Archives par mot-clé : Diaspora

AAC : Congrès 2017 de l’APELA, Universidad de Alcalá

CONGRÈS INTERNATIONAL 2017 de l’APELA

en collaboration avec le Congrès d’Études Hispano-africaines du Laboratoire de recherche « Imaginaires culturels et littéraires d’Afrique et de la Diaspora » de l’Université d’Alcalá.

15965433_10211549963127335_7129679429592977669_n
Dates : du mardi 12 au vendredi 15 septembre 2017
Lieu : Universidad de Alcalá, Alcalá de Henares, Madrid, Espagne

APPEL À COMMUNICATIONS
IMAGES ET USAGES DU PEUPLE DANS LES LITTÉRATURES D’AFRIQUE ET DE LA DIASPORA

CALENDRIER
Date limite pour la soumission des propositions : 31 août 2016
Notification d’acceptation : au plus tard le 31 octobre 2016
Date limite de préinscription : 31 janvier 2017
Date limite d’inscription : 31 mars 2017
Colloque : mardi 12 – vendredi 15 septembre 2017

(voir des informations complémentaires à la fin de ce billet, et les informations pratiques sur le site de l’APELA : http://www.apela.fr/les-activites/actualites/)

Apela2017-Alcalafrancais

Apela2017-AlcalaEspañol

Le « peuple » désigne, généralement, des couches sociales démunies aux contours indéfinis, aux identités mouvantes et corvéables à merci. Mot polysémique et polyvalent, « le peuple » est aussi perçu, entre autres dénominations, comme synonyme de populace, foule, masse anonyme, bas peuple, petit peuple, gens du peuple, ceux d’en-bas, basses classes et classes laborieuses. Dans les pratiques sociales comme dans les usages linguistiques, est dit « populaire » ce qui s’exclut du modèle élevé, à l’instar du parler non conventionnel rebelle au niveau de langue courant ou soutenu. Souvent associé aux marginaux, aux déclassés, aux laissés-pour-compte, le « peuple » est un sujet récurrent de l’histoire littéraire universelle, tout comme de la création littéraire et artistique d’Afrique et de la diaspora, de la période coloniale à nos jours. Dans toutes ces littératures, le peuple apparaît irréversiblement comme groupe subalterne et « communauté imaginée ». Hanté par un permanent désir d’émancipation, le peuple affronte dans un premier temps les colonisateurs, puis les élites, les classes dirigeantes, ou encore, les notables issus de la situation postcoloniale.

Continuer la lecture de AAC : Congrès 2017 de l’APELA, Universidad de Alcalá

AAC : Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues

Journée d’études de l’APELA 2016

Afrique-Brésil : haffiche JE Afrique-Brésil 12(3)istoires connectées, nouveaux dialogues. Littérature, cinéma, musique, histoire    Université de Paris Sorbonne – UFR d’études Ibériques et Latino-américaines / CRIMIC EA 2561 / APELA

vendredi 7 octobre 2016

Appel à communications

Axes proposés pour les communications :

  1. Identités, résistances, émancipation : de quelle manière l’Afrique et le Brésil fonctionnent-ils comme des horizons de pensée pour les œuvres artistiques africaines et brésiliennes concernant les questions de genre, classe, race ?
  2. Espaces et cultures, entrelacements et conflits : de quelle manière la littérature, la musique, le cinéma proposent-ils des représentations de l’espace, des villes et/ou de la campagne, et des cultures brésiliennes et africaines entre les deux côtés de l’Atlantique ?
  3. Mass media, web et réception : quels sont enjeux dans les pays africains en ce qui concerne la réception des « novelas » (feuilletons) brésiliennes ; la télévision et les relations triangulaires entre les pays d’Afrique, l’Europe, le Brésil ; les réseaux sociaux et ces mêmes circulations.
  4. Circulations transatlantiques de la littérature et du cinéma : représentations mutuelles, utopies et dystopies, correspondance entre artistes, voyages, carnets de notes ou documentaires, circulation de revues, etc.
  5. Mémoires et empire colonial : de quelle manière la littérature, le cinéma et la musique traduisent-ils les relations entre l’Afrique et le Brésil à partir de la persistance de la question coloniale dans les sociétés contemporaines respectives ?

Organisateur(s) : CRIMIC AE 2561/APELA

Comité scientifique : BASTO, Maria-Benedita, CARVALHO, Noel, DA SILVA, Alberto, DE MELLO e SOUSA, Laura, GARNIER, Xavier, JURADO, David, KIA HENDA, Kiluanji, MACEDO, Tânia, MATTA, Inocência.

Calendrier :

  • date limite pour la soumission des propositions : 30 mai 2016
  • Confirmation des propositions acceptées : 18 juin 2016
  • Les propositions de communication, indiquant l’axe choisi, sont à envoyer à : afriquebresil@gmail.com en précisant : Nom, prénom, affiliation institutionnelle, adresse électronique, titre de la communication, résumé de 300 mots et une biobibliographie synthétique.
  • Langues : français, anglais, portugais (avec Power Point en français)

 Invitations confirmées :

  • Jean-Marc MOURA, Université Paris Lumières
  • Noel CARVALHO, Université UNICAMP, São Paulo-Campinas, Brésil

Lire l’argumentaire ci-après ou le télécharger en pdf : JE Afrique-Brésil 2016 APELA Paris Sorbonne CRIMIC

Argumentaire

Cette journée d’études s’insère dans le champ de recherche très actuel qui essaie de saisir les différentes manifestations culturelles à travers lesquelles sont à l’œuvre les relations historiques tissées entre l’Afrique[1] et le continent latino-américain et plus précisément le Brésil. En ce sens, elle est aussi concernée par des approches transnationales comme angle d’analyse des dynamiques du monde contemporain. Et dans ce cas précis, par les formes de relation Sud-Sud qui sont au cœur même de notre problématique.

Les relations entre l’Afrique et le Brésil attirent un intérêt grandissant[2] et ceci dans des domaines très divers comme ceux de la géopolitique, de la diplomatie, de l’économie, des sciences sociales et humaines, des manifestations artistiques[3]. La littérature, le cinéma, la musique, la danse, traduisent la circulation des femmes et des hommes, des idées et des biens entre les deux côtés de l’océan Atlantique. Le fait d’avoir été une ancienne colonie portugaise a mis le Brésil dans une relation très étroite avec les ex-colonies portugaises africaines, l’Angola, surtout, mais aussi le Cap-Vert, le Mozambique, la Guinée-Bissau, Sao Tome et Principe. Mais trois siècles de traite négrière ont soudé l’histoire du Brésil à beaucoup d’autres territoires – le Nigeria, le Congo, le Benin, le Ghana, entre autres -, imprégnant le Brésil de forts traits culturels et sociologiques qui se traduisent aujourd’hui par une importante culture afro-brésilienne. De la Capoeira au Candomblé, du Carnaval à la Samba (de roda), en passant par les Quilombos, de la littérature au cinéma, en passant par le modernisme brésilien, cette culture façonne l’identité brésilienne et ses mémoires, son présent et son avenir.

Continuer la lecture de AAC : Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues

Des littératures nationales à la littérature-monde en français

Des littératures nationales à la littérature-monde en français : Questionnements, positionnements, enjeux et perspectives

Workshop international à l’ Université de la Sarre, 30 mars 2016

1. Ouverture du workshop

09h00 – 9h15 Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre) : Mot de Bienvenue

09h15-9h40 Sylvère Mbondobari (Université Omar Bongo / Université de la Sarre) : Introduction : Les lieux de la littérature.

2. Questionnements et positionnements

Président de séance : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre)

09h40 – 10h05 Bernard Mouralis (Université Cergy-Pontoise) : La ‘littérature-monde’ en français : réflexion sur la généalogie d’un concept et la pertinence d’une assignation territoriale à la littérature africaine francophone.

10h05 – 10h30 Pierre Halen (Université de la Lorraine) : Champ et système littéraire, autonomie et antinomie : des concepts pour l’étude des littératures francophones ?

Discussion : 10h30-10h55

Continuer la lecture de Des littératures nationales à la littérature-monde en français

AAC : Dialogues entre l’Afrique et la diaspora africaine dans les langues, les littératures et le cinéma

Dialogues entre l’Afrique et la diaspora africaine dans les langues, les littératures et le cinéma

76ème Congrès Annuel du College Language Association (CLA) 6-9 Avril 2016, Houston, Texas (USA)

Propositions de communication (en français, anglais ou espagnol) à envoyer à: Clément A. Akassi, Department of World Languages and Cultures, Howard University (animanclement@yahoo.fr)

Date limite d’envoi: 3 Novembre 2015

Pour les axes thématiques, voir le lien du Congrès et du CLA: www.clascholars.org

CFP: Word, Image, and Power in Africa and the African Diaspora

Conference

Word, Image, and Power in Africa and the African Diaspora

Organized jointly by the College of New Rochelle, New Rochelle, NY and Manhattanville College, Purchase, NY

April 1 & 2, 2016

In his 2003 essay “How to Write about Africa,” Binyavanga Wainaina parodies the representation of Africa that has pervaded the literary and cinematic production of Westerners reacting to Africa. These words and images are holdovers from a colonial perspective that saw the continent and its people as the embodiment of the “heart of darkness” (Conrad). These views posit the entire continent as forever lagging behind and, in the words of Wainaina, always seem to focus on the following figures: “the Starving African, who wanders the refugee camp nearly naked, and waits for the benevolence of the West. Her children have flies on their eyelids and pot bellies, and her breasts are flat and empty.” Increasingly, these imaginings veil and distort the realities of a continent that is constantly in flux and in the process of numerous changes.

African writers and artists, in their attempt to change this static vision, have set about re-writing Western views of Africa. They deal with issues like political oppression, the student protests in Senegal and Burkina Faso and the Arab spring, to name but a few of the upheavals that the continent has recently experienced. They also define Africa and Africans within the world in terms of Taiye Selasi’s coinage of the term “Afropolitan”, which aims at capturing the experiences of diasporic subjects. Africa, as a continent experiencing steady economic growth and the rise of a middle class, demands new perspectives.

This two-day conference will take place on Friday, April 1st at the College of New Rochelle and Saturday, April 2, 2016 at Manhattanville College. We invite papers on this emerging vision of Africa and re-writing of Western views of Africa and the African diaspora.  Abstracts of 250 words should be sent to Professor Nahed Noureddine at nnoureddine@cnr.edu no later than December 1, 2015.

Languages of the Conference: English and French.

Continuer la lecture de CFP: Word, Image, and Power in Africa and the African Diaspora

AAC : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

11ème Conférence de la Société Internationale pour les Littératures Orales d’Afrique (ISOLA)
Université de Floride, Gainesville, Etats Unis, 25-28 Mai 2016

Thème : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

Appel à contributions

LA DATE LIMITE de réception des communications est le 15 décembre 2015. Les propositions acceptées seront communiquées aux auteurs entre fin novembre 2015 et le 31 décembre 2015, au plus tard. Pour de plus amples informations – frais d’inscription, adhésion, transport, hébergement, et toutes autres mises à jour – prière de visiter notre site web : www.africaisola.org. En accord avec le règlement de ISOLA, tous les auteurs de communications devront payer les frais d’adhésion à l’organisation pour l’année de la conférence. Les frais d’adhésion sont distincts des frais de participation à la conférence.

Site web : www.africaisola.org

Pour sa 11ème conférence biennale qui se tiendra à l’Université de Floride dans la ville de Gainesville, aux Etats Unis, la Société Internationale pour les Littératures Orales d’Afrique (ISOLA) lance cet appel à contributions pour des articles et des panels portant sur le thème « Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora. »
Pour cette conférence, nous considérons la mémoire comme un acte créatif de recouvrement. Sans la faculté de se souvenir, nous ne serions pas capables d’apprendre, de produire, ou de nous perpétuer socialement. Quand nous nous souvenons d’un événement, nous ne nous en souvenons pas dans les conditions exactes dans lesquelles cet événement s’est produit. Dès lors, la mémoire humaine n’est pas un appareil d’enregistrement qui codifie et reproduit exactement nos
expériences passées. Le contenu de la mémoire humaine est en constante évolution. Le souvenir est une dynamique inventive. Les travaux des spécialistes en psychologie cognitive confirment le
fait que l’action de se souvenir du passé est dynamique ; c’est un processus en mutation, qui dépend aussi bien des notions du futur que des images du passé. Il est évident que nous nous souvenons d’un certain événement individuellement. Cela signifie que deux individus peuvent ne pas partager des souvenirs identiques d’une situation à laquelle ils ont tous deux participé.

Continuer la lecture de AAC : Mémoire et souvenir en Afrique et dans la diaspora

The Africa Conference 2016: Creativity, Culture and Identity in Africa and the African Diaspora

Discussion published by Abimbola Adelakun on Friday, August 7, 2015

Your network editor has reposted this from H-Announce. The byline reflects the original authorship.

Type:
Call for Papers
Date:
March 24, 2016 to March 27, 2016
Subject Fields:
Social Sciences

Creativity, Culture and Identity in Africa and the African Diaspora

Africa Conference 2016

University of Texas, Austin

March 24-27, 2016

Closely allied to the idea of genius, the discourse of creativity has privileged the individual subject whose Promethean determination, originality, and passion bring into being art, innovation, and excellence.  This humanist understanding of creativity still has considerable currency in disciplines such as literature and the arts, psychology, mathematics and the sciences.  Related accounts of creativity and the imagination have emerged in numerous other areas, including business, popular psychology, the social sciences, and engineering and technology.  The discourse of creativity that surfaces within multiple fields reveals that the notion of the individual creator is not simply widespread, but omnipresent; indeed, it is a fundamental ideology of Western culture.

Challenging the individualist and depoliticized ideology of creativity, the conference calls for papers that present alternative accounts of the social and political dimensions of creativity as they relate to invention, technology, work, artistic and cultural production, the body, desire, pedagogy and social change. The conference aims to reach a multidisciplinary academic audience; artists and grassroots activists; the political, journalistic, and information technology communities, and interested members of the general public.  The conference promises to create a provocative space for comparative critical dialogue between scholars and dancers, actors and writers, songwriters and singers. The conference invites papers on all aspects of creativity, identity and culture from the artistic to the scientific, to business and the humanistic. Scholars in all disciplines are invited to propose papers on various aspects, including but not limited to any of the following:

  • Creativity, identity and culture profile: What is novel and original among Africans and Black people generally?
  • Value added to progress: development ideas, new thinking
  • Globalized modernity and its consequences on cultural performances, rhetoric and other forms of expressions.
  • The creative process in Africa and the African Diaspora
  • Creative thought processes
  • Creativity and the everyday
  • Creativity, religion and the performance of rituals
  • Gender, imagination, and creative space
  • Histories of creativity and inventions.
  • The politics of creativity: creativity and resistance, anti-colonial genres, creativity and apartheid, creativity and democratic movements.
  • Nollywood: (production, text, marketing, impact, etc.)
  • Technology, Information, Innovation.
  • The business of creativity; creativity as business
  • “Beyond Art” and an exploration of the current range of artistic and cultural practices, especially in the wake of the drastic shifts in critical paradigms associated with women’s studies, multiculturalism, cultural studies, and queer studies.
  • Social movements: developments in new social movements and their creative strategies for political organizing, protest, and autonomy; how activists and communities had been imagining and enacting their political aspirations and organizing.
  • Ethical issues in creativity: The questions of technological innovations, and stunning improvements in our knowledge of and mastery over the natural world vs. global environmental destruction
  • Creativity and performance
  • The expanding body: widespread experimentation and new theorizations with regard to the body and its relation to subjectivity. Papers can theorize the creative interfacings between the body, mind, and spirit, as well as the outside world.
  • The pedagogy of creativity: the strategies, agents and locations that have sought to transcend the hierarchies and limits of traditional pedagogy.

We expect papers that inform new ways of thinking while engaging critical perspectives. Selected papers will be published in book form. Joint panels are welcome. For this year, we welcome presentations that seek to demonstrate theoretical paradigms through the medium of performance. Graduate students are especially encouraged to attend, present papers and interact with senior scholars to build their own growth process as scholars. This conference encourages interaction between scholars across disciplines, locations and special interests. Ample time will be provided for interactivity between participants.

The deadline for submitting paper proposals is November 30, 2015. Proposals should include a 250-word abstract and title, as well as the author’s name, address, telephone number, email address, and institutional affiliation.

Please submit all abstracts to africaconference2016@gmail.com

A mandatory non-refundable registration fee of $150 for scholars and $100 for graduate students must be paid immediately upon the acceptance of the abstract. This conference fee includes admission to the panels, workshops, and special events, as well as transportation to and from the conference from the hotel, breakfast for three days, dinner on Friday night, lunch on Saturday, and a banquet on Saturday evening. All participants must raise the funding to attend the conference, including registration fee, transportation and accommodation. The conference does not provide any form of sponsorship or financial support. The University of Texas at Austin does not provide participants with any form of funding support, travel expenses, or boarding expenses.

Convened by: Professor Toyin Falola, toyinfalola@austin.utexas.edu

Coordinated by: Abimbola Adelakun & Daniel Jean-Jacques, africaconference2016@gmail.com