Archives par mot-clé : Rencontre

Hommage à Sony Labou Tansi par la Comédie-Française

9e669f7d5bd1aebc54139e0fcccf966bles Lectures vagabondes à la Comédie-Française
Sony Labou Tansi, Gustave Akakpo, Julien Mabiala Bissila, Hakim Bah

Lecture vagabonde #1
La Résurrection rouge et blanche de Roméo et Juliette

de Sony Labou Tansi

samedi 10 octobre 2015 à 15h au Théâtre du Vieux-Colombier

La première édition de ces Lectures vagabondes nous conduira en Afrique subsaharienne, où la dramaturgie francophone œuvre, depuis plusieurs générations maintenant, à explorer les liens féconds entre langage et identité. Dans le cadre de la commémoration organisée à l’occasion des 20 ans de sa disparition, la Comédie-Française rend hommage à l’auteur congolais Sony Labou Tansi.

« Cette adaptation de Roméo et Juliette est une lettre confidentielle à tous ceux qui veulent rester humains dans un monde de plus en plus ensauvagé. » Sony Labou Tansi metteur en voix Gustave Akakpo
avec la troupe de la Comédie-Française
Catherine Sauval, Martine Chevallier, Alain Lenglet, Jérôme Pouly, Stéphane Varupenne, Gilles David, Noam Morgensztern, Anna Cervinka et Laurent Muhleisen
Prochaines Lectures vagabondes
5 décembre 2015 | Crabe rouge de Julien Mabiala Bissila
6 février 2016 | Gustave Akakpo (texte en cours)
28 mai 2016 | La nuit porte caleçon de Hakim Bah

Continuer la lecture de Hommage à Sony Labou Tansi par la Comédie-Française

Folk art africain ?

Folk Art Africain ? Créations contemporaines en Afrique subsaharienne

Jeudi, 24 septembre, 2015Samedi, 19 décembre, 2015
Un récit choral qui exprime, à travers la vitalité des cultures populaires de l’Afrique subsaharienne, les métissages entre traditions et modernités. Vernissage jeudi 24 septembre à 19h.
Dans le cadre de la saison “Afriques contemporaines”
À l’instar d’une Afrique composite, cette exposition présente la création dans son expression la plus diverse, puisant aux sources d’une culture populaire incroyablement vivante, dans l’énergie du temps présent, déjouant l’idée même d’unité ou d’homogénéité. S’il est vain de résumer à grands traits l’histoire de l’art africain comme sa dimension contemporaine, que nous racontent les artistes Omar Victor Diop, Kifouli Dossou, Samuel Fosso, Romuald Hazoumè, J-P Mika, Gerard Quenum, Sory Sanlé, Amadou Sanogo, Kiripi Katembo et Ablaye Thiossane, de cette Afrique multiculturelle ? Vraisemblablement, les artistes continuent de jouer avec d’anciennes partitions qui recouvrent des champs aussi larges que la musique, l’artisanat, le chant, la danse, la spiritualité, etc. D’où l’idée de convoquer ici la notion de folk-lore (de l’anglais « folk », peuple, et de « lore », savoir), étant compris comme un processus permanent de fabrication d’un art vivant puisant sa force dans les liens de transmission, d’hybridation et de recyclage, qui conduit à une sorte de remix réinventé entre inspirations séculaires et aspirations modernes.
Commissariat Claire Jacquet

Autour de l’exposition :

Colloque : « La Fabrique de l’art contemporain en Afrique »
Jeudi 24 septembre, 14h -17h30 : colloque au CAPC en partenariat avec le LAM – Les Afriques dans le Monde.
Auditorium du CAPC, tout public, entrée libre
Rencontre avec les artistes Omar Victor Diop et Amadou Sanogo
samedi 26 septembre, 15h30
Frac Aquitaine, tout public, entrée libre
Rencontre/Présentation
Vendredi 25 septembre, 18h
Salon Albert Mollat, librairie Mollat Bordeaux
Présentation de l’ouvrage Folk art africain avec Claire Jacquet et Florent Mazzoleni, auteurs et Amadou Sanogo, artiste, modératrice : Maëline Le Lay, chargée de recherche CNRS, LAM.

En savoir +.

Hybridations et tensions narratives au Maghreb et en Afrique subsaharienne

Le château vu d’en haut © photo : Archives Pontigny-Cerisy

 Centre Culturel International de Cerisy

Colloque international

du 22 au 29 juillet 2015

Direction : Anne BEGENAT-NEUSCHÄFER, Tania CELESTINO de MACÊDO, Daniel DELAS, Khalid ZEKRI

Le processus d’hybridation culturelle qui caractérise de plus en plus les sociétés du Maghreb et d’Afrique subsaharienne implique l’articulation des différentes composantes identitaires, culturelles et esthétiques qui les constituent. Cela suppose également que les tensions qui résultent de cette articulation donnent lieu à une négociation qui aboutirait à la reformulation du vivre-ensemble. C’est pour cela que l’hybridité n’est pas à confondre avec un quelconque mélange ou patchwork de composantes culturelles “condamnées” à cohabiter.

Les littératures du Maghreb et d’Afrique subsaharienne constituent un espace symbolique où se déploie, avec toutes les tensions que cela suppose, le processus d’hybridation et de traduction culturelle. Ce qui se constate dans les littératures d’Afrique, dans toutes ses expressions linguistiques, c’est un travail de disponibilité que l’écrivain opère à l’intérieur de son univers fictionnel en explorant de nouvelles possibilités d’existence qu’il exprime à travers des tensions narratives dont les formes diffèrent d’un contexte à un autre. Le présent colloque envisage d’explorer les liens et les clivages des champs littéraires africains de langue française et portugaise afin de mieux saisir les potentialités de cette parole littéraire.

Flyer du colloque avec bulletin d’inscription : FlyerLitteraturesafrique2015

PROGRAMME à consulter en cliquant sur Lire la suite

(Et pour consulter les résumés des communications, télécharger le programme en pdf et s’informer des mises à jour, consulter la page http://www.ccic-cerisy.asso.fr/litteraturesafrique15.html)

Continuer la lecture de Hybridations et tensions narratives au Maghreb et en Afrique subsaharienne

Africa Acts – Performance Arts from Africa and the Diaspora

http://africaacts.ecas2015.fr/

Paris, 5-12 juillet 2015

Lieu d’horreur, d’exotisme. Continent à la traîne, assisté, où tout resterait à faire. Terre sans défense. L’Afrique racontée par le « Nord » est en bien mauvaise posture. Ou, discours inverse, serait en plein boom économique et, du coup, prend des allures de Far West.

Extrêmes. Absence radicale de nuances. Absence, surtout, de réflexion.

Face à cela, un impératif : laisser la parole. Cesser de parler pour l’Afrique et de capturer son langage. Se le dire une fois pour toutes : il n’est pas une mais des Afriques.

Cet impératif, AFRICA ACTS le fait sien.

Carte blanche à douze artistes et collectifs – performeurs, danseurs, musiciens, poètes, cinéastes et vidéastes, DJs, VJs –, cette manifestation d’une semaine évacue clichés et idées préconçues.

Rigoureux, exigeants, ludiques aussi : les artistes au cœur d’ AFRICA ACTS décapent. Ils ont en commun un refus de la facilité, un engagement dans et pour des formes artistiques qui questionnent les limites de leurs disciplines. ACTion, ACTes posés, ACTualité : à travers leurs œuvres se dessinent tout à la fois une critique sans quartier de la violence sociale, économique et politique à l’échelle globale et un désir de la transcender. Individuellement et tout ensemble, ils posent sur le monde qui les entoure des regards qui tendent à le ré-enchanter : le repenser, le rêver à l’aune d’imaginaires qui mettent à mal stéréotypes et idées reçues.

Premier événement en son genre en France, AFRICA ACTS propose un parcours à travers de nombreux lieux de la capitale : musées et centres d’art contemporain, jazz clubs, amphithéâtres d’université, rues et parvis. Au cœur de l’action, les arts de la performance, espaces du participatif, de l’inclusif, dont les publics deviennent des acteurs à part entière.

La semaine AFRICA ACTS intervient en parallèle de la European Conference on African Studies (ECAS). Colloque de renommée internationale,  l’ECAS se réunit tous les deux ans dans une grande ville européenne. A la Sorbonne, il rassemble pour cette session  près de 2000 chercheurs autour d’une question clé, celle des « Mobilisations collectives en Afrique ». A cette thématique, l’engagement d’AFRICA ACTS fait puissamment écho.

Sami Tchak, Ecriture et tabous

Vendredi 27 mars 2015
de 14h à 16h, à la Librairie Etudes du Mirail (Campus), Toulouse

Sami Tchak – Ecriture et tabous

photo extraite du blog de la librairie Etudes Mirail (dr)

Rencontre animée par Pierre Soubias
Spécialiste des littératures francophones
LLA-Créatis, UT2J Toulouse

Rencontre organisée en partenariat avec le Prix du Jeune Ecrivain 2015 dont Sami Tchak est membre du Jury.

Sami Tchak écrivain et essayiste, sociologue de formation, est né au Togo en 1960. C’est dans le cadre de ses activités de sociologue que le hasard le conduira à Cuba en 1996. La découverte du Mexique, puis de la Colombie par la suite vont influencer ses choix littéraires.
Depuis son roman Hermina en 2003, chez Gallimard, tous ses livres se passent dans une Amérique latine « imprécise » qui fait aussi beaucoup penser à l’Afrique. En 2004, il a gagné le Grand prix littéraire d’Afrique noire, pour l’ensemble de son œuvre.
La rencontre animée par Pierre Soubias s’attachera à retracer le chemin littéraire de Sami Tchak depuis Place des fêtes (Gallimard 2001) jusqu’à son dernier roman Al Capone le Malien (Mercure de France, 2011) en s’appuyant sur son dernier essai La couleur de l’écrivain (La Cheminante, 2014).
Seront également présents deux jeunes écrivains, finalistes du Prix du Jeune Ecrivains 2015 : Léa Cassagnau et Carl-Keven Korb.

URL de référence : http://blog.etudesmirail.com/rencontre-du-2703-sami-tchak-ecriture-et-tabous-animee-par-pierre-soubias/.

Table ronde autour de l’ouvrage Anthropolitiques

COUV 16x24 anthropolitiques.inddMaison des Sciences de l’Homme de Montpellier
Table ronde autour de l’ouvrage « Anthropolitiques »
Le lundi 16 mars 2015, de 14h à 16h à la MSH-M
À l’occasion de la sortie de l’ouvrage Anthropolitiques. Jean-Loup Amselle, une pensée sans concessions  dirigé par Anthony Mangeon (Éditions Karthala – MSH-M, 2015), la MSH-M organise le lundi 16 mars 2015 une table ronde de 14h à 16h en présence des auteurs (salle de séminaire de la MSH-M).
L’anthropologie de Jean-Loup Amselle se distingue par son attention constante à l’histoire et par sa conception pragmatique des identités comme résultantes de rapports de force toujours susceptibles d’être modifiés. On lui doit la déconstruction des catégories d’« ethnie » et de « métissage », une critique acerbe de l’ethnologie coloniale, de l’idéologie républicaine et de leurs raciologies conjointes, mais également l’élaboration de cadres conceptuels nouveaux. Sa théorie des « branchements » – ou toutes les dérivations opérées à partir d’un réseau, ainsi que les torsions et emprunts latéraux entre divers « lieux de la culture », toujours en tension relationnelle les uns avec les autres – présente ainsi une alternative féconde aux théories postcoloniales de la polarisation et de l’hybridité.

Modérateur : Éric Soriano

Auteurs présents : 
  • Jean-Loup Amselle
  • Valérie Arrault
  • Anthony Mangeon
  • Yannick-Martial Ndong Ndong
  • Brice Herbert Ngouangui
  • Claudine Raynaud
  • Éric Villagordo

Le Corps liquide, de Kossi Efoui, mise en scène Koffi Kwahulé

corps-liquide-2015-160215 (5)11e édition des Frankolorés
 
Mardi 10 Mars  – Théâtre de l’Epée de Bois (Cartoucherie)
 
18h30 Rencontre autour de l’écriture de Kossi Efoui animée par Selim Rauer avec Pénélope Dechaufour et Marie-Julie Chalu.
 
20h30 Représentation exceptionnelle du spectacle “Le Corps Liquide” de Kossi Efoui, mise en scène Koffi Kwahulé (assisté de Marie-Julie Chalu) avec Roselaine Bicep (Une production Compagnie Aventhurine) suivi d’un bord de scène animé par Sylvie Chalaye
10933822_902054203168018_9161256844759419952_n