent de plus en plus ces nouveaux modes de l’action collective. Les processus de mobilisation doivent être également appréhendés à travers leurs formes violentes, la multiplication des groupes miliciens, leur mode de socialisation et de politisation et les passages à la contestation armée. De même, les mouvements religieux, nouveaux prophétismes, processus de moralisation, d’évangélisation ou de réislamisation et les multiples ONG confessionnelles, sont autant de pistes d’analyse de la construction d’imaginaires sociaux. Enfin, les mobilisations collectives peuvent relever de processus moins explicitement politiques, comme dans le cadre des « cultures urbaines » ou plus généralement des expressions artistiques et culturelles : rites d’inversion, de rébellion, carnavals, création musicale (hip-hop, mais aussi kuduro, par exemple), littérature, théâtre et performances diverses.

 

Appel à panels

 

L’appel à panel sera clos le 23 juillet 2014 à 20h.

 

Toutes les propositions devront être soumises via le site Internet. Sur le formulaire en ligne vous seront demandés vos nom, prénom et institution de rattachement ainsi que le titre de votre panel et un résumé de 1500 signes maximum (espaces compris).

 

L’AEGIS ayant trois langues de travail, le comité d’organisation apprécierait si les titres et les résumés des panels pouvaient être fournis en deux langues – l’anglais et l’une des deux autres langues de l’AEGIS : le français ou le portugais.

 

Pour faciliter le travail du comité scientifique, nous demandons à chaque organisateur de panel, lors de la soumission, de préciser la ou les disciplines dans lesquelles s’inscrit principalement le panel.

 

Chaque panel consistera en une séance d’une heure trente, rassemblant 4 ou 5 intervenants maximum, organisateur ou discutant compris.

 

Lors du dépôt de la proposition, l’organisateur du panel recevra automatiquement un mél de confirmation.

 

La liste des panels acceptés sera affichée sur le site mi-septembre 2014.

 

Tous devront ensuite être l’objet d’un appel à communication ouvert sur le site de l’ECAS.

 

Chaque participant ne peut faire qu’une seule intervention, mais peut aussi organiser une séance plénière, un panel ou une table-ronde ; il/elle peut, également participer en tant discutant à une séance plénière, un panel ou une table ronde.

Télécharger l’appel trilingue en pdf : http://imaf.cnrs.fr/IMG/pdf/call_ecas_2015_paris.pdf

Crédit image : International Women’s Day, by Albert González Farran, UNAMID, licence Creative Commons by (CC BY-NC-ND 2.0)
« 14 March 2013. Al Koma: Women march in Al Koma village, North Darfur. Nearly 500 men and women in Al Koma village, some 80 kilometers west of El Fasher, celebrated International Women’s Day in an event facilitated by UNAMID’s Gender Advisory Unit and the Government of Sudan. Women leaders from North Darfur attended the event, which featured traditional nomadic songs and dances. »

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)