Archives par mot-clé : Parution

X. Garnier – Sony Labou Tansi, une écriture de la décomposition impériale

COUV Lettres Sud Sony Labou.indd Xavier Garnier, Sony Labou Tansi – Une écriture de la décomposition impériale

Paris : Karthala, 2015, 252 p., EAN 9782811113698, 22,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

À partir d’une lecture critique de l’oeuvre de l’écrivain congolais Sony Labou Tansi (1947-1995), cette étude se propose d’analyser la façon dont la littérature peut tirer parti de la circulation d’énergies au sein des espaces impériaux. Si la colonisation fut bien un phénomène mondial, les différents empires ont déployé des nappes spatiales différenciées, qui n’obéissent ni au principe d’intériorité nationale, ni à celui de mise en connexion globale, mais à des dynamiques de spatialisation encore actives aujourd’hui.

Le déploiement des empires coloniaux, qui a été vécu par les conquérants comme d’enthousiasmantes ouvertures d’espace, a eu comme envers l’expérience faite par les colonisés d’un effondrement de leurs lieux de vie. Le souffle de cet effondrement est une contre-énergie, un principe de décomposition, qui ne cesse de remonter de la périphérie aux centres impériaux, et dont la littérature de Sony Labou Tansi témoigne merveilleusement. La tonalité apocalyptique de son écriture, qui « invente un poste de peur dans ce vaste monde qui fout le camp », naît de l’expérience de ceux qui sont condamnés à parler depuis des lieux de relégation. C’est depuis une Afrique postcoloniale en voie de décomposition que cet auteur interpelle le monde pour le rappeler à l’espoir et au sens de l’humain.

Xavier Garnier est professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 où il enseigne les littératures francophones.

Nos et leurs Afriques

J. D. De Almeida, A. P. Coutinho Mendes & M. de F. Outeirinho (dir.), Nos et leurs Afriques. Constructions littéraires des identités africaines cinquante ans après la décolonisation Nos et leurs Afriques. Constructions littéraires des identités africaines cinquante ans après la décolonisation

 Sous la direction de José Domingues De ALMEIDAAna Paula COUTINHO  MENDESMaria de Fatima OUTEIRINHO

Berne : Peter Lang, coll. “Documents pour l’Histoire des Francophonies : Afriques”, 2015.

EAN 9782875742186.

Présentation de l’éditeur :

Tour d’horizon pluriel des questionnements identitaires à l’œuvre ou sous-jacents dans les littératures africaines francophones ou lusophones – et, à un moindre égard, anglophones –, les contributions de ce volume explorent des problématiques transversales à ces champs littéraires. Elles analysent notamment la complexité des images que les littératures européennes (tout particulièrement celles des anciennes puissances coloniales) se font ou entretiennent de l’Autre africain ; et vice versa, celles que les littératures africaines projettent ou véhiculent de l’Europe et des Européens – spécialement des anciennes puissances coloniales.

Url de référence :
http://www.aml-cfwb.be
Adresse : Bd de l’Empereur 4, 3e étage1000 Bruxelles

A. Mangeon (dir.) Anthropolitiques. Jean-Loup Amselle, une pensée sans concessions

COUV 16x24 anthropolitiques.indd Anthony Mangeon (dir.) Anthropolitiques. Jean-Loup Amselle, une pensée sans concessions Paris, Karthala – MSH-M, collection Hommes et sociétés, 2015, 372 p. ISBN 9782811112691

L’anthropologie de Jean-Loup Amselle se distingue par son attention constante à l’histoire et par sa conception pragmatique des identités comme résultantes de rapports de force toujours susceptibles d’être modifiés. On lui doit la déconstruction des catégories d’« ethnie » et de « métissage », une critique acerbe de l’ethnologie coloniale, de l’idéologie républicaine et de leurs raciologies conjointes, mais également l’élaboration de cadres conceptuels nouveaux. Sa théorie des « branchements » – ou toutes les dérivations opérées à partir d’un réseau, ainsi que les torsions et emprunts latéraux entre divers « lieux de la culture », toujours en tension relationnelle les uns avec les autres – présente ainsi une alternative féconde aux théories postcoloniales de la polarisation et de l’hybridité.

Cet ouvrage s’attache à mettre en relief la profonde cohérence d’une oeuvre qui a constamment remis en question les découpages ethniques ou communautaristes des corps sociaux et politiques, ainsi que les partitions disciplinaires entre anthropologie, sociologie, histoire de l’art, linguistique et études littéraires. De plus, on trouvera à la fin de chaque contribution les réponses de Jean-Loup Amselle à celles-ci. Il contient enfin quatre nouveaux essais de l’auteur. Continuer la lecture de A. Mangeon (dir.) Anthropolitiques. Jean-Loup Amselle, une pensée sans concessions

Parution : « La parole construit le pays »

Vient de paraître aux Éditions Honoré Champion

untitledMaëline Le Lay

 

« La parole construit le pays » Théâtre, langues et didactisme au Katanga (République Démocratique du Congo)

496 p., broché ISBN 978-2-7453-2791-8. 95 €

Maëline Le Lay est docteure en littérature comparée de l’Université de Paris 13-Nord et chargée de recherche au CNRS au laboratoire « Les Afriques dans le monde » de l’Université de Bordeaux.

The artistic vitality of the French- and Swahili-speaking Katanga region of the Congo is evidenced by the local theatre scene. The didactic intent that characterizes productions in both languages is a rare point of convergence between two theatrical traditions that developed in opposition to each other.

La Table des matières est disponible sur la fiche de cet ouvrage, à l’adresse : www.honorechampion.com

Cet ouvrage est disponible à la Librairie Honoré Champion 3 rue Corneille 75006 Paris

– 01 46 34 02 29 ou chez votre libraire habituel.

Toute d’étincelles vêtue

Toute d’étincelles vêtue
de Tanella Boni

Collection : Pyromanie
Genre : poésie
Prix : 10 euros Format : 13 × 20 cm
Reliure : broché Nombre de pages : 106
EAN : 9782364130487

La poésie de Tanella Boni est un ruisseau sauvage parallèle au canal de la vie. Sautant de-ci de-là, de la politique aux armes, de la parole aux larmes, ses scènes et histoires sont construites comme des récits, proposant un contraste permanent entre le plaisir des mots et la réalité du monde. Ses mots-frontière montrent le poids du monde, racontent l’humain et font craindre l’homme.

L’Auteur
Tanella Boni, poète et romancière, professeure des universités et chercheure, est née à Abidjan en Côte d’Ivoire.
Elle a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages (poésie, romans, essais, jeunesse) et a obtenu le prix Kourouma en 2005, le prix Continental (dans la catégorie meilleure auteure féminine) et le prix international de poésie Antonio-Viccaro en 2009.
Elle a publié chez Vents d’ailleurs « Ici, il n’y a pas le feu », in Dernières nouvelles de la Françafrique (2003) et « Le petit chien de Madame L’OEil » dans Dernières nouvelles du colonialisme (2006) ainsi que le recueil de poèmes L’Avenir a rendez-vous avec l’aube (2012).
« Je ne sais comment je suis entrée en poésie, sans doute par la porte du silence qu’il m’arrive de garder pendant des heures. Pendant ce temps, des images me viennent à l’esprit comme des fulgurances, je ne trouve pas les mots pour le dire. J’ignore si le mot juste existe, peut-être est-il toujours à la limite de l’indicible. »

Lire un extrait sur le site de l’éditeur : http://www.ventsdailleurs.fr/index.php/catalogue/item/toute-d-etincelles-vetue.

Représentations de l’altérité dans la littérature orale africaine

Sous la direction d’Ursula BAUMGARDT

Editeur : Karthala – Collection : Tradition orale

ISBN 9782811112639
Nombre de pages 312
Hauteur 240 mm
Largeur 160 mm
Date de parution 2014
Date de publication 09/10/2014

Les articles présentés dans ce volume s’inscrivent dans la continuité des recherches en littérature orale africaine menées au CNRS et à l’Inalco depuis les années 1970. Ces différents travaux ont porté très largement sur l’analyse de l’identité culturelle exprimée à travers les textes littéraires oraux. La notion d’altérité étant liée à celle d’identité, nous avons voulu l’explorer dans la perspective suivante : la littérature orale étant une voie d’accès aux représentations culturelles, quelle est la spécificité culturelle des expressions de l’altérité dans ces textes ? Nous souhaitons ainsi apporter une contribution à un champ peu analysé, celui de l’altérité vue de l’« intérieur », selon un axe Sud-Sud. Continuer la lecture de Représentations de l’altérité dans la littérature orale africaine

“Ecrits hors-champ”, Journal des Africanistes

Dans ce dossier du Journal des Africanistes consacré aux écrits « hors-champ », Aïssatou Mbodj-Pouye  et Mélanie Bourlet ont réuni des textes qui, comme le suggère la métaphore photographique, ne s’inscrivent pas dans l’espace visible et bien balisé de quelque champ que ce soit, celui des écrits littéraires notamment. Loin de postuler pour autant une différence fondamentale qui tendrait à minorer les textes non-littéraires (ceux qualifiés d’« ordinaires » ou de « grassroot literacy»), les textes ici réunis soulignent au contraire cette porosité des frontières entre les deux champs. Interrogeant le partage de ces écrits entre le domaine de l’alphabétisation et celui des écrits littéraires, ils montrent qu’il est plus pertinent, pour les terrains africains tout du moins, « d’envisager la gamme de pratiques d’écriture qui dessinent un continuum entre ces deux pôles » (p. 8). Continuer la lecture de “Ecrits hors-champ”, Journal des Africanistes