Archives par mot-clé : Revue

Théâtre, performance et parole politique dans l’espace public

Cahiers de littérature orale 89-90/2021

sous la direction d’Elara Bertho, Aurore Desgranges et Maëline Le Lay.

« Jouer dehors ! », « libérer la scène », « libérer la parole » : autant d’appels répétés à un théâtre qui se veut « libéré » d’un ensemble de contraintes plus ou moins explicitement nommées. Libérer le théâtre, oui, mais de quoi ?

Ce numéro est consacré aux formes d’expressions verbales et de performances qui investissent l’espace public et qui revendiquent par ce geste, sinon de faire un théâtre politique, à tout le moins de libérer une parole enfouie, tue ou généralement ignorée et habituellement absente du plateau de jeu. Sortir « dans la rue », jouer « dehors », prendre possession de l’espace public, en somme sortir des théâtres, des arènes, des scènes, permettrait une adéquation entre parole politique et espace public, libérant la parole des citoyens sur des sujets de société sensibles ou qui font débat (des questions sociales, politiques, mais aussi de genre). Du Chili à Marseille, en passant par le Brésil, le Burundi, le Mali, le Rwanda et Sevran, ce numéro approfondit la définition, la portée et les enjeux de divers théâtres joués dans l’espace public.

Sommaire et articles : https://journals.openedition.org/clo/9713

AAC: Politiques du roman francophone africain

Politiques du roman francophone africain – Enjeux esthétiques

Présentation & soumission des articles

Les propositions d’environ 300 mots accompagnées d’une courte biobibliographie sont à envoyer à l’adresse suivante  emmanuel.ndour@wits.ac.za

Calendrier

  • Soumission des propositions : avant le 15 décembre 2022
  • Notification des auteurs : le 10 janvier 2023
  • Soumission des articles : avant le 1 juin 2023
  • Date de publication : 1er trimestre 2024

Argumentaire

S’il est vrai que les écrivains francophones africains d’aujourd’hui élaborent des modes de fiction en phase avec les modes de vie contemporains, leurs expressivités prennent également en charge des problématiques sociopolitiques soulevées dans divers espaces nationaux et transnationaux, telles les questions d’injustice, de marginalisation ou d’oppression. Leurs modalités esthétiques opèrent des transformations du territoire (vers un lieu expansif) et du sujet (vers une écriture autoréflexive), ainsi que des réorientations culturelles (de l’acculturation à la transculturation). Elles inventent également de nouvelles perspectives du déplacement (de la diaspora vers la métaspora). Ces nouvelles positions constituent aujourd’hui « le terrain esthétique » (Rancière 2000 : 8) qui donne forme à la dimension politique de ces expressivités littéraires.

L’objectif de ce volume est d’examiner la mise en scène – poétique – d’une politique de la littérature dans les fictions romanesques des francophonies africaines. Selon la définition de Jacques Rancière : « L’expression “politique de la littérature” implique que la littérature fait de la politique en tant que littérature » (Rancière 2007 : 11). Ainsi, il importe de préciser que nous explorerons la politique non pas en termes d’« engagements personnels » des écrivains dans des débats politiques ou sociaux (ibid.). Il s’agira plutôt d’observer comment, à partir des œuvres, les auteurs proposent d’appréhender le monde et les communautés qui le constituent et, aussi, opèrent des réaménagements politiques. Ainsi, ce dossier s’intéresse-t-il tout particulièrement aux représentations des hiérarchies sociales, des dynamiques d’exclusion et d’inclusion, aussi bien qu’aux procédés par lesquels les auteurs africains proposent des renversements de l’ordre établi ou des redistributions du pouvoir. Continuer la lecture de AAC: Politiques du roman francophone africain

Futurs africains

Journée d’études 2022 de l’APELA

Futurs africains

 
Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue prochaine de la journée d’études de notre association, qui sera consacrée à la question des « Futurs africains », abordés sous l’angle de l’utopie et de la dystopie.
Nous nous retrouverons le mercredi 16 novembre à la Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle (4 rue des Irlandais 75005 Paris) pour le programme suivant :
 
  • 9h-11h15 : Présentation du numéro 54 de la revue Etudes Littéraires Africaines « Futurs africains » par les contributeurs du dossier (en présence d’Elara Bertho, Melissa Buecher-Nelson, Francesca Cassinadri, Vittoria Dell’Aira, Céline Gahungu, Khadr Hamza, Peter Maurits)
  • 11h30-12h15 : Entretien avec Gavin Chait mené par Ninon Chavoz, Vittoria Dell’Aira et Anthony Mangeon

Pause déjeuner

  • 14h30-15h15 : Entretien avec Annie Lulu mené par Ninon Chavoz et Anthony Mangeon
Pour les membres de l’association, ces discussions scientifiques seront suivies par une assemblée générale, qui se tiendra dans les mêmes locaux. 
Dans la mesure du possible, la journée sera diffusée en ligne (lien Zoom diffusé sur la liste Apela).

Statuaire, mémoires et représentations au tournant décolonial

NaKaN. Journal of Cultural Studies

Issue 1/Numéro 1, Mars 2022

Statuary, memory and representations in the decolonial era/statuaire, mémoires et représentations au tournant décolonial

e-ISSN : 2779-6981

sous la direction de Frédéric Lefrançois

Présentation

Dans la Caraïbe, en Afrique, en Europe, aux États-Unis, et en d’autres points du globe, les statues de certains personnages historiquement liés à l’esclavage, ou à la colonisation, sont prises pour cibles, comme pour signifier une volonté collective de censure ou d’exclusion de symboles relayant l’apologie de crimes contre l’humanité. Destruction méthodique de deux statues de Victor Schœlcher en Martinique, dégradation artistique de celle de Léopold II en Belgique et de celle du Général Lee en Virginie, sans oublier le déboulonnage et la projection spectaculaire de la statue du négrier Edward Colston dans une rivière à Bristol : autant d’événements de l’actualité récente qui interrogent fortement la symbolique sculpturale du biopouvoir.
Les grands médias et réseaux sociaux transnationaux (par exemple, les mouvements #mustfall, #Blacklivesmatter) ont tôt fait de s’emparer du dossier, répercutant au passage l’écho d’une grande diversité de réactions, allant de l’approbation totale aux critiques les plus acerbes. Quelles peuvent être les motivations profondes à l’origine de tels agissements ? Faut-il voir en ces mouvements le renouvellement des luttes anticoloniales des décennies précédentes ? La résurgence ou la réappropriation de mémoires étouffées par une mémoire officielle, promue par les États et célébrée à l’occasion des commémorations publiques ? Que faire des symboles de domination occidentale tels que les statues, monuments ou enseignes glorifiant l’œuvre dite « civilisatrice » de colons ou d’abolitionnistes ? Que faire des héritages d’une histoire « glorieuse » pour les uns et « douloureuse » pour les autres ?
Pour répondre à ces questions, parmi tant d’autres, nous proposons de structurer ce numéro inaugural de NaKaN, revue de Mélanges Caraïbes, association internationale de chercheurs et acteurs culturels des Amériques et du monde diasporique, autour de trois axes thématiques principaux et complémentaires :

  • Statuaire, discours et colonialités,
  • Mémoires et patrimonialisation,
  • Héros et mythes.

URL de référence : https://nakanjournal.com/statuary-memory-and-representations-in-the-decolonial-era-statuaire-memoires-et-representations-au-tournant-decolonial/

Ahmadou Kourouma (Roman 20-50)

Roman 20-50, n° 73/juin 2022

Ahmadou Kourouma : Les Soleils des indépendances, Monnè outrages et défis, En attendant le vote des bêtes sauvages, Allah n’est pas obligé et Quand on refuse on dit non

Édité par Christian Morzewski, Dominique Ranaivoson

Premier écrivain africain francophone, Ahmadou Kourouma est l’auteur d’une œuvre romanesque qui a marqué et bouleversé la littérature africaine francophone et le champ éditorial français. Au croisement des langues, des cultures, des histoires (notamment celles de la colonisation et de la décolonisation en Afrique), oscillant entre comique et tragique, ses romans constituent, depuis Les Soleils des indépendances paru en 1968, la meilleure approche du Divers

Première édition
Éditeur Presses Universitaires du Septentrion
Livre broché
180 p.
ISBN-10 2490889079
ISBN-13 978-2-490889-07-5
GTIN13 (EAN13) 9782490889075
 

CFP: Generic Boundaries in South African Literature: a Revaluation

CFP Commonwealth Essays and Studies 46.1 (Spring 2023)

Special issue: ‘Generic Boundaries in South African Literature: a Revaluation’

Proposals should be sent by 31 July 2022 to the editors of the issue: Mélanie Joseph-Vilain (melanie.joseph-vilain@u-bourgogne.fr) and Gilles Teulié (gilles.teulie@univ-amu.fr. Articles will be due by 31 October 2022.

In an article provocatively entitled ‘“In a Country where You couldn’t Make this Shit up”?: Literary Non‐Fiction in South Africa’, Hedley Twidle examines the relationship between fiction and non-fiction in South Africa and reaches the conclusion that ‘one is left with the paradox that the centuries-old opposition of “the novel” and “history” can hardly be abandoned. Provoking the complex play of responsibility and irresponsibility that lies at the heart of reading the literary (non-fictional or otherwise), this binary remains – such is the complexity of apprehending texts, and the sheer volume of narratives that must be processed in a digital world – both inhibiting and energizing; inadequate and indispensable.’ (Twidle 2012: 25) Such works as J. M. Coetzee’s ‘autrebiographies’ or Antjie Krog’s A Change of Tongue, for instance, paradoxically challenge this binary while simultaneously reasserting its existence, thus calling into question not only the relationship between ‘reality’ and ‘fiction,’ but also the very validity of the concept of literary genres. Of course, one should not fall into the trap of thinking ‘that history equals “nonfiction,” which would also produce the reverse equation that non-fiction equals history’ because ‘such an equals sign would be (and has been) extraordinarily limiting, constraining the kind of writing that can be done, whether fiction, non-fiction, or history,’ as Stephen Clingman rightly points out in his answer to Twidle’s article (Clingman 2012: 54). Yet, it seems that the South African literary landscape has always been, and can still be, defined through this prism.
In relation to this, a remarkable evolution has been the rise of crime narratives, either fictional, like the novels written by Deon Meyer, Margie Orford, or Jassy MacKenzie, to mention just a few examples, or non-fictional, as shown by the rise of ‘true crime’ – a trend which, Leon de Kock contends, testifies to the fact that ‘postapartheid literature is inescapably bound to the time of before’ (De Kock 2016: 58) and to what could be described as an archeological impulse.

This call for papers invites proposals for an issue entitled ‘Generic Boundaries in South African Literature: a Revaluation’ which will aim to examine what is at stake in the distinction between fiction and non-fiction, but also, more generally, in the fluidity of boundaries between genres in South African literature. We invite contributions on South African literary works which show an awareness of the shifting boundaries between fiction and nonfiction (true crime, new journalism…), but also, possibly, between prose and poetry or between realism and fantasy.

References:

Clingman, Stephen (2012). “Writing Spaces: Fiction and Non-Fiction in South Africa” Safundi 13.1-2, 51-58.
De Kock, Leon (2016). Losing the Plot. Crime, Reality and Fiction in Postapartheid Writing. Johannesburg: Wits University Press.
Twidle, Hedley (2012). “‘In a Country where You couldn’t Make this Shit up’?: Literary Non‐Fiction in South Africa” Safundi 13.1-2, 5-28.

Journal website: https://journals.openedition.org/ces/

Link to the stylesheet: https://journals.openedition.org/ces/455