Archives par mot-clé : Paris

Africa Acts – Performance Arts from Africa and the Diaspora

http://africaacts.ecas2015.fr/

Paris, 5-12 juillet 2015

Lieu d’horreur, d’exotisme. Continent à la traîne, assisté, où tout resterait à faire. Terre sans défense. L’Afrique racontée par le « Nord » est en bien mauvaise posture. Ou, discours inverse, serait en plein boom économique et, du coup, prend des allures de Far West.

Extrêmes. Absence radicale de nuances. Absence, surtout, de réflexion.

Face à cela, un impératif : laisser la parole. Cesser de parler pour l’Afrique et de capturer son langage. Se le dire une fois pour toutes : il n’est pas une mais des Afriques.

Cet impératif, AFRICA ACTS le fait sien.

Carte blanche à douze artistes et collectifs – performeurs, danseurs, musiciens, poètes, cinéastes et vidéastes, DJs, VJs –, cette manifestation d’une semaine évacue clichés et idées préconçues.

Rigoureux, exigeants, ludiques aussi : les artistes au cœur d’ AFRICA ACTS décapent. Ils ont en commun un refus de la facilité, un engagement dans et pour des formes artistiques qui questionnent les limites de leurs disciplines. ACTion, ACTes posés, ACTualité : à travers leurs œuvres se dessinent tout à la fois une critique sans quartier de la violence sociale, économique et politique à l’échelle globale et un désir de la transcender. Individuellement et tout ensemble, ils posent sur le monde qui les entoure des regards qui tendent à le ré-enchanter : le repenser, le rêver à l’aune d’imaginaires qui mettent à mal stéréotypes et idées reçues.

Premier événement en son genre en France, AFRICA ACTS propose un parcours à travers de nombreux lieux de la capitale : musées et centres d’art contemporain, jazz clubs, amphithéâtres d’université, rues et parvis. Au cœur de l’action, les arts de la performance, espaces du participatif, de l’inclusif, dont les publics deviennent des acteurs à part entière.

La semaine AFRICA ACTS intervient en parallèle de la European Conference on African Studies (ECAS). Colloque de renommée internationale,  l’ECAS se réunit tous les deux ans dans une grande ville européenne. A la Sorbonne, il rassemble pour cette session  près de 2000 chercheurs autour d’une question clé, celle des « Mobilisations collectives en Afrique ». A cette thématique, l’engagement d’AFRICA ACTS fait puissamment écho.

ECAS 2015 : Mobilisations collectives en Afrique – contestations, résistances et révoltes

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines (ECAS-6) a lieu à Paris du 8 au 10 Juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et de l’École pratique des hautes études (EPHE).

Centre Sorbonne : 17, Rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Centre Panthéon : 12, place du Panthéon, 75231 Paris cedex 05.

Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM).

IMAF   LAMAEGIS

ECAS-6 a pour thème principal : Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes.

Consulter la liste des panels de Littérature : http://www.ecas2015.fr/fr/disciplines-2/?cat=28&nb_post.

Voir aussi ce billet.

Épopées postcoloniales

Épopées postcoloniales

et échanges transatlantiques

Journée d’études

Lundi 6 juillet 2015

Université Paris Diderot-Paris 7, Salle 679C, Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann (Bâtiment C, 6e étage)

Cette journée d’études est le second volet d’une manifestation organisée par Delphine Rumeau et Catherine Mazauric en juin 2014 à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Elle sera l’occasion d’écouter les derniers participants au projet, d’échanger et de clore la réflexion collective avant la publication des actes.
A cette occasion, il s’agit de continuer à penser les relations que les littératures postcoloniales construisent avec l’épopée, de déployer – dans la perspective d’un comparatisme résolument différentiel – les échanges transatlantiques qui se nouent entre des corpus africains, américains, caribéens et européens, ainsi que les questionnements politiques et identitaires portés par la circulation de ces modèles littéraires. Quelles sont les lignes de partage, mais aussi parfois de convergence, entre épopées des colonisateurs et épopées des colonisés ? Quelles sont les modalités d’imitation, de détournement et de réappropriation des récits épiques ? Quels genres littéraires l’épopée postcoloniale traverse-t-elle et privilégie-t-elle ? Dans quelles formes référentielles et fictionnelles se coule-t-elle ?Parce qu’elle engage fondamentalement une relation aux ancêtres et à l’héritage (politique, historique, culturel), l’épopée cristallise des rapports de pouvoir et engage des jeux de reconfiguration. La construction du fait national acquiert une certaine urgence dans les pays anciennement colonisés et soumis à des violences politiques et économiques extrêmes, où la gouvernance mondiale s’adosse à une reféodalisation du monde conduite par les multinationales. Les épopées postcoloniales inventent-elles de nouvelles institutions du pouvoir ou mettent-elles en fiction d’autres possibles politiques ?
Programme à consulter en cliquant sur Lire la suite.

Continuer la lecture de Épopées postcoloniales

AAC : Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines

Appel à communications

3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines, Paris, 14-16 janvier 2016

Dans la continuité d’une démarche initiée en 2013, la 3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) aura lieu à Paris les 14, 15 et 16 janvier 2016. Comme lors des éditions précédentes, il s’agira de permettre aux doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s et post-doctorant.e.s de dialoguer autour de leurs travaux portant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises, au croisement de toutes les disciplines.
Cet espace d’échanges favorisera un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s en cours. Les communications, qui pourront se faire aussi bien en français qu’en anglais, seront articulées autour de vingt-deux panels dont les lignes directrices sont présentées dans l’appel à communication.
Il ne reste plus qu’un mois pour faire une proposition en ligne (avant le 16 juillet 2015)http://jcea2016.sciencesconf.org/
Voici les panels à dominante littéraire :
  • panel 4 : musiques d’Afrique
  • panel 12 : corps, genres, sexualités
  • panel 13 : le rire et la dérision politique
  • panel 18 : imaginaires des langues et connexions linguistiques
  • panel 19 : fabriques mémorielles, héros et imaginaires collectifs
  • panel 20 : diversifier les sources (sources et corpus)

6e conférence européenne des études africaines

Après Lisbonne en 2013, la sixième conférence européenne des études africaines (ECAS-6) aura lieu à Paris du 8 au 10 Juillet 2015, dans les locaux de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et de l’École pratique des hautes études (EPHE).

Elle est organisée conjointement par l’Institut des mondes africains (IMAF) et Les Afriques dans le monde (LAM) et est largement soutenue par le GIS des études africaines.

ECAS-6 aura pour thème principal : Mobilisations collectives en Afrique : contestations, résistances et révoltes. Mais cette thématique n’est pas exclusive, le comité scientifique a également sélectionné des propositions de panels sur d’autres domaines émergents et/ou plus classiques.

L’inscription au colloque est ouverte :
http://www.ecas2015.fr/fr/frais-dinscription/

Près de 250 panels ont été retenus. Consulter la liste des panels en Littérature : http://www.ecas2015.fr/fr/disciplines-2/?cat=28&nb_post.

Plus d’infos sur le site du GIS des études africaines et sur le site de la conférence.

3e Rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines

Dans la continuité d’une démarche initiée en 2013, la 3ème rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA) aura lieu à Paris les 14, 15 et 16 janvier 2016. Comme lors des éditions précédentes, il s’agira de permettre aux doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s et post-doctorant.e.s de dialoguer autour de leurs travaux portant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises, au croisement de toutes les disciplines. Cet espace d’échanges favorisera un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s en cours. Les communications, qui pourront se faire aussi bien en français qu’en anglais, seront articulées autour de vingt-deux panels dont les lignes directrices sont présentées dans l’appel à communication.

Infos sur le site de la 3e Rencontre.

Sur les traces de Yambo Ouologuem

Prochaine séance du séminaire 2014-15 de l’équipe Manuscrit francophone (ITEM-CNRS), qui porte cette année sur L’écrivain et ses manuscrits

Organisé par Claire Riffard et Daniel Delas

Le 24 avril 2015 (14h à 16h00)
Lieu: ENS, 45 rue d’Ulm, Salle de réunion, premier étage, Pavillon Pasteur, Paris (ne pas oublier de se munir d’une pièce d’identité en vue des contrôles effectués à l’ENS).

Sarah Burnautzki « Sur les traces de Yambo Ouologuem ou le seuil de tolérance des éditions du Seuil »

Cette communication sera consacrée aux stratégies de contrôle en vigueur dans l’espace littéraire français. Je m’interrogerai quant à la manière dont ces stratégies ont sécurisé des rapports de domination racialisés, augmentant le bénéfice symbolique et matériel d’une littérature ‘française’ imaginée comme ‘blanche’ par opposition à son altérité francophone exotique. Considérant les dynamiques de pouvoir littéraire comme étant instables, je retracerai les conflits d’intérêts et de signification qui ont pu se produire au niveau éditorial, en l’occurrence aux éditions du Seuil. D’un texte à l’autre, ces « lignes de faille » y ont opposé, ou bien aligné les stratégies d’auteur à celles de la politique éditoriale du Seuil.

En partant du défi de classification littéraire qu’ont pu représenter les textes de Yambo Ouologuem pour l’équipe éditoriale du Seuil dans les années 1960, je déconstruirai dans mon analyse la violence symbolique qui réside dans les stratégies discursives de contrôle du texte et de sa signification. Il s’agira alors de souligner le rôle d’objectivation, de classification, voire de réification « à tout prix » des textes et de leurs auteurs. J’analyserai enfin des fiches de lecture et des lettres de refus qui ont été conservées dans les archives du Seuil ; ce qui me permettra de mettre en lumière une histoire conflictuelle jusque-là peu étudiée.

Sarah Burnautzki est docteure en anthropologie sociale et en littérature française. Assistante d’enseignement et de recherche à l’université de Mannheim (Allemagne), elle enseigne la littérature française, francophone et hispanophone. Sa thèse Les frontières racialisées de la littérature française. Contrôle au faciès et stratégies de passage paraîtra chez Honoré Champion.

Source : http://kouroumanus.hypotheses.org/477.