Archives par mot-clé : Parution

“Ecrits hors-champ”, Journal des Africanistes

Dans ce dossier du Journal des Africanistes consacré aux écrits « hors-champ », Aïssatou Mbodj-Pouye  et Mélanie Bourlet ont réuni des textes qui, comme le suggère la métaphore photographique, ne s’inscrivent pas dans l’espace visible et bien balisé de quelque champ que ce soit, celui des écrits littéraires notamment. Loin de postuler pour autant une différence fondamentale qui tendrait à minorer les textes non-littéraires (ceux qualifiés d’« ordinaires » ou de « grassroot literacy»), les textes ici réunis soulignent au contraire cette porosité des frontières entre les deux champs. Interrogeant le partage de ces écrits entre le domaine de l’alphabétisation et celui des écrits littéraires, ils montrent qu’il est plus pertinent, pour les terrains africains tout du moins, « d’envisager la gamme de pratiques d’écriture qui dessinent un continuum entre ces deux pôles » (p. 8). Continuer la lecture de “Ecrits hors-champ”, Journal des Africanistes

Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila

Tram 83

Après avoir publié de la poésie, du théâtre et des nouvelles (voir infra), Fiston Mwanza Mujila signe là un premier roman époustouflant, en lice pour le Prix du Monde.

http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/08/21/rentree-litteraire-les-9-romans-en-lice-pour-le-prix-du-monde_4474196_3260.html#xtor=AL-32280270

Présentation de l’éditeur (Métailié) :

Tous les soirs au Tram 83 on voit débouler les étudiants en grève et les creuseurs en mal de sexe, les canetons aguicheurs, les touristes de première classe et les aides-serveuses, les biscottes et les demoiselles d’Avignon, la diva des chemins de fer et Mortel Combat, bref, toute la Ville-Pays prête à en découdre sur des musiques inouïes, réunie là dans l’espoir de voir le monde comme il va et comme il pourrait dégénérer. Lucien, tout juste débarqué de l’Arrière-Pays pour échapper aux diverses polices politiques, s’accroche à son stylo au milieu du tumulte et se retrouve sans s’en rendre compte coincé dans une mine de diamants, en garde à vue, ou dans le lit d’une fille aux seins-grosses-tomates. Il émeut ces dames ! Pendant ce temps, Requiem, magouilleur en diable, ex-pote du susnommé, et Malingeau, éditeur et amateur de chair fraîche, se disputent allègrement les foules. Car dans la Ville-Pays, n’en déplaise au ridicule Général dissident, il n’y a qu’une chose qui compte : régner sur le Tram 83 et s’attirer les bonnes grâces de ce peuple turbulent et menteur, toujours au bord de l’émeute. Premier roman éminemment poétique et nerveux, Tram 83 est une incroyable plongée dans la langue et l’énergie d’un pays réinventé, un raz-de-marée halluciné et drôle où dans chaque phrase cogne une féroce envie de vivre. Bienvenue ailleurs.

A lire, cet entretien avec Valérie Marin La Meslée pour Le Point Afrique :

http://www.lepoint.fr/afrique/culture/fiston-mwanza-mujila-je-ne-nierai-pas-la-difficulte-de-vivre-comme-ecrivain-dans-tous-les-pays-ou-la-bouffe-releve-encore-du-miracle-21-08-2014-1855574_2032.php

Autres textes de Fiston Mwanza Mujila

“Les Funérailles d’Ignace d’Antrian” (nouvelle), Centre-Wallonie Bruxelles de Kinshasa et les Archives et Musée de la Littérature à Bruxelles (Concours d’Entre les bras du Fleuve Congo), 2002.

“Un corps vide” (nouvelle), Chroniques du Katanga, dir. Dominique Ranaivoson, Saint-Maur-des-Fossés, Editions Sépia/La Halle de L’Etoile Lubumbashi, 2007.

Poèmes et rêvasseries de Poèmes de l’aube contractée, reconvertie et perpétrée dans l’arène des sépultures maudites… (initialement Prière aux dieux), Barcelone (Espagne), Linkgua Ediciones, 2009.

Nach dem Sturm, Graz (Autriche), Leykam Verlag, 2010 (poésie).

Craquelures, Maison de la poésie d’Amay (Belgique), L’Arbre à paroles, coll. “Poésie ouverte sur le monde”, 2011 (poésie).

Der Fluss im Bauch/ Le Fleuve dans le ventre,  Ottensheim (Autriche), Edition Thanhäuser, 2013 (poésie).

Congo Eza, photographes de RDC, ouvrage collectif (25 photographes, 4 écrivains), Bruxelles, Africalia Editions / Roularta Books, 2008.

Textes inédits

La Nuit (nouvelle)
Dehors (nouvelle)
Et les moustiques sont des fruits à pépins… (théâtre). Lecture au Festival d’Avignon le 13 juillet 2013.
Te voir dresser sur tes deux pattes ne fait que mettre de l’huile au feu… (théâtre). Lecture à la Journée de Lyon des auteurs de théâtre, le 26 novembre 2009.

Moziki littéraire
En septembre 2011, Marie-Louise Bibish Mumbu, Fiston Nasser et Papy Mbwiti se sont donné un rendez-vous, pour écrire au même moment, quelque soit le lieu où ils se trouvent, sur un même thème. Le premier thème, en septembre 2011, était La Peur.
Leurs textes ont été publiés dans la revue Africultures : « Moziki littéraire : un pont relie Limoges, Graz, Montréal ».

ELA 37 : Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap-Vert

couv_15080 Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap Vert
Textes réunis par Maria Benedita BASTO

Consacré aux principales littératures africaines lusophones, ce dossier cherche à pallier le relatif manque de travaux disponibles à leur sujet en langue française. Il réunit des contributions venant d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du Nord et d’Amérique latine. Ces études concernent tantôt l’histoire de la littérature, tantôt des problématiques contemporaines ou encore des analyses monographiques. Elles partagent une forte dimension épistémique, mettant en perspective des dynamiques transnationales aussi bien que locales.

Dossier : Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap-vert

  1. Maria Benedita Basto Introduction
  2. Laura Padilha,
    Littérature angolaise, jeux cartographiques et désobéissance épistémique
  3. Philip Rothwell,
    Nouvelles trajectoires de la littérature angolaise : l’Amérique au crible de l’épistémologie du Sud dans O Terrorista de Berkeley, Califórnia de Pepetela
  4. Inocência Mata,
    À contre-flux du nationalisme littéraire : inspiration et inversion du regard dans la littérature angolaise
  5. Maria Benedita Basto,
    Une main peut en cacher une autre : décolonisation des savoirs, histoire et épistémologie au cœur des écritures littéraires mozambicaines
  6. Francesco Noa,
    L’océan Indien et les routes de la transnationalité dans la poésie mozambicaine
  7. Agnès Levecôt,
    Frontière et altérité dans Le Dernier Vol du flamant de Mia Couto
  8. Catherine Dumas,
    La poésie du Cap-Vert, sons et thèmes
  9. Simone Caputo-Gomes,
    Faire la différence : écritures littéraires des femmes au Cap-Vert

Varias

  1. Yves Chemla,
    Obsidionalité de l’histoire dans l’écriture de La Pacotille, de Gérard Étienne
  2. Michael Meewis,
    Brefs accès de bonheur. Un film amateur montrant Graham Greene au Congo Belge en mars 1959

 A propos de l’Histoire de la littérature arabe moderne

  1. Contribution de Xavier Luffin
  2. Contribution de Carole Boidin
  3. entretien de Nathalie Carré avec Heidi Toelle et Boutros Hallaq

Continuer la lecture de ELA 37 : Littératures de l’Angola, du Mozambique et du Cap-Vert

La littérature africaine francophone. Mesures d’une présence au monde

La littérature africaine francophone. Mesures d’une présence au monde

Editions Universitaires de Dijon
Sous la direction de : Abdoulaye Imorou
ISSN : 1630-0858
ISBN : 978-2-36441-093-0
Collection : Ecritures
Parution : 2014
Format : 15 x 23 cm
Pages : 277 p.
Prix : 20 €

Depuis quelques années, la littérature africaine francophone se lance résolument à la conquête du monde, bien décidée à sortir des marges et à devenir une référence dans la République mondiale des Lettres. Se réclamant de la littérature-monde, elle dispute ainsi à Paris son statut de capitale littéraire.
Cette volonté de marquer sa présence au monde se traduit par l’adoption de logiques transcontinentales. Car pour la plupart des écrivains francophones, leurs œuvres ne doivent pas se restreindre aux seuls Africains, mais susciter un écho en chacun. C’est ainsi que certains situent leurs intrigues ailleurs qu’en Afrique ou dans le milieu de la diaspora.
Ce collectif sur la littérature francophone permet de prendre la mesure de ces initiatives, des stratégies sur lesquelles elles s’appuient et des modalités selon lesquelles elles se réalisent.

URL de référence : http://eud.u-bourgogne.fr/404-la-litterature-africaine-francophone-9782364410930.html.

Sommaire et bon de commande.

Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite

Référence bibliographique : INTERCULTUREL FRANCOPHONIES, n° 25, juin-juillet 2014: Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite, Alliance Française de Lecce, 2014. EAN13 : 9788895343181.

Le n° 25, juin-juillet 2014, de la revue semestrielle sur les cultures et littératures nationales d’expression française Interculturel Francophonies, dirigée par Andrea Calì (Università del Salento, Lecce, Italie), vient de sortir. Cette livraison, coordonnée par Frédéric Mambenga (Université de Librebille, Gabon) est consacrée à Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite.

Présentation

Situer l’œuvre d’Alain Mabanckou dans le champ littéraire africain et francophone n’est pas une entreprise facile. Car, elle est marquée par la polymorphie, c’est-à-dire à la fois la pluralité des genres et des postures qui s’invitent sur la scène de son imaginaire et l’esthétique transculturelle qui remet sans cesse en question l’authenticité culturelle et raciale  comme fondements définitoires de l’écrivain négro-africain. Mais en même temps, Mabanckou n’a pas totalement renoncé à ses racines africaines, à cette nostalgie inconsolée du pays natal, à travers la figure maternelle qui constitue sa véritable source d’inspiration.

Dans le champ littéraire francophone, l’œuvre de Mabanckou est au cœur des principales problématiques esthétiques et thématiques, car elle se caractérise par le déracinement, l’entre‑deux culturel, l’incertitude identitaire et l’hybridation de l’écriture La posture de Mabanckou a toujours été celle d’un iconoclaste qui brise les certitudes établies, en proposant des pistes d’un cosmopolitisme littéraire qui rendent obsolètes les nationalismes culturels. Pour Mabanckou, l’expression de l’identité francophone   nécessite  un dépassement des frontières géographiques, politiques, culturelles et institutionnelles  pour une francophonie qui serait de fait une francophonie  totale intégrant même la littérature française.

Sommaire

 

Introduction

11    Frédéric Mambenga,  Alain Mabanckou, ou la vocation cosmopolite

L’inscription autobiographique

19    Virginie Brinker, L’inspiration autobiographique comme matrice poétique dans quelques ouvrages d’Alain Mabanckou

37    Jelena Antic, Les rapports mère-fils dans le roman d’Alain Mabanckou Demain j’aurai vingt ans

55    Katerina Spiropoulou, La mémoire de l’enfance chez Mabanckou et Maximin: étude comparée de Demain j’aurai vingt ans et Tu, c’est l’enfance

Poétique romanesque

 

79    Magali Renouf, Alain Mabanckou: reconstruire pas le détournement et la déconstruction

91    Marthe Bogat Oyane, Alain Mabanckou, ses pères et ses pairs

107   Claudine Gaetzi, Verre cassé: les échos d’un texte brisé

125   Alain Serge Agnessan, Alain Mabanckou, un écrivain paralittéraire (?)

145   Guilioh Vokeng – Romuald Nkouda, Verre cassé d’Alain Mabanckou ou des livres dans un livre: de la pratique intertextuelle aux échanges interculturels

165   Marcel Nouago Njeukam, La mise en forme du drame de l’immigré clandestin dans le roman francophone de la migritude: le cas de Bleu Blanc Rouge d’Alain Mabanckou

Paysages thématiques

185   Bernard Mouralis, Distance critique et fraternité dans Lettre à Jimmy d’Alain Mabanckou

203   Serge Ondo Ella, Romans de la « migritude » et imaginaire traditionnel africain: cas de Mémoires de porc-épic d’Alain Mabanckou

223   Canissius Allogho Mantwani, Alain Mabanckou: la mémoire et l’histoire. Plaidoyer pour une herméneutique de la conscience historique

243   Buata B. Malela, Ce que la musique populaire fait au roman contemporain: Black Bazar d’Alain Mabanckou

267   Frédéric Mambenga, Errance et Espérance dans la poésie d’Alain Mabanckou: un poète lyrique en face du tragique négro-africain

283   Andrea Calì, L’écriture de la guerre chez Alain Mabanckou et Emmanuel Dongala

305   Médard K. Bouazi, Violence sociale, fureur urbaine: la mise en scène du désespoir chez Alain Mabanckou

317   Jaouad Serghini, Mabanckou, l’intellectuel africain interverti

331   Fiches bio-bibliographiques des collaborateurs

339   Les numéros d’Interculturel Francophonies

Responsable : ANDREA CALI
Url de référence :
http://alliancefrlecce.xoom.it

La migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines

Ouvrage disponible dans toutes les bonnes librairies :
La Migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines
sous la direction de Cécile Canut et Catherine Mazauric.

Cécile Canut en parle ce jeudi 3 juillet dans La Danse des mots, une émission d’Yvan Amar à réécouter sur RFI.

12 juin 2014
14 x 21
broché
288 p.
28 €
ISBN : 978-2-84670-539-4
http://www.lecavalierbleu.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=402 (extrait disponible à la lecture)

SOMMAIRE
Prologue
– Mise en récits et en images des migrations
(Cécile Canut & Catherine Mazauric)

I. Poétique de la migration
– Migration et comédie de réaction : Le Visa de Kanuté de Habib Dembélé
(Alioune Sow)
– Rendre possible le retour : cinéma et migration en Afrique de l’Ouest
(Carola Mick & Marina Lafay)
– Voyages au féminin et subjectivations transafricaines
(Catherine Mazauric)
– Des pratiques migratoires peu valorisées ? Les chants et les discours entourant les migrations des Burkinabés en Côte d’Ivoire
(Alice Degorce)
– Quand la femme s’en va : regards de trois romanciers africains sur les migrations féminines
(Pierre Soubias)
– Poétique et politique de la migration au Sahara occidental. Les « câ’idîn » : repentants, migrants ou ralliés ?
(Sébastien Boulay)

II. Temps et espaces des migrations
– Les Konpo xooro des migrants soninkés de Dakar : histoire, pratiques et mises en discours
(Cheikhna Wagué & Sandra Nossik)
– Les migrations au Sénégal : essai d’histoire par le bas à travers l’exemple de deux quartiers mythiques de la capitale : Medina et Allées du Centenaire
(Abdourahmane Seck)
– « Quand tes parents ne sont pas ici, c’est très dur ».Récits, imaginaires et dynamiques de (ré)-inscription d’étudiants « diaspo » au Burkina Faso
(Jacinthe Mazzocchetti)
– Morphologie de la « famille à distance » capverdienne. Migrations entre Mosteiros (Fogo, Cap-Vert) et Boston (Massachusetts, États-Unis)
(Pierre-Joseph Laurent)
– Le cap vert dans l’imaginaire des immigrés de la CEDAO : avant le départ et après l’arrivée
(Clémentina Furtado)

III. Mots et maux de la migration
– Trois récits de femmes
(Christine Deprez)
– Quand les hommes haalpulaar se plaignent de la migration : la question de la précarité masculine au coeur des problématiques migratoires dans la vallée du fleuve Sénégal
(Aziz Faty)
– La migration face à la santé mentale au Sénégal : récits, discours et imaginaires
(Véronique Petit, Giulia Pizzolato & Mohamed Ly)
– Symptômes, mensonges, crypto-biographies. L’écriture de l’inquiétude chez les immigrés
(Roberto Beneduce)
– On m’appelle le voyageur…
(Cécile Canut)

Epilogue
– Cicéron et les sans-papiers
(Sylvie Kandé)

Parution (poésie africaine) : L’Etrangère 33-34

L’Étrangère no 33-34

L'Étrangère 33-34

Poésie d’Afrique francophone
L’Étrangère
Illustration de Hélène Amouzou
La Lettre volée / coll. Revue L’Étrangère
Poésie, Revue
14 x 23 cm / 208 pages
ISBN 978-2-87317-412-5
2014
25 €
Disponible
Dist. : Exhibition International (BE) – Les Belles Lettres (FR) Particuliers Belgique

Le présent numéro de la revue L’Étrangère est exclusivement consacré à la poésie africaine de langue française. Il a été préparé par l’auteur tchadien Nimrod, poète, romancier et essayiste, auteur connu d’une oeuvre publiée notamment aux éditions Actes Sud. Comme celui-ci le rappelle dans la présentation de ce numéro double, il ne s’agit pas d’un dossier exhaustif de la poésie africaine francophone, bien que ce qu’il a retenu demeure très représentatif de cette galaxie poétique. Le projet visait non seulement à situer celle-ci, ce que fait de manière remarquable l’auteur du dossier dans son introduction, en particulier en revenant sur l’histoire moderne et contemporaine de cette poésie, mais d’abord et surtout à proposer, il va sans dire, un ensemble de textes afin de donner au lecteur la possibilité de forger sa propre opinion sur cette création à plus d’un titre exemplaire. Cherchant à caractériser cette poésie, l’auteur de l’introduction écrit : « Le poème ressemble souvent chez nous à la course d’un cheval fou. On ne s’en étonnera pas outre mesure. Le lyrisme est le marqueur identitaire de nous autres qui ne disposons pas encore du temps et de l’espace propices à la contemplation d’une carafe d’eau, une fleur, les yeux de l’amante. c’est l’idée qui nous importe, sa haute valeur d’abstraction. »

Avec des contributions de Tanella Boni, Léopold Congo-Mbemba, Jean-Jacques Dabla, Paul Dakeyo, Fernando d’Almeïda, Paulin Joachim, Sylvie Kandé, Amadou Lamine Sall, Koulsy Lamko, Patrice Nganang, Raharimanana, Véronique Tadjo, Kouam Tawa, Ali Abdoul War, Hervé Yamguen.

Revue de création et d’essai sous la direction de Pierre-Yves Soucy.

À propos de l’auteur

L’Étrangère

L’Étrangère est une revue de création et d’essai où la poésie occupe une place certes décisive, mais non exclusive. À raison de trois numéros par an, elle se situe sur le terrain de la création non seulement française et francophone, mais aussi européenne et internationale. Notre intention est d’offrir une idée significative de la création littéraire et poétique, ainsi que de la recherche et de la réflexion touchant à l’ensemble des domaines de la création moderne et contemporaine, au sens large du terme. Le lecteur y trouvera donc des textes qui concernent aussi bien la philosophie que la création plastique, et même la musique, ainsi que des essais interrogeant toutes les dimensions au sein desquelles prennent place et se rendent intelligibles de telles synergies.

URL de référence : http://espace-livres-creation.be/livre/letrangere-no-3334/.