Archives par mot-clé : Congo

Rencontre avec Wilfried N’Sondé et Jean Bofane

Pour la soirée de clôture de Congolisation, CEC vous propose une rencontre littéraire exceptionnelle avec Wilfried N’Sondé et Jean Bofane, le 17 février à 20h (à Bruxelles : plus d’infos sur le site de CEC). 

9782330038861-2

Le premier roman de Wilfried N’Sondé, Le coeur des enfants léopards paru en 2007fut récompensé entre autre par le Prix des Cinq Continents de la Francophonie et fut adapté au théâtre à Bruxelles et Paris. En janvier 2015, il publie Berlinoise, plaçant ses personnages en 1989 lors de la chute du mur de Berlin.

9782330030605

 

 

Après Mathématiques congolaises, Jean Bofane nous livre dans Congo Inc (2014), une nouvelle plongée talentueuse dans la complexité de la société Kinoise et Congolaise. Récompensé par le Grand Prix du Roman Métis, ce dernier roman se présente comme un nœud complexe d’intrigues dont l’ossature repose sur l’épopée « mondialiste » d’un jeune Pygmée en République démocratique du Congo.

X. Garnier – Sony Labou Tansi, une écriture de la décomposition impériale

COUV Lettres Sud Sony Labou.indd Xavier Garnier, Sony Labou Tansi – Une écriture de la décomposition impériale

Paris : Karthala, 2015, 252 p., EAN 9782811113698, 22,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

À partir d’une lecture critique de l’oeuvre de l’écrivain congolais Sony Labou Tansi (1947-1995), cette étude se propose d’analyser la façon dont la littérature peut tirer parti de la circulation d’énergies au sein des espaces impériaux. Si la colonisation fut bien un phénomène mondial, les différents empires ont déployé des nappes spatiales différenciées, qui n’obéissent ni au principe d’intériorité nationale, ni à celui de mise en connexion globale, mais à des dynamiques de spatialisation encore actives aujourd’hui.

Le déploiement des empires coloniaux, qui a été vécu par les conquérants comme d’enthousiasmantes ouvertures d’espace, a eu comme envers l’expérience faite par les colonisés d’un effondrement de leurs lieux de vie. Le souffle de cet effondrement est une contre-énergie, un principe de décomposition, qui ne cesse de remonter de la périphérie aux centres impériaux, et dont la littérature de Sony Labou Tansi témoigne merveilleusement. La tonalité apocalyptique de son écriture, qui « invente un poste de peur dans ce vaste monde qui fout le camp », naît de l’expérience de ceux qui sont condamnés à parler depuis des lieux de relégation. C’est depuis une Afrique postcoloniale en voie de décomposition que cet auteur interpelle le monde pour le rappeler à l’espoir et au sens de l’humain.

Xavier Garnier est professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 où il enseigne les littératures francophones.

Journée Sony Labou Tansi au Tarmac

 Journée Sony Labou Tansi au TARMAC

Samedi 14 Février 2015 – 14:30
14h30 Programmer, éditer, traduire Sony Labou Tansi 

Éditeur, traducteur, programmateur, directrice de festival, ils ont contribué à faire connaître l’œuvre de Sony Labou Tansi. Ils témoigneront de leur rencontre avec l’homme, avec l’œuvre, de leurs trajectoires communes.

Monique Blin, directrice du festival des Francophonies de Limoges de 1984 à 2000,  qui a régulièrement invité le Rocado Zulu Théâtre

Emile Lansman, directeur des éditions Lansman, éditeur de six pièces de Sony Labou Tansi,

Caya Makhélé, compagnon des débuts, co-auteur et éditeur de Sony Labou Tansi (sous réserve),

Nicolas Martin-Granel, chercheur universitaire, qui a réuni quatre volumes de poésie, des correspondances, une version inédite d’un roman, des textes divers de Sony Labou Tansi,

Uli Wittmann, traducteur en allemand de Sony Labou Tansi

rencontre animée par Bernard Magnier

16h spectacle Sony Congo ou la chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi

Mise en scène Hassane Kassi Kouyaté, avec Marcel Mankita et Criss Niangouna

18h Sony Labou Tansi et la « fratrie » des écrivains congolais

Cinq écrivains congolais majeurs sont réunis afin d’évoquer l’homme et l’écrivain, de témoigner l’importance de son œuvre et de son actualité

avec Emmanuel Dongala, Henri Lopes, Alain Mabanckou,
témoignages vidéos de Dieudonné Niangouna et Léandre-Alain Baker
rencontre animée par Bernard Magnier

Plus d’infos : http://www.letarmac.fr/la-saison/autour-des-spectacles/p_evenement-76/sp-74/.

Sony Congo ou la chouette petite vie bien osée de Sony Labou Tansi

texte Bernard Magnier, mise en scène Hassane Kassi Kouyaté
avec Marcel Mankita, Criss Niangouna

Le Tarmac, La scène internationale francophone
du 11 au 14 février 2015 mercredi, vendredi à 20h, jeudi à 14h30 & 20h, samedi à 16h
Avec ses pièces enfiévrées, d’abord créées à Brazzaville par sa troupe, le Rocado Zulu Théâtre, ensuite livrées sur les scènes de Paris, Bruxelles ou New York, en passant par les capitales africaines, avec sa langue subversive et attentive aux injustices, avec ses romans iconoclastes, Sony Labou Tansi est l’une des voix majeures du continent africain.
Ce spectacle souhaite rendre compte de la destinée de ce créateur météore né en 1947 et décédé en 1995.
Deux comédiens. L’un sera Sony Labou Tansi et portera sa parole. L’autre, un lecteur, passeur, qui feuillettera l’œuvre de l’écrivain, relatera sa destinée, retracera son itinéraire de création, son attachement à la terre africaine, son ancrage au Congo et sa volonté de s’adresser au monde. Tous deux devenant les interprètes de quelques brefs passages de ses pièces.
Dans la mise en scène d’Hassane Kassi Kouyaté, extraits de l’œuvre, musique, documents sonores et vidéos se mêleront pour donner à entendre un talent immense d’une urgente actualité. Sony Congo ou la destinée singulière d’un créateur.
jeudi 12 février, à l’issue de la représentation du soir, rencontre En Écho animée par Valérie Baran, avec Bernard Magnier & Hassane Kassi Kouyaté

lumière Cyril Mulon   vidéo Florian Berutti   décor Mahamoudou Papa Kouyaté   costumes Anuncia Blas
Production Compagnie Deux Temps Trois Mouvements / Coproduction Le TARMAC – La scène internationale francophone, ARTMATAN (Association réunissant tout le milieu d’art plastique à Toussiana et les artisans novateurs), EPCC Atrium Martinique

Plus d’infos, réservation de places : http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-sony-congo-ou-la-chouette-petite-vie-bien-osee-de-sony-labou-tansi/spectacle-74/.

Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila

Tram 83

Après avoir publié de la poésie, du théâtre et des nouvelles (voir infra), Fiston Mwanza Mujila signe là un premier roman époustouflant, en lice pour le Prix du Monde.

http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/08/21/rentree-litteraire-les-9-romans-en-lice-pour-le-prix-du-monde_4474196_3260.html#xtor=AL-32280270

Présentation de l’éditeur (Métailié) :

Tous les soirs au Tram 83 on voit débouler les étudiants en grève et les creuseurs en mal de sexe, les canetons aguicheurs, les touristes de première classe et les aides-serveuses, les biscottes et les demoiselles d’Avignon, la diva des chemins de fer et Mortel Combat, bref, toute la Ville-Pays prête à en découdre sur des musiques inouïes, réunie là dans l’espoir de voir le monde comme il va et comme il pourrait dégénérer. Lucien, tout juste débarqué de l’Arrière-Pays pour échapper aux diverses polices politiques, s’accroche à son stylo au milieu du tumulte et se retrouve sans s’en rendre compte coincé dans une mine de diamants, en garde à vue, ou dans le lit d’une fille aux seins-grosses-tomates. Il émeut ces dames ! Pendant ce temps, Requiem, magouilleur en diable, ex-pote du susnommé, et Malingeau, éditeur et amateur de chair fraîche, se disputent allègrement les foules. Car dans la Ville-Pays, n’en déplaise au ridicule Général dissident, il n’y a qu’une chose qui compte : régner sur le Tram 83 et s’attirer les bonnes grâces de ce peuple turbulent et menteur, toujours au bord de l’émeute. Premier roman éminemment poétique et nerveux, Tram 83 est une incroyable plongée dans la langue et l’énergie d’un pays réinventé, un raz-de-marée halluciné et drôle où dans chaque phrase cogne une féroce envie de vivre. Bienvenue ailleurs.

A lire, cet entretien avec Valérie Marin La Meslée pour Le Point Afrique :

http://www.lepoint.fr/afrique/culture/fiston-mwanza-mujila-je-ne-nierai-pas-la-difficulte-de-vivre-comme-ecrivain-dans-tous-les-pays-ou-la-bouffe-releve-encore-du-miracle-21-08-2014-1855574_2032.php

Autres textes de Fiston Mwanza Mujila

“Les Funérailles d’Ignace d’Antrian” (nouvelle), Centre-Wallonie Bruxelles de Kinshasa et les Archives et Musée de la Littérature à Bruxelles (Concours d’Entre les bras du Fleuve Congo), 2002.

“Un corps vide” (nouvelle), Chroniques du Katanga, dir. Dominique Ranaivoson, Saint-Maur-des-Fossés, Editions Sépia/La Halle de L’Etoile Lubumbashi, 2007.

Poèmes et rêvasseries de Poèmes de l’aube contractée, reconvertie et perpétrée dans l’arène des sépultures maudites… (initialement Prière aux dieux), Barcelone (Espagne), Linkgua Ediciones, 2009.

Nach dem Sturm, Graz (Autriche), Leykam Verlag, 2010 (poésie).

Craquelures, Maison de la poésie d’Amay (Belgique), L’Arbre à paroles, coll. “Poésie ouverte sur le monde”, 2011 (poésie).

Der Fluss im Bauch/ Le Fleuve dans le ventre,  Ottensheim (Autriche), Edition Thanhäuser, 2013 (poésie).

Congo Eza, photographes de RDC, ouvrage collectif (25 photographes, 4 écrivains), Bruxelles, Africalia Editions / Roularta Books, 2008.

Textes inédits

La Nuit (nouvelle)
Dehors (nouvelle)
Et les moustiques sont des fruits à pépins… (théâtre). Lecture au Festival d’Avignon le 13 juillet 2013.
Te voir dresser sur tes deux pattes ne fait que mettre de l’huile au feu… (théâtre). Lecture à la Journée de Lyon des auteurs de théâtre, le 26 novembre 2009.

Moziki littéraire
En septembre 2011, Marie-Louise Bibish Mumbu, Fiston Nasser et Papy Mbwiti se sont donné un rendez-vous, pour écrire au même moment, quelque soit le lieu où ils se trouvent, sur un même thème. Le premier thème, en septembre 2011, était La Peur.
Leurs textes ont été publiés dans la revue Africultures : « Moziki littéraire : un pont relie Limoges, Graz, Montréal ».

Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite

Référence bibliographique : INTERCULTUREL FRANCOPHONIES, n° 25, juin-juillet 2014: Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite, Alliance Française de Lecce, 2014. EAN13 : 9788895343181.

Le n° 25, juin-juillet 2014, de la revue semestrielle sur les cultures et littératures nationales d’expression française Interculturel Francophonies, dirigée par Andrea Calì (Università del Salento, Lecce, Italie), vient de sortir. Cette livraison, coordonnée par Frédéric Mambenga (Université de Librebille, Gabon) est consacrée à Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite.

Présentation

Situer l’œuvre d’Alain Mabanckou dans le champ littéraire africain et francophone n’est pas une entreprise facile. Car, elle est marquée par la polymorphie, c’est-à-dire à la fois la pluralité des genres et des postures qui s’invitent sur la scène de son imaginaire et l’esthétique transculturelle qui remet sans cesse en question l’authenticité culturelle et raciale  comme fondements définitoires de l’écrivain négro-africain. Mais en même temps, Mabanckou n’a pas totalement renoncé à ses racines africaines, à cette nostalgie inconsolée du pays natal, à travers la figure maternelle qui constitue sa véritable source d’inspiration.

Dans le champ littéraire francophone, l’œuvre de Mabanckou est au cœur des principales problématiques esthétiques et thématiques, car elle se caractérise par le déracinement, l’entre‑deux culturel, l’incertitude identitaire et l’hybridation de l’écriture La posture de Mabanckou a toujours été celle d’un iconoclaste qui brise les certitudes établies, en proposant des pistes d’un cosmopolitisme littéraire qui rendent obsolètes les nationalismes culturels. Pour Mabanckou, l’expression de l’identité francophone   nécessite  un dépassement des frontières géographiques, politiques, culturelles et institutionnelles  pour une francophonie qui serait de fait une francophonie  totale intégrant même la littérature française.

Sommaire

 

Introduction

11    Frédéric Mambenga,  Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite

L’inscription autobiographique

19    Virginie Brinker, L’inspiration autobiographique comme matrice poétique dans quelques ouvrages d’Alain Mabanckou

37    Jelena Antic, Les rapports mère-fils dans le roman d’Alain Mabanckou Demain j’aurai vingt ans

55    Katerina Spiropoulou, La mémoire de l’enfance chez Mabanckou et Maximin: étude comparée de Demain j’aurai vingt ans et Tu, c’est l’enfance

Poétique romanesque

 

79    Magali Renouf, Alain Mabanckou: reconstruire pas le détournement et la déconstruction

91    Marthe Bogat Oyane, Alain Mabanckou, ses pères et ses pairs

107   Claudine Gaetzi, Verre cassé: les échos d’un texte brisé

125   Alain Serge Agnessan, Alain Mabanckou, un écrivain paralittéraire (?)

145   Guilioh Vokeng – Romuald Nkouda, Verre cassé d’Alain Mabanckou ou des livres dans un livre: de la pratique intertextuelle aux échanges interculturels

165   Marcel Nouago Njeukam, La mise en forme du drame de l’immigré clandestin dans le roman francophone de la migritude: le cas de Bleu Blanc Rouge d’Alain Mabanckou

Paysages thématiques

185   Bernard Mouralis, Distance critique et fraternité dans Lettre à Jimmy d’Alain Mabanckou

203   Serge Ondo Ella, Romans de la « migritude » et imaginaire traditionnel africain: cas de Mémoires de porc-épic d’Alain Mabanckou

223   Canissius Allogho Mantwani, Alain Mabanckou: la mémoire et l’histoire. Plaidoyer pour une herméneutique de la conscience historique

243   Buata B. Malela, Ce que la musique populaire fait au roman contemporain: Black Bazar d’Alain Mabanckou

267   Frédéric Mambenga, Errance et Espérance dans la poésie d’Alain Mabanckou: un poète lyrique en face du tragique négro-africain

283   Andrea Calì, L’écriture de la guerre chez Alain Mabanckou et Emmanuel Dongala

305   Médard K. Bouazi, Violence sociale, fureur urbaine: la mise en scène du désespoir chez Alain Mabanckou

317   Jaouad Serghini, Mabanckou, l’intellectuel africain interverti

331   Fiches bio-bibliographiques des collaborateurs

339   Les numéros d’Interculturel Francophonies

Responsable : ANDREA CALI
Url de référence :
http://alliancefrlecce.xoom.it