Archives par mot-clé : Paris

Hommage à Sony Labou Tansi par la Comédie-Française

9e669f7d5bd1aebc54139e0fcccf966bles Lectures vagabondes à la Comédie-Française
Sony Labou Tansi, Gustave Akakpo, Julien Mabiala Bissila, Hakim Bah

Lecture vagabonde #1
La Résurrection rouge et blanche de Roméo et Juliette

de Sony Labou Tansi

samedi 10 octobre 2015 à 15h au Théâtre du Vieux-Colombier

La première édition de ces Lectures vagabondes nous conduira en Afrique subsaharienne, où la dramaturgie francophone œuvre, depuis plusieurs générations maintenant, à explorer les liens féconds entre langage et identité. Dans le cadre de la commémoration organisée à l’occasion des 20 ans de sa disparition, la Comédie-Française rend hommage à l’auteur congolais Sony Labou Tansi.

« Cette adaptation de Roméo et Juliette est une lettre confidentielle à tous ceux qui veulent rester humains dans un monde de plus en plus ensauvagé. » Sony Labou Tansi metteur en voix Gustave Akakpo
avec la troupe de la Comédie-Française
Catherine Sauval, Martine Chevallier, Alain Lenglet, Jérôme Pouly, Stéphane Varupenne, Gilles David, Noam Morgensztern, Anna Cervinka et Laurent Muhleisen
Prochaines Lectures vagabondes
5 décembre 2015 | Crabe rouge de Julien Mabiala Bissila
6 février 2016 | Gustave Akakpo (texte en cours)
28 mai 2016 | La nuit porte caleçon de Hakim Bah

Continuer la lecture de Hommage à Sony Labou Tansi par la Comédie-Française

Manuscrits francophones du Sud – Séminaire 2015-16

L’approche génétique d’un texte à partir de l’analyse de ses manuscrits conduit à faire avancer, à partir de données objectives, la réflexion sur la poétique d’un écrivain et la relation qu’il entretient avec ses textes – ce qui varie beaucoup selon les époques, les cultures et les individus –. C’est ce domaine génético-biographique que les interventions exploreront

Coordination : Claire Riffard   (claire.riffard@item.cnrs.fr / 01 40 25 12 46) et Daniel Delas, ITEM.

Le séminaire est ouvert à tous, un vendredi par mois de 14h00 à 16h00.

Programme 2015-2016 :

  • Le 25 septembre 2015 (14h à 16h)
    Patrick Corcoran et Jean-Francis Ekoungoun « Monnè, outrages et défis. Ahmadou Kourouma »
    Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur, 1er étage salle de réunion
  • Le 16 octobre 2015 (14h à 16h)
    Huong Giang Nguyen « Pham Van Ky »
    Lieu: Séance délocalisée à la BnF, site Tolbiac (salle à préciser)
  • Le 13 novembre 2015 (14h à 16h)
    Daniel Delas et Nicolas Martin-Granel « Génétique des commencements. Sony Labou Tansi, Tchicaya U Tam’si »
    Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur, 1er étage salle de réunion
  • Le 11 décembre 2015 (14h à 16h)
    Habib Tengour « – Génétique, anthropologie, poésie. Mohammed Dib »
    Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur, 1er étage salle de réunion.
  • Le 22 janvier 2016 (14h à 16h)
    « Génétique et littérature africaine »
    Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur, 1er étage salle de réunion
  • Le 05 février 2016 (14h à 16h)
    Karolina Resztak « Mouloud Feraoun »
    Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur, 1er étage salle de réunion
  • Le 18 mars 2016 (14h à 16h)
    Daniel Maximin (sous réserve) « Génétique et littérature caribéenne »
    Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur, 1er étage salle de réunion
  • Le 08 avril 2016 (14h à 16h)
    Jean-Pierre Orban « Pierre Mertens »
    Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur, 1er étage salle de réunion
  • Le 06 mai 2016 (14h à 16h)
    Serge Meitinger « Boris Gamaleya »
    Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Pavillon Pasteur, 1er étage salle de réunion

URL de référence : http://www.item.ens.fr/index.php?id=484279

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

Historic figures and collective memory/ies

De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial

The use of heroes in colonial and postcolonial contexts

Cette journée d’études doctorales s’intéresse à la représentation des figures historiques dans les Antilles, dans les Afriques et en Asie, dans une perspective transdisciplinaire à l’articulation de la littérature, de l’histoire et de l’anthropologie. L’objectif est de cerner les différents usages du passé dans la mise en récit, et de décrire comment la narration structure les discours mémoriels et participe de la construction identitaire et nationale.

Vendredi 25 septembre 2015, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 870 – Université Paris 7 Denis Diderot – 8 Place Paul Ricoeur
Paris, France (75013)

Programme

9h-9h30. Accueil des participants et présentation de la journée (Florent Piton et Elara Bertho)

9h30-11h. Pères de la patrie et héros nationaux

  • Hoang Thi Hong Ha (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris Ouest) : Le culte du héros Tran Hung Dao et le rôle du héros dans la société vietnamienne
  • Milunda Kombila (Ecritures, Université de Lorraine) : Figures historiques et mémoire collective : le cas de Barthélémy Boganda
  • Otata Hance Wilfried (Ecritures, Université de Lorraine) : Les figures historiques dans la fiction contemporaine camerounaise : le cas de Ruben Um Nyobè dans Remember Ruben de Mongo Beti

11h-11h15 : pause

11h15-12h15. L’Emir Abdelkader : une figure historique et ses mémoires plurielles

  • Laure Demougin (Université Paul Valéry Montpellier 3, Université de Laval) : La figure héroïque d’Abd-el-Kader, entre la presse coloniale du dix-neuvième siècle et La Dernière nuit de l’émir d’Abdelkader Djemaï
  • Kaoutar Harchi (CERLIS, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : Figurations littéraires de l’héroïsme national en situation coloniale et post-coloniale. L’Emir Abdelkader dans l’oeuvre littéraire de Kateb Yacine

12h15-14h : déjeuner

14h-15h30. Des mémoires nationales aux mémoires transnationales

  • Lorenzo Mari (Thalim, LabEx TransferS) : Entre “mullah fous” et mullah faux. Représentations de Sayyid Maxamed Cabdille Xasan après la décolonisation de la Somalie
  • Marine Cellier (CIELAM, Université Aix-Marseille) : Un Marron pour ancêtre. Makandal, figure de la résistance noire et héros caribéen : l’exemple de Las metamorfosis de Makandal, de Manuel Rueda
  • Fernanda Vilar (Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées, Université Paris Ouest) : La reine Ginga, ou comment les Africains ont aussi construit le monde

15h30-15h45 : pause

15h45-16h45. Mémoires visuelles : les héros en image(s)

  • Armelle Chandelier (CESSMA, Inalco) : La représentation de Mao Zedong dans l’art contemporain chinois ou le symptôme d’un malaise national
  • Mathias De Groof (University of Antwerp) : Raoul Peck et l’iconographie de Lumumba

16h45-17h30. Clôture de la journée

Continuer la lecture de Figures historiques et mémoire(s) collective(s)

REAF 2016 : Afriques cosmopolitiques

Bandeau_reaf_CompletLes 4èmes Rencontres des Études Africaines en France auront lieu à Paris les 5, 6, 7 juillet 2016, sur le site de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, au 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris.

Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA), Développement et Sociétés (D&S), Langage, Langues et Cultures d’Afrique noire (LLACAN), Pôle de Recherche pour l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique (PRODIG) et Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS).

Comme les trois précédentes, ces 4e Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2016 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

Consulter l’appel à contributions (propositions d’ateliers et de communications).

Plus d’infos et mises à jour sur le site des Rencontres.

Africa Acts – Performance Arts from Africa and the Diaspora

http://africaacts.ecas2015.fr/

Paris, 5-12 juillet 2015

Lieu d’horreur, d’exotisme. Continent à la traîne, assisté, où tout resterait à faire. Terre sans défense. L’Afrique racontée par le « Nord » est en bien mauvaise posture. Ou, discours inverse, serait en plein boom économique et, du coup, prend des allures de Far West.

Extrêmes. Absence radicale de nuances. Absence, surtout, de réflexion.

Face à cela, un impératif : laisser la parole. Cesser de parler pour l’Afrique et de capturer son langage. Se le dire une fois pour toutes : il n’est pas une mais des Afriques.

Cet impératif, AFRICA ACTS le fait sien.

Carte blanche à douze artistes et collectifs – performeurs, danseurs, musiciens, poètes, cinéastes et vidéastes, DJs, VJs –, cette manifestation d’une semaine évacue clichés et idées préconçues.

Rigoureux, exigeants, ludiques aussi : les artistes au cœur d’ AFRICA ACTS décapent. Ils ont en commun un refus de la facilité, un engagement dans et pour des formes artistiques qui questionnent les limites de leurs disciplines. ACTion, ACTes posés, ACTualité : à travers leurs œuvres se dessinent tout à la fois une critique sans quartier de la violence sociale, économique et politique à l’échelle globale et un désir de la transcender. Individuellement et tout ensemble, ils posent sur le monde qui les entoure des regards qui tendent à le ré-enchanter : le repenser, le rêver à l’aune d’imaginaires qui mettent à mal stéréotypes et idées reçues.

Premier événement en son genre en France, AFRICA ACTS propose un parcours à travers de nombreux lieux de la capitale : musées et centres d’art contemporain, jazz clubs, amphithéâtres d’université, rues et parvis. Au cœur de l’action, les arts de la performance, espaces du participatif, de l’inclusif, dont les publics deviennent des acteurs à part entière.

La semaine AFRICA ACTS intervient en parallèle de la European Conference on African Studies (ECAS). Colloque de renommée internationale,  l’ECAS se réunit tous les deux ans dans une grande ville européenne. A la Sorbonne, il rassemble pour cette session  près de 2000 chercheurs autour d’une question clé, celle des « Mobilisations collectives en Afrique ». A cette thématique, l’engagement d’AFRICA ACTS fait puissamment écho.

ECAS 2015 : Mobilisations collectives en Afrique – contestations, résistances et révoltes

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines (ECAS-6) a lieu à Paris du 8 au 10 Juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et de l’École pratique des hautes études (EPHE).

Centre Sorbonne : 17, Rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Centre Panthéon : 12, place du Panthéon, 75231 Paris cedex 05.

Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM).

IMAF   LAMAEGIS

ECAS-6 a pour thème principal : Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes.

Consulter la liste des panels de Littérature : http://www.ecas2015.fr/fr/disciplines-2/?cat=28&nb_post.

Voir aussi ce billet.

Épopées postcoloniales

Épopées postcoloniales

et échanges transatlantiques

Journée d’études

Lundi 6 juillet 2015

Université Paris Diderot-Paris 7, Salle 679C, Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann (Bâtiment C, 6e étage)

Cette journée d’études est le second volet d’une manifestation organisée par Delphine Rumeau et Catherine Mazauric en juin 2014 à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Elle sera l’occasion d’écouter les derniers participants au projet, d’échanger et de clore la réflexion collective avant la publication des actes.
A cette occasion, il s’agit de continuer à penser les relations que les littératures postcoloniales construisent avec l’épopée, de déployer – dans la perspective d’un comparatisme résolument différentiel – les échanges transatlantiques qui se nouent entre des corpus africains, américains, caribéens et européens, ainsi que les questionnements politiques et identitaires portés par la circulation de ces modèles littéraires. Quelles sont les lignes de partage, mais aussi parfois de convergence, entre épopées des colonisateurs et épopées des colonisés ? Quelles sont les modalités d’imitation, de détournement et de réappropriation des récits épiques ? Quels genres littéraires l’épopée postcoloniale traverse-t-elle et privilégie-t-elle ? Dans quelles formes référentielles et fictionnelles se coule-t-elle ?Parce qu’elle engage fondamentalement une relation aux ancêtres et à l’héritage (politique, historique, culturel), l’épopée cristallise des rapports de pouvoir et engage des jeux de reconfiguration. La construction du fait national acquiert une certaine urgence dans les pays anciennement colonisés et soumis à des violences politiques et économiques extrêmes, où la gouvernance mondiale s’adosse à une reféodalisation du monde conduite par les multinationales. Les épopées postcoloniales inventent-elles de nouvelles institutions du pouvoir ou mettent-elles en fiction d’autres possibles politiques ?
Programme à consulter en cliquant sur Lire la suite.

Continuer la lecture de Épopées postcoloniales