Archives par mot-clé : Parution

Le Polar africain

polar_af Le Polar africain

A nouveau disponible suite à un nouveau tirage

s’adresser à
Mme Laurence Chabeaux <laurence.chabeaux@univ-lorraine.fr>
à la réouverture des bureaux : 25 août 2015

Textes édités par Bernard De Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari.

Metz : Centre de recherches « Ecritures », coll. Littératures des mondes contemporains, série Afriques, n°8, 2013, 260 p. – ISBN : 978-2-917403-23-5. 17 €

La distinction jadis entretenue entre la littérature et une « paralittérature » qui serait sans intérêt, – caractérisée par le fait divers et par un lectorat peu instruit ou pressé, – est aujourd’hui caduque. Sans doute la critique a-t-elle longtemps été abusée par l’origine populaire des premiers auteurs ou bien par les thèmes abordés, négligeant le travail de création et l’imaginaire mis en œuvre.

Les contributeurs du présent ouvrage, attentifs à l’évolution du genre policier et à ses développements, singulièrement dans le champ francophone, éclairent le corpus récent du roman policier africain à partir de plusieurs perspectives : histoire littéraire, poétique, réception, herméneutique, etc. Ils mettent en évidence la singulière créativité d’auteurs comme Bolya Baenga, Achille Ngoye, Modibo Sounkalo Keita, Mongo Beti ou Alain Mabanckou et prennent la mesure d’un genre en pleine évolution dans toutes ses dimensions littéraire, sociologique, anthropologique et politique.

Quels sont les enjeux profonds de la réappropriation, par les auteurs du continent africain ou de ses diasporas, du genre policier, associé par Jacques Dubois à l’idée de « modernité » ? Y a-t-il une spécificité africaine du genre, ou cette appropriation signifierait-elle que les littératures africaines rejoignent ainsi, simplement, les pratiques les plus répandues de la littérature contemporaine ? Quelles valeurs, de conformité à l’ordre social ou au contraire de protestation et de résistance, sont-elles ainsi mises en œuvre ?

Continuer la lecture de Le Polar africain

Prophétismes ou discours de l’entre-deux voix. Francophonies africaines

Prophétismes ou discours de l’entre-deux voix. Francophonies africaines

Louiza KADARI, Pierre LEROUX, Tumba SHANGO LOKOHO (éds.)
Presses de la Sorbonne Nouvelle, parution 2015.
Cet ensemble fait suite à une journée d’études doctorales qui a eu lieu à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle et il regroupe des interventions portant aussi bien sur le Maghreb que sur l’Afrique subsaharienne.
Présentation :
Les textes rassemblés ici examinent la question du prophétisme dans les littératures francophones africaines. Les études qui composent cet ouvrage montrent que les fictions et dramaturgies africaines, en l’inscrivant dans un contexte contemporain de crise, remettent en question la représentation et l’expression traditionnelles du prophétisme. S’il oscillait hier entre le millénarisme et le messianisme politique, qu’en est-il de nos jours ? Quels en sont les enjeux littéraires actuels en Afrique ? A quelle perspective différente ouvre le nouveau contexte littéraire africain du prophétisme ? Qu’implique le fait de poser le prophétisme comme discours de l’entre-deux voix et non comme doctrine ou théorie de l’entre-deux voies ? Fondé sur des analyses transversales et pluridisciplinaires, cet ouvrage contribue à l’élucidation critique de ces multiples variations littéraires du prophétisme.
Louiza Kadari est doctorante à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, elle prépare une thèse sur les traitements fictionnels du terrorisme.
Pierre Leroux est doctorant à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, il prépare une thèse portant sur la figure christique et le messianisme dans les oeuvres de Dambudzo Marechera et Tchicaya U Tam’si.
Tumba Shango Lokoho est Maître de conférences de Littérature générale et comparée : Francophonies, Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Table des matières :

DÉVOILEMENTS DES FIGURES PROPHÉTIQUES
L’Afrique n’existe pas, entretien avec Jean-Loup Amselle
Vivre la parole : présence et « contre-présent » dans les textes prophétiques juifs, Carole Matheron
De la dissidence prophétique. Essai sur l’anti-prophétie dans Le Prophète voilé d’Abdelkebir Khatibi, Tumba Shango Lokoho
VOIX ET MASQUES DES PROPHÈTES
L’écriture théâtrale comme subversion et transgression de la réalité religieuse : le cas de Prophètes sans dieu de Slimane Benaïssa, Christina Oikonomopoulou
Figures d’omnisciences – parades et détours dramaturgiques des auteurs contemporains d’Afrique noire francophone, Pénélope Dechaufour
Le narrateur de l’entre-deux, une posture prophétique et poétique dans l’écriture de la violence, Ramcy Kabuya
REGARDS CROISÉS : LE PROPHÉTISME ET SES ÉCHOS
De l’imaginaire prophétique à la révélation du réel : le terrorisme ou le discours de l’entre-deux voix, Louiza Kadari
Le prophétisme dans les romans de Sony Labou Tansi, entre magie du verbe et imposture des êtres, Roxana Bauduin
« J’ai failli être prophète » : prophétisme et mysticisme dans Ces Fruits si doux de l’arbre à pain de Tchicaya U Tam’si, Pierre Leroux
La petite fille blanche, élue des dieux noirs : la figure messianique entre fantasme colonial et normes du « politiquement correct » dans les romans pour enfants de Lauren St John, Élodie Malanda

Pour le centenaire de la naissance de Paul Lomami-Tchibamba. Par Pierre Halen

A lire sur Acta Fabula, vol. 16, n°3,

le compte rendu par Pierre Halen de La Saga des Bagoyo Ngombé et autres récits, de Paul Lomami-Tchibamba, présentation et notes d’Antoine Tshitungu Kongolo, édition établie par Claire Riffard & Jean-Pierre Orban, avec la collaboration de Lyvia Afui & Wim Debondt, Paris : L’Harmattan, coll. « L’Afrique au cœur des lettres », 2014, 242 p., EAN 9782343047478.

[Pierre Halen, « Pour le centenaire de la naissance de Paul Lomami-Tchibamba », Acta fabula, vol. 16, n° 3, Éditions, rééditions, traductions, Mars 2015, URL : http://www.fabula.org/revue/document9206.php]

Les écritures migrantes (A. Coulibaly, Y. L. Konan, dir.)

Un génocide oublié. Par Daniel Delas

par Daniel DELAS

Un génocide oublié

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41j1KvWLveL._SL160_.jpg FONTENAILLE-N’DIAYE Elise, Blue book, récit, Calmann-Lévy, 2015, 212 p.

Blue book, tel est le nom donné au rapport que Thomas O’Reilly, magistrat britannique a rédigé en 1918, à la demande de son gouvernement, sur le génocide des Hereros et des Namas perpétré par les autorités coloniales allemandes de 1904 à 1911. Par crainte du scandale et à la suite de tractations diplomatiques en coulisse, ce rapport fut enterré, voire détruit et son auteur disparut mystérieusement. Elise Fontenaille-N’Diaye, sensibilisée à l’histoire militaire coloniale africaine par le simple fait d’être l’arrière-petite-fille du général Mangin, le créateur de la fameuse « Force noire » qui occupa la Ruhr après la Première Guerre Mondiale, en a retrouvé un exemplaire dans une bibliothèque de Pretoria et produit sur cette base un récit très vivant.

Avant d’en venir au génocide namibien comme précurseur du génocide juif, elle rappelle à juste titre le déchaînement raciste des campagnes de la presse allemande en 1920-21, accusant la France de vouloir « abâtardir la race aryenne en faisant violer les femmes allemandes par ses nègres en rut, et faire de la belle Allemagne un peuple de métis » (p.14). Car ce racisme avait des racines fortes dans la politique coloniale allemande.

Les faits concernant le génocide namibien sont certes connus depuis que le rapport Whitaker commandé par l’ONU en 1985, précédant l’indépendance de la Namibie en 1990, a défini et identifié le génocide, à la suite de quoi Anne Poiret a réalisé en 2014 un remarquable documentaire sur le sujet : Namibie, le génocide du IIe Reich et Jeune Afrique lui a consacré un numéro bien documenté. Mais il est néanmoins mal connu, ne serait-ce que parce que les Namibiens n’en font pas une cause nationale et que les négationnistes sont nombreux parmi eux malgré les réquisitoires implacables comme celui de Sven Lindqvist qui conclut ainsi son essai  Exterminez toutes ces brutes (Le Serpent à plumes, 1998, p. 211) : « Auschwitz fut l’application moderne et industrielle d’une politique d’extermination sur laquelle reposait depuis longtemps la domination du monde par les Européens. »

Quelques rappels avant de revenir au travail d’Elise Fontenaille-N’Diaye

  • Attribution du Sud-Ouest africain à l’Allemagne à la suite de la Conférence de Berlin (1884-1885).
  • Premier gouverneur Heinrich Göring, père d’Hermann, futur bras droit de Hitler.
  • Révolte des Hereros en 1904 et envoi en Namibie, avec pleins pouvoir d’extermination (Vernichtungsbefehl) du général Lothar von Trotha qui avait « fait ses preuves » en Afrique de l’Est et en Chine. Trotha vainc et encercle les révoltés, les contraignant à se réfugier dans le désert du Kalahari où les rares points d’eau ont été au préalable empoisonnés ; ils y mourront en masse. Les survivants, hommes rescapés, femmes et enfants sont envoyés en Konzentrationslager (camp de concentration), notamment à Shark Island, en face de Lüderitz, la capitale allemande du territoire, où ils sont affamés et maltraités : « Viols collectifs de jeunes filles, corrections sanglantes à coups de sjambok, bastonnades d’enfants jusqu’à ce que mort s’ensuive. (…) Les universités allemandes étant très demandeuses de crânes nègres, pour leurs études, une fois qu’on a pendu les hommes, on leur tranche la tête, on la confie aux captives, à charge pour elles de les faire bouillir, d’en extraire les yeux, la langue et le cerveau, puis de racler la chair jusqu’à l’os, avec des tessons de bouteille – celles que les soldats ont vidées la veille. » (p.145-146).
  • Sur 80 000 Hereros, il en reste à la fin à peine 15 000.
  • Occupation de la colonie par les troupes britanniques en 1914 et début d’une longue enquête sur les exactions allemandes confiée en 1917 à Thomas O’Reilly qui réunit de nombreux témoignages de survivants et les assortit de photographies. Il disparaît mystérieusement en 1919.

Elisabeth Fontenaille-N’Diaye est un écrivain chevronné (plus de vingt romans dont plusieurs destinés à la jeunesse), elle connaît son métier. Pour transmettre au mieux son indignation, elle choisit une écriture simple, directe, ouverte à des lecteurs ordinaires, voire à des écoliers, collégiens ou lycéens. Dans l’idée peut-être qu’un professeur pourrait partir de son livre pour traiter de ces terribles réalités. Elle ne cherche pas à en atténuer la violence mais désire éviter tout pathos. Par exemple le portrait qu’elle trace du leader nama Hendrik Witbooi, un « fin lettré, passé entre les mains d’un pasteur belge éclairé, qui lui a donné le goût de lire et d’écrire avec brio (…) chaque jour il lit les journaux du Cap et la presse anglaise », montre bien que les insurgés hereros n’étaient pas des sauvages nus et drogués mais des êtres formés par les missionnaires et que leurs chefs, courtois et cultivés, n’ont pas voulu la guerre. Ainsi apparaît mieux, en contre-point, l’incroyablement stupide idéologie raciste des Occidentaux que Sven Lindqvist a violemment dénoncée.

Le portrait de couverture de ce livre provient des clichés pris par Eugen Fischer pour démontrer à l’intention de ses maîtres ou ses étudiants (parmi lesquels Joseph Mengele, de sinistre mémoire) en anthropométrie – appelée à l’époque anthropologie –  que le métissage mène la race blanche à sa perte et qu’on doit l’empêcher par tous les moyens, y compris la stérilisation forcée ; on frémit en pensant que les traits de cette jeune femme ont été mesurés au millimètre pour démontrer que la cervelle des blancs occidentaux était plus lourde et riche !

Procédant par courts chapitres qui alternent récit historique de l’extermination des révoltés africains et portraits vivants des acteurs du drame, ce livre agrémenté de photos se lit facilement et se termine par des témoignages extraits du rapport original du magistrat britannique.

Il mérite une large diffusion.

Daniel Delas

ELA 38 : L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)

chacjhhj Etudes Littéraires Africaines 38/2014

L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)

South Africa and post-apartheid literature (1994-2014)

Les œuvres sud-africaines publiées après la fin de l’apartheid en 1994 se signalent par leur orientation critique affirmée. Elles remettent fondamentalement en cause l’aspect trompeur et lénifiant du discours de la nation « arc-en-ciel » dont s’était prévalu le pays pendant les années immédiatement après 1994. Les écrivains sud-africains, de Lauren Beukes à Zoë Wicomb, en passant par J. M. Coetzee, Achmat Dangor, Nadine Gordimer, Margie Orford, Henrietta Rose-Innes, Ivan Vladislavić, ont su identifier les frontières indécises et fluctuantes qui divisent encore le pays, qu’elles soient raciales, économiques, identitaires ou mémorielles. Ils révèlent dans leurs œuvres les ambiguïtés, les contradictions, les profondes incertitudes et les tensions qui tournent parfois à la violence.

La lecture de ce dossier confirme que seule la littérature est capable de sonder une société en profondeur, d’en révéler les aspects les plus sombres, les forces souterraines qui la minent, et, dans le cas de l’Afrique du Sud, de montrer les défis qu’un pays doit affronter pour essayer de mettre en pratique les principes éthiques qui sous-tendent son idéal politique.

Continuer la lecture de ELA 38 : L’Afrique du Sud et la littérature post-apartheid (1994-2014)