Archives par mot-clé : Histoire

AAC : Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues

Journée d’études de l’APELA 2016

Afrique-Brésil : haffiche JE Afrique-Brésil 12(3)istoires connectées, nouveaux dialogues. Littérature, cinéma, musique, histoire    Université de Paris Sorbonne – UFR d’études Ibériques et Latino-américaines / CRIMIC EA 2561 / APELA

vendredi 7 octobre 2016

Appel à communications

Axes proposés pour les communications :

  1. Identités, résistances, émancipation : de quelle manière l’Afrique et le Brésil fonctionnent-ils comme des horizons de pensée pour les œuvres artistiques africaines et brésiliennes concernant les questions de genre, classe, race ?
  2. Espaces et cultures, entrelacements et conflits : de quelle manière la littérature, la musique, le cinéma proposent-ils des représentations de l’espace, des villes et/ou de la campagne, et des cultures brésiliennes et africaines entre les deux côtés de l’Atlantique ?
  3. Mass media, web et réception : quels sont enjeux dans les pays africains en ce qui concerne la réception des « novelas » (feuilletons) brésiliennes ; la télévision et les relations triangulaires entre les pays d’Afrique, l’Europe, le Brésil ; les réseaux sociaux et ces mêmes circulations.
  4. Circulations transatlantiques de la littérature et du cinéma : représentations mutuelles, utopies et dystopies, correspondance entre artistes, voyages, carnets de notes ou documentaires, circulation de revues, etc.
  5. Mémoires et empire colonial : de quelle manière la littérature, le cinéma et la musique traduisent-ils les relations entre l’Afrique et le Brésil à partir de la persistance de la question coloniale dans les sociétés contemporaines respectives ?

Organisateur(s) : CRIMIC AE 2561/APELA

Comité scientifique : BASTO, Maria-Benedita, CARVALHO, Noel, DA SILVA, Alberto, DE MELLO e SOUSA, Laura, GARNIER, Xavier, JURADO, David, KIA HENDA, Kiluanji, MACEDO, Tânia, MATTA, Inocência.

Calendrier :

  • date limite pour la soumission des propositions : 30 mai 2016
  • Confirmation des propositions acceptées : 18 juin 2016
  • Les propositions de communication, indiquant l’axe choisi, sont à envoyer à : afriquebresil@gmail.com en précisant : Nom, prénom, affiliation institutionnelle, adresse électronique, titre de la communication, résumé de 300 mots et une biobibliographie synthétique.
  • Langues : français, anglais, portugais (avec Power Point en français)

 Invitations confirmées :

  • Jean-Marc MOURA, Université Paris Lumières
  • Noel CARVALHO, Université UNICAMP, São Paulo-Campinas, Brésil

Lire l’argumentaire ci-après ou le télécharger en pdf : JE Afrique-Brésil 2016 APELA Paris Sorbonne CRIMIC

Argumentaire

Cette journée d’études s’insère dans le champ de recherche très actuel qui essaie de saisir les différentes manifestations culturelles à travers lesquelles sont à l’œuvre les relations historiques tissées entre l’Afrique[1] et le continent latino-américain et plus précisément le Brésil. En ce sens, elle est aussi concernée par des approches transnationales comme angle d’analyse des dynamiques du monde contemporain. Et dans ce cas précis, par les formes de relation Sud-Sud qui sont au cœur même de notre problématique.

Les relations entre l’Afrique et le Brésil attirent un intérêt grandissant[2] et ceci dans des domaines très divers comme ceux de la géopolitique, de la diplomatie, de l’économie, des sciences sociales et humaines, des manifestations artistiques[3]. La littérature, le cinéma, la musique, la danse, traduisent la circulation des femmes et des hommes, des idées et des biens entre les deux côtés de l’océan Atlantique. Le fait d’avoir été une ancienne colonie portugaise a mis le Brésil dans une relation très étroite avec les ex-colonies portugaises africaines, l’Angola, surtout, mais aussi le Cap-Vert, le Mozambique, la Guinée-Bissau, Sao Tome et Principe. Mais trois siècles de traite négrière ont soudé l’histoire du Brésil à beaucoup d’autres territoires – le Nigeria, le Congo, le Benin, le Ghana, entre autres -, imprégnant le Brésil de forts traits culturels et sociologiques qui se traduisent aujourd’hui par une importante culture afro-brésilienne. De la Capoeira au Candomblé, du Carnaval à la Samba (de roda), en passant par les Quilombos, de la littérature au cinéma, en passant par le modernisme brésilien, cette culture façonne l’identité brésilienne et ses mémoires, son présent et son avenir.

Continuer la lecture de AAC : Afrique-Brésil : histoires connectées, nouveaux dialogues

Les Maquisards (Hemley Boum). Par Lilyan Kesteloot

LES MAQUISARDS

Par Hemley BOUM
Ed. La cheminante
Paris 2015

ISBN: : 9782371270220

Note de lecture

par Lilyan Kesteloot

Cette Camerounaise a du souffle !

380 pages pour un roman branché sur l’histoire du pays à la veille des indépendances, dont voici l’intrigue :

Au cœur du pays bassa Um Nyobe, le célèbre fondateur et leader de l’UPC, a gagné les élections mais le traficotage des autorités coloniales a truqué les résultats. Nyobe dont les partisans sont pourchassés, capturés, torturés en tant que rebelles doit donc se cacher tout en continuant d’animer son parti. Les plus acharnés contre lui sont les colons du coin qui exploitent les plantations de palmiers et de cacaoyers.

Dans un village de cette même région règne une tension résiduelle entre des personnages féminins charismatiques comme Estor, ou romantiques comme sa fille Likak. L’itinéraire de Likak est des plus douloureux puisqu’elle perdra son amant et son fils, ainsi que sa mère. Ces tensions dominent le jeu complexe des mariages liés aux dettes du Nko’o, association initiatique des femmes bassa, où la sorcellerie règle les différends insolubles par la seule conciliation. L’amour interdit entre jeunes de familles rivales vient encore compliquer les choses. Enfin la politique du pays dont les personnages sont partenaires exacerbe les tensions internes.

Hemley Boum mène l’action avec brio, mettant en scène avec une grande compétence les mœurs et coutumes de son groupe ethnique. Elle restitue dans le même temps le beau visage moral du leader de l’UPC : celui-ci finit par se laisser prendre plutôt que son combat ne dégénère en massacre de ses partisans, alors qu’il a compris que cette indépendance serait dirigée par des « collabos » des colons qui continueront en sous-main à ne servir que leurs propres intérêts. La décimation de la famille de Likak fait écho à la mort de Nyobe et celles de ses proches.

Roman plein de souffrance, mais aussi plein de vie, d’émotions, de générosité, de révolte qui se résolvent dans une résignation réaliste aux décrets de l’histoire. Ceux-ci ne sont autres en fait que l’application de la loi du plus fort.

L’écriture de Hemley Boum est aussi très vivante, collant à l’action, s’attachant à bien décrire ses personnages, et soucieuse de ne pas abuser de tournures locales, tout en restituant les termes précis des coutumes et objets bassa. Elle écrit en français sans complexes, plus attentive à son message qu’à sa formulation. On pourra relire à cette occasion le Remember Ruben de Mongo Beti, et comparer.

Lilyan KESTELOOT

Pour citer cet article : Les Maquisards (Hemley Boum). Par Lilyan Kesteloot, in Carnets de littératures africaines, 07/03/2016, https://apela.hypotheses.org/1028.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://www.lacheminante.fr/produit/la-cheminante-1419/les-maquisards-de-hemley-boum/

Lectures : fêlures et réparations en Afrique

Atelier Lectures : fêlures et réparations

Prochaine séance (4) le vendredi 18 mars 2016, 9h-12h30

Université Toulouse Jean Jaurès, Nouvelle Maison de la Recherche, salle E111

  • Maëline LE LAY (LAM-CNRS, Bordeaux) : Les pratiques d’écriture créative et de lecture oralisée dans l’Afrique des Grands Lacs : « une tentative de réparation envers les morts à l’usage des vivants » ?
  • Sabrina MEDOUDA (LLA-Créatis, Toulouse) : Quand lire panse, ou la mise en abyme du lecteur dans la littérature féminine ivoirienne

Résumés des communications et présentations des chercheures dans le programme joint : Programme_séance4_LEFERE_diffusion

La présentation de cette séance est disponible sur cette page du carnet de MemoCris. Le programme complet de l’atelier peut être consulté sous ce lien.

LEFERE est l’un des ateliers du séminaire MemoCris (Mémoires dominées et créations critiques dans les sociétés post-traumatiques). LEFERE est porté par

  • Anne Coignard (ERRaPHiS),
  • Marie-José Fourtanier (LLA-Créatis),
  • Catherine Mazauric (CIELAM et LLA-Créatis),
  • Létitia Mouze (ERRaPHiS).

Afriques transversales

Séminaire d’élèves à l’ENS d’Ulm sur l’Afrique : 

Cristina de Middel, The Afronauts http://www.lademiddel.com/the-afronauts-1.html

Afriques transversales” se propose d’interroger les discours sur l’Afrique, en convoquant une pluralité de textes et de disciplines. Les organisatrices ont un pied en histoire, l’autre en littérature, avec quelques notions d’histoire de l’art et d’anthropologie. Toutes les spécialités, toutes les expériences sont bienvenues ! Le séminaire entend fonctionner comme une initiation, un lieu d’investigation autour des sujets africains, mais aussi comme un espace de rencontre, de lecture et de discussion.

Comment parler d’Afrique aujourd’hui ? Quels prismes, quels écueils pour le discours sur un espace aussi vaste que méconnu en France ? Comment tout simplement approcher l’Afrique, souvent laissée à l’écart des cursus classiques ? Comment les débats théoriques sur l’Afrique constituent-ils des voies d’accès à la recherche contemporaine sur la postcolonie, le genre, le nationalisme, l’imaginaire collectif ? Ces questions se posent avec une acuité sans cesse renouvelée. En 1993, Edward Saïd publiait Culture et impérialisme, interrogeant les rapports de domination et de modélisation de l’altérité – plus de vingt après, où en sommes-nous ? Quels textes théoriques peuvent aujourd’hui éclairer le chercheur et comment interagissent-ils avec la réalité des pratiques artistiques contemporaines ? En multipliant les angles d’approche, “Afriques transversales” entend balayer les pistes de réponse possibles. Que vous soyez déjà spécialisé en études africaines, passionné ou simplement rêveur d’Afrique, nous espérons vous offrir, à travers ce séminaire, un espace de débat et de réflexion. Chaque séance sera consacrée à un thème autour duquel se concentrent les problématiques propres au discours des études africaines, permettant d’investiger une notion à définir ou à remettre en cause. Nous aborderons ainsi la question du continuum entre tradition et modernité, l’impérialisme et la subjectivation, l’ethnie et la nation, le statut de l’oralité et des langues africaines. Chaque séance prendra appui sur un corpus de textes, sur un support visuel, éventuellement sur l’intervention d’un invité. Nous avons choisi une heure un peu tardive pour permettre au plus grand nombre de venir, et nous pourrons prolonger les séances autour d’un verre pour ceux qui le souhaitent.

Tous les participants sont les bienvenus : n’hésitez pas à écrire à Florence Wenzek (florence.wenzek@ens.fr) pour toute question ou pour être tenu informé des actualités du séminaire.

Le calendrier :

  • Le lundi 22/02 de 18h00 à 19h30, en salle Beckett
  • Le mercredi 16/03 de 18h00 à 19h30, en salle Celan
  • Le mercredi 20/04 de 18h00 à 19h30, en salle Celan
  • Le mercredi 11/05 de 18h00 à 19h30, en salle Celan
  • Le lundi 30/05 de 18h00 à 19h30, en salle Beckett

Elara Bertho (ancienne élève de l’ENS Lyon, doctorante en littératures comparées à Paris 3)

Ninon Chavoz (élève au département littérature et langages, doctorante en littératures comparées à Paris 3)

Florence Wenzek (élève au département d’histoire)

URL de référence : https://cat.hypotheses.org/a-propos

AAC : Amadou Hampâté Bâ. Philosophe de la tolérance et de l’altérité

Amadou Hampâté Bâ. Philosophe de la tolérance et de l’altérité : l’œuvre à l’épreuve du contemporain

(ENS Abidjan)

Colloque pluridisciplinaire

Abidjan, les 13 et 14 mai 2016,

à l’occasion du 25e anniversaire de la disparition d’Amadou Hampâté Bâ.

Date-limite d’envoi des propositions : 31 décembre 2015.

L’œuvre d’Amadou Hampâté Bâ  est continûment traversée par l’idée de fraternité qui s’y traduit à l’aune de la tolérance et de l’altérité d’un autrui qui est toujours à comprendre, à écouter voire à saisir pour être en harmonie avec lui.  C’est-à-dire à con-naître. Et donc à ne pas dire par celui qui le perçoit et l’appréhende. L’herméneutique proposée par l’auteur et qui s’en dégage, est, ici, une herméneutique fondée sur un autrui qui n’est jamais appréhendé ni à appréhender en tant qu’objet par la personne tiers qui vient à son contact ; autrui (anthropomorphe ou non, culture, civilisation, objet…) est, tout au contraire, sujet en propre, sujet, sujet de sa vérité, de la vérité de lui-même et n’a pas à être dit par un autre que lui-même en conséquence : c’est lui le sujet que l’autre écoute en fait. Disons, d’un mot qu’il est sujet de parole et non pas objet de parole.  Il s’agit donc en fait d’un discours qui se construit sur le mode d’un cheminement vers cet autre que moi qui l’écoute et qui l’observe en quelque sorte. C’est un véritable parcours de connaissance que cette œuvre a ainsi tracé et laissé à notre mémoire collective comme un traité de philosophie de l’altérité qui débouche nécessairement sur un principe de tolérance sans contrainte. Cette dernière porte l’œuvre et se situe, en arrière-plan, telle une ombre (justement) portée sur ce support qui transporte son information : ce spectre d’amour, de fraternité et de tolérance est donc la condition de l’œuvre. […]

Axes de lecture envisagés :

  • Les images éclatées de la tolérance
  • Les configurations de l’ouverture et de l’altérité
  • Les figures de la rencontre
  • La poétique de la connaissance…
  • Lecteur aveugle vs lecteur initié

Consulter la suite de l’argumentaire, d’autres informations et le formulaire de soumission des propositions sur le site de Fabula.

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Historic figures and collective memory/ies

De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial

The use of heroes in colonial and postcolonial contexts

Cette journée d’études doctorales s’intéresse à la représentation des figures historiques dans les Antilles, dans les Afriques et en Asie, dans une perspective transdisciplinaire à l’articulation de la littérature, de l’histoire et de l’anthropologie. L’objectif est de cerner les différents usages du passé dans la mise en récit, et de décrire comment la narration structure les discours mémoriels et participe de la construction identitaire et nationale.

Vendredi 25 septembre 2015, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 870 – Université Paris 7 Denis Diderot – 8 Place Paul Ricoeur
Paris, France (75013)

Programme

9h-9h30. Accueil des participants et présentation de la journée (Florent Piton et Elara Bertho)

9h30-11h. Pères de la patrie et héros nationaux

  • Hoang Thi Hong Ha (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris Ouest) : Le culte du héros Tran Hung Dao et le rôle du héros dans la société vietnamienne
  • Milunda Kombila (Ecritures, Université de Lorraine) : Figures historiques et mémoire collective : le cas de Barthélémy Boganda
  • Otata Hance Wilfried (Ecritures, Université de Lorraine) : Les figures historiques dans la fiction contemporaine camerounaise : le cas de Ruben Um Nyobè dans Remember Ruben de Mongo Beti

11h-11h15 : pause

11h15-12h15. L’Emir Abdelkader : une figure historique et ses mémoires plurielles

  • Laure Demougin (Université Paul Valéry Montpellier 3, Université de Laval) : La figure héroïque d’Abd-el-Kader, entre la presse coloniale du dix-neuvième siècle et La Dernière nuit de l’émir d’Abdelkader Djemaï
  • Kaoutar Harchi (CERLIS, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : Figurations littéraires de l’héroïsme national en situation coloniale et post-coloniale. L’Emir Abdelkader dans l’oeuvre littéraire de Kateb Yacine

12h15-14h : déjeuner

14h-15h30. Des mémoires nationales aux mémoires transnationales

  • Lorenzo Mari (Thalim, LabEx TransferS) : Entre “mullah fous” et mullah faux. Représentations de Sayyid Maxamed Cabdille Xasan après la décolonisation de la Somalie
  • Marine Cellier (CIELAM, Université Aix-Marseille) : Un Marron pour ancêtre. Makandal, figure de la résistance noire et héros caribéen : l’exemple de Las metamorfosis de Makandal, de Manuel Rueda
  • Fernanda Vilar (Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées, Université Paris Ouest) : La reine Ginga, ou comment les Africains ont aussi construit le monde

15h30-15h45 : pause

15h45-16h45. Mémoires visuelles : les héros en image(s)

  • Armelle Chandelier (CESSMA, Inalco) : La représentation de Mao Zedong dans l’art contemporain chinois ou le symptôme d’un malaise national
  • Mathias De Groof (University of Antwerp) : Raoul Peck et l’iconographie de Lumumba

16h45-17h30. Clôture de la journée

Continuer la lecture de Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Vénuste Kayimahe, La Chanson de l’aube. Par Catherine Mazauric

KAYIMAHE Vénuste, La Chanson de l’aube. Toulouse, Izuba éditions, 2014, 469 p.

EAN : 979-10-93440-06-4.

http://www.appuirwanda.org/047-la-chanson-de-l-aube-venuste.html

Dans l’épaisseur du temps, l’arête du génocide

On le sait, et il n’y a d’ailleurs là rien qui puisse surprendre, la littérature du génocide des Tutsis au Rwanda a, dans un premier temps, été le fait de tiers. En 2000, l’opération « Rwanda : Écrire par devoir de mémoire » donnait lieu à la parution de livres pour lesquels se posait, souvent, la question du genre à adopter, de la posture à assumer. Aussi, qu’ils aient choisi la fiction, le roman, comme Tierno Monénembo (L’Aîné des orphelins), Monique Ilboudo (Murekatete) ou encore Boubacar Boris Diop (Murambi, le livre des ossements, réédité depuis aux éd. Zulma), ou qu’à l’instar de Véronique Tadjo (L’Ombre d’Imana, Voyage jusqu’au bout du Rwanda) ou d’Abdourahman A. Waberi (Moisson de crânes) ils aient opté pour un genre hybride, ces écrivains venus d’ailleurs en Afrique ont inscrit dans leur texte, effet de leur position tierce, sa propre problématisation. De son côté, Koulsy Lamko avait recours à la puissance de la fable en déléguant le récit de l’insoutenable à un papillon nocturne, émanation d’une âme suppliciée (La Phalène des collines).

On a lu ensuite les récits fictionnels d’auteurs rwandais (Scholastique Mukasonga, Benjamin Sehene) qui ont, comme le rappelle Virginie Brinker, vécu à distance le génocide, à travers l’exil. Quant à Vénuste Kayimahe, il est un rescapé. Le génocide lui a fait écrire deux ouvrages : le premier est un témoignage autobiographique accompagné d’un acte d’accusation pointant la responsabilité de la France dans l’engrenage génocidaire (France-Rwanda : les coulisses du génocide. Témoignage d’un rescapé, Paris, Dagorno, 2002), le second un épais et beau roman, La Chanson de l’aube, publié à Toulouse par les éditions Izuba en 2014, au moment de la vingtième commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda. Bien que réinstallé dans son pays, Vénuste Kayimahe a écrit chacun de ces livres, en partie au moins, en position d’exil : le premier en Allemagne, le second lors d’une résidence d’écriture au Mexique, auprès de la Casa R. Hankili Africa dirigée par Koulsy Lamko.

Continuer la lecture de Vénuste Kayimahe, La Chanson de l’aube. Par Catherine Mazauric