Archives par mot-clé : Journée d’étude

Des littératures nationales à la littérature-monde en français

Des littératures nationales à la littérature-monde en français : Questionnements, positionnements, enjeux et perspectives

Workshop international à l’ Université de la Sarre, 30 mars 2016

1. Ouverture du workshop

09h00 – 9h15 Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre) : Mot de Bienvenue

09h15-9h40 Sylvère Mbondobari (Université Omar Bongo / Université de la Sarre) : Introduction : Les lieux de la littérature.

2. Questionnements et positionnements

Président de séance : Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre)

09h40 – 10h05 Bernard Mouralis (Université Cergy-Pontoise) : La ‘littérature-monde’ en français : réflexion sur la généalogie d’un concept et la pertinence d’une assignation territoriale à la littérature africaine francophone.

10h05 – 10h30 Pierre Halen (Université de la Lorraine) : Champ et système littéraire, autonomie et antinomie : des concepts pour l’étude des littératures francophones ?

Discussion : 10h30-10h55

Continuer la lecture de Des littératures nationales à la littérature-monde en français

Sony Labou Tansi aujourd’hui

Après-midi d’étude : Sony Labou Tansi aujourd’hui

Organisée par le CERIEL (U. de Strasbourg) et ouverte à tous

avec Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini à propos de leurs éditions de textes de Sony Labou Tansi, et la participation exceptionnelle du metteur en scène et dramaturge Dieudonné Niangouna

Vendredi 4 mars, 14 h

Salle 409 (Le Portique, Faculté des Lettres, 14 rue René Descartes, Strasbourg)

Sony Labou Tansi, Encre, sueur, salive et sang, avant-propos de Kossi Efoui, édition établie par Greta Rodriguez-Antoniotti, septembre 2015.

Né en 1947, mort prématurément à Brazzaville le 14 juin 1995, Sony Labou Tansi était une figure de proue de la jeune littérature africaine. Il a laissé derrière lui six romans – tous publiés au Seuil – ainsi que des pièces de théâtre, des poèmes, des essais critiques. Relus aujourd’hui, tous ces textes apparaissent d’une actualité plus que jamais brûlante. Lorsqu’il dénonce la “poudrière incontrôlée” qu’est devenue la planète, ou l’avènement du “grand marché de la misère et du dénuement”, et son corollaire, la fabrique d'”un réservoir de terroristes et de désespérés”, ses propos s’inscrivent dans l’ici et le maintenant. Debout et libre, Sony Labou Tansi se définissait comme un “proscrit idéologique”. Le vingtième anniversaire de sa disparition sera l’occasion, pour Le Seuil, de mettre en avant deux de ses romans majeurs – La vie et demie (1979) et L’anté-peuple (1983) – et de faire connaître le mouvement de sa pensée à travers un recueil de textes pour la plupart introuvables ou inédits, réunis par Greta Rodriguez, spécialiste de son oeuvre. Lire un extrait d’Encre, sueur, salive et sang (Seuil, 2015)

Nicolas Martin-Granel et Julie Peghini (éd.), La Chair et l’idée, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2015.
Sony Labou Tansi, Poèmes, édition critique coordonnée par Claire Riffard et Nicolas Martin-Granel, en collaboration avec Céline Gahungu, éditions CNRS (1 200 pages).

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Historic figures and collective memory/ies

De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial

The use of heroes in colonial and postcolonial contexts

Cette journée d’études doctorales s’intéresse à la représentation des figures historiques dans les Antilles, dans les Afriques et en Asie, dans une perspective transdisciplinaire à l’articulation de la littérature, de l’histoire et de l’anthropologie. L’objectif est de cerner les différents usages du passé dans la mise en récit, et de décrire comment la narration structure les discours mémoriels et participe de la construction identitaire et nationale.

Vendredi 25 septembre 2015, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 870 – Université Paris 7 Denis Diderot – 8 Place Paul Ricoeur
Paris, France (75013)

Programme

9h-9h30. Accueil des participants et présentation de la journée (Florent Piton et Elara Bertho)

9h30-11h. Pères de la patrie et héros nationaux

  • Hoang Thi Hong Ha (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris Ouest) : Le culte du héros Tran Hung Dao et le rôle du héros dans la société vietnamienne
  • Milunda Kombila (Ecritures, Université de Lorraine) : Figures historiques et mémoire collective : le cas de Barthélémy Boganda
  • Otata Hance Wilfried (Ecritures, Université de Lorraine) : Les figures historiques dans la fiction contemporaine camerounaise : le cas de Ruben Um Nyobè dans Remember Ruben de Mongo Beti

11h-11h15 : pause

11h15-12h15. L’Emir Abdelkader : une figure historique et ses mémoires plurielles

  • Laure Demougin (Université Paul Valéry Montpellier 3, Université de Laval) : La figure héroïque d’Abd-el-Kader, entre la presse coloniale du dix-neuvième siècle et La Dernière nuit de l’émir d’Abdelkader Djemaï
  • Kaoutar Harchi (CERLIS, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : Figurations littéraires de l’héroïsme national en situation coloniale et post-coloniale. L’Emir Abdelkader dans l’oeuvre littéraire de Kateb Yacine

12h15-14h : déjeuner

14h-15h30. Des mémoires nationales aux mémoires transnationales

  • Lorenzo Mari (Thalim, LabEx TransferS) : Entre “mullah fous” et mullah faux. Représentations de Sayyid Maxamed Cabdille Xasan après la décolonisation de la Somalie
  • Marine Cellier (CIELAM, Université Aix-Marseille) : Un Marron pour ancêtre. Makandal, figure de la résistance noire et héros caribéen : l’exemple de Las metamorfosis de Makandal, de Manuel Rueda
  • Fernanda Vilar (Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées, Université Paris Ouest) : La reine Ginga, ou comment les Africains ont aussi construit le monde

15h30-15h45 : pause

15h45-16h45. Mémoires visuelles : les héros en image(s)

  • Armelle Chandelier (CESSMA, Inalco) : La représentation de Mao Zedong dans l’art contemporain chinois ou le symptôme d’un malaise national
  • Mathias De Groof (University of Antwerp) : Raoul Peck et l’iconographie de Lumumba

16h45-17h30. Clôture de la journée

Continuer la lecture de Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

AAC : André Brink dans l’espace francophone

Journée d’études

Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua (Cameroun)

28 avril 2016

Date limite: 10 décembre 2015

Journée d’études organisée par le Département de Langue française et Littératures d’Expression Française de l’École Normale Supérieure de l’Université de Maroua le 28 avril 2016 dans le cadre des activités du Laboratoire de Langues, Littératures et Études Comparées (LLEC).
Écrivain sud-africain descendant des Boers, André Brink est le chef de file des Sestigers, vaste mouvement littéraire ayant ambitionné d’affranchir la littérature sud-africaine des tabous longtemps imposés par l’Apartheid. Il a très tôt manifesté son amour pour la France où, dès 1959, il s’envole pour se former en Littérature Comparée à la Sorbonne. En y poursuivant les études, il apprend à aimer Camus, Sartre, Sarraute, le Nouveau Roman et les courants structuralistes et postructuralistes qui auréolent cette époque, sans oublier la fascination pour les libertés caractérisées par le célèbre mouvement de Mai 1968 auquel il assiste de la fenêtre de son appartement parisien. Si la critique s’accorde sur le fait que son œuvre est eurocentriste, et particulièrement tournée vers la France, on peut se demander quel regard porter sur la réception de sa foisonnante production littéraire dans l’espace francophone. Il faut se le rappeler, André Brink écrit son premier roman, L’Ambassadeur, au moment où partout dans le tiers-monde, les territoires sont en pleine guerre d’indépendance ; que ce soit en Afrique centrale, occidentale, en Algérie ou dans les Caraïbes. Même s’il a sympathisé avec son « maître à penser », Albert Camus, dont le combat pour la libération de l’Algérie ressemblait à plus d’un égard à celui de l’Afrique du sud, il faut reconnaître que l’espace francophone n’a pas profondément retenu l’attention du grand écrivain. Bien plus, le « vent d’est » qui a soufflé dans le monde des années 90 ainsi que la mobilisation des états francophones pour la libération de son ami Madiba (Mandela) n’ont pas été pour lui un motif suffisant d’inspiration. Comment peut-on expliquer cet arrêt subit, ce silence ? Cette posture a-t-elle influé sur la réception de son œuvre dans cette aire culturelle ? Pourtant, son œuvre littéraire a été favorablement accueilli dans l’espace francophone : en 1996 par exemple, son best-seller Une saison blanche et sèche fut inséré dans les programmes d’enseignement de littérature dans les lycées et collèges au Cameroun ; la même œuvre ayant été sept ans plus tôt adaptée avec succès au cinéma par le réalisateur martiniquais Euzhan Palcy. Par ailleurs, le nombre et la qualité des travaux de recherches sur son œuvre dans cet espace sont incalculables et très variés. Un hommage lui est rendu le 18 février 2015 à l’Université de Dschang organisée par le professeur Fotsing Mangoua au lendemain de sa mort, ainsi que plusieurs autres manifestations un peu partout dans le monde.

Continuer la lecture de AAC : André Brink dans l’espace francophone

Épopées postcoloniales

Épopées postcoloniales

et échanges transatlantiques

Journée d’études

Lundi 6 juillet 2015

Université Paris Diderot-Paris 7, Salle 679C, Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann (Bâtiment C, 6e étage)

Cette journée d’études est le second volet d’une manifestation organisée par Delphine Rumeau et Catherine Mazauric en juin 2014 à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Elle sera l’occasion d’écouter les derniers participants au projet, d’échanger et de clore la réflexion collective avant la publication des actes.
A cette occasion, il s’agit de continuer à penser les relations que les littératures postcoloniales construisent avec l’épopée, de déployer – dans la perspective d’un comparatisme résolument différentiel – les échanges transatlantiques qui se nouent entre des corpus africains, américains, caribéens et européens, ainsi que les questionnements politiques et identitaires portés par la circulation de ces modèles littéraires. Quelles sont les lignes de partage, mais aussi parfois de convergence, entre épopées des colonisateurs et épopées des colonisés ? Quelles sont les modalités d’imitation, de détournement et de réappropriation des récits épiques ? Quels genres littéraires l’épopée postcoloniale traverse-t-elle et privilégie-t-elle ? Dans quelles formes référentielles et fictionnelles se coule-t-elle ?Parce qu’elle engage fondamentalement une relation aux ancêtres et à l’héritage (politique, historique, culturel), l’épopée cristallise des rapports de pouvoir et engage des jeux de reconfiguration. La construction du fait national acquiert une certaine urgence dans les pays anciennement colonisés et soumis à des violences politiques et économiques extrêmes, où la gouvernance mondiale s’adosse à une reféodalisation du monde conduite par les multinationales. Les épopées postcoloniales inventent-elles de nouvelles institutions du pouvoir ou mettent-elles en fiction d’autres possibles politiques ?
Programme à consulter en cliquant sur Lire la suite.

Continuer la lecture de Épopées postcoloniales

Ecritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun

Ecritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun

Journée scientifique du Groupe de Recherche sur l’Imaginaire de l’Afrique et de la Diaspora, GRIAD

Lieu: Université de Buea, CURELF, Faculté des Arts

5 juin 2015

Programme

  • 8:-8:30: Inscription des participants
  • 8:30-8:40: Ouverture officielle de la Journée par M. Le Doyen Faculté des arts
  • 8:40- 8:45: Mot de bienvenue du Coordonnateur du CURELF
  • 8:45-8:50: Mots de bienvenue du Directeur du GRIAD
  • 8:50- 9:20: Leçon inaugurale par le Professeur Etienne Dassi, Université de Yaoundé 1

9:20-10:15: président de session : Dr Yves-Abe l/ Rapporteur : Gertrude Makemletia

SESSION 1 : Dire la marge d’ici et dire la marge (d’) ailleurs

  • « Ecritures émergentes et développement culturel, interculturel et social durable au Cameroun : Réalités, difficultés et perspectives », par Albert Etienne Temkeng, Université Paris Ouest Nanterre
  • « Interculturalité et traduction chez deux romanciers camerounais d‘expression allemande : Daniel Mepin et Philomène Atyame », par Alexandre Ndeffo Tene, ASTI, Université de Buea
  • « Le colon à l’épreuve du mysticisme africain. Un conflit réécrit par Christian Tiako dans Afoh Akom, par Pierre Martial Abossolo, Université de Buea

Continuer la lecture de Ecritures émergentes et nouvelles marges au Cameroun

Journée d’études Littérature, médias et technologies numériques

La journée d’étude “Litterature, medias et technologies numeriques” de l’Equipe de recherche en Littérature Comparée (ERLIC) de l’université de Dschang aura lieu le samedi 6 juin 2015.
Responsable : Robert Fotsing Mangoua, Directeur ERLIC

Samedi 6 juin 2015, Université de Dschang, salle des spectacles

 
PROGRAMME
08h00 : Mot d’ouverture de Monsieur le Doyen de la FLSH
08h10 : Mot du chef de département de LEA
08H15 : Enjeux de la journée d’étude par le Directeur de l’ERLIC
 
       1ère séance : Ecriture et pratiques intermédiales, Modérateur : Hon. NGETCHAM
 
08h30 : Mathusalem Nganga, Université de Dschang, Henri Lopes et les dispositifs artistiques dans Le Lys et Flamboyant d’Henri Lopes
08h50 : Chantal Bonono, ENS/Université de Yaoundé I, Roman historique et intermédialité. Le cas de Les Rois maudits de Maurice Druon
09h10 : Mathieu Njongue, Université de Dschang, L’écriture du roman francophone subsaharien de l’immigration : de l’empreinte à l’emprunt littéraire
       Echanges
10h00 : PAUSE LIBRE
 
       2ème séance : Ecriture et pratiques intermédiales. Modérateur : Chantal BONONO
 
10h30 : Alain Penka, Université de Dschang, La téléphonie à la jointure de la littérature et de la  photographie : comprendre la poétique de la médiascripture dans Lumières de Pointe-Noire D’Alain Mabanckou
10h50 : Dieudonné Ndoumbena, Université de Yaoundé I, Écrire la sculpture chez les romanciers du XIXème siècle : cas de Notre Dame de Paris de Victor Hugo. Une analyse transmédiatique
11h10 : Ngetcham, Université de Dschang, Pictographie et écriture de soi dans Nadja d’André Breton, L’Africain de JMG Le Clézio et Mangweloune, la danseuse du roi Njoya d’Henri Nicod
       Echanges
12H00 : PAUSE DEJEUNER
 
       3ème séance : Pratiques intermédiales et enjeux. Modérateur : Yves-Abel FEZE
 
14h00 : Maurice Mbah, Université de Dschang, L’avenir du livre-papier à l’ère de l’éclosion du livre numérique
14h20 : Catherine Awoundja, ENS/Université de Yaoundé I, Enjeux de l’intermédialité dans Concert pour un vieux masque de Francis Bebey et À New York de Léopold Sédar Senghor : entre métissage et suicide 
14h40 : Estelle Donfack, Université de Dschang, Mémoire et reconstruction historique : quand les médias s’en chargent
15h00 : Daniel Houli, Université de Douala, Jeux de l’espace et du temps dans la littérature numérique : autour de l’image et du texte
       Echanges

Continuer la lecture de Journée d’études Littérature, médias et technologies numériques