Archives par mot-clé : Rencontre

1994 – 2014 Mémoire(s) du Rwanda

Africultures consacre une livraison spéciale de sa Newsletter à la 20e commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda : nouvelles parutions, entretiens avec Scholastique Mukasonga et avec Bruce Clarke, cinéma, danse, expositions, colloque, conférences, Chant d’encre : slamer contre l’oubli… manifestes pour l’avenir et mémoires en construction.

A noter aussi, des pages dans Le Monde des livres daté de ce vendredi 4 avril 2014, ainsi qu’un entretien en pages intérieures avec Rithy Panh, Jean Hatzfeld et Jacques Sémelin.

Et à écouter sur France Culture : Emission spéciale Rwanda avec Benjamin Rutabana et Jean Hatzfeld

ainsi que sur RFI : Comment écrire après ?

Soirée littéraire “Rwanda, 20 ans après”

Soirée littéraire “Rwanda, 20 ans après” ce 1er avril au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles

 

Bozar_Rwanda_3 Ce mardi 1er avril 2014 à 20h au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, CEC en partenariat avec BOZAR LITTERATURE invitent trois auteurs africains de renom pour une soirée de commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda, 20 ans après les faits. Véronique Tadjo, Boubacar Boris Diop et Dorcy Rugamba prennent soin de perpétuer la mémoire du génocide, qui a causé un million de morts. Ils s’expriment ensemble durant la soirée littéraire Rwanda, 20 ans après.

Véronique Tadjo (Côté d’Ivoire) et Boris Boubacar Diop (Sénégal) sont deux écrivains ayant participé au projet « Rwanda, écrire par devoir de mémoire ». Il s’agissait, quatre ans après la tragédie, de se rendre sur les lieux du génocide et d’écrire à l’issue de cette résidence un livre-témoignage. La gageure était de taille et malgré les difficultés de la tâche, ils ont su trouver les mots pour vaincre l’indifférence et l’oubli. 20 ans après, ils nous livrent leurs témoignages et nous disent comment cette expérience a influencé leur écriture.

La rencontre se propose aussi d’interroger plus largement sur le rôle et la place des artistes, sur les conséquences, les enjeux et les pièges de leurs engagements. Et, bien sûr, de porter un regard sur le Rwanda d’aujourd’hui : Qu’en est-il 20 ans après ? Les artistes rwandais ont-ils pris en compte cette blessure dans leurs créations ? De quelles façons ?  Est-il encore trop tôt pour oser la fiction ? Nous aborderons ces questions également avec Dorcy Rugamba, auteur, comédien et metteur en scène rwandais. 


altLa soirée sera également l’occasion de découvrir le projet artistique “Les Hommes debout”, initié par l’artiste plasticien Bruce Clarke, au travers d’une projection. 

Le projet artistique et commémoratif “Les Hommes debout” tente de redonner une présence aux disparus et de restaurer l’individualité des victimes, de leur rendre leur dignité. 

Le 1er avril 2014 à Bruxelles, lors de la soirée littéraire de commémoration Rwanda, 20 ans après, un court film présentant une partie du projet “Les Hommes debout” sera présenté au public. 


Intersections2Enfin, la soirée de commémoration Rwanda, 20 ans après, sera également l’occasion de découvrir le 2ème numéro de la collection Intersections intitulé “Ecrire pour le Rwanda”

Souvent, les arts – et la littérature plus particulièrement – commémorent et traitent des événements marquants. Vingt ans après le génocide des Tutsis au Rwanda, Intersections souhaite rendre hommage à tous ces écrivains et artistes, qui à travers une démarche artistique propre contribuent à la construction d’une mémoire collective : chaque œuvre est un hommage aux victimes et aux rescapés. Intersections, fenêtre ouverte sur les littératures d’Afrique et des Caraïbes, à mis particulièrement en évidence dans ce numéro les écrivains africains qui ont été parmi les premiers à s’engager dans cette voie, dans le cadre du projet “Rwanda : écrire par devoir de mémoire”. Ceux-ci nous livrent leurs témoignages, leur expérience humaine et nous disent comment celle-ci a influencé leur écriture.

Infos pratiques et renseignements complémentaires sur CEC.

Nouveaux rires africains et afropéens : rencontre littéraire au Musée Dapper

Rencontre littéraire au Musée Dapper : Nouveaux rires africains et afropéens

Samedi 29 mars à 14h30.

http://www.dapper.fr/fiche-spectacle.php?id=225

Lors de cette rencontre proposée par l’association Humoresques à l’occasion de la parution du numéro 38 (“Nouveaux rires africains et afropéens”) de la revue éponyme, la question de la spécificité de l’humour africain sera abordée à la fois dans la production romanesque la plus récente, mais également dans la production artistique dans son ensemble (cinéma, théâtre, caricatures de presse…).

Le comique sera en effet envisagé comme une composante à part entière d’un mode de vie, par certains aspects né en Afrique et qui se prolonge aujourd’hui d’une certaine manière parfois dans la diaspora, au sein de la création proprement artistique donc, mais aussi au-delà.

Géographie littéraire en Afrique – Itinéraires d’écrivains

 Soyinka Un café géographique à Toulouse, mercredi 26 mars à 18h30, au Bistro de Julie (4 allées Paul Feuga, Métro Ligne B, Tram T1, Bus 1 & 12, Arrêt Palais de Justice)

Débat introduit par Alain RICARD

(directeur de recherches émérite au CNRS, Histoire des littératures et anthropologie de la textualité, laboratoire LAM – Les Afriques dans le Monde, IEP Bordeaux)

“Pas le paysage tout seul, mais un homme dans un paysage”, voilà ce qui m’intéresse dit à Thomas Tranströmer,  un  ancien  prisonnier de Robben Island : en somme,  dans le texte, le paysage est un objet  littéraire,  mais aussi un objet politique  et social.

Le Prix Nobel  2003,  John Coetzee,  a beaucoup réfléchi sur l’espace et le paysage dans la littérature de l’Afrique du sud. Dans le livre qu’il consacre à ces thèmes,  il ne mentionne pas la littérature en langues  africaines. C’est dommage :

– Il aurait trouvé chez Thomas Mofolo), un maître de la  description, un amoureux de la nature  et  l’inventeur de la prose sesotho.

– De même  chez Sol Plaatje, premier romancier  noir anglophone,  il aurait trouvé une sensibilité à l’espace, avivée par la  spoliation dont les Africains furent victimes dans la loi foncière de 1913, première étape de l’apartheid sud-africain.

Wole Soyinka, Prix Nobel 1986 est lui un écrivain  des forêts et des lagunes : poète et dramaturge, ilconçoit l’espace comme une image de son pays, unterritoire  à  nationaliser.  Ses poèmes et ses pièces de théâtre nous font  voyager à travers le Nigéria.

– Enfin Fily Dabo Sissoko, poète malien, contemporain oublié de Senghor,  mort en prison à Kidal en 1964, réhabilité  en 2000,  est l’un des rares écrivains de l’Afrique francophone à  avoir donné un récit de voyage et à s’être intéressé à  tout l’espace africain .  Il nous  montre l’Afrique, du Kenya à Madagascar dans Au-dessus des nuages.

Thomas MOFOLO  (Lésotho, 1876-1948) : Chaka, une épopée bantoue, 1925, Gallimard – L’Imaginaire 2010.

Sol PLAATJE: (Afrique du sud, 1876-1932) : Muhdi, la vie des indigènes en Afrique du Sud il y a 100 ans, 1930, Actes sud 1997.

Wole SOYINKA (Nigeria, 1934-) : Il te faut partir à l’aube, Actes sud, 2007.

Fily Dabo SASSOKO (Mali, 1900-1964) : Les jeux du destin, J. Grassin 1970.