Archives par mot-clé : Revue

AAP : La revue culturelle dans le monde

 Colloque international

16-17 novembre 2017
Institut national d’histoire de l’art, Paris

La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Appel à propositions [relayé à partir de SOCIUS]

Date limite pour les propositions : 21 mai 2017
À l’adresse suivante : florence.duchemin-pelletier@inha.fr

De L’Abeille haytienne (Haïti, 1817) à The New Era (Sierra Leone, 1855), de la Revista de Antropofagia (Brésil, 1928), en passant par Black Orpheus (Nigeria, 1957) ou encore Hawar (Kurdistan, 1932) et Ngáy Nay (Viêt Nam, 1935), la revue a été et est devenue, en plusieurs lieux du monde, un support d’expression critique générateur de modernité. Elle met à l’épreuve des pratiques artistiques, littéraires et politiques singulières, et se décline à la fois en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune. Souvent éphémère, opérant par touches et essais, la revue a permis à des groupes d’artistes, d’intellectuels, de structurer leurs ressources propres, leur vocabulaire, de produire une archive de la pensée et d’élaborer un récit alternatif.

Le colloque La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours vise à accueillir des travaux dédiés à cet espace critique mondial, qu’il soit connecté ou pas, à un moment ou un autre de son histoire aux sphères artistiques et intellectuelles européennes ou marqué d’une volonté transnationale, et à sa généalogie. Ce colloque est une des manifestations du projet « Globalisation de l’art et périodiques culturels* » inauguré en 2016 à l’INHA, consacré à la valorisation des périodiques non-européens, en amont des empires coloniaux jusqu’à nos jours, tels qu’ils sont recensés et étudiés. Ce projet est constitué d’une base de données des revues en libre accès qui sera présentée à l’ouverture du colloque.
Il envisage les aires géographiques et culturelles sous l’angle de l’histoire de leur nomination et de leur distinction, mais aussi au travers des luttes communes, des cercles de sociabilités et des circulations esthétiques et conceptuelles qui les traversent. Son approche généalogique entend élargir le fait artistique à une histoire intellectuelle tout en dégageant la singularité de l’objet revue et des possibles qui s’y forment.
Nombre de revues ont disparu. Mais celles qui nous sont parvenues, ainsi que les nombreux projets de numérisation dont elles font actuellement l’objet, témoignent d’une activité éditoriale au service d’une pensée critique pratiquée à une échelle mondiale. Toutefois, les travaux consacrés à ces corpus ont peu de visibilité.
Ce colloque veut distinguer et valoriser les recherches sur ces objets pour l’étude historique et la compréhension des espaces géographiques et culturels convoqués, ainsi que leurs interrelations. Une place particulière sera accordée aux dynamiques contemporaines. Il a été précédé d’un cycle de journées d’études qui ont mis en valeur des travaux et des réflexions sur le sujet, autour de quatre temporalités, allant des révolutions de la fin du e siècle au présent postcolonial, en passant par la situation coloniale et les modernismes.

Continuer la lecture de AAP : La revue culturelle dans le monde

Afriques en poésie. Par Daniel Delas

La poésie vivante ne se lit guère que dans des revues ou des anthologies, tandis que l’école se charge de la diffusion de la poésie patrimoniale. Il en va ainsi depuis bien longtemps en France, où l’histoire littéraire de la poésie est étroitement connectée d’une part à la vie des revues de poésie,  très nombreuses mais rarement bien diffusées, d’autre part à la définition par les instances officielles (comme l’Inspection générale du Ministère de l’Education Nationale) des auteurs considérés comme dignes d’entrer dans les programmes officiels. Longtemps (disons de 1950 à 2000), l’idéologie francophoniste a dominé dans les deux domaines : on s’extasiait sur l’ouverture admirable de la France aux productions littéraires africaines pourvu qu’elles soient écrites en français. Régnait en outre, pour cimenter ce bel édifice critique, une conviction idéologique forte : la spécificité de la production littéraire africaine tenant à son oralité, il convenait d’écouter chez tous les poètes africains la voix du griot. Conforté par la caution de Senghor et de quelques autres poètes africains (Pacéré Titinga ou Birago Diop par exemple) le critique français s’obstinait à lire le poète africain comme un dyali, porteur d’un langage de mémoire et donc d’authenticité. Quand des poètes comme Tchicaya U Tam’si protestaient contre cette « poésie en boubou », on les présentait comme des rebelles immatures.

Mais «The Times they are a-changin’ » (Bob Dylan, 1963). ‘Afrique’ s’écrit de plus en plus souvent ‘Afriques’, le poète africain n’a plus à présenter une carte d’identité griotique. Poète africain, il l’est certes mais sans assignation ni demeure fixes, à l’écoute de son enfance africaine certes, mais, loin de tout nationalisme essentialiste, à l’écoute des voix réprimées, oubliées, oblitérées de son ‘peuple’.

Continuer la lecture de Afriques en poésie. Par Daniel Delas