Archives par mot-clé : Paris

Colloque international “Williams Sassine n’est pas n’importe qui”

Colloque organisé par Florence Paravy, Jean-Marc Moura et Stefania Cubbedu-Proux à l’Université de Nanterre, les 16 et 17 mai 2014.

Cette rencontre propose de relire l’œuvre de Williams Sassine, auteur qui, bien qu’il ait profondément marqué les littératures d’Afrique d’expression française, reste encore injustement méconnu : en témoigne la rareté des études publiées sur son œuvre. De Saint Monsieur Baly (1973) à Mémoire d’une peau (1998), œuvre posthume, en passant par Le Jeune homme de sable (1979) et Le Zéhéros n’est pas n’importe qui (1985), l’écriture de cet auteur, légère ou grave, chargée de cynisme ou de tendresse, colorée d’un humour ravageur autant qu’émouvante de vérité, offre pourtant à l’étude une matière riche et complexe. (…)

Ce colloque nous permettra de revisiter son œuvre afin de définir les enjeux de son écriture ainsi que les aspects majeurs de sa poétique, et de déterminer la place qu’il occupe parmi les grands auteurs des littératures francophones. Outre les communications scientifiques, il sera rythmé par des fragments d’entretiens radiophoniques ou télévisuels.

Voir le programme sur le site du CSLF, ou télécharger le PDF : Programme Colloque Williams Sassine.

Un film sur Sony Labou Tansi à Paris 8

Jeu et direction d’acteur : corps en scène, corps filmés

jeudi 27 mars, de 15H00 à 16H30. Amphi X, Université Paris 8

Présentation du film SLT lieu de c(l)asse (26 minutes), réalisé par Laetitia Biaggi et Julie Peghini

En septembre 2013, eut lieu un stage de direction d’acteurs pour quinze élèves du CNSAD. D’abord dirigé par l’acteur, metteur en scène français Jean-Damien Barbin, puis par l’acteur, auteur, metteur en scène congolais, Dieudonné Niangouna, ce stage fut une réelle expérimentation : confronter la tekné de deux metteurs en scène via un même texte “L’acte de respirer”, poèmes de l’auteur congolais Sony Labou Tansi. Sur vingt jours de travail, de nombreux éléments furent mis en mouvement : l’acteur, le corps, la pédagogie, la mise en scène, l’écriture, le souffle, des champs d’amour et des champs de bataille. Ce documentaire de 25 minutes propose une traversée de ces chantiers.

Présentation du livre d’Amélie Thérésine : Le théâtre de Dieudonné Niangouna, Corps en scène et en parole, Acoria, 2013

Artiste associé de la 67e édition du Festival d’Avignon, le théâtre de Dieudonné Niangouna se dérobe suscitant exclusivement des commentaires clairsemés et ponctuels au gré des créations qu’il a produites. Dans une perspective esthétique qui aborde ses œuvres de jeunesse jusqu’à sa dernière création, cette publication entreprend de cerner sa singularité à partir des rapports complexes qui s’instaurent dans son théâtre entre corps, texte et scène.

Discussion en présence de :

Laetitia Biaggi, actrice, réalisatrice. Diplômée du Conservatoire National de Région d’art dramatique de Marseille et titulaire d’un Master II à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris 3, Sorbonne Nouvelle, elle suit en 2011 la formation continue à la mise en scène au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.

Nicolas Martin-Granel, chercheur ITEM-CNRS, agrégé de Lettres Classiques et diplômé de Sciences Politiques. Ses recherches actuelles en anthropologie et génétique textuelle portent sur l’œuvre et les manuscrits de Sony Labou Tansi dont il est l’éditeur scientifique. Membre du comité de rédaction des revues Cahiers d’Études Africaines et Études Littéraires Africaines, il est à présent chercheur associé à l’ITEM (CNRS/ENS) dans l’équipe « Manuscrits Francophones du Sud ».

Julie Peghini, maître de conférences à Paris 8, département culture et communication, membre du CEMTI. Anthropologue, elle a travaillé de 2004 à 2010 dans la coopération artistique et universitaire internationale. Ses thèmes de recherche portent sur la circulation des formes culturelles et artistiques, les politiques culturelles, les rapports entre art et politique et le théâtre.

Amélie Thérésine est agrégée de Lettres Modernes et enseigne le théâtre et les Lettres au lycée. Doctorante en Études Théâtrales sous la direction de Sylvie Chalaye à la Sorbonne-Nouvelle Paris 3, ses recherches portent sur les modalités d’exposition du corps que manifeste le théâtre de Dieudonné Niangouna. Elle est membre du laboratoire SéFéA (Scènes Francophones et Écritures de l’Altérité) rattaché à l’IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales).

Programme du colloque Sony Labou Tansi en scène(s) – Une expérience théâtrale du monde (CNSAD, 14-15 novembre 2013) ici.

flyer_27_03_14_-_copie

Nouveaux rires africains et afropéens : rencontre littéraire au Musée Dapper

Rencontre littéraire au Musée Dapper : Nouveaux rires africains et afropéens

Samedi 29 mars à 14h30.

http://www.dapper.fr/fiche-spectacle.php?id=225

Lors de cette rencontre proposée par l’association Humoresques à l’occasion de la parution du numéro 38 (“Nouveaux rires africains et afropéens”) de la revue éponyme, la question de la spécificité de l’humour africain sera abordée à la fois dans la production romanesque la plus récente, mais également dans la production artistique dans son ensemble (cinéma, théâtre, caricatures de presse…).

Le comique sera en effet envisagé comme une composante à part entière d’un mode de vie, par certains aspects né en Afrique et qui se prolonge aujourd’hui d’une certaine manière parfois dans la diaspora, au sein de la création proprement artistique donc, mais aussi au-delà.

Échanges interculturels entre Europe et Afrique

Séminaire “Transferts culturels”- 03 avril 2013 – Échanges interculturels entre Europe et Afrique

03 avril 2013 – Échanges interculturels entre Europe et Afrique
Hans-Jürgen Lüsebrink (Sarrebruck) : Transferts de savoirs sur l’Afrique. Présentation d’un livre


Les transferts de savoirs entre l’Afrique subsaharienne et l’Occident ont
 été extrêmement asymétriques pendant l’époque coloniale, et sont restés 
largement déséquilibrés. Pourtant des productions scientifiques africaines
modifient progressivement ce constat. A partir de cas paradigmatiques on
 peut suivre l’élaboration franco-allemande de l’image d’une région du monde
 ayant son histoire et ses spécificités et la définition des contours de
 cette région du monde à travers les médias. Nous retiendrons, dans les
études de cas, de préférence des exemples pris dans la période du siècle qui
 va de la révolution de 1848 au début des indépendances africaines.
 L’accent est mis sur la production de savoir scientifique, sur le rôle 
capital de disciplines comme l’ethnologie, la linguistique africaine, 
l’anthropologie. Mais des études de cas comme celles sur Friedrich Sieburg,
 permettent également d’éclairer l’importance d’autres domaines de
 représentation de l’Afrique et de transferts de savoirs sur l’Afrique,
 atteignant un plus large public, et d’étudier leurs interconnections avec le
domaine scientifique.

Ninja Steinbach-Hüther (Leipzig) : La présence en Allemagne des publications 
universitaires en provenance d’Afrique. Un état des lieux
Bien que la globalisation culturelle laisse supposer qu’il soit possible de
 produire et de recevoir de façon égalitaire des informations partout dans le
monde, les cartes du savoir sont en réalité caractérisées par un
 déséquilibre énorme. Ce déséquilibre peut s’expliquer par les structures
 culturelles, économiques et politiques du marché global et du pouvoir en 
place dans les pays-mêmes. En dépit de l’accroissement des liens 
internationaux, relativement peu de livres provenant de scientifiques 
africains sont redirigés vers l’Europe. Mais il n’existe à l’heure actuelle 
aucune échelle de données permettant d’indiquer leur présence en France et 
en Allemagne. Il s’agit d’analyser ce phénomène à travers le transfert trilatéral de la littérature académique africaine en
 France et en Allemagne, limitée aux livres et aux recueils rédigés par des 
intellectuels africains, ayant vécu en Afrique ou qui ont fait la navette
 entre l’Afrique et un pays extérieur au moment de leur publication.
Les séances ont lieu en salle INFO 1 de l’Ecole normale supérieure,
45 rue d’Ulm, 75005 Paris, le vendredi matin de 9h30 à 12h30. La salle se trouve dans le bâtiment Rataud, au 2e sous-sol.
Emprunter l’ascenseur situé à l’entrée du bâtiment.