Archives par mot-clé : Colloque

Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations

Ce colloque international en deux volets, organisé à l’Université de Lubumbashi les 10-11 novembre 2015 puis à l’ISP Bukavu le 30 juin 2016, portera sur  Le théâtre dans les Grands Lacs (République Démocratique du Congo, Rwanda, Burundi) : état des lieux, circulations et médiations.

Colloque international en deux volets :
– UNILU, Lubumbashi, 10-11 novembre 2015, à l’occasion de la quinzième édition du festival « Le Temps du théâtre » de Lubumbashi.
– ISP – Institut Supérieur Pédagogique – Bukavu, le 30 juin 2016.
Organisé par : l’École de Théâtre de Lubumbashi de l’UNILU et l’ISP Bukavu.
En partenariat avec :
– CATHEL, Centre d’Animation Théâtrale de Lubumbashi
– UNILU, Université de Lubumbashi
– CELTRAM, Centre d’Études Littéraires de Traitement des Manuscrits
Dans le cadre du programme CRELIM : Congo Récits Littérature Images (U. de Lorraine, Metz).

  • Comité d’organisation
    Fabien Kabeya Mukamba (École de Théâtre de Lubumbashi/UNILU/UPL)
    Maëline Le Lay (CNRS/Les Afriques dans le monde – UMR 5115 – IEP Bordeaux)
    Jean-Claude Makomo Makita (ISP Bukavu/Sembura)
  • Comité scientifique
    Maurice Amuri, U. de Lubumbashi/CELTRAM, Lubumbashi
    Ananda Breed, U. of East London, Londres
    Pierre Halen, U. de Lorraine, Metz
    Mukala Kadima-Nzuji, U. Marien Ngouabi/CELIBECO, Brazzaville
    Jean-Marie Vianney Kayishema, U. du Rwanda, Kigali
    Juvénal Ngorwanubusa, U. du Burundi, Bujumbura
    Marc Quaghebeur, Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles
    Yoka Lye Mudaba, INA – Institut National des Arts – Kinshasa

Procédure

Les propositions de communications, d’une longueur maximale de 500 mots et accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer par mail au comité d’organisation, aux adresses suivantes :
– Fabien Kabeya Mukamba : kabeyafaho@yahoo.fr
– Maëline Le Lay : m.le.lay@sciencespobordeaux.fr
– Jean-Claude Makomo Makita : makimakomo@yahoo.fr

Date-limite d’envoi des propositions : 15 juin 2015.

Continuer la lecture de Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations

3e Rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines

Dans la continuité d’une démarche initiée en 2013, la 3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA) aura lieu à Paris les 14, 15 et 16 janvier 2016. Comme lors des éditions précédentes, il s’agira de permettre aux doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s et post-doctorant.e.s de dialoguer autour de leurs travaux portant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises, au croisement de toutes les disciplines. Cet espace d’échanges favorisera un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s en cours. Les communications, qui pourront se faire aussi bien en français qu’en anglais, seront articulées autour de vingt-deux panels dont les lignes directrices sont présentées dans l’appel à communication.

Infos sur le site de la 3e Rencontre.

AAP : Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

Jeudi 29 et vendredi 30 septembre 2016

Paris, INALCO, Auditorium

Appel à communications

Comité scientifique :

Ursula Baumgardt, Jean Derive, Graham Furniss, Xavier Garnier, Lee Haring, Abdoulaye Keïta

La date limite de réception des propositions de communication est le 30 septembre 2015

Les propositions sont à envoyer à l’adresse suivante :

colloqueellaf@gmail.com

Des argumentaires en français ou en anglais de 2000 signes (espaces compris) maximum seront joints aux propositions, accompagnés d’une brève notice biographique.

ELLAF

Les littératures en langues africaines, orales comme écrites, souvent éditées localement, sont mal connues à l’échelle internationale, malgré une production qui est pourtant loin d’être négligeable et qu’on peut même qualifier d’abondante en certaines langues comme le swahili, le haoussa, le yorouba, par exemple. Témoigne de cette abondance, le livre déjà ancien d’Albert Gérard (African Language Literatures, Three Continents Press 1981) qui, à propos des seules littératures écrites, recense déjà à cette époque plus d’un millier d’ouvrages. En témoigne également la diversité des supports et des modes de circulation multimédia, qui donnent à ces littératures une accessibilité et un mode d’existence nouveaux. C’est pour remédier à ce déficit de visibilité et pour initier la recherche dans ce domaine qu’est né le projet de créer une Encyclopédie en ligne des Littératures en Langues Africaines, (ELLAF), aussi bien écrites qu’orales, actuellement dans sa phase expérimentale, avec un premier échantillon de 11 langues, avant son extension progressive à d’autres langues du continent. C’est pour clôturer une première étape de ce projet qu’a été conçu le colloque « Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception ».

Continuer la lecture de AAP : Littératures en langues africaines : production, diffusion, réception

Colloque Retentissements de la guerre (24-25 avril, ULB)

24 et 25 avril 2015, Colloque international Retentissements de la guerre : Les écrivain(e)s des mondes (post)coloniaux face aux conflits mondiaux, Université libre de Bruxelles

Vendredi 24 (Local : K4.601)
9h 
Accueil 
9h30 Allocution inaugurale du directeur du Centre de recherche Philixte (Études philologiques, littéraires et textuelles), Claudio Gigante (ULB)
9h45 Introduction au colloque par les organisateurs
10h-11h Session I : Littérature et films de la Seconde Guerre : revisiter les « classiques » (Présidente : Justine Feyereisen, ULB)
• Abdoulaye Imorou (Université de KwaZulu-Natal, Afrique du Sud), Filmer la Seconde Guerre mondiale en pays libéré et en pays décolonisé : histoire partagée, mémoires nationales 
• Khady Fall Diagne (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), Du fait historique à l’anamnèse mythique dans l’œuvre littéraire et cinématographique francophone : les cas de Senghor, Sembène et Oyono

11h30-12h30 Session II : Du personnage historique à la figure littéraire : reconfigurations (Présidente : Sophie Milquet, ULB) 
• Nathalie Carré (INALCO), Le tirailleur, nègre historique et littéraire ou comment écrire le revers de l’histoire. L’exemple du Nègre Potemkine de Blaise N’Djehoya
• Robert Fotsing (Université de Dschang, Cameroun), Devoir de mémoire et (re)construction narrative du tirailleur sénégalais dans Le Terroriste noir de Tierno Monénembo 
 

14h-16h Séance plénière : Patrice Nganang, Guerre mondiale et création contemporaine (Présidentes : Sabrina Parent, ULB et Nathalie Carré, INALCO) 

Patrice Nganang est à la fois écrivain et professeur de théorie littéraire à Stonybrook University (New York). Son talent d’écrivain se déploie tant en poésie (elobi, Apologie du vandale) que dans les genres narratifs (romans et nouvelles). Au nombre de ses romans, l’on compte : La Promesse des fleurs (1997), Temps de chien (1999), La Joie de vivre (2003), L’Invention du beau regard (2005), et plus récemment, Mont Plaisant (2011) et La Saison des prunes (2013). Temps de chien a, par ailleurs, été distingué par le prix Marguerite Yourcenar aux États-Unis en 2001 et par le Grand prix de la littérature de l’Afrique noire en 2002. En tant qu’universitaire, il étudie les ramifications de la violence, et est particulièrement intéressé par ce qui est communément appelé l’« archive coloniale » (photos, livres, etc.). Il a donné de nombreuses conférences et a publié profusément sur ce sujet ainsi que sur des problématiques liées à la littérature, au théâtre, au cinéma et, plus généralement, à la culture de l’Afrique postcoloniale (Manifeste d’une nouvelle littérature africaine, 2007 ; un essai comparatif entre les œuvres de Wole Soyinka et Bertolt Brecht, publié en allemand en 1998). 

 

Samedi 25 (local : salle Baugniet) 
9h Accueil 
9h30-10h30 Session III : Seconde Guerre mondiale et littératures africaines d’expressions française et arabe (Présidente : Sabrina Parent, ULB) 
• Anthony Mangeon (Université de Strasbourg), La Guerre et ce qui s’ensuivit 
• Xavier Luffin (ULB), La Seconde Guerre mondiale, la guerre de l’Autre ? Sa place dans le roman d’expression arabe érythréen et soudanais

11h-12h Session IV : Tributs antillais aux guerres mondiales (Présidente : Nathalie Carré, INALCO) 
• Sylvie Brodziak (Université de Cergy-Pontoise), Le Bataillon créole ou la Grande guerre comme mise en abyme des violences historiques 
• Tina Harpin (CRTF, Cergy-Pontoise et THALIM, Paris III-Sorbonne), Menteries sur la patrie, violence et exils : la guerre dévoilée comme « folie, aller simple » par les narratrices de Gisèle Pineau dans L’Exil selon Julia et « Paroles de terres en larmes » 
12h-12h30 Conclusions (Sabrina Parent, ULB) 

Comités d’organisation et scientifique 
Sabrina Parent (F.R.S.-FNRS / ULB)
Xavier Luffin (ULB) 
Nathalie Carré (INALCO) 
Anthony Mangeon (Université de Strasbourg) 
Bénédicte Ledent (Université de Liège) 

Entrée libre et gratuite pour tous, grâce aux subsides en provenance de : 
F.R.S.-FNRS
Faculté de Philosophie et Lettres 
Département Langues et Lettres 
Philixte 
Mondes modernes et contemporains 
Rectorat de l’ULB

Continuer la lecture de Colloque Retentissements de la guerre (24-25 avril, ULB)

Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Appel à communications

Association des études haïtiennes

Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

Du 21 au 24 octobre 2015 Université de Montréal Québec, Canada

Depuis la révolution haïtienne, la seule à promouvoir la liberté universelle, la présence d’Haïti sur la scène mondiale demeure gigantesque. Dès le début, elle crée un espace de refuge pour les opprimés avec la possibilité de citoyenneté pour toute personne d’origine africaine qui y arrive. Elle inspire la crainte chez ceux qui restent attachés au système esclavagiste. Plus tard, elle devient instrumentale dans la libération des pays de l’Amérique latine. Le pays joue un rôle décisif dans l’Union pan américaine, dans les Congrès panafricains, la Société des Nations, et plus tard, dans l’établissement de l’Organisation des Nations Unies. Au début du vingtième siècle, le pays souffre l’indignation d’une occupation américaine qui met en suspens sa souveraineté. Indignation qu’elle partage avec d’autres pays de la région. Au milieu du vingtième siècle, faisant face à une dictature brutale, elle se lance dans la coopération africaine. Les liens avec l’Amérique latine n’ont jamais été brisés, comme en témoigne la coopération avec le Venezuela et Cuba aujourd’hui. Ses rapports avec la République Dominicaine demeurent tumultueux, mais constants.

La présence haïtienne dans le monde n’est pas seulement politique. Son mouvement de l’indigénisme annonce la Négritude. On ne peut ignorer l’importance d’Haïti « où la Négritude se mit debout pour la première fois » pour Aimé Césaire ou encore Léopold Sédar Senghor. Son impact sur la littérature mondiale continue de se faire sentir. L’élection de Dany Laferrière à l’Académie Française est fortement significative en ce sens. La présence de Michaëlle Jean à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie ne fait que souligner l’importance symbolique et réelle d’Haïti pour cette institution et la francophonie comme concept, datant même d’avant la création d’une institution formelle avec les penseurs haïtiens du 19ème siècle. Haïti est le leader mondial en ce qui concerne la langue créole. La récente création de l’Académie du Créole Haïtien ne fait que le confirmer. Dans le domaine de la musique, Haïti a marqué de ses empreintes le paysage cubain et celui de la Nouvelle-Orléans, entre autres. Bassin du vaudou, le pays est aussi un centre religieux. La présence imposante d’Haïti dans le monde est incontestable.

Le 27ème colloque annuel de l’Association des études haïtiennes qui aura lieu du 21 au 24 octobre 2015 à l’Université de Montréal se propose de creuser cette présence d’Haïti dans le monde et de réfléchir sur les différentes façons dont les Haïtiens se représentent dans tous les domaines, ainsi sur les façons dont les Haïtiens et leur pays sont représentés par les autres.

Continuer la lecture de Haïti dans le monde: présences, représentations, performances

CFP:Dynamiques culturelles dans le cinéma africain du XXIe siècle

Appel à communications

Dynamiques culturelles dans le cinéma africain du XXIe siècle. Acteurs, formats, réseaux

Kulturelle Dynamiken im afrikanischen Kino des 21. Jahrhunderts. Akteure, Formate, Vernetzungen

Cultural Dynamics in the African Cinemas of the 21st Century: Actors, Formats, Networks

Colloque international, Sarrebruck, 27 et 28 novembre 2015

Les travaux scientifiques sur la création cinématographique du continent africain se sont longtemps concentrés avant tout sur des approches thématiques telles que la représentation de la femme, les migrations, les critiques du néocolonialisme etc. Depuis quelques années, les aspects esthétiques entrent de plus en plus en considération. Un autre thème au cœur des débats est celui de la distinction entre le cinéma d’art et d’essai et le cinéma commercial qui a longtemps recouvert l’opposition entre le ‘Nollywood’ nigérian d’un côté et les productions en grande partie issues du cinéma africain francophone de l’autre.

Dans ce contexte, des critiques et spécialistes, entre autres Olivier Barlet et la revue Africultures, ont fait état d’une crise du cinéma subsaharien au niveau de la production et de la distribution, mais aussi concernant son positionnement économique et surtout esthétique et thématique sur et à l’extérieur du continent africain. Des appels à un renouveau du film africain se sont fait entendre, notamment au vu de la forte présence de cinéastes nord-africains sur le devant de la scène cinématographique africaine.

Le colloque organisé dans le cadre du 15e anniversaire du festival « Journées du cinéma africain » (www.afrikanische-filmtage.de) à Sarrebruck invite à réfléchir à ces dynamiques culturelles du cinéma africain au XXIe siècle. La thématique du colloque s’articule autour de trois axes :

  1. Les acteurs et agents du cinéma africain ;
  2. Les formats et les genres cinématographiques ;
  3. Les réseaux.

Continuer la lecture de CFP:Dynamiques culturelles dans le cinéma africain du XXIe siècle

AAC : Arts chrétiens en Afrique centrale : interculturation et branchements

Appel à communications

 Arts chrétiens en afrique centrale : inculturation et branchements

Colloque de Metz, 12 et 13 mai 2016

Université de Lorraine – Centre de recherche « Ecritures » EA 3943

Programme CRELIM (#2) (Congo : récits, littératures, images)

Argument général

Pour rendre compte des phénomènes de contacts culturels, des études scientifiques ont permis depuis le XIXe siècle l’émergence des concepts d’acculturation, de déculturation, d’interculturalité, de multiculturalité etc… Ces concepts ont tour à tour montré leurs limites car finissent par évoquer l’idée de la pureté originaire des cultures ou de choc des cultures. Ces dernières années, divers travaux ont fait avancer la question des contacts culturels en mettant l’accent sur le caractère ouvert de chaque culture. C’est dans ce sens qu’intervient le concept de « branchement » (Jean-Loup Amselle, 2001). Cette métaphore électrique évoque non pas une mondialisation culturelle mais signifie la dimension non-cloisonnée des cultures mondiales.

Le colloque cherche à examiner de manière pragmatique le phénomène de perméabilité des cultures à travers les productions qui s’inspirent, pour diverses raisons, des traditions chrétiennes et traditions artistiques et culturelles de l’Afrique centrale.

L’existence de beaux livres comme Christliche Kunst in Afrika (1984)[1] témoigne d’une reconnaissance sur le marché de ce type d’art. Cependant, rares sont les travaux universitaires qui rendent compte des enjeux de cette interpénétration culturelle à travers les productions artistiques locales d’inspiration chrétienne à l’échelle d’un pays africain voire d’une sous-région. Dans cette perspective, à titre d’exemple, le cas de la RD Congo revêt une importance toute particulière. Les premières manifestations de ce qu’on peut appeler l’art chrétien africain semblent en effet avoir lieu dans l’ancien royaume du Kongo au xve siècle (Jean-Constant Van Cleemput, 1936).

De la sorte, en raison de son caractère durable jusqu’aujourd’hui, l’art chrétien de l’Afrique centrale peut témoigner de la dynamique des phénomènes d’accommodation, de récupération, d’innovation, de création, d’appropriation et d’invention qui sont à l’œuvre dans les contacts culturels. Parallèlement, il constitue aussi une mémoire, une partie de la « bibliothèque coloniale » qui est désormais aussi une bibliothèque postcoloniale. Une mémoire qui, à la fois, concerne le sacré mais peut, elle-même, être sacralisée, comme toute œuvre d’art, dans un sens plus sociologique.

Continuer la lecture de AAC : Arts chrétiens en Afrique centrale : interculturation et branchements