Archives par mot-clé : Paris

2èmes Rencontres nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA)

2èmes Rencontres nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA)

3 et 4 octobre 2014, Paris (EHESS, Sciences Po, Université Paris 1)

 

Vendredi 3 octobre matin : CERI/CHSP, 56 rue Jacob, 75006 Paris

Apres-midi et soirée : EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Samedi 4 octobre : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12 place du Panthéon, 75005 Paris et 14 rue Cujas, 75005 Paris

Suite au succès de la première édition, se tiendront les deuxièmes Rencontres Nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA) les 3 et 4 octobre 2014. Continuer la lecture de 2èmes Rencontres nationales des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA)

JE de l’APELA : Tranches d’histoire

logo_apela Journée d’étude de l’APELA

Tranches d’histoire : Fondations et ruptures, périodes et événements dans l’historiographie des littératures africaines

Université Paris-Est Créteil, vendredi 19 septembre 2014

Programme prévisionnel

08 :30                 Accueil

09 :00                 Introduction

Perspectives générales sur la périodisation

09 :15                 Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine), Faut-il vraiment découper l’histoire (littéraire) en tranches ? De la validité des périodisations pour décrire les littératures africaines

09 :45                 Raphaël Thierry (docteur Université de Lorraine / Yaoundé 1), Histoire des littératures et du livre en Afrique : vers l’émergence d’études éditoriales comparées ?

10 :15                 Christine Le Quellec Cottier (Université de Lausanne), Repenser l’histoire littéraire francophone africaine : le concept d’autodétermination poétique

Fondations, ruptures, tournants

11 :00                 Zineb Ali-Benali (Université Paris 8-Vincennes), La Colline oubliée entre national et local. Un moment de la fabrique du texte littéraire francophone en Algérie [1952]

11 :30                 Landry-Wilfrid Miampika (Universidad de Alcalá, Madrid), Littérature hispano-africaine : fondation, événement et modernité

12 :00                 Comment on écrit l’histoire : entretien avec Lilyan Kesteloot, par Papa Samba Diop

Études de cas

14 :00                 Martin Mourre (doctorant – Université de Montréal / EHESS), Les circulations littéraires d’un massacre colonial au Sénégal

14 :30                 Fernanda Vilar (doctorante Université de Paris X – Nanterre ), Le système littéraire au Mozambique, Congo et Afrique du Sud : enjeux pour une périodisation littéraire

15 :00                 Madeline Bedecarré (doctorante – EHESS), Un « counter narrative » de la Francophonie et d’une histoire littéraire francophone

15 :30                 Marie-Rose Abomo-Maurin (Université de Yaoundé 1), L’histoire littéraire camerounaise existe-t-elle ?

17.00-19.00        Assemblée générale de l’Association

Coorganisation : L.I.S. (Lettres, Idées, Savoirs EA 4395) / ECRITURES (EA 3943) / APELA
Organisation pratique : L.I.S. (Lettres, Idées, Savoirs EA 4395)
Comité scientifique : Nathalie Carré / Claire Ducournau / Papa Samba Diop / Pierre Halen

URL de référence : http://www.apela.fr/2014/03/21/journees-detudes-creteil-2014/.

Rencontre autour de la littérature mauricienne et de la parution de “Paradis blues” de Shenaz Patel

 Dimanche 22 juin à 16h, à la librairie Le Merle moqueur (51 rue de Bagnolet, Paris 20e), à l’occasion de la parution de Paradis blues de Shenaz Patel aux Editions Vents d’ailleurs, coll. “Pulsations”, une rencontre a lieu autour de l’ouvrage et de la littérature mauricienne. Avec Tirthankar Chanda (RFI), Julie Peghini (université Paris 8), l’éditrice Jutta Hepke et les directeurs de collection, Claire Riffard et Jean-Pierre Orban. Avec, également, un entretien enregistré de Shenaz Patel.

Après le succès critique de La Sourde Violence des rêves du Sud-Africain K. Sello Duiker, la collection “Pulsations” aux Editions Vents  propose un texte de l’auteure mauricienne Shenaz Patel: Paradis blues. Déjà remarquée pour Sensitive (2003) et Le Silence des Chagos (2004) tous deux parus aux Editions de L’Olivier, mais aussi pour son théâtre et sa défense du créole (elle a traduit deux aventures de Tintin et même une oeuvre de Beckett), Shenaz Patel choisit de raconter ici à la première personne l’itinéraire d’une jeune femme, Mylène, coincée entre ses rêves d’évasion et les pressions d’une société, d’une famille et d’une île qui l’enserrent. Le texte a fait l’objet d’une représentation théâtrale au Festival des Francophonies de Limoges en 2009.

Shenaz Patel, Paradis blues, La Roque d’Anthéron, Editions Vents d’ailleurs, coll. “Pulsations”, 2014, 64 pages. http://www.ventsdailleurs.fr

Littératures du Sud : outils de réflexion et d’analyse autour de l’oralité

Séminaire doctoral

Littératures du sud : outils de réflexion et d’analyse autour de l’oralité

Volet 3 : Oralité et écriture littéraire

vendredi 6 juin 2014 de 10h à 17h, Inalco,  salle 3.03, 65 rue des Grands Moulins – 75013 Paris

Organisation Ursula Baumgardt, PU, INALCO / LLACAN, membre associé du CERLOM – Aboubakr Chraibi, PU, INALCO / CERMOM, membre associé du CERLOM – Xavier Garnier, PU, Paris III, Ecritures de la modernité, ED 120 de Paris III – Cécile Leguy, PU, Paris III, Didactique des langues, des textes et des cultures (DILTEC), ED 268 de Paris III

Contact : ursula.baumgardt@inalco.fr

Après avoir consacré successivement plusieurs séances à la littérature orale et à l’écriture littéraire en langues locales (non européennes), on s’interrogera sur les relations complexes entre ces deux modalités d’expression littéraire. En effet, les littératures orales sont de plus en plus transcrites sans pour autant que cela ne constitue un « passage à l’écrit », et l’écriture littéraire intègre l’oralité sous des formes très diverses.

Programme
Vendredi 6 juin 2014
Jean Derive 10h à 12h :
Introduction générale
Oralité et écriture littéraire : types de relations et enjeux méthodologiques.

Ursula Baumgardt 12h30 à 13h30 :
Approche comparative du dispositif énonciatif en contexte d’oralité et d’écriture littéraire.
Pause 14h à 15h30

Lobna Mestaoui 15h30 à 16h30 :
De la réactualisation du patrimoine oral dans le roman africain et maghrébin.

Frosa Bouchereau Pejoska 16h30 à 17h30 :
Les formes orales enchâssées : fonctions et sens
Synthèse et conclusion 18h

Avec le soutien de l’Ecole Doctorale de l’INALCO

Littératures du Sud

Colloque international “Williams Sassine n’est pas n’importe qui”

Colloque organisé par Florence Paravy, Jean-Marc Moura et Stefania Cubbedu-Proux à l’Université de Nanterre, les 16 et 17 mai 2014.

Cette rencontre propose de relire l’œuvre de Williams Sassine, auteur qui, bien qu’il ait profondément marqué les littératures d’Afrique d’expression française, reste encore injustement méconnu : en témoigne la rareté des études publiées sur son œuvre. De Saint Monsieur Baly (1973) à Mémoire d’une peau (1998), œuvre posthume, en passant par Le Jeune homme de sable (1979) et Le Zéhéros n’est pas n’importe qui (1985), l’écriture de cet auteur, légère ou grave, chargée de cynisme ou de tendresse, colorée d’un humour ravageur autant qu’émouvante de vérité, offre pourtant à l’étude une matière riche et complexe. (…)

Ce colloque nous permettra de revisiter son œuvre afin de définir les enjeux de son écriture ainsi que les aspects majeurs de sa poétique, et de déterminer la place qu’il occupe parmi les grands auteurs des littératures francophones. Outre les communications scientifiques, il sera rythmé par des fragments d’entretiens radiophoniques ou télévisuels.

Voir le programme sur le site du CSLF, ou télécharger le PDF : Programme Colloque Williams Sassine.

Un film sur Sony Labou Tansi à Paris 8

Jeu et direction d’acteur : corps en scène, corps filmés

jeudi 27 mars, de 15H00 à 16H30. Amphi X, Université Paris 8

Présentation du film SLT lieu de c(l)asse (26 minutes), réalisé par Laetitia Biaggi et Julie Peghini

En septembre 2013, eut lieu un stage de direction d’acteurs pour quinze élèves du CNSAD. D’abord dirigé par l’acteur, metteur en scène français Jean-Damien Barbin, puis par l’acteur, auteur, metteur en scène congolais, Dieudonné Niangouna, ce stage fut une réelle expérimentation : confronter la tekné de deux metteurs en scène via un même texte “L’acte de respirer”, poèmes de l’auteur congolais Sony Labou Tansi. Sur vingt jours de travail, de nombreux éléments furent mis en mouvement : l’acteur, le corps, la pédagogie, la mise en scène, l’écriture, le souffle, des champs d’amour et des champs de bataille. Ce documentaire de 25 minutes propose une traversée de ces chantiers.

Présentation du livre d’Amélie Thérésine : Le théâtre de Dieudonné Niangouna, Corps en scène et en parole, Acoria, 2013

Artiste associé de la 67e édition du Festival d’Avignon, le théâtre de Dieudonné Niangouna se dérobe suscitant exclusivement des commentaires clairsemés et ponctuels au gré des créations qu’il a produites. Dans une perspective esthétique qui aborde ses œuvres de jeunesse jusqu’à sa dernière création, cette publication entreprend de cerner sa singularité à partir des rapports complexes qui s’instaurent dans son théâtre entre corps, texte et scène.

Discussion en présence de :

Laetitia Biaggi, actrice, réalisatrice. Diplômée du Conservatoire National de Région d’art dramatique de Marseille et titulaire d’un Master II à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris 3, Sorbonne Nouvelle, elle suit en 2011 la formation continue à la mise en scène au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique.

Nicolas Martin-Granel, chercheur ITEM-CNRS, agrégé de Lettres Classiques et diplômé de Sciences Politiques. Ses recherches actuelles en anthropologie et génétique textuelle portent sur l’œuvre et les manuscrits de Sony Labou Tansi dont il est l’éditeur scientifique. Membre du comité de rédaction des revues Cahiers d’Études Africaines et Études Littéraires Africaines, il est à présent chercheur associé à l’ITEM (CNRS/ENS) dans l’équipe « Manuscrits Francophones du Sud ».

Julie Peghini, maître de conférences à Paris 8, département culture et communication, membre du CEMTI. Anthropologue, elle a travaillé de 2004 à 2010 dans la coopération artistique et universitaire internationale. Ses thèmes de recherche portent sur la circulation des formes culturelles et artistiques, les politiques culturelles, les rapports entre art et politique et le théâtre.

Amélie Thérésine est agrégée de Lettres Modernes et enseigne le théâtre et les Lettres au lycée. Doctorante en Études Théâtrales sous la direction de Sylvie Chalaye à la Sorbonne-Nouvelle Paris 3, ses recherches portent sur les modalités d’exposition du corps que manifeste le théâtre de Dieudonné Niangouna. Elle est membre du laboratoire SéFéA (Scènes Francophones et Écritures de l’Altérité) rattaché à l’IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales).

Programme du colloque Sony Labou Tansi en scène(s) – Une expérience théâtrale du monde (CNSAD, 14-15 novembre 2013) ici.

flyer_27_03_14_-_copie

Nouveaux rires africains et afropéens : rencontre littéraire au Musée Dapper

Rencontre littéraire au Musée Dapper : Nouveaux rires africains et afropéens

Samedi 29 mars à 14h30.

http://www.dapper.fr/fiche-spectacle.php?id=225

Lors de cette rencontre proposée par l’association Humoresques à l’occasion de la parution du numéro 38 (“Nouveaux rires africains et afropéens”) de la revue éponyme, la question de la spécificité de l’humour africain sera abordée à la fois dans la production romanesque la plus récente, mais également dans la production artistique dans son ensemble (cinéma, théâtre, caricatures de presse…).

Le comique sera en effet envisagé comme une composante à part entière d’un mode de vie, par certains aspects né en Afrique et qui se prolonge aujourd’hui d’une certaine manière parfois dans la diaspora, au sein de la création proprement artistique donc, mais aussi au-delà.