Archives par mot-clé : Parution

Escritor Filipe Correia de Sá lança livro “Tala Mungongo”

 O escritor angolano Filipe Correia de Sá lança no dia 24 deste mês no Centro Cultural Português, em Luanda, a obra literária “Tala Mungongo”.

Uma nota de imprensa do Centro Cultural Português, chegada hoje (quarta-feira) à Angop, indica que o livro baseia-se numa lenda passada na cordilheira do Tala Mungongo, na província de Malanje, em que se fala “de acontecimentos perdidos e roubados por ventos devastadores de um reino em decadência”.

O documento acrescenta que o livro tem três personagens, nomeadamente o Estamos Juntos, Ninguém e o Cara Podre, que aprendem a viajar no vento para tentar salvar o grande quimbo.

Leia mais.

Nouveaux rires africains et afropéens : rencontre littéraire au Musée Dapper

Rencontre littéraire au Musée Dapper : Nouveaux rires africains et afropéens

Samedi 29 mars à 14h30.

http://www.dapper.fr/fiche-spectacle.php?id=225

Lors de cette rencontre proposée par l’association Humoresques à l’occasion de la parution du numéro 38 (“Nouveaux rires africains et afropéens”) de la revue éponyme, la question de la spécificité de l’humour africain sera abordée à la fois dans la production romanesque la plus récente, mais également dans la production artistique dans son ensemble (cinéma, théâtre, caricatures de presse…).

Le comique sera en effet envisagé comme une composante à part entière d’un mode de vie, par certains aspects né en Afrique et qui se prolonge aujourd’hui d’une certaine manière parfois dans la diaspora, au sein de la création proprement artistique donc, mais aussi au-delà.

Histoires afropolitaines de l’art (Multitudes n°53)

Multitudes. Revue politique, artistique et philosophique, n°53, consacré aux “Histoires afropolitaines de l’art” :

http://www.multitudes.net/category/l-edition-papier-en-ligne/53-multitudes-53-automne-2013/

 

Majeure 53. Histoires afropolitaines de l’art

Depuis la fin des années 1980, un mouvement d’internationalisation des échanges culturels a dessiné les contours d’une nouvelle géographie culturelle mondiale. La mise en lumière croissante d’artistes contemporains d’origine africaine − longtemps négligés − s’est accompagnée d’une exaltation d’un multiculturalisme et d’un art globalisé. La réception du travail de ces artistes est souvent allée de pair, et en France tout particulièrement, avec les lacunes dans la réception et la traduction de ressources discursives et pensées théoriques sur l’art, venues d’Afrique. Ce premier volet d’un chantier de traductions choisit de s’intéresser à l’émergence d’un « nouveau discours africain sur l’art » survenu dans les années 1990.

ELA 36 : Littératures et migrations transafricaines

fheffhed Littératures et migrations transafricaines

Textes réunis par Catherine Mazauric et Alioune Sow

Les migrations ont joué un rôle éminent dans les productions littéraires africaines. Les articles réunis réexaminent cette problématique en relation avec d’autres discours sur la mobilité, au fil du temps et au gré des transitions vécues par le continent. Tout en cernant ses enjeux pour les littératures orales et écrites, il s’agit d’analyser la contribution de celles-ci aux dyna­miques sociales et aux imaginaires qui s’y s’inscrivent. De la poésie à l’autographie, de l’épopée au théâtre et au roman, l’énonciation de la mobilité nourrit des dynamiques littéraires qui invitent à repenser les notions et les formes de territoriali­sation ou déterritorialisation des récits.

Littératures et migrations transafricaines
(Catherine Mazauric & Alioune Sow)

« Une riposte, aussi belle soit-elle, n’efface pas une diatribe ! ».
La migration du « retour » au Sahara occidental au prisme de la poésie politique sahraouie (Sébastien Boulay)

De l’intermédiaire colonial au mémorialiste postcolonial.
Les fonctions du déplacement géographique dans les mémoires d’Amadou Hampâté Bâ (Claire Ducournau)

Un retour attendu, ou les migrations d’Omenuko dans le roman de Pita Nwana (Françoise Ugochukwu)

Les descendants d’Afri Kara à la recherche de la terre promise : mythe fondateur fang-boulou-beti (Marie-Rose Abomo-Maurin)

Kama… de Sando Marteau : la traversée d’un paysage humanitaire (Maëline Le Lay)

Seuils, limites et frontières. Les fureurs de l’histoire dans La Descente aux enfers d’Aloys Misago (Céline Gahungu)

Neighbours de Lília Momplé ou la mise en récit des migrations dans la littérature mozambicaine (Sabrina Medouda)

Varias

Théâtralité de l’urgence. Les Paravents de Jean Genet, L’Homme aux sandales de caoutchouc de Kateb Yacine et Season of Anomy de Wole Soyinka (Jean-Marc Moura)

À propos de…
Critique de la raison nègre d’Achille Mbembe

Comptes rendus

Le Rapport Brazza

Soirée pour la sortie du livre Le rapport Brazza aux éditions le passager clandestin,

mercredi 26 mars à 19h, avec Catherine Coquery-Vidrovitch,

à l’IREA – Maison de l’Afrique – 7 rue des Carmes 75005 Paris. Entrée libre.

Le Rapport Brazza

Mission d’enquête du Congo : rapport et documents (1905-1907)

de Mission Pierre Savorgnan de Brazza / Commission Lanessan

Préface de Catherine Coquery-Vidrovitch

Ce livre a reçu le soutien de l’association Sortir du colonialisme.
Postface de Patrick Farbiaz.

En mars 2014, Le passager clandestin publie pour la première fois le rapport établi entre 1905 et 1907 par le ministère des Colonies, à partir des informations rassemblées par la dernière mission de Pierre Savorgnan de Brazza au Congo. Ce document présenté par Catherine Coquery-Vidrovitch est accompagné de nombreuses autres archives inédites.
Par cette publication, le passager clandestin met à la disposition de tous un document fondamental pour appréhender l’histoire coloniale européenne au tournant du XXe siècle, ses enjeux, ses pratiques et ses effets.

En 1903, le journaliste britannique Edmund Morel entreprend de lancer une campagne européenne contre les abus du « caoutchouc rouge » (sanglant) de l’État indépendant du Congo, le futur Congo belge, alors soumis au pouvoir discrétionnaire de Léopold II, roi des Belges. Côté Congo français, les abus sont réputés moins criants. Néanmoins ils sont assez réels pour provoquer quelques remous dans la presse et au parlement au cours de l’année 1904-1905.
En 1905, pour tenter de faire taire les rumeurs et calmer l’impatience des autres puissances coloniales de la région, les autorités françaises se sentent obligées de dépêcher sur place une mission d’inspection.

Telle est l’origine de la dernière mission en Afrique de Pierre Savorgnan de Brazza, partie le 5 avril 1905 de Marseille, qui entraîna la mort de l’explorateur, le 14 septembre 1905, à l’escale du retour à Dakar. Le rapport qui fut rédigé par le ministère à partir des archives de la mission, jugé explosif, ne fut jamais publié. Il fut oublié et on le crut perdu…

Le rapport Brazza met en lumière un système inefficace, coûteux pour l’État et surtout à l’origine d’abus massifs et intolérables. Il montre le poids exercé par les intérêts privés sur la politique coloniale. Il prouve que l’administration française ne pouvait ignorer ces dérives, qu’elle les tolérait et que, dans une certaine mesure, elle les couvrait.

À travers cette histoire singulière c’est la question même de la mémoire et de l’écriture de l’histoire coloniale française et européenne qui est posée à nouveaux frais, comme l’explique Catherine Coquery-Vidrovitch, seule historienne française à avoir eu connaissance du rapport, dès 1965 : « Tout se passe comme si on avait affaire à un cas d’amnésie collective, ou plutôt à une volonté collective de ne pas savoir, de ne pas se souvenir. (…) Ce manque de curiosité, ou plutôt ce désir, inconscient ou non, de ne pas inventorier le passé colonial, dure encore aujourd’hui. (…)  La raison d’être de la présente édition est, sur des faits précis, d’établir aussi fidèlement que possible le savoir tel que nous l’ont transmis des documents originaux, inédits, abondants et librement consultables, seule façon de prendre sereinement connaissance de la totalité de notre passé. »

Le Passager clandestin

Un dictionnaire trilingue français-lingala-sango

 L’OIF, à travers son programme École et langues nationales en Afrique, publie « DICO plus », un dictionnaire trilingue français-lingala-sango, lancé à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, le 21 février 2014.

Cet ouvrage propose plus de 15 000 mots du langage courant, expliqués de façon simple et conviviale en trois langues, utiles à la maison, à l’école et au travail. Il contient plusieurs indications indispensables pour maîtriser l’orthographe, la prononciation et le sens des mots, comprendre la grammaire de base et maîtriser la conjugaison des verbes.

Ce dictionnaire s’adresse aux élèves, étudiants et aux professionnels à la recherche d’informations claires et précises. C’est également un outil de référence pour jeter les bases d’un enseignement bilingue ou plurilingue en Afrique centrale (le lingala est principalement parlé en RDC et le sango en RCA).

Il a été réalisé sous la direction de Ngalasso Mwatha Musanji, Professeur de sociolinguistique et de linguistique africaine.

Le dictionnaire sera bientôt téléchargeable sur cette page.