CFP: Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)

HOWARD UNIVERSITY

COLLEGE OF ARTS AND SCIENCES
DEPARTMENT OF WORLD LANGUAGES AND CULTURES
CALL FOR PAPERS

International Conference
Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)
Howard University
Blackburn Center
Washington, DC
November 4-6, 2015

Deadline to Submit Proposals: July 15, 2015
Extended Deadline: July 30, 2015

In its resolution 68/237 of 23 December 2013, the General Assembly of the United Nations (U.N.) proclaimed the International Decade for People of African Descent commencing 1 January 2015 and ending on 31 December 2024. The decade aims to strengthen the economic, social, cultural, civil and political rights of people of African descent, and adopt national, regional and international legal frameworks in accordance with the Durban Declaration on the Elimination of All forms of Racial Discrimination, and to ensure their full and effective implementation.
In this context, a second International Conference, “Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)” (November 4-6, 2015) is being organized at Howard University to lead the forthcoming global activities regarding the U.N. recommendations and objectives. The first academic meeting at Howard University was an echo of the International Year for People of African descent proclaimed also by the U.N. in 2011.
The organization of this International Conference is intended to contribute not only to the reconstruction of the bond between Africans and African Diaspora, but also to the defragmentation of the memory of the scattered Africa and Africans caused by the slavery, colonization and (im)migration. Because, although an early Pan-Africanism and Negritude had strongly advocated for the pride of the cultural heritage, history, unity and empowerment of Africans and African Diaspora; although the music (i.e. jazz, blues, reggae, rumba, salsa, hip hop, rap, etc.), the language (creole, palenquero, etc.), the religion (vaudou, candomblé, santería, etc.), the food (malanga, fufu, gombo, etc.) and the (im)migration are today critical factors of relations between Africans and African Diaspora, many adverse challenges continue to pave the ways of their unity and empowerment.
Participants of all continents and all disciplines are encouraged to submit their proposals and foster in general the reflections –but not limited to- on what critical role the early Pan-Africanism, Negritude and Negrismo played on the dialogues between Africans and African Diaspora and on their empowerment; how to (re)negotiate both, the reconstruction of the scattered identities and the defragmentation of memories, and how to enhance unity and empowerment today; finally, what visions and key elements can be recommended to overcome the actual challenges and what mechanisms to realize such a recommendations. Academics, scholars, graduate students, journalists, fiction and non-fiction authors/writers, playwrights, filmmakers, educators, translators and interpreters, artists, publishers, community and movement leaders, civil right activists, NGO’s leaders, youth, etc. are, therefore, invited to submit individual paper, panel, roundtable, workshop, play, film screening and discussion, etc. At the end of the International Conference, the Scientific Committee will edit and publish a book of selected proceedings.

Continuer la lecture de CFP: Pan-Africanism and Negritude: Dialogues between Africa and the African Diaspora (Past, Present, Future)

Africa Acts – Performance Arts from Africa and the Diaspora

http://africaacts.ecas2015.fr/

Paris, 5-12 juillet 2015

Lieu d’horreur, d’exotisme. Continent à la traîne, assisté, où tout resterait à faire. Terre sans défense. L’Afrique racontée par le « Nord » est en bien mauvaise posture. Ou, discours inverse, serait en plein boom économique et, du coup, prend des allures de Far West.

Extrêmes. Absence radicale de nuances. Absence, surtout, de réflexion.

Face à cela, un impératif : laisser la parole. Cesser de parler pour l’Afrique et de capturer son langage. Se le dire une fois pour toutes : il n’est pas une mais des Afriques.

Cet impératif, AFRICA ACTS le fait sien.

Carte blanche à douze artistes et collectifs – performeurs, danseurs, musiciens, poètes, cinéastes et vidéastes, DJs, VJs –, cette manifestation d’une semaine évacue clichés et idées préconçues.

Rigoureux, exigeants, ludiques aussi : les artistes au cœur d’ AFRICA ACTS décapent. Ils ont en commun un refus de la facilité, un engagement dans et pour des formes artistiques qui questionnent les limites de leurs disciplines. ACTion, ACTes posés, ACTualité : à travers leurs œuvres se dessinent tout à la fois une critique sans quartier de la violence sociale, économique et politique à l’échelle globale et un désir de la transcender. Individuellement et tout ensemble, ils posent sur le monde qui les entoure des regards qui tendent à le ré-enchanter : le repenser, le rêver à l’aune d’imaginaires qui mettent à mal stéréotypes et idées reçues.

Premier événement en son genre en France, AFRICA ACTS propose un parcours à travers de nombreux lieux de la capitale : musées et centres d’art contemporain, jazz clubs, amphithéâtres d’université, rues et parvis. Au cœur de l’action, les arts de la performance, espaces du participatif, de l’inclusif, dont les publics deviennent des acteurs à part entière.

La semaine AFRICA ACTS intervient en parallèle de la European Conference on African Studies (ECAS). Colloque de renommée internationale,  l’ECAS se réunit tous les deux ans dans une grande ville européenne. A la Sorbonne, il rassemble pour cette session  près de 2000 chercheurs autour d’une question clé, celle des « Mobilisations collectives en Afrique ». A cette thématique, l’engagement d’AFRICA ACTS fait puissamment écho.

ECAS 2015 : Mobilisations collectives en Afrique – contestations, résistances et révoltes

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines (ECAS-6) a lieu à Paris du 8 au 10 Juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et de l’École pratique des hautes études (EPHE).

Centre Sorbonne : 17, Rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Centre Panthéon : 12, place du Panthéon, 75231 Paris cedex 05.

Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM).

IMAF   LAMAEGIS

ECAS-6 a pour thème principal : Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes.

Consulter la liste des panels de Littérature : http://www.ecas2015.fr/fr/disciplines-2/?cat=28&nb_post.

Voir aussi ce billet.

Épopées postcoloniales

Épopées postcoloniales

et échanges transatlantiques

Journée d’études

Lundi 6 juillet 2015

Université Paris Diderot-Paris 7, Salle 679C, Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann (Bâtiment C, 6e étage)

Cette journée d’études est le second volet d’une manifestation organisée par Delphine Rumeau et Catherine Mazauric en juin 2014 à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Elle sera l’occasion d’écouter les derniers participants au projet, d’échanger et de clore la réflexion collective avant la publication des actes.
A cette occasion, il s’agit de continuer à penser les relations que les littératures postcoloniales construisent avec l’épopée, de déployer – dans la perspective d’un comparatisme résolument différentiel – les échanges transatlantiques qui se nouent entre des corpus africains, américains, caribéens et européens, ainsi que les questionnements politiques et identitaires portés par la circulation de ces modèles littéraires. Quelles sont les lignes de partage, mais aussi parfois de convergence, entre épopées des colonisateurs et épopées des colonisés ? Quelles sont les modalités d’imitation, de détournement et de réappropriation des récits épiques ? Quels genres littéraires l’épopée postcoloniale traverse-t-elle et privilégie-t-elle ? Dans quelles formes référentielles et fictionnelles se coule-t-elle ?Parce qu’elle engage fondamentalement une relation aux ancêtres et à l’héritage (politique, historique, culturel), l’épopée cristallise des rapports de pouvoir et engage des jeux de reconfiguration. La construction du fait national acquiert une certaine urgence dans les pays anciennement colonisés et soumis à des violences politiques et économiques extrêmes, où la gouvernance mondiale s’adosse à une reféodalisation du monde conduite par les multinationales. Les épopées postcoloniales inventent-elles de nouvelles institutions du pouvoir ou mettent-elles en fiction d’autres possibles politiques ?
Programme à consulter en cliquant sur Lire la suite.

Continuer la lecture de Épopées postcoloniales

AAC : Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines

Appel à communications

3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines, Paris, 14-16 janvier 2016

Dans la continuité d’une démarche initiée en 2013, la 3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) aura lieu à Paris les 14, 15 et 16 janvier 2016. Comme lors des éditions précédentes, il s’agira de permettre aux doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s et post-doctorant.e.s de dialoguer autour de leurs travaux portant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises, au croisement de toutes les disciplines.
Cet espace d’échanges favorisera un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s en cours. Les communications, qui pourront se faire aussi bien en français qu’en anglais, seront articulées autour de vingt-deux panels dont les lignes directrices sont présentées dans l’appel à communication.
Il ne reste plus qu’un mois pour faire une proposition en ligne (avant le 16 juillet 2015)http://jcea2016.sciencesconf.org/
Voici les panels à dominante littéraire :
  • panel 4 : musiques d’Afrique
  • panel 12 : corps, genres, sexualités
  • panel 13 : le rire et la dérision politique
  • panel 18 : imaginaires des langues et connexions linguistiques
  • panel 19 : fabriques mémorielles, héros et imaginaires collectifs
  • panel 20 : diversifier les sources (sources et corpus)

Prophétismes ou discours de l’entre-deux voix. Francophonies africaines

Prophétismes ou discours de l’entre-deux voix. Francophonies africaines

Louiza KADARI, Pierre LEROUX, Tumba SHANGO LOKOHO (éds.)
Presses de la Sorbonne Nouvelle, parution 2015.
Cet ensemble fait suite à une journée d’études doctorales qui a eu lieu à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle et il regroupe des interventions portant aussi bien sur le Maghreb que sur l’Afrique subsaharienne.
Présentation :
Les textes rassemblés ici examinent la question du prophétisme dans les littératures francophones africaines. Les études qui composent cet ouvrage montrent que les fictions et dramaturgies africaines, en l’inscrivant dans un contexte contemporain de crise, remettent en question la représentation et l’expression traditionnelles du prophétisme. S’il oscillait hier entre le millénarisme et le messianisme politique, qu’en est-il de nos jours ? Quels en sont les enjeux littéraires actuels en Afrique ? A quelle perspective différente ouvre le nouveau contexte littéraire africain du prophétisme ? Qu’implique le fait de poser le prophétisme comme discours de l’entre-deux voix et non comme doctrine ou théorie de l’entre-deux voies ? Fondé sur des analyses transversales et pluridisciplinaires, cet ouvrage contribue à l’élucidation critique de ces multiples variations littéraires du prophétisme.
Louiza Kadari est doctorante à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, elle prépare une thèse sur les traitements fictionnels du terrorisme.
Pierre Leroux est doctorant à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, il prépare une thèse portant sur la figure christique et le messianisme dans les oeuvres de Dambudzo Marechera et Tchicaya U Tam’si.
Tumba Shango Lokoho est Maître de conférences de Littérature générale et comparée : Francophonies, Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Table des matières :

DÉVOILEMENTS DES FIGURES PROPHÉTIQUES
L’Afrique n’existe pas, entretien avec Jean-Loup Amselle
Vivre la parole : présence et « contre-présent » dans les textes prophétiques juifs, Carole Matheron
De la dissidence prophétique. Essai sur l’anti-prophétie dans Le Prophète voilé d’Abdelkebir Khatibi, Tumba Shango Lokoho
VOIX ET MASQUES DES PROPHÈTES
L’écriture théâtrale comme subversion et transgression de la réalité religieuse : le cas de Prophètes sans dieu de Slimane Benaïssa, Christina Oikonomopoulou
Figures d’omnisciences – parades et détours dramaturgiques des auteurs contemporains d’Afrique noire francophone, Pénélope Dechaufour
Le narrateur de l’entre-deux, une posture prophétique et poétique dans l’écriture de la violence, Ramcy Kabuya
REGARDS CROISÉS : LE PROPHÉTISME ET SES ÉCHOS
De l’imaginaire prophétique à la révélation du réel : le terrorisme ou le discours de l’entre-deux voix, Louiza Kadari
Le prophétisme dans les romans de Sony Labou Tansi, entre magie du verbe et imposture des êtres, Roxana Bauduin
« J’ai failli être prophète » : prophétisme et mysticisme dans Ces Fruits si doux de l’arbre à pain de Tchicaya U Tam’si, Pierre Leroux
La petite fille blanche, élue des dieux noirs : la figure messianique entre fantasme colonial et normes du « politiquement correct » dans les romans pour enfants de Lauren St John, Élodie Malanda

ALA Conference 2015: African features and beyond, visions in transition

From June 3rd – June 6th, 2015, the 41st Annual Conference of the African Literature Association (ALA) will take place at Bayreuth University/Germany. Scholars from all around the globe are invited to discuss latest developments in studies on African and African-diasporic literature and media, framed by the overarching topic “African Futures and Beyond. Visions in Transition”.

  • VIP: Wole Soyinka
  • Keynote speakers: Teju Cole, Bernardine Evaristo, Noah Sow, Françoise Vergès, Binyavanga Wainaina
  • Caucus speakers: Fahamisha P. Brown, Papa Samba Diop, Anne Adams, Zézé Gamboa

Website: http://www.ala2015.com/#/home/

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search