Archives par mot-clé : Colloque

Patrick Chamoiseau et la mer des récits

aff chamoiseau.jpg Patrick Chamoiseau et la mer des récits

Colloque international à TOULOUSE (France), du 8 au 10 octobre 2014

Depuis maintenant un quart de siècle, Patrick Chamoiseau est solidement installé dans notre actualité littéraire. Mais depuis Eloge de la créolité (1989) et Texaco (1992), l’écrivain martiniquais n’a cessé de questionner la critique et de déborder des paysages qu’il avait installés. Les travaux qu’il inspire témoignent ainsi de sa résonance dans des sphères linguistiques diverses, des deux côtés de l’Atlantique.

Pour mieux comprendre la situation de cet auteur-carrefour au sein du vaste ensemble des littératures postcoloniales, l’équipe LLA-Créatis a sollicité le concours de chercheurs de tous horizons géographiques. Avec eux, en présence de l’écrivain, nous rendrons justice à la créativité de ce raconteur d’histoires en tous genres. Nous partirons aussi sur les traces des influences multiples au coeur desquelles il travaille – mais ce sera pour mieux cerner l’originalité de ce “penseur-acteur” de la littérature planétaire.

Continuer la lecture de Patrick Chamoiseau et la mer des récits

2èmes Rencontres nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA)

2èmes Rencontres nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA)

3 et 4 octobre 2014, Paris (EHESS, Sciences Po, Université Paris 1)

 

Vendredi 3 octobre matin : CERI/CHSP, 56 rue Jacob, 75006 Paris

Apres-midi et soirée : EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Samedi 4 octobre : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12 place du Panthéon, 75005 Paris et 14 rue Cujas, 75005 Paris

Suite au succès de la première édition, se tiendront les deuxièmes Rencontres Nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA) les 3 et 4 octobre 2014. Continuer la lecture de 2èmes Rencontres nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA)

Colloque international “Williams Sassine n’est pas n’importe qui”

Colloque organisé par Florence Paravy, Jean-Marc Moura et Stefania Cubbedu-Proux à l’Université de Nanterre, les 16 et 17 mai 2014.

Cette rencontre propose de relire l’œuvre de Williams Sassine, auteur qui, bien qu’il ait profondément marqué les littératures d’Afrique d’expression française, reste encore injustement méconnu : en témoigne la rareté des études publiées sur son œuvre. De Saint Monsieur Baly (1973) à Mémoire d’une peau (1998), œuvre posthume, en passant par Le Jeune homme de sable (1979) et Le Zéhéros n’est pas n’importe qui (1985), l’écriture de cet auteur, légère ou grave, chargée de cynisme ou de tendresse, colorée d’un humour ravageur autant qu’émouvante de vérité, offre pourtant à l’étude une matière riche et complexe. (…)

Ce colloque nous permettra de revisiter son œuvre afin de définir les enjeux de son écriture ainsi que les aspects majeurs de sa poétique, et de déterminer la place qu’il occupe parmi les grands auteurs des littératures francophones. Outre les communications scientifiques, il sera rythmé par des fragments d’entretiens radiophoniques ou télévisuels.

Voir le programme sur le site du CSLF, ou télécharger le PDF : Programme Colloque Williams Sassine.

40th Annual Conference of the African Literature Association (ALA), April 9-13, 2014

 Texts, Modes and Repertoires of Living In and Beyond the Shadows of Apartheid

40th Annual Conference of the African Literature Association (ALA), April 9-13, 2014, University of the Witwatersrand, Johannesburg, South Africa

Confirmed Keynote Speakers

Simon Gikandi (Robert Schirmer Professor of English, Princeton University)

Njabulo Ndebele (Novelist and Research Fellow, Archive and Public Culture Research Initiative, University of Cape Town)

April 2014 marks an auspicious moment in African history and experience: twenty years after the demise of official apartheid. Elsewhere, the seemingly intractable challenges of poverty, social inequality, discrimination and tyranny continue to bedevil the continent. The conference presents a fitting occasion to embark on the kinds of retrospection, introspection and predictions that look both at the past and the future in more fluid and dynamic ways – particularly in relation to the shadows and unfinished business of apartheid and the possibilities for imagining and creating a more just, egalitarian and humane world.

As a political system and concept, apartheid occupied a complicated status in local and global imaginaries. It signified one of the most totalising attempts at racial social engineering, encompassing economic, socio-political and cultural policies as well as interventions into the most fundamental elements of everyday life. Today, apartheid has become shorthand for contesting different kinds of discrimination, segregation and exploitation across the world. The term can be usefully deployed as a catalyst for also speaking to other experiences and case-studies. Such an inflection, when used pointedly and imaginatively, can be productive, whether in localised or global comparative frameworks.

One central aesthetic response to the demands of life and ‘apartheids’ is an abiding reliance on the complexities and politics of the quotidian; the everyday. The everyday longings for basic necessities and also for joy, love, beauty, community and democracy present some of the most politically affective and effective occasions that call into question the dominant ideas and networks of the state and other powerful national and international forces. Artists and citizens – through recourse to texts, modes and repertoires 2 of living – have proffered alternative narratives, senses of self, memories and hopes for the future.

Convener: Bhekizizwe Peterson ala2014.sllm@wits.ac.za Mail: School of Literature, Language and Media, Private Bag 3, Wits, South Africa, 2050.
Conference Committee (members are from Departments in the School of Literature, Language and Media): Sarah Chuimbu (Media), Pumla Gqola (African Literature), Isabel Hofmeyr (African Literature), Innocentia Mhlambi (African Languages), Litheko Modisane (African Literature), Dan Ojwang (African Literature), Veronique Tadjo (Modern Languages), Michael Titlestad (English), James Ogude (University of Pretoria).

Programme : http://ala2014.co.za/40th_Annual_Conference_Of_African_Literature.pdf

 

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Sony Labou Tansi en scène(s) : une expérience théâtrale du monde

Les 14 et 15 novembre 2013, CNSAD Salle Louis Jouvet, 2 bis rue du Conservatoire 75009 Paris, Métro Grands Boulevards (lignes 8, 9)

Colloque organisé par Julie Peghini et Nicolas Martin-Granel

En collaboration avec  Jean-François Dusigne, projet “La direction d’acteur comme processus artistique” ITEM-CNRS Institut des Textes et Manuscrits Modernes, équipe “manuscrits francophones du Sud” Labex TRansferS

Au travers d’échanges, de lectures de scènes et poèmes et d’archives visuelles comme sonores, ces deux journées permettront de revenir à l’œuvre de Sony Labou Tansi. Ce colloque permettra de comprendre à quel point son théâtre a été novateur et peut encore l’être, pratiqué par des acteurs, par des metteurs en scène, par des chercheurs, par des lecteurs et par tous ceux que Sony cherchait obstinément à interpeller de pièce en pièce.

Le théâtre se trouve au coeur de la conception que l’écrivain congolais Sony Labou Tansi se fait de l’écriture. C’est au théâtre de Sony Labou Tansi que se révèle son énergie créatrice et que s’accomplit et s’entend pleinement sa « folie de nommer ». Car comme dans les autres genres pratiqués par Sony, mais plus directement encore, il s’établit dans le dire dramaturgique un lien physique, charnel, voire érotique, entre les mots et les corps, confondus alors en « chair-mots-de-passe ».

Ce colloque entend donner à voir le plateau de théâtre mental sur lequel l’artiste Sony construisait le monde qu’il voulait dire et inventer. Seront conviés à ce colloque les amis et témoins de son parcours fulgurant, d’homme de lettres et de théâtre. En effet, si la partie publique et publiée de l’œuvre connue de Sony Labou Tansi a duré une petite dizaine d’années après son irruption fracassante en littérature en 1979, il n’en demeure pas moins que son héritage est d’une actualité toujours aussi vive depuis sa mort précoce survenue à Brazzaville le 14 juin 1995.

Par-delà les travaux universitaires en cours sur Sony Labou Tansi, il nous semble important que la jeune génération, représentée ici par les élèves du Conservatoire engagés dans ce colloque, puisse aborder aux rives de cette littérature-continent et s’approprier sa « douce douleur d’être différent ». Toutes les séquences du colloque seront ainsi ponctuées par des lectures d’élèves – à entendre comme autant de parenthèses de chair et d’idée, autant de voix de ce que SLT fait au théâtre.

Toutes les infos et le programme ici.