Archives par mot-clé : Postcolonialisme

Conférence : Sony Labou Tansi, une écriture de la décomposition impériale

????????????????????????????????Xavier Garnier, Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale

Xavier Garnier, Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale, Karthala, 2015.

Professeur de littératures française et francophone à l’Université de Paris III, Xavier Garnier évoque la figure de Sony Labou Tansi, disparu il y a 20 ans. L’écrivain congolais Sony Labou Tansi a traité dans son œuvre de romancier, d’essayiste et surtout de poète, des difficultés de la décolonisation. Il a laissé plusieurs œuvres marquantes comme La vie et demie et L’anté-peuple,
Avec Sarah Tournerie, conservateur, département Littérature et art, BnF.

samedi 19 mars 2016, 17h00-18h00

Entrée libre

BnF, François-Mitterrand – Club de l’Est, Quai François-Mauriac – Paris 13e

URL de référence : http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/conferences/f.club_livres.html?seance=1223923618208

Le cycle « Club des livres » propose au public de la BnF de rencontrer des personnalités – auteurs, chercheurs, metteurs en scène, artistes – dont l’œuvre a retenu l’attention. Il se tient au Club de l’Est (Hall est) du site François-Mitterrand le samedi de 17h à 18h. De l’économie à la littérature, des sciences au cinéma et à l’histoire, tous les domaines sont explorés, en lien avec les collections des salles de lecture de la Bibliothèque.

Afriques transversales

Séminaire d’élèves à l’ENS d’Ulm sur l’Afrique : 

Cristina de Middel, The Afronauts http://www.lademiddel.com/the-afronauts-1.html

Afriques transversales” se propose d’interroger les discours sur l’Afrique, en convoquant une pluralité de textes et de disciplines. Les organisatrices ont un pied en histoire, l’autre en littérature, avec quelques notions d’histoire de l’art et d’anthropologie. Toutes les spécialités, toutes les expériences sont bienvenues ! Le séminaire entend fonctionner comme une initiation, un lieu d’investigation autour des sujets africains, mais aussi comme un espace de rencontre, de lecture et de discussion.

Comment parler d’Afrique aujourd’hui ? Quels prismes, quels écueils pour le discours sur un espace aussi vaste que méconnu en France ? Comment tout simplement approcher l’Afrique, souvent laissée à l’écart des cursus classiques ? Comment les débats théoriques sur l’Afrique constituent-ils des voies d’accès à la recherche contemporaine sur la postcolonie, le genre, le nationalisme, l’imaginaire collectif ? Ces questions se posent avec une acuité sans cesse renouvelée. En 1993, Edward Saïd publiait Culture et impérialisme, interrogeant les rapports de domination et de modélisation de l’altérité – plus de vingt après, où en sommes-nous ? Quels textes théoriques peuvent aujourd’hui éclairer le chercheur et comment interagissent-ils avec la réalité des pratiques artistiques contemporaines ? En multipliant les angles d’approche, “Afriques transversales” entend balayer les pistes de réponse possibles. Que vous soyez déjà spécialisé en études africaines, passionné ou simplement rêveur d’Afrique, nous espérons vous offrir, à travers ce séminaire, un espace de débat et de réflexion. Chaque séance sera consacrée à un thème autour duquel se concentrent les problématiques propres au discours des études africaines, permettant d’investiger une notion à définir ou à remettre en cause. Nous aborderons ainsi la question du continuum entre tradition et modernité, l’impérialisme et la subjectivation, l’ethnie et la nation, le statut de l’oralité et des langues africaines. Chaque séance prendra appui sur un corpus de textes, sur un support visuel, éventuellement sur l’intervention d’un invité. Nous avons choisi une heure un peu tardive pour permettre au plus grand nombre de venir, et nous pourrons prolonger les séances autour d’un verre pour ceux qui le souhaitent.

Tous les participants sont les bienvenus : n’hésitez pas à écrire à Florence Wenzek (florence.wenzek@ens.fr) pour toute question ou pour être tenu informé des actualités du séminaire.

Le calendrier :

  • Le lundi 22/02 de 18h00 à 19h30, en salle Beckett
  • Le mercredi 16/03 de 18h00 à 19h30, en salle Celan
  • Le mercredi 20/04 de 18h00 à 19h30, en salle Celan
  • Le mercredi 11/05 de 18h00 à 19h30, en salle Celan
  • Le lundi 30/05 de 18h00 à 19h30, en salle Beckett

Elara Bertho (ancienne élève de l’ENS Lyon, doctorante en littératures comparées à Paris 3)

Ninon Chavoz (élève au département littérature et langages, doctorante en littératures comparées à Paris 3)

Florence Wenzek (élève au département d’histoire)

URL de référence : https://cat.hypotheses.org/a-propos

Littératures africaines et paysage – ELA 39

ELA39_C1_72dpiDisponible : Etudes littéraires africaines, n°39 (2015)

Sortie de presse : 25.08.2015
Livraison envoyée aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Littératures africaines et paysage

Textes réunis par Xavier Garnier et Pierre Halen

L’intérêt mais aussi la difficulté d’une interrogation à propos du paysage dans le corpus des littératures africaines apparaissaient déjà dans African horizons de Christine Loflin. Le mot « hori­zons » dit à lui seul qu’il ne s’agit pas seulement d’espace, mais de point de vue sur l’espace, et aussi de temps, de mémoire, et même d’avenir. C’est dire l’importance d’une notion qui, cepen­dant, peut aussi être soupçonnée d’être trop liée à la perception occidentale de la nature, et notamment à l’histoire de la peinture européenne, plus tard à l’histoire de la photographie coloniale. S’il existe, de toute évidence, de nombreuses vues paysagères de l’Afrique, qui ont été largement diffusées dans le monde par la littérature, la photographie et le cinéma, sans oublier les anciens « diaporamas » coloniaux, en revanche on peut se demander s’il existe des paysages africains, construits par des points de vue africains, ou encore dans des langues et des cultures africaines. En d’autres termes, on peut se demander si le writing back consiste à cet égard plutôt dans une ignorance, voire un refus du paysage, ou plutôt dans un détournement de l’outil paysager au service, désormais, de fins propres.

Le paysage africain : ancestral ou colonial ? (Michel Collot)

La réappropriation du paysage africain dans L’Esclave de Félix Couchoro (1929) (János Riesz)

Les paysages du Karoo dans la littérature sud-africaine : une esthétique de l’indicible (Richard Samin)

« White Writing », « Dark Continent » : les enjeux de la représentation du paysage dans la littérature sud-africaine (Mathilde Rogez)

La savane vierge et sauvage dans les romans d’aventures écologiques pour enfants : l’imaginaire du paysage édénique au service d’une critique du colonialisme ? (Elodie Malanda)

Poétique du paysage dans L’Anté-peuple et La Vie et demie de Sony Labou Tansi (Céline Gahungu)

Les représentations de la nature et la construction d’un nouvel ethos d’“auteur africain” dans Les Bouts de bois de Dieu d’Ousmane Sembène (Sela Tal)

Pourquoi si peu de paysages dans les littératures africaines ? Quelques propositions pour une approche comparatiste (Dominique Ranaivoson)

De quelques enjeux du paysage (ou du non-paysage) (Pierre Halen)

Varia

Rendre audible la voix d’une rescapée tutsie : le rôle du paratexte dans le Livre d’Élise (George MacLeod)

Memory and exile : the transatlantic and diasporic  dimensions of the myth of Ashanti Princess Abla Pokou (Kouamé Adou)

À propos de…
Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud

Comptes rendus

ELA_Africaine_39_C1_Couv_web

ELA39_pp1-4

Sortie de presse : 25.08.2015
Cette livraison sera envoyée à partir du 25.08 aux membres de l’APELA (en règle de cotisation) ainsi qu’aux abonnés.

Pour s’abonner ou renouveler sa cotisation :
http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/

Pour vérifier l’état de sa cotisation ou de son abonnement, s’adresser au Trésorier :
M. Richard Samin

Courriel : Richard.Samin@univ-lorraine.fr

Le Polar africain

polar_af Le Polar africain

A nouveau disponible suite à un nouveau tirage

s’adresser à
Mme Laurence Chabeaux <laurence.chabeaux@univ-lorraine.fr>
à la réouverture des bureaux : 25 août 2015

Textes édités par Bernard De Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari.

Metz : Centre de recherches « Ecritures », coll. Littératures des mondes contemporains, série Afriques, n°8, 2013, 260 p. – ISBN : 978-2-917403-23-5. 17 €

La distinction jadis entretenue entre la littérature et une « paralittérature » qui serait sans intérêt, – caractérisée par le fait divers et par un lectorat peu instruit ou pressé, – est aujourd’hui caduque. Sans doute la critique a-t-elle longtemps été abusée par l’origine populaire des premiers auteurs ou bien par les thèmes abordés, négligeant le travail de création et l’imaginaire mis en œuvre.

Les contributeurs du présent ouvrage, attentifs à l’évolution du genre policier et à ses développements, singulièrement dans le champ francophone, éclairent le corpus récent du roman policier africain à partir de plusieurs perspectives : histoire littéraire, poétique, réception, herméneutique, etc. Ils mettent en évidence la singulière créativité d’auteurs comme Bolya Baenga, Achille Ngoye, Modibo Sounkalo Keita, Mongo Beti ou Alain Mabanckou et prennent la mesure d’un genre en pleine évolution dans toutes ses dimensions littéraire, sociologique, anthropologique et politique.

Quels sont les enjeux profonds de la réappropriation, par les auteurs du continent africain ou de ses diasporas, du genre policier, associé par Jacques Dubois à l’idée de « modernité » ? Y a-t-il une spécificité africaine du genre, ou cette appropriation signifierait-elle que les littératures africaines rejoignent ainsi, simplement, les pratiques les plus répandues de la littérature contemporaine ? Quelles valeurs, de conformité à l’ordre social ou au contraire de protestation et de résistance, sont-elles ainsi mises en œuvre ?

Continuer la lecture de Le Polar africain

Hybridations et tensions narratives au Maghreb et en Afrique subsaharienne

Le château vu d’en haut © photo : Archives Pontigny-Cerisy

 Centre Culturel International de Cerisy

Colloque international

du 22 au 29 juillet 2015

Direction : Anne BEGENAT-NEUSCHÄFER, Tania CELESTINO de MACÊDO, Daniel DELAS, Khalid ZEKRI

Le processus d’hybridation culturelle qui caractérise de plus en plus les sociétés du Maghreb et d’Afrique subsaharienne implique l’articulation des différentes composantes identitaires, culturelles et esthétiques qui les constituent. Cela suppose également que les tensions qui résultent de cette articulation donnent lieu à une négociation qui aboutirait à la reformulation du vivre-ensemble. C’est pour cela que l’hybridité n’est pas à confondre avec un quelconque mélange ou patchwork de composantes culturelles “condamnées” à cohabiter.

Les littératures du Maghreb et d’Afrique subsaharienne constituent un espace symbolique où se déploie, avec toutes les tensions que cela suppose, le processus d’hybridation et de traduction culturelle. Ce qui se constate dans les littératures d’Afrique, dans toutes ses expressions linguistiques, c’est un travail de disponibilité que l’écrivain opère à l’intérieur de son univers fictionnel en explorant de nouvelles possibilités d’existence qu’il exprime à travers des tensions narratives dont les formes diffèrent d’un contexte à un autre. Le présent colloque envisage d’explorer les liens et les clivages des champs littéraires africains de langue française et portugaise afin de mieux saisir les potentialités de cette parole littéraire.

Flyer du colloque avec bulletin d’inscription : FlyerLitteraturesafrique2015

PROGRAMME à consulter en cliquant sur Lire la suite

(Et pour consulter les résumés des communications, télécharger le programme en pdf et s’informer des mises à jour, consulter la page http://www.ccic-cerisy.asso.fr/litteraturesafrique15.html)

Continuer la lecture de Hybridations et tensions narratives au Maghreb et en Afrique subsaharienne

Épopées postcoloniales

Épopées postcoloniales

et échanges transatlantiques

Journée d’études

Lundi 6 juillet 2015

Université Paris Diderot-Paris 7, Salle 679C, Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann (Bâtiment C, 6e étage)

Cette journée d’études est le second volet d’une manifestation organisée par Delphine Rumeau et Catherine Mazauric en juin 2014 à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Elle sera l’occasion d’écouter les derniers participants au projet, d’échanger et de clore la réflexion collective avant la publication des actes.
A cette occasion, il s’agit de continuer à penser les relations que les littératures postcoloniales construisent avec l’épopée, de déployer – dans la perspective d’un comparatisme résolument différentiel – les échanges transatlantiques qui se nouent entre des corpus africains, américains, caribéens et européens, ainsi que les questionnements politiques et identitaires portés par la circulation de ces modèles littéraires. Quelles sont les lignes de partage, mais aussi parfois de convergence, entre épopées des colonisateurs et épopées des colonisés ? Quelles sont les modalités d’imitation, de détournement et de réappropriation des récits épiques ? Quels genres littéraires l’épopée postcoloniale traverse-t-elle et privilégie-t-elle ? Dans quelles formes référentielles et fictionnelles se coule-t-elle ?Parce qu’elle engage fondamentalement une relation aux ancêtres et à l’héritage (politique, historique, culturel), l’épopée cristallise des rapports de pouvoir et engage des jeux de reconfiguration. La construction du fait national acquiert une certaine urgence dans les pays anciennement colonisés et soumis à des violences politiques et économiques extrêmes, où la gouvernance mondiale s’adosse à une reféodalisation du monde conduite par les multinationales. Les épopées postcoloniales inventent-elles de nouvelles institutions du pouvoir ou mettent-elles en fiction d’autres possibles politiques ?
Programme à consulter en cliquant sur Lire la suite.

Continuer la lecture de Épopées postcoloniales

AAP : Figures historiques et mémoire(s) collective(s). De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial

Appel journées d’études doctorales

Le 25 septembre 2015 à Paris Diderot

Date-limite d’envoi des propositions : 30 mai 2015

Cette journée d’études doctorales s’intéresse à la représentation des figures historiques dans les Antilles, dans les Afriques et en Asie, dans une perspective transdisciplinaire à l’articulation de la littérature, de l’histoire et de l’anthropologie. L’objectif est de cerner les différents usages du passé dans la mise en récit, et de décrire comment la narration structure les discours mémoriels et participe de la construction identitaire et nationale.

Dans les romans, dans les chants, à la radio, au cinéma, ou même dans les séries télévisées ou sur internet, les figures héroïques constituent un thème privilégié des productions culturelles du contemporain. Dans quel régime d’historicité ces œuvres et ces récits s’inscrivent-ils ? De quels imaginaires collectifs sont-ils le reflet, et en retour, comment ces textes au sens large structurent-ils les représentations du passé ?

Cette journée d’études doctorales s’inscrit donc dans une perspective résolument transdisciplinaire (histoire, histoire de l’art, littérature, anthropologie…), et vise à éclairer l’articulation entre le récit historique et la construction identitaire. Prenant acte qu’il n’est de communautés qu’« imaginées » (Benedict Anderson), il s’agira d’analyser la part de rhétorique inhérente à ces imaginaires. Dès lors, l’enjeu est de démêler les relations qui se tissent entre mise en fiction, mémoire historique et représentations collectives. La question n’est pas de jauger le degré de véridicité de ces récits, mais plutôt de souligner l’efficacité pragmatique de leur pouvoir performatif ainsi que leur réinvestissement symbolique.

Nous nous intéresserons à des figures issues de sociétés coloniales et postcoloniales (Antilles, Afriques, Asie). Par figures, nous entendons les « héros nationaux », grands ancêtres ou pères de la nation, qu’il s’agisse par exemple de conquérants ou d’empereurs précoloniaux, de résistants à la colonisation, d’acteurs des indépendances, ou des « hommes – et des femmes – illustres » des sociétés postcoloniales. Les producteurs de cette mémoire en action sont pour le moins divers, depuis les hommes politiques et les leaders d’opinion, jusqu’aux acteurs subalternes, en passant par les artistes, les détenteurs des savoirs locaux, et les intellectuels. Dès lors, les discours eux-mêmes appartiennent à divers registres, tantôt officiels, tantôt informels, et font l’objet de différents usages et modes d’appropriation qui transcendent les catégories binaires de « populaire » et d’« élite ». Seront particulièrement appréciées les communications portant sur une figure particulière, ou sur un « panthéon mémoriel » dans un pays ou une région donnée. Les communications plus transversales ou théoriques, portant sur le lien entre la construction des discours historiques et les usages du passé, seront également examinées.

Les propositions de communication (500 mots) devront être envoyées au format .pdf avant le 30 mai 2015 aux adresses suivantes : elara.bertho@gmail.com et florentpiton1@gmail.com.  Un avis d’acceptation sera envoyé avant le 30 juin 2015. Les communicants sélectionnés sont invités à se renseigner auprès de leurs institutions de rattachement pour une prise en charge financière.

La journée d’études se tiendra le 25 septembre 2015 de 14h00 à 17h00 à l’université Paris Diderot. Les communications n’excéderont pas trente minutes.

Comité d’organisation :

  • Elara Bertho, doctorante en littérature comparée à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (Thalim, UMR 7172)
  • Florent Piton, doctorant en histoire de l’Afrique à l’université Paris 7 – Denis Diderot (CESSMA, UMR 245)