Afriques en poésie. Par Daniel Delas

La poésie vivante ne se lit guère que dans des revues ou des anthologies, tandis que l’école se charge de la diffusion de la poésie patrimoniale. Il en va ainsi depuis bien longtemps en France, où l’histoire littéraire de la poésie est étroitement connectée d’une part à la vie des revues de poésie,  très nombreuses mais rarement bien diffusées, d’autre part à la définition par les instances officielles (comme l’Inspection générale du Ministère de l’Education Nationale) des auteurs considérés comme dignes d’entrer dans les programmes officiels. Longtemps (disons de 1950 à 2000), l’idéologie francophoniste a dominé dans les deux domaines : on s’extasiait sur l’ouverture admirable de la France aux productions littéraires africaines pourvu qu’elles soient écrites en français. Régnait en outre, pour cimenter ce bel édifice critique, une conviction idéologique forte : la spécificité de la production littéraire africaine tenant à son oralité, il convenait d’écouter chez tous les poètes africains la voix du griot. Conforté par la caution de Senghor et de quelques autres poètes africains (Pacéré Titinga ou Birago Diop par exemple) le critique français s’obstinait à lire le poète africain comme un dyali, porteur d’un langage de mémoire et donc d’authenticité. Quand des poètes comme Tchicaya U Tam’si protestaient contre cette « poésie en boubou », on les présentait comme des rebelles immatures.

Mais «The Times they are a-changin’ » (Bob Dylan, 1963). ‘Afrique’ s’écrit de plus en plus souvent ‘Afriques’, le poète africain n’a plus à présenter une carte d’identité griotique. Poète africain, il l’est certes mais sans assignation ni demeure fixes, à l’écoute de son enfance africaine certes, mais, loin de tout nationalisme essentialiste, à l’écoute des voix réprimées, oubliées, oblitérées de son ‘peuple’.

Continuer la lecture de Afriques en poésie. Par Daniel Delas

La relation franco-africaine, une nouvelle histoire politique et littéraire

Colloque à l’Université de Strasbourg organisé par l’EA 1337 CERIEL (Corinne Grenouillet et Anthony Mangeon), les 11, 12 et 13 avril 2017

La relation franco-africaine, une nouvelle histoire politique et littéraire (1975-2015), programme

Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme (MISHA)
Salle de conférence
Allée du Général Rouvillois
67 083 STRASBOURG

Mardi 11 avril

13h30 Ouverture du colloque par Béatrice Guion (directrice de l’équipe d’accueil « Configurations littéraires »), Anthony Mangeon et Corinne Grenouillet, organisateurs

Session I : Fantasmes et réalités de la relation franco-africaine
Présidence de séance : Lydie Moudileno (Université de Pennsylvanie)

14h00 Romuald Fonkoua (Paris-Sorbonne) : Les relations franco-africaines et le statut paradoxal d’une littérature noire
14h30 Nicolas di Méo (Université de Strasbourg) : La France, terre de désillusions : évolution d’un motif littéraire
15h00 Claire Ducournau (Université Paul-Valéry Montpellier) : La relation franco-africaine à travers la topographie narrative du Paris noir dans Cercueil et Cie (1985) de Simon Njami

Discussion suivie d’une pause café

16h00 Kusum Aggarwal (Université de New Delhi) : Histoire politique des relations franco-africaines d’après les romans d’Henri Lopes
16h30 Sylvère Mbondobari (Université Omar-Bongo, Libreville) : L’Afrique et sa diaspora au miroir des œuvres d’Henri Lopes et de Sylvain Prudhomme
17h00 Corinne Grenouillet (Université de Strasbourg) : Médecins et maladies dans les romans africains de Paule Constant : la relation franco-africaine comme relation médicale

Discussion

18h L’humeur du monde : Rencontre littéraire avec Paule Constant et Henri Lopes, écrivains

Mercredi 12 avril

Session II : Mobilités et décentrements
Présidence de séance : Sabrina Parent (Université Libre de Bruxelles)

9h30 Rebecca Blanchard (Université de Toronto) : La thématique du retour dans la littérature urbaine du XXIe siècle
10h00 Brigitte Dodu (Université de Strasbourg) : Koffi Kwahulé, Monsieur Ki et sa concierge en rhapsodes de la relation franco-africaine dans un monde postbabylonien

Discussion suivie d’une pause café

11h00 Lydie Moudileno (Université de Pennsylvanie) : La Province postcoloniale
11h30 Catherine Mazauric (AMU Aix-Marseille Université) : Des lois Stoleru à la Chinafrique : la fiction afro-française au prisme des mobilités subsahariennes

Discussion

Session III : Figures et postures de l’écrivain
Présidence de séance : Pierre Halen (Université de Lorraine)

14h00 Céline Gahungu (Université Paris-Sorbonne/ITEM) : Trajectoire et postures de Sony Labou Tansi au miroir de trois « gueules savonneuses » : Victor Hugo, Arthur Rimbaud et Antonin Artaud
14h30 Reynald Lahanque (Université de Lorraine) : Le personnage de l’écrivain africain dans La Grande intrigue de François Taillandier

Discussion suivie d’une pause café

Session IV : Dramaturgies
Présidence de séance : Claire Ducournau (Université Paul-Valéry Montpellier)

15h30 Florian Alix (Université de la Sorbonne) : Métathéâtre et renversement des pouvoirs coloniaux et postcoloniaux chez Jean Genet, Aimé Césaire, Laurent Gaudé et Koffi Kwahulé
16h00 Geneviève Chovrelat-Péchoux (Université de Franche-Comté) : La controverse de Ouagadougou : Mitterrand et Sankara de Jacques Jouet
16h30 Aurore Desgranges (Université de Lyon II) : Présence de Thomas Sankara dans la dramaturgie contemporaine française et burkinabé

Discussion suivie d’une pause café

18h L’Humeur du monde – Spectacle théâtral : Rano, Rano de et avec Jean-Luc Raharimanana

Jeudi 13 avril

Session V : La relation franco-malgache
Présidence de séance : Nicolas Martin-Granel (ITEM-CNRS)

 9h00 Bernard De Meyer (Université du Kwa-Zulu Natal, Afrique du Sud) : Le rapport Madagascar-France dans la littérature contemporaine de la Grande Île : une lecture des nouvelles de Johary Ravaloson et de Laurence Ink
9h30 Dominique Ranaivoson (Université de Lorraine) : L’histoire franco-malgache au miroir des littératures contemporaines : quand le passé sert à tout et à tous

Discussion suivie d’une pause café

Session VI : Nouvelles cartographies romanesques
Présidence de séance : Catherine Mazauric (Aix-Marseille Université)

10h30 Solange Namessi (Université de Strasbourg) : Poétiques de la revenance et reconfigurations mémorielles de la relation franco-africaine chez trois écrivains de la postcolonie (Tierno Monenembo, Abdourahman Waberi, Kossi Efoui)
11h00 Abdoulaye Imorou (Université du Ghana, Legon) : Le tiers inclus : les « fictions chinoises » dans la littérature africaine francophone
11h30 Christine Le Quellec-Cottier (Université de Lausanne) : Maillage transnational : de la possibilité d’une nouvelle histoire littéraire « afro-française »

Discussion

Session VII : Pratiques culturelles
Présidence de séance : Romuald Fonkoua (Université de Paris-Sorbonne)

14h00 Milunda Kombila (Université de Lorraine) : Peuples noirs, peuples africains : une revue culturelle postcoloniale
14h30 Ninon Chavoz (Université de la Sorbonne-Nouvelle) : Profondeurs de la S.A.P.E. et circulations spéculaires
15h00 Jean-Paul Meyer (Université de Strasbourg) : Malamine, Alphonse Madiba, Mamie Denis : trois figures de l’aller-retour dans la bande dessinée franco-africaine

Discussion suivie d’une pause café

16h00 L’Humeur du monde : Table-ronde avec Pierre Halen, directeur du centre Écritures de l’Université de Lorraine, Christophe Cassiau-Haurie, scénariste et spécialiste de la bande dessinée africaine, Al’Mata et KHP, auteurs : Scénariser, éditer, diffuser la bande-dessinée africaine aujourd’hui

URL de référence : http://ea1337.unistra.fr/ceriel/#c75575.

Télécharger le programme en pdf : Relation franco africaine programme

Télécharger le programme de manifestations culturelles associées au colloque : Humeur du monde programme

AAC : Devenir écrivain – Revue Continents manuscrits

Devenir écrivain – Appel à contribution

Revue Continents Manuscrits n°10, mars 2018.

Continents Manuscrits est une revue semestrielle dont la vocation est de publier les travaux de recherche portant sur les manuscrits littéraires des Suds (Afrique, Caraïbe et diasporas africaines et caribéennes dans le monde, dans une perspective francophone et multilingue) et de faire le point sur l’actualité de ces recherches en France et à l’étranger.
Largement ouverte à la recherche internationale, aux doctorants et jeunes chercheurs comme aux chercheurs confirmés, la revue accueille les travaux en langue française, anglaise et espagnole, après avis en « double aveugle » d’un comité scientifique constitué d’experts internationaux.
https://coma.revues.org/

Argumentaire

Dans le champ des études francophones, si essais, thèses et articles consacrent parfois quelques pages aux premiers pas littéraires des écrivains, il n’existe aucune recherche systématique sur leur entrée en littérature. Ce numéro de Continents Manuscrits a l’ambition de s’intéresser aux écrivains en devenir qui cheminent entre vocation et apprentissage, aspirations artistiques et contraintes du métier.

Les brouillons sont le lieu d’une formation : l’apprenti y invente son style, fabrique intrigues et personnages, opère des choix, bifurque et crée sa poétique. Un univers littéraire naît et se transforme, manifestant la lucidité de l’écrivain en mesure de distinguer ses réussites de ses échecs. Ce dossier s’ouvrira à d’autres approches théoriques que la génétique, notamment celles fondées sur le concept de scénographie (José-Luis Diaz). Le devenir‑écrivain ne se mesure pas uniquement à l’aune des balbutiements de la création littéraire ; il est perceptible dans l’« écrivain imaginaire » (José‑Luis Diaz 2007 : 18) dont la silhouette se dessine peu à peu dans les écrits. Cette double genèse de soi et de l’œuvre transparaît dans les brouillons eux‑mêmes : les signatures, « rêve[s] graphique[s] de l’écrivain en devenir » (Yvan Leclerc 2002 : 10), les pseudonymes et les préfaces matérialisent une intense autoréflexivité et sont les coulisses où se compose le personnage d’écrivain. La correspondance joue aussi un rôle important ; les lettres, qui évoquent pêle‑mêle projets, ambitions et naufrages, sont un miroir où l’épistolier se contemple en train d’écrire, commente sa pratique et prend la pose.

La gestation de l’écrivain et de son œuvre est au carrefour de multiples débats, raison pour laquelle notre numéro s’ouvrira également à des démarches attentives aux problématiques linguistiques et institutionnelles. L’analyse des processus sous-jacents à la création peut révéler un rapport complexe aux normes linguistiques « représentée[s] par Paris » (Georges‑André Vachon 1968 : 118). De même, l’écriture et les représentations de l’activité scripturaire sont susceptibles de se modifier dès lors qu’un nouvel acteur entre en jeu : l’éditeur, véritable « coproducteur » du texte (Jean-Pierre Orban 2015 : 27). Cette réalité de la professionnalisation s’impose à tous les écrivains, mais prend une nouvelle dimension lorsqu’il s’agit de novices inscrits dans les rapports centre/périphérie. Au fil des réécritures, des ajouts et des suppressions, les textes témoignent de cette réalité et de la nécessité, dans certains cas, de penser une « stratégie d’émergence » (Pierre Halen, 2001).

Continuer la lecture de AAC : Devenir écrivain – Revue Continents manuscrits

L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang. Par Aline Roudet

L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang de Sony Labou Tansi

Aline Roudet

Dès le titre du recueil des textes de Sony Labou Tansi, publié en 2015 aux éditions du Seuil, c’est tout l’univers de l’écrivain qui surgit. L’humain dans sa corporéité est d’ores et déjà au centre. Les fluides convoqués (encre, sueur, salive et sang) sont essentiels, à la fois divers et uniques à l’image de l’homme que veut penser Sony Labou Tansi. L’encre, élément premier, se fait réunion de la sueur, de la salive et du sang dans l’écriture, alors espace transitionnel privilégié entre l’extérieur et l’intérieur. Ce jeu d’assimilation reflète une conception organique de la littérature, à l’image de la nourriture. On pense plus particulièrement à un moment fort du texte intitulé a posteriori « Le projet littéraire de Sony Labou Tansi », dont l’écriture date de 1983 et où l’écrivain déclare : «  On ne peut pas se voir si on ne regarde pas vers l’extérieur. À l’intérieur, il y a un vide qu’il faut peupler d’“extérieur”. C’est cela l’homme, pour moi. Je pense que l’homme commence à l’extérieur, et finit justement à l’intérieur. »[1]. Il n’y a donc pas de doute sur la centralité de l’humain dans la poétique laboutansienne.
Cependant l’humanisme se pose autant comme problème que comme solution. Héritage historique de la culture française, cet humanisme devient avec le colonialisme un courant de pensée qui appelle à un nécessaire renouvellement. Sony Labou Tansi est imprégné par la langue et la culture française qu’il filtre par une écriture prospective, dotée d’une énergie vitale. À ce titre la francophonie est mise à mal : n’est-elle pas une réduction de l’humanisme ? Est-elle même compatible avec lui ? C’est bien à ce type d’interrogation, qui a tout d’existentiel chez cet écrivain engagé, que tente de réponde de manière posthume cet ouvrage qui rassemble des textes et essais critiques de toutes les périodes de la vie de l’écrivain. Dans Encre, sueur, salive et sang, une reconstruction s’opère non seulement de la francophonie mais aussi du monde, par la seule force de volonté de l’auteur, par la seule intensité du cri que Sony Labou Tansi nous lègue, grâce à son humanisme enthousiaste.

Continuer la lecture de L’humanisme francophone au futur dans Encre, sueur, salive et sang. Par Aline Roudet

Afrique(s), la poésie comme conception du monde

Printemps des poètes 2017 à Aix-en-Provence

Un partenariat de la Fondation Saint-John Perse, de l’Institut de l’image et des Ecritures croisées avec le Festival des Cinémas d’Afrique du pays d’Apt, le CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, université d’Aix-Marseille) et la Cité du Livre.

Aperçus sur le programme :

Vendredi 17 mars – 16h
Lettre à Senghor
de Samba Félix Ndiaye
Présenté par Dominique Wallon
Qui était Léopold Sédar Senghor? Parce qu’il a hanté la jeunesse du cinéaste, parce qu’il a fait de la négritude une affaire d’État, parce qu’il a toujours défendu la langue française, le dirigeant et penseur sénégalais a donné à Samba Félix Ndiaye l’envie de percer ses secrets. Pour cela, le réalisateur a réveillé ses souvenirs et ceux de ses proches et il a interviewé les habitants du village natal de Léopold Sédar Senghor. Précédé par le court-métrage Les Malles de Samba Félix Ndiaye

Vendredi 17 mars – 18h
Afrique(s) : la poésie comme conception du monde
Avec Nimrod, Tanella Boni, Sylvie Kandé, Bruno Doucey et Catherine Mazauric

Qu’est-ce qu’« écrire le français depuis les rivages de son étrangeté » ? C’est ce dont viendront nous entretenir nos invités, des poètes qui sont aussi philosophes, romanciers, essayistes ou éditeurs.

Samedi 18 mars – 16h
Afrique(s) poétique(s) : la poésie racontée, images et voix
Avec Alain Gomis, Kossi Efoui, Sylvie Kandé et Gérard Meudal
« On ne va pas toujours mettre des mots sur des choses comme on met des cadenas aux portes », une ballade entre cinéma, roman et poésie.

Samedi 18 mars – 18h30
Félicité
d’Alain Gomis (Grand Prix du Jury au Festival de Berlin, Etalon d’or au Fespaco)
En avant-première, en présence d’Alain Gomis
– Salle Armand Lunel, tarifs : 6/7 euros

Félicité, libre et fière, est chanteuse le soir dans un bar de Kinshasa. Sa vie bascule quand son fils de 14 ans est victime d’un accident de moto. Pour le sauver, elle se lance dans une course effrénée à travers les rues d’une Kinshasa électrique, un monde de musique et de rêves. Son chemin croise celui de Tabu…

Toute la programmation sur le site de la Fondation Saint-John Perse

Renseignements :
Fondation Saint-John Perse – 04 42 91 98 85
Institut de l’Image – 04 42 26 81 82
CIELAM
AFRICAPT

Cité du Livre
Printemps des poètes

Séminaire « Traverses afroméditerranéennes »

Généalogies intermédiales et intertextuelles de la fabrique d’une épopée populaire de traversée : Sarraounia, au Niger (Elara Bertho)

Le séminaire « Traverses afroméditerranéennes » (CIELAM, LESA) aura le plaisir d’accueillir pour sa séance inaugurale Elara BERTHO (Paris III-Sorbonne nouvelle), qui nous parlera des généalogies intermédiales et intertextuelles de la fabrique d’une épopée populaire de traversée : Sarraounia, au Nigermardi 7 mars, de 14 à 16h, salle 1.18 de la Maison de la recherche Schuman.

Résumé :
Il s’agira d’interroger la fabrique d’une épopée populaire de la résistance à la colonisation française à travers la figure de la reine Sarraounia au Niger. Nous montrerons comment la dimension épique est un calque inversé des imaginaires épiques coloniaux, notamment de cette « traversée » saharienne qu’a été la mission Voulet-Chanoine. A partir de matériaux d’archives coloniales, d’archives sonores, de romans et de ballets, nous montrerons comment l’épopée nationaliste nigérienne s’est inscrite dans des généalogies intertextuelles plus vastes par des « branchements » et des points de traverses variés.

Docteure en littératures comparées de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (THALIM), Elara Bertho est actuellement ATER au département de Lettres Modernes de Paris 3.

Traverses afroméditerranéennes est un projet labellisé par la Fédération CRISIS de la Maison de la recherche ALLSH, animé par Thierry ROCHE (LESA) et Catherine MAZAURIC (CIELAM). Le séminaire bénéficie du soutien du LaFEF (http://lafef.net/).

Manifestation Cielam

Quand un historien passe à la fiction… Par Daniel Delas

Quand un historien passe à la fiction…

Tidiane N’Diaye
L’appel de la lune, roman, « Continents noirs », Gallimard, 2017, 225 p.

Une lecture en trois temps

(Premier temps)

Au départ, un rejet instinctif devant le montage harlequinien du récit : une belle histoire d’amour entre un blanc descendant de huguenots français en Afrique du Sud et une bellissime princesse zouloue, quasi esclavagisée dans une famille boer et sauvée du déshonneur par le jeune Marc passant  par là. Roucoulades et érotisme mènent vers un mariage ‘mixte’, entre un blanc et une noire, mariage très rare dont la description occupe la moitié du roman,  peu avant le déclenchement des hostilités entre Anglais et Zoulous, au début des années 1870. Vocabulaire ultra simplifié, irénisme des relations familiales, ‘topos’ un peu lourds, historiques ou ethnologiques, rappelant les manières d’écrire du roman colonial simplement inversées : les noirs sont les civilisés, les Boers et les Anglais les sauvages.

(Deuxième temps)

Peu à peu toutefois, on se laisse prendre et la guimauve sentimentale semble se transmuer en une sorte de fraîcheur populaire. Comment expliquer ce revirement ?
Tidiane N’Diaye est connu comme historien, un historien africain novateur, prenant à contre-courant les récits européo-centrés qui évoquent le passé de ce continent à l’aune de Stanley, en insistant par exemple sur la richesse culturelle des juifs africains (les falachas) et l’importance de la traite arabo-musulmane (Le génocide voilé, Gallimard). Il a aussi montré dans L’empire de Chaka zoulou qu’il ne s’agissait pas d’un pouvoir exercé par la seule violence mais qu’il s’appuyait sur une organisation rationnelle et moderne. Il est donc, à 65 ans, un historien reconnu qui aujourd’hui s’essaie au roman.
Pourquoi pas ?
Se pose néanmoins la question du choix d’une manière d’écrire : quelle écriture assumera ce désir de raconter ?

(Troisième temps)

Tidiane N’Diaye a choisi d’écrire une histoire sentimentale simple, brochée sur fond d’histoire. Il la situera à l’époque où, en Afrique du Sud, vont s’affronter les cultures des peuples africains autochtones et celle des envahisseurs occidentaux. Avec bien entendu la ferme volonté de dénoncer la violence prédatrice des colonisateurs et la destruction des cultures noires. Ce qui le mène à combiner deux régimes fictionnels :
1/ un régime ‘populaire’ de narration et de description mis en musique par des mots simples adaptés à des êtres supposés purs et naïfs :

Posée sur un petit feu de bois, une cafetière en émail reçoit dans son eau bouillante   une belle pincée de kinkeliba pour le plus grand plaisir des voyageurs. Cette boisson fait l’unanimité. Reesa se demande si une telle merveille de plante pousserait dans cette région ? Après tout, elle pourrait en faire une source de revenus. L’idée lui plaît bien. (p.110)

2/ des développements historiques supposés instructifs comme celui sur le mariage zoulou quelques pages plus loin (p.114) :

Dans la famille zouloue aussi le mariage est une alliance, non pas seulement entre     deux personnes qui s’aiment, mais entre deux lignages ou deux clans. Le guide du clan, qui joue un rôle important, est désigné parmi les hommes les plus âgés de la plus ancienne génération pour l’annoncer au chef. Dans le système matrilinéaire, par exemple, c’est l’oncle maternel qui assume cette responsabilité. Il exerce son autorité sur les enfants de sa sœur, aussi sur les enfants des filles de sa sœur, et éventuellement sur les enfants des filles de ces filles.

Et puis, c’est parti ! On ajoute un zeste de piment érotique pour évoquer les étreintes du héros huguenot et de sa belle princesse zouloue au clair de la lune ou les amours brutales et homosexuelles des officiers anglais, et hop ! avec la complicité de Red-Lady, la jument philosophe de Marc à qui il se confie, comme Lucky Luke le fait avec Jolly Jumper, c’est parti vers un final magnifiquement trompeté sur l’émergence, un jour proche, d’une vraie nation arc-en-ciel, éclairée de l’esprit de la France des Lumières.
On aura compris qu’à mes yeux l’essai n’est pas transformé. Certes la lecture du roman  de Tidiane N’Diaye n’est pas déplaisante, on peut recommander le livre à des ados curieux et ouverts, on pourrait aussi en tirer un très bon texte pour une BD (ce qui n’est nullement un jugement négatif de ma part) mais ni les personnages ni l’histoire n’ont cette épaisseur de vérité qu’on attend d’un roman.

Une littérature ‘populaire ‘ doit-elle s’astreindre à la pauvreté du vocabulaire et d’une syntaxe minimaliste ?

Lectures complémentaires :
– L’empire de Chaka zoulou, L’Harmattan, 2002, 218p.
– Les falachas, nègres errants du peuple juif, « Continents noirs », Gallimard, 2004
– Le génocide voilé, « Continents noirs », Gallimard, 2008, 253 p.
Pour citer cet article : Quand un historien passe à la fiction… Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 26/02/2017, http://apela.hypotheses.org/1387.

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)