Archives par mot-clé : Nigeria

La Question de l’auteur en littératures africaines

Begenat-Neuschäfer, Anne / Mazauric, Catherine (éds.)

La question de l’auteur en littératures africaines

lauteurlittafActes du 14e Congrès de l’APELA organisé à Aix-la-Chapelle par Anne Begenat-Neuschäfer, Daniel Delas, Pierre Halen et Catherine Mazauric, du 22 au 24 septembre 2011.

Année de publication: 2015

Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2015. 228 p., 8 ill. en couleurs
ISBN 978-3-631-65431-6 rel.  (Hardcover)

Collection  Sprachen – Literaturen – Kulturen – volume 4

Le 14e Congrès de l’Association pour l’étude des littératures africaines (APELA) entendait poser la question de l’auteur dans le champ spécifique des littératures africaines (domaines francophone et lusophone notamment). Après la question de l’« invention » de l’auteur africain, des raisons et des opérations qui la rendraient possible, il convient en effet de se pencher sur les instances de légitimation de l’auteur africain et de son œuvre : outre les éditeurs du « centre », les collections patrimoniales, les prix littéraires, les festivals, salons et rencontres littéraires, la critique littéraire, les médias audio-visuels et jusqu’aux réseaux sociaux jouent aujourd’hui un rôle dans la « fabrique » de l’auteur reconnu. Les contributions réunies ici examinent enfin la négociation, dans le contexte africain, entre les figures et postures d’auteur et l’insistante question de l’oralité anonyme et collective.

Table des matières (L’auteur)

La question de l’auteur

URL sur le site de l’éditeur : http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=81647&cid=450&concordeid=265431

Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public

Alain RICARD, Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public. Politique et religion

wole-soyinka-et-nestor-zinsou-de-la-scene-a-lespace-public-politique-et-religionKarthala, coll. Lettres du Sud – ISBN 9782811113810 – 19 € TTC

Date de parution 17 février 2015

Alain Ricard lit l’oeuvre de Nestor Zinsou – écrivain togolais, ancien directeur de la Troupe nationale, réfugié politique en Allemagne –, en utilisant les concepts forgés depuis des années dans sa lecture de Wole Soyinka (Prix Nobel, 1986). Tous deux ont grandi dans le monde des cultes yoruba, des églises africaines, et ont connu les coups d’État militaires.

Les positions théoriques de Wole Soyinka (cosmopolitisme, « indigénisme », anti-totalitarisme) voient leur efficacité testée dans cette lecture de l’oeuvre de Nestor Zinsou : la francophonie est-elle cosmopolite ? Le christianisme peut-il s’inculturer ? Comment le poète peut-il être citoyen ? En somme, l’auteur souhaite lire et comprendre Nestor Zinsou à travers Wole Soyinka, contre lui parfois, et montrer ainsi la force et la cohérence de leurs oeuvres qui affrontent la confusion de notre monde.

Le plan suit grosso modo un ordre chronologique : l’ouvrage passe en revue les oeuvres de ces deux écrivains en fonction de périodes déterminées. Pour Wole Soyinka : l’aventurier, le professeur et le Prix Nobel ; pour Nestor Zinsou : l’étudiant, le directeur et l’exilé.

Alain Ricard est directeur de recherche émérite au CNRS dans le laboratoire « Les Afriques dans le monde » – LAM (CNRS – Université de Bordeaux – Institut d’études politiques). Son dernier livre, Le Sable de Babel : traduction et apartheid (CNRS Éditions, 2011), est une réflexion sur le statut des textes dans l’Afrique de la discrimination linguistique. Il a reçu en 2002 le prix de la Fondation Alexander von Humboldt pour ses travaux sur les littératures de l’Afrique et appartient au comité de rédaction de la revue Black Renaissance (New York University).

Les manuscrits arabes d’Afrique, de Tombouctou à Cape Town

Conférence
Vendredi 27 février 2015 à 20h
Palais des Beaux-Arts / Studio (rue Ravenstein, 1000 Bruxelles)
Production: BOZAR | ULB (Université Libre de Bruxelles)

Il existe une riche tradition liée aux manuscrits arabes en Afrique, qui n’est pas limitée au Maghreb. Le professeur Xavier Luffin donnera une conférence passionnante sur ce patrimoine assez méconnu. Beaucoup pensent que l’écriture est arrivée en Afrique avec la colonisation européenne. C’est une erreur. Pensez par exemple à l’Éthiopie. Mais l’écriture arabe est aussi apparue ailleurs, surtout pour la transcription de langues locales. Tombouctou était l’une des principales villes où étaient rédigés et conservés des manuscrits arabes. On en trouve aussi au Sénégal, au Nigéria, au Ghana, au Libéria ainsi qu’en Afrique de l’Est, de la Somalie au Mozambique. Au Congo, l’écriture arabe est apparue plus tardivement. Au Cap, la communauté musulmane connaissait une tradition manuscrite arabe souvent oubliée, développée par les Indonésiens installés dans la ville dès le XVIIe siècle.

plus d’infos sur: http://www.bozar.be/activity.php?id=15756&lng=fr