Archives par mot-clé : Histoire

AAC : Amadou Hampâté Bâ. Philosophe de la tolérance et de l’altérité

Amadou Hampâté Bâ. Philosophe de la tolérance et de l’altérité : l’œuvre à l’épreuve du contemporain

(ENS Abidjan)

Colloque pluridisciplinaire

Abidjan, les 13 et 14 mai 2016,

à l’occasion du 25e anniversaire de la disparition d’Amadou Hampâté Bâ.

Date-limite d’envoi des propositions : 31 décembre 2015.

L’œuvre d’Amadou Hampâté Bâ  est continûment traversée par l’idée de fraternité qui s’y traduit à l’aune de la tolérance et de l’altérité d’un autrui qui est toujours à comprendre, à écouter voire à saisir pour être en harmonie avec lui.  C’est-à-dire à con-naître. Et donc à ne pas dire par celui qui le perçoit et l’appréhende. L’herméneutique proposée par l’auteur et qui s’en dégage, est, ici, une herméneutique fondée sur un autrui qui n’est jamais appréhendé ni à appréhender en tant qu’objet par la personne tiers qui vient à son contact ; autrui (anthropomorphe ou non, culture, civilisation, objet…) est, tout au contraire, sujet en propre, sujet, sujet de sa vérité, de la vérité de lui-même et n’a pas à être dit par un autre que lui-même en conséquence : c’est lui le sujet que l’autre écoute en fait. Disons, d’un mot qu’il est sujet de parole et non pas objet de parole.  Il s’agit donc en fait d’un discours qui se construit sur le mode d’un cheminement vers cet autre que moi qui l’écoute et qui l’observe en quelque sorte. C’est un véritable parcours de connaissance que cette œuvre a ainsi tracé et laissé à notre mémoire collective comme un traité de philosophie de l’altérité qui débouche nécessairement sur un principe de tolérance sans contrainte. Cette dernière porte l’œuvre et se situe, en arrière-plan, telle une ombre (justement) portée sur ce support qui transporte son information : ce spectre d’amour, de fraternité et de tolérance est donc la condition de l’œuvre. […]

Axes de lecture envisagés :

  • Les images éclatées de la tolérance
  • Les configurations de l’ouverture et de l’altérité
  • Les figures de la rencontre
  • La poétique de la connaissance…
  • Lecteur aveugle vs lecteur initié

Consulter la suite de l’argumentaire, d’autres informations et le formulaire de soumission des propositions sur le site de Fabula.

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Historic figures and collective memory/ies

De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial

The use of heroes in colonial and postcolonial contexts

Cette journée d’études doctorales s’intéresse à la représentation des figures historiques dans les Antilles, dans les Afriques et en Asie, dans une perspective transdisciplinaire à l’articulation de la littérature, de l’histoire et de l’anthropologie. L’objectif est de cerner les différents usages du passé dans la mise en récit, et de décrire comment la narration structure les discours mémoriels et participe de la construction identitaire et nationale.

Vendredi 25 septembre 2015, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 870 – Université Paris 7 Denis Diderot – 8 Place Paul Ricoeur
Paris, France (75013)

Programme

9h-9h30. Accueil des participants et présentation de la journée (Florent Piton et Elara Bertho)

9h30-11h. Pères de la patrie et héros nationaux

  • Hoang Thi Hong Ha (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris Ouest) : Le culte du héros Tran Hung Dao et le rôle du héros dans la société vietnamienne
  • Milunda Kombila (Ecritures, Université de Lorraine) : Figures historiques et mémoire collective : le cas de Barthélémy Boganda
  • Otata Hance Wilfried (Ecritures, Université de Lorraine) : Les figures historiques dans la fiction contemporaine camerounaise : le cas de Ruben Um Nyobè dans Remember Ruben de Mongo Beti

11h-11h15 : pause

11h15-12h15. L’Emir Abdelkader : une figure historique et ses mémoires plurielles

  • Laure Demougin (Université Paul Valéry Montpellier 3, Université de Laval) : La figure héroïque d’Abd-el-Kader, entre la presse coloniale du dix-neuvième siècle et La Dernière nuit de l’émir d’Abdelkader Djemaï
  • Kaoutar Harchi (CERLIS, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : Figurations littéraires de l’héroïsme national en situation coloniale et post-coloniale. L’Emir Abdelkader dans l’oeuvre littéraire de Kateb Yacine

12h15-14h : déjeuner

14h-15h30. Des mémoires nationales aux mémoires transnationales

  • Lorenzo Mari (Thalim, LabEx TransferS) : Entre “mullah fous” et mullah faux. Représentations de Sayyid Maxamed Cabdille Xasan après la décolonisation de la Somalie
  • Marine Cellier (CIELAM, Université Aix-Marseille) : Un Marron pour ancêtre. Makandal, figure de la résistance noire et héros caribéen : l’exemple de Las metamorfosis de Makandal, de Manuel Rueda
  • Fernanda Vilar (Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées, Université Paris Ouest) : La reine Ginga, ou comment les Africains ont aussi construit le monde

15h30-15h45 : pause

15h45-16h45. Mémoires visuelles : les héros en image(s)

  • Armelle Chandelier (CESSMA, Inalco) : La représentation de Mao Zedong dans l’art contemporain chinois ou le symptôme d’un malaise national
  • Mathias De Groof (University of Antwerp) : Raoul Peck et l’iconographie de Lumumba

16h45-17h30. Clôture de la journée

Continuer la lecture de Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Vénuste Kayimahe, La Chanson de l’aube. Par Catherine Mazauric

KAYIMAHE Vénuste, La Chanson de l’aube. Toulouse, Izuba éditions, 2014, 469 p.

EAN : 979-10-93440-06-4.

http://www.appuirwanda.org/047-la-chanson-de-l-aube-venuste.html

Dans l’épaisseur du temps, l’arête du génocide

On le sait, et il n’y a d’ailleurs là rien qui puisse surprendre, la littérature du génocide des Tutsis au Rwanda a, dans un premier temps, été le fait de tiers. En 2000, l’opération « Rwanda : Écrire par devoir de mémoire » donnait lieu à la parution de livres pour lesquels se posait, souvent, la question du genre à adopter, de la posture à assumer. Aussi, qu’ils aient choisi la fiction, le roman, comme Tierno Monénembo (L’Aîné des orphelins), Monique Ilboudo (Murekatete) ou encore Boubacar Boris Diop (Murambi, le livre des ossements, réédité depuis aux éd. Zulma), ou qu’à l’instar de Véronique Tadjo (L’Ombre d’Imana, Voyage jusqu’au bout du Rwanda) ou d’Abdourahman A. Waberi (Moisson de crânes) ils aient opté pour un genre hybride, ces écrivains venus d’ailleurs en Afrique ont inscrit dans leur texte, effet de leur position tierce, sa propre problématisation. De son côté, Koulsy Lamko avait recours à la puissance de la fable en déléguant le récit de l’insoutenable à un papillon nocturne, émanation d’une âme suppliciée (La Phalène des collines).

On a lu ensuite les récits fictionnels d’auteurs rwandais (Scholastique Mukasonga, Benjamin Sehene) qui ont, comme le rappelle Virginie Brinker, vécu à distance le génocide, à travers l’exil. Quant à Vénuste Kayimahe, il est un rescapé. Le génocide lui a fait écrire deux ouvrages : le premier est un témoignage autobiographique accompagné d’un acte d’accusation pointant la responsabilité de la France dans l’engrenage génocidaire (France-Rwanda : les coulisses du génocide. Témoignage d’un rescapé, Paris, Dagorno, 2002), le second un épais et beau roman, La Chanson de l’aube, publié à Toulouse par les éditions Izuba en 2014, au moment de la vingtième commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda. Bien que réinstallé dans son pays, Vénuste Kayimahe a écrit chacun de ces livres, en partie au moins, en position d’exil : le premier en Allemagne, le second lors d’une résidence d’écriture au Mexique, auprès de la Casa R. Hankili Africa dirigée par Koulsy Lamko.

Continuer la lecture de Vénuste Kayimahe, La Chanson de l’aube. Par Catherine Mazauric

AAP : Figures historiques et mémoire(s) collective(s). De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial

Appel journées d’études doctorales

Le 25 septembre 2015 à Paris Diderot

Date-limite d’envoi des propositions : 30 mai 2015

Cette journée d’études doctorales s’intéresse à la représentation des figures historiques dans les Antilles, dans les Afriques et en Asie, dans une perspective transdisciplinaire à l’articulation de la littérature, de l’histoire et de l’anthropologie. L’objectif est de cerner les différents usages du passé dans la mise en récit, et de décrire comment la narration structure les discours mémoriels et participe de la construction identitaire et nationale.

Dans les romans, dans les chants, à la radio, au cinéma, ou même dans les séries télévisées ou sur internet, les figures héroïques constituent un thème privilégié des productions culturelles du contemporain. Dans quel régime d’historicité ces œuvres et ces récits s’inscrivent-ils ? De quels imaginaires collectifs sont-ils le reflet, et en retour, comment ces textes au sens large structurent-ils les représentations du passé ?

Cette journée d’études doctorales s’inscrit donc dans une perspective résolument transdisciplinaire (histoire, histoire de l’art, littérature, anthropologie…), et vise à éclairer l’articulation entre le récit historique et la construction identitaire. Prenant acte qu’il n’est de communautés qu’« imaginées » (Benedict Anderson), il s’agira d’analyser la part de rhétorique inhérente à ces imaginaires. Dès lors, l’enjeu est de démêler les relations qui se tissent entre mise en fiction, mémoire historique et représentations collectives. La question n’est pas de jauger le degré de véridicité de ces récits, mais plutôt de souligner l’efficacité pragmatique de leur pouvoir performatif ainsi que leur réinvestissement symbolique.

Nous nous intéresserons à des figures issues de sociétés coloniales et postcoloniales (Antilles, Afriques, Asie). Par figures, nous entendons les « héros nationaux », grands ancêtres ou pères de la nation, qu’il s’agisse par exemple de conquérants ou d’empereurs précoloniaux, de résistants à la colonisation, d’acteurs des indépendances, ou des « hommes – et des femmes – illustres » des sociétés postcoloniales. Les producteurs de cette mémoire en action sont pour le moins divers, depuis les hommes politiques et les leaders d’opinion, jusqu’aux acteurs subalternes, en passant par les artistes, les détenteurs des savoirs locaux, et les intellectuels. Dès lors, les discours eux-mêmes appartiennent à divers registres, tantôt officiels, tantôt informels, et font l’objet de différents usages et modes d’appropriation qui transcendent les catégories binaires de « populaire » et d’« élite ». Seront particulièrement appréciées les communications portant sur une figure particulière, ou sur un « panthéon mémoriel » dans un pays ou une région donnée. Les communications plus transversales ou théoriques, portant sur le lien entre la construction des discours historiques et les usages du passé, seront également examinées.

Les propositions de communication (500 mots) devront être envoyées au format .pdf avant le 30 mai 2015 aux adresses suivantes : elara.bertho@gmail.com et florentpiton1@gmail.com.  Un avis d’acceptation sera envoyé avant le 30 juin 2015. Les communicants sélectionnés sont invités à se renseigner auprès de leurs institutions de rattachement pour une prise en charge financière.

La journée d’études se tiendra le 25 septembre 2015 de 14h00 à 17h00 à l’université Paris Diderot. Les communications n’excéderont pas trente minutes.

Comité d’organisation :

  • Elara Bertho, doctorante en littérature comparée à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (Thalim, UMR 7172)
  • Florent Piton, doctorant en histoire de l’Afrique à l’université Paris 7 – Denis Diderot (CESSMA, UMR 245)

Colloque Retentissements de la guerre (24-25 avril, ULB)

24 et 25 avril 2015, Colloque international Retentissements de la guerre : Les écrivain(e)s des mondes (post)coloniaux face aux conflits mondiaux, Université libre de Bruxelles

Vendredi 24 (Local : K4.601)
9h 
Accueil 
9h30 Allocution inaugurale du directeur du Centre de recherche Philixte (Études philologiques, littéraires et textuelles), Claudio Gigante (ULB)
9h45 Introduction au colloque par les organisateurs
10h-11h Session I : Littérature et films de la Seconde Guerre : revisiter les « classiques » (Présidente : Justine Feyereisen, ULB)
• Abdoulaye Imorou (Université de KwaZulu-Natal, Afrique du Sud), Filmer la Seconde Guerre mondiale en pays libéré et en pays décolonisé : histoire partagée, mémoires nationales 
• Khady Fall Diagne (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), Du fait historique à l’anamnèse mythique dans l’œuvre littéraire et cinématographique francophone : les cas de Senghor, Sembène et Oyono

11h30-12h30 Session II : Du personnage historique à la figure littéraire : reconfigurations (Présidente : Sophie Milquet, ULB) 
• Nathalie Carré (INALCO), Le tirailleur, nègre historique et littéraire ou comment écrire le revers de l’histoire. L’exemple du Nègre Potemkine de Blaise N’Djehoya
• Robert Fotsing (Université de Dschang, Cameroun), Devoir de mémoire et (re)construction narrative du tirailleur sénégalais dans Le Terroriste noir de Tierno Monénembo 
 

14h-16h Séance plénière : Patrice Nganang, Guerre mondiale et création contemporaine (Présidentes : Sabrina Parent, ULB et Nathalie Carré, INALCO) 

Patrice Nganang est à la fois écrivain et professeur de théorie littéraire à Stonybrook University (New York). Son talent d’écrivain se déploie tant en poésie (elobi, Apologie du vandale) que dans les genres narratifs (romans et nouvelles). Au nombre de ses romans, l’on compte : La Promesse des fleurs (1997), Temps de chien (1999), La Joie de vivre (2003), L’Invention du beau regard (2005), et plus récemment, Mont Plaisant (2011) et La Saison des prunes (2013). Temps de chien a, par ailleurs, été distingué par le prix Marguerite Yourcenar aux États-Unis en 2001 et par le Grand prix de la littérature de l’Afrique noire en 2002. En tant qu’universitaire, il étudie les ramifications de la violence, et est particulièrement intéressé par ce qui est communément appelé l’« archive coloniale » (photos, livres, etc.). Il a donné de nombreuses conférences et a publié profusément sur ce sujet ainsi que sur des problématiques liées à la littérature, au théâtre, au cinéma et, plus généralement, à la culture de l’Afrique postcoloniale (Manifeste d’une nouvelle littérature africaine, 2007 ; un essai comparatif entre les œuvres de Wole Soyinka et Bertolt Brecht, publié en allemand en 1998). 

 

Samedi 25 (local : salle Baugniet) 
9h Accueil 
9h30-10h30 Session III : Seconde Guerre mondiale et littératures africaines d’expressions française et arabe (Présidente : Sabrina Parent, ULB) 
• Anthony Mangeon (Université de Strasbourg), La Guerre et ce qui s’ensuivit 
• Xavier Luffin (ULB), La Seconde Guerre mondiale, la guerre de l’Autre ? Sa place dans le roman d’expression arabe érythréen et soudanais

11h-12h Session IV : Tributs antillais aux guerres mondiales (Présidente : Nathalie Carré, INALCO) 
• Sylvie Brodziak (Université de Cergy-Pontoise), Le Bataillon créole ou la Grande guerre comme mise en abyme des violences historiques 
• Tina Harpin (CRTF, Cergy-Pontoise et THALIM, Paris III-Sorbonne), Menteries sur la patrie, violence et exils : la guerre dévoilée comme « folie, aller simple » par les narratrices de Gisèle Pineau dans L’Exil selon Julia et « Paroles de terres en larmes » 
12h-12h30 Conclusions (Sabrina Parent, ULB) 

Comités d’organisation et scientifique 
Sabrina Parent (F.R.S.-FNRS / ULB)
Xavier Luffin (ULB) 
Nathalie Carré (INALCO) 
Anthony Mangeon (Université de Strasbourg) 
Bénédicte Ledent (Université de Liège) 

Entrée libre et gratuite pour tous, grâce aux subsides en provenance de : 
F.R.S.-FNRS
Faculté de Philosophie et Lettres 
Département Langues et Lettres 
Philixte 
Mondes modernes et contemporains 
Rectorat de l’ULB

Continuer la lecture de Colloque Retentissements de la guerre (24-25 avril, ULB)

Un génocide oublié. Par Daniel Delas

par Daniel DELAS

Un génocide oublié

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41j1KvWLveL._SL160_.jpg FONTENAILLE-N’DIAYE Elise, Blue book, récit, Calmann-Lévy, 2015, 212 p.

Blue book, tel est le nom donné au rapport que Thomas O’Reilly, magistrat britannique a rédigé en 1918, à la demande de son gouvernement, sur le génocide des Hereros et des Namas perpétré par les autorités coloniales allemandes de 1904 à 1911. Par crainte du scandale et à la suite de tractations diplomatiques en coulisse, ce rapport fut enterré, voire détruit et son auteur disparut mystérieusement. Elise Fontenaille-N’Diaye, sensibilisée à l’histoire militaire coloniale africaine par le simple fait d’être l’arrière-petite-fille du général Mangin, le créateur de la fameuse « Force noire » qui occupa la Ruhr après la Première Guerre Mondiale, en a retrouvé un exemplaire dans une bibliothèque de Pretoria et produit sur cette base un récit très vivant.

Avant d’en venir au génocide namibien comme précurseur du génocide juif, elle rappelle à juste titre le déchaînement raciste des campagnes de la presse allemande en 1920-21, accusant la France de vouloir « abâtardir la race aryenne en faisant violer les femmes allemandes par ses nègres en rut, et faire de la belle Allemagne un peuple de métis » (p.14). Car ce racisme avait des racines fortes dans la politique coloniale allemande.

Les faits concernant le génocide namibien sont certes connus depuis que le rapport Whitaker commandé par l’ONU en 1985, précédant l’indépendance de la Namibie en 1990, a défini et identifié le génocide, à la suite de quoi Anne Poiret a réalisé en 2014 un remarquable documentaire sur le sujet : Namibie, le génocide du IIe Reich et Jeune Afrique lui a consacré un numéro bien documenté. Mais il est néanmoins mal connu, ne serait-ce que parce que les Namibiens n’en font pas une cause nationale et que les négationnistes sont nombreux parmi eux malgré les réquisitoires implacables comme celui de Sven Lindqvist qui conclut ainsi son essai  Exterminez toutes ces brutes (Le Serpent à plumes, 1998, p. 211) : « Auschwitz fut l’application moderne et industrielle d’une politique d’extermination sur laquelle reposait depuis longtemps la domination du monde par les Européens. »

Quelques rappels avant de revenir au travail d’Elise Fontenaille-N’Diaye

  • Attribution du Sud-Ouest africain à l’Allemagne à la suite de la Conférence de Berlin (1884-1885).
  • Premier gouverneur Heinrich Göring, père d’Hermann, futur bras droit de Hitler.
  • Révolte des Hereros en 1904 et envoi en Namibie, avec pleins pouvoir d’extermination (Vernichtungsbefehl) du général Lothar von Trotha qui avait « fait ses preuves » en Afrique de l’Est et en Chine. Trotha vainc et encercle les révoltés, les contraignant à se réfugier dans le désert du Kalahari où les rares points d’eau ont été au préalable empoisonnés ; ils y mourront en masse. Les survivants, hommes rescapés, femmes et enfants sont envoyés en Konzentrationslager (camp de concentration), notamment à Shark Island, en face de Lüderitz, la capitale allemande du territoire, où ils sont affamés et maltraités : « Viols collectifs de jeunes filles, corrections sanglantes à coups de sjambok, bastonnades d’enfants jusqu’à ce que mort s’ensuive. (…) Les universités allemandes étant très demandeuses de crânes nègres, pour leurs études, une fois qu’on a pendu les hommes, on leur tranche la tête, on la confie aux captives, à charge pour elles de les faire bouillir, d’en extraire les yeux, la langue et le cerveau, puis de racler la chair jusqu’à l’os, avec des tessons de bouteille – celles que les soldats ont vidées la veille. » (p.145-146).
  • Sur 80 000 Hereros, il en reste à la fin à peine 15 000.
  • Occupation de la colonie par les troupes britanniques en 1914 et début d’une longue enquête sur les exactions allemandes confiée en 1917 à Thomas O’Reilly qui réunit de nombreux témoignages de survivants et les assortit de photographies. Il disparaît mystérieusement en 1919.

Elisabeth Fontenaille-N’Diaye est un écrivain chevronné (plus de vingt romans dont plusieurs destinés à la jeunesse), elle connaît son métier. Pour transmettre au mieux son indignation, elle choisit une écriture simple, directe, ouverte à des lecteurs ordinaires, voire à des écoliers, collégiens ou lycéens. Dans l’idée peut-être qu’un professeur pourrait partir de son livre pour traiter de ces terribles réalités. Elle ne cherche pas à en atténuer la violence mais désire éviter tout pathos. Par exemple le portrait qu’elle trace du leader nama Hendrik Witbooi, un « fin lettré, passé entre les mains d’un pasteur belge éclairé, qui lui a donné le goût de lire et d’écrire avec brio (…) chaque jour il lit les journaux du Cap et la presse anglaise », montre bien que les insurgés hereros n’étaient pas des sauvages nus et drogués mais des êtres formés par les missionnaires et que leurs chefs, courtois et cultivés, n’ont pas voulu la guerre. Ainsi apparaît mieux, en contre-point, l’incroyablement stupide idéologie raciste des Occidentaux que Sven Lindqvist a violemment dénoncée.

Le portrait de couverture de ce livre provient des clichés pris par Eugen Fischer pour démontrer à l’intention de ses maîtres ou ses étudiants (parmi lesquels Joseph Mengele, de sinistre mémoire) en anthropométrie – appelée à l’époque anthropologie –  que le métissage mène la race blanche à sa perte et qu’on doit l’empêcher par tous les moyens, y compris la stérilisation forcée ; on frémit en pensant que les traits de cette jeune femme ont été mesurés au millimètre pour démontrer que la cervelle des blancs occidentaux était plus lourde et riche !

Procédant par courts chapitres qui alternent récit historique de l’extermination des révoltés africains et portraits vivants des acteurs du drame, ce livre agrémenté de photos se lit facilement et se termine par des témoignages extraits du rapport original du magistrat britannique.

Il mérite une large diffusion.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Un génocide oublié. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 04/03/2015, https://apela.hypotheses.org/585.