L’Algérie, traversées

Colloque international
13-20 juillet 2017,
Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle

Direction : Ghyslain LÉVY, Catherine MAZAURIC, Anne ROCHE

« Je pensais alors que « du même pays » voulait dire splendeur côtière, immensité des paysages, couleur de terre forte, et il m’apparut que toutes les explications des déchirements et désastres et luttes historiques de l’Algérie avaient été grevées d’un grand oubli. »
Nabile Farès, Un Passager de l’Occident

L’Algérie a fait l’objet, ces dernières années, de nombreuses recherches (colloques, publications) axées notamment sur la guerre d’Indépendance. Ce colloque, tout en tenant compte des avancées scientifiques dans le domaine, repose sur un point de vue différent. À partir des divers dénis de la réalité historique, politique et anthropologique, à partir de passés incompris (et voués à se répéter), il entend interroger l’histoire collective et ses entrecroisements avec les histoires individuelles: à quels silences, mutismes, blancs de la mémoire, exils hors de soi, renvoient les souffrances hors langage que chaque histoire singulière (franco-judéo-algérienne) porte en elle?
Il s’agit de faire appel à cette force traversière de la pensée à l’œuvre dans les productions culturelles d’aujourd’hui: textes littéraires et documents historiques, ombres portées d’un présent encore non vécu. Est-ce que le passé a un futur?
Ce colloque, au-delà des spécialistes, s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux multiples perspectives transhistoriques et transculturelles émergeant aujourd’hui comme de nouveaux points de passages entre la France et l’Algérie.

Du jeudi 13 juillet au jeudi 20 juillet 2017 a lieu au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle le colloque L’Algérie, traversées,  pour lequel sont partenaires l’EA 4235 CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille) et le Réseau-Mixte LaFEF (Langue française & Expressions francophones ; Université Rennes 2, Institut Français d’Algérie, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche d’Algérie). Il est organisé sous la direction de Ghyslain LÉVY, Catherine MAZAURIC et Anne ROCHE.

Programme détaillé actualisé et informations disponibles sur le site du CCIC : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/algerie17.html
http://cielam.univ-amu.fr/node/2155
Flyer du colloque téléchargeable ici : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/FlyerAlgerie2017.pdf

« Céytu », l’ovni éditorial : un article à lire sur le carnet Monde du livre

« Céytu », l’ovni éditorial : une collection naissante de grands classiques traduits en wolof

Un article (7 juillet 2017) très informé de Judy MANUZZI à lire sur https://mondedulivre.hypotheses.org/6708

(Carnet des étudiants du Master Lettres spécialité Monde du Livre de l’Université d’Aix-Marseille)

AAC : Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Colloque international de Toamasina
Université de Lorraine (Metz) & Université de Toamasina (Madagascar)
6 et 7 septembre 2018
Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Calendrier :
– Juin 2017 : lancement de l’appel à communications
– 31 octobre 2017 : Fin de la réception des propositions
– 1er décembre 2017 : Avis aux participants

Chaque communauté, nationale en particulier, se constitue à partir d’une mémoire partagée (Renan, Thiesse) constituée par diverses instances, institutionnelles (histoire officielle) ou non (la tradition et ses réécritures), et parfois par les acteurs invividuels eux-mêmes (entretiens, mémoires, littérature). Cette construction mémorielle, qui peut prendre la forme d’une « fabrication des héros », peut varier au fil du temps et des lieux, en fonction du climat politique, ou encore de la réception ou non des œuvres.
Le colloque international de Toamasina se propose d’examiner ces processus à propos du cas de Jacques Rabemananjara (1913-2005), natif de cette région de la Côte Est de Madagascar, qui fut à partir de 1945 député, puis, après l’indépendance, ministre et maire de la ville. Cette carrière politique fut menée en parallèle avec un engagement poétique.

Continuer la lecture de AAC : Mémoire des origines et construction mémorielle : l’exemple de Jacques Rabemananjara à Madagascar

Au temps des royaumes africains. Par Daniel Delas

José Eduardo AGUALUSA, La reine Ginga et comment les Africains ont inventé le monde

traduit du portugais (Angola) par Danielle Schramm, Métailié, 2017, 237 p.

Ecrivain angolais d’ascendance portugaise et brésilienne, auteur prolifique de près de trente contes ou romans, Eduardo Agualusa se définit ainsi lui-même en quelques mots : « angolano em viagem, quase sem raça  – angolais voyageur, sans race précise », ajoutant qu’il souhaite finir ses jours soit à Benguela (en Angola) soit à Olinda (dans le Nordeste brésilien). Certains de ses romans se passent à Luanda (Barocco tropical), d’autres à Rio de Janeiro (La guerre des anges), traitant souvent de l’actualité du Brésil et de l’Angola d’aujourd’hui.
Mais dans ce nouveau roman, La reine Ginga, il remonte dans l’histoire, avec à la fois beaucoup d’érudition et beaucoup de drôlerie. Il imagine qu’à l’époque de la colonisation portugaise en Afrique, à la fin du XVIe siècle, à l’époque où en France Montaigne écrivait ses Essais, un jeune prêtre brésilien natif d’Olinda, métis caboclo (c’est-à-dire issu de parents indiens et portugais), débarque à Luanda et est affecté, comme secrétaire et conseiller, auprès de la reine Ginga. Les Portugais occupent certes Luanda et son fort mais tout l’arrière-pays appartient aux Ambundus et à leur roi Ngola Mbandi qui sera bien vite évincé et remplacé par sa sœur Ginga, qui se maintiendra au pouvoir jusqu’à un âge avancé (elle mourra en 1663). Agualusa a consulté de nombreux livres anciens, sommairement présentés à la fin avant un glossaire d’une soixantaine de termes et l’arrière-plan de son livre est très solidement documenté. Non tant sur les colonisateurs portugais et brésiliens installés à Luanda que sur l’organisation sociale et politique des royaumes africains, en particulier celui des Ambundus. Il s’intéresse en particulier à la manière dont ils traitent les esclaves. Citons le début du chapitre 6, qui se passe vers 1620-1630 :

Après notre retour triomphal au quilombo [village fortifié], je vécus là cinq longues années dans une tranquillité presque totale. Les étrangers étaient, en général, bien traités par la population, nobles, peuple ou esclaves. Du reste les esclaves avaient droit au royaume du Dongo à un traitement beaucoup plus amène que celui qui leur était réservé à Luanda ou au Brésil. Entre les Africains, une loi est en vigueur selon laquelle ne perd sa liberté que celui qui a commis un crime passible de la peine de mort, cette peine étant commuée en esclavage. A part ce cas, seuls les prisonniers de guerre, dont la vie, de par la loi, est entre les mains des vainqueurs, peuvent être asservis. Par naissance, seuls les enfants des femmes esclaves sont esclaves ; pas les enfants des hommes esclaves. C’est la règle du partus sequitur ventrem.
Les Portugais ne respectent aucune de ces règles, en envoyant au Brésil non seulement les esclaves ou caxicos, mais aussi les hommes libres (murinda). Ce manque de respect de la loi a toujours fait partie des protestations de la reine auprès des Portugais.
Les esclaves mènent au quotidien une vie semblable à celle des hommes libres, chassant avec eux, mangeant à leurs côtés, se divertissant dans les mêmes batuques et festivités.

Continuer la lecture de Au temps des royaumes africains. Par Daniel Delas

AAC : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

Appel à communications : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

 Colloque à Rabat, les 9 et 10 novembre 2017. 

À l’initiative du Centre Jacques Berque, un groupe de chercheurs s’est réuni en octobre 2016 à Marrakech autour des manuscrits de l’Ouest saharien et de leur usage. L’objectif était de constituer un premier réseau de chercheurs et d’institutions, appelé à s’élargir, susceptible de faciliter les échanges scientifiques et la formation dans le cadre d’un programme à mettre en place sur plusieurs années. Dans cette perspective, le groupe a décidé d’organiser un premier colloque qui lancera le projet, sur une thématique assez large, pour rassembler des intervenants et poser les jalons de futures rencontres. L’IRHT (CNRS, Paris), la Chaire d’études africaines comparées de l’EGE et le CES (Centre des études sahariennes, Rabat) sont partenaires dans l’organisation de ce colloque.

Les chercheurs souhaitant participer au colloque sont priés d’envoyer :
une proposition (un titre et un texte entre 200 et 250 mots, 1000 et 1500 signes)
en français, en arabe ou en anglais
par message électronique portant la mention : Colloque manuscrits
adressé à : secretariat@cjb.ma
avant le 20 juillet 2017.

Un comité scientifique examinera les propositions. Les auteurs seront avisés fin juillet si leur contribution a été retenue. Les participants sont invités à proposer des communications inédites ; les meilleurs d’entre elles seront sélectionnées pour être publiées dans un numéro de revue.
Chaque participant s’assurera du financement de son séjour à Rabat pour le colloque ; les organisateurs et leurs partenaires apporteront, dans la mesure des moyens réunis, un soutien à ceux qui en feront la demande, particulièrement aux jeunes chercheurs.

Responsables : Sabrina Mervin (CJB) et Ismail Warscheid (CNRS/IRHT).

URL de référence

Télécharger l’appel à communications

Depuis le Moyen Âge tardif, les sociétés de l’aire sahélo-saharienne sont de grands producteurs et consommateurs de l’écrit. Dans une zone allant de la vallée du Sénégal aux montagnes du Hoggar et de l’Aïr, l’essor de l’érudition musulmane, en milieu sédentaire comme en milieu nomade, a pour conséquence la propagation massive d’« écritures ordinaires », selon l’expression de Roger Chartier, qui sont notamment liées à l’institution du notariat ; il s’agit d’un phénomène par ailleurs observable dans de nombreux contextes ruraux du monde arabo-musulman des temps modernes. De plus, l’acculturation à l’islam savant donne lieu à l’émergence progressive d’une riche tradition littéraire couvrant toutes les disciplines du savoir musulman ainsi que les belles-lettres (Rebstock, 2001; Hunwick, 2002; Stewart, 2016). Ce faisant, un commerce de livres florissant se développe à l’échelle transsaharienne qui étend ses réseaux du Caire et des villes du Maghreb jusqu’à la savane (Krätli/Lydon, 2011, Jeppie, 2011). Il a pour corollaire la multiplication de bibliothèques privées (khizāna, pl. khazāʾin) au sein desquelles les ouvrages classiques côtoient la production intellectuelle de l’époque (Touati/Belabid, 2017).
L’étude de ce phénomène est restée, pendant longtemps, relativement marginale dans la recherche africaniste, en particulier en France. Seules les collections de manuscrits de Tombouctou ont acquis une certaine visibilité sans pour autant faire l’objet d’un dépouillement scientifique systématique (Triaud, 2014). Néanmoins, depuis une vingtaine d’années, les projets de numérisation de manuscrits se multiplient, les éditions critiques se font de plus en plus nombreuses, une historiographie s’appuie sur des textes produits par des lettrés sahariens et des études de recueils de fatāwā démontrent l’importance de cette littérature pour écrire une histoire sociale et culturelle de l’espace saharien à partir de voix endogènes (Osswald, 1993 et 2016 ; Ould El-Bara, 1998 et 2009; Lydon, 2009; Hall, 2011; Warscheid, 2017).
Le colloque entend s’inscrire dans ce renouveau des études sur l’islam sahélo-saharien et ses fondements scripturaires en lançant un chantier aussi vaste qu’inexploré, à savoir celui d’une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans les zones désertiques de l’Ouest africain entre le XVIe et le début du XXe siècle. Pour ce faire, nous invitons des contributions s’articulant autour de quatre grands pôles thématiques qui visent à penser le livre manuscrit comme un objet social dont les formes et les manières d’appropriation ont été multiples.

Continuer la lecture de AAC : Vers une histoire du livre manuscrit et de ses usages dans l’espace sahélo-saharien (XVIe – XXe siècles)

La Formule Ricard

« La Formule Ricard. Hommage à Alain Ricard (1945-2016) »

Cette rencontre internationale, ouverte à tou-te-s, se tiendra du mercredi 21 juin au jeudi 22 juin dans l’amphithéâtre de la Maison des Suds de Pessac (Université de Bordeaux).

Suite à la disparition, en août 2016, d’Alain Ricard, l’une des figures majeures de la recherche mondiale sur les littératures de l’Afrique, ses collègues du laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde) et de l’APELA (Association pour l’Etude des Littératures A f r i c a i n e s ) entendent rendre hommage à son oeuvre et à sa personne au cours d’un colloque qui se tiendra à la Maison des Suds (CNRS/LAM) de Pessac les 21 et 22 juin 2017.

Programme : programme ricard v5 BD-1

URL de référence : http://lam.sciencespobordeaux.fr

The Locations of (World) Literature

The Locations of (World) Literature : Perspectives from Africa and South Asia Colloque – 19-20 juin 2017

Organisateurs : Laetitia Zecchini, Francesca Orsini (SOAS, University of London)

Organized by Francesca Orsini (SOAS, University of London) and Laetitia Zecchini (CNRS, Paris) with the support of the labex TransferS (Ecole Normale Supérieure, Collège de France, PSL), and as part of the ERC funded project « Multilingual Locals and Significant Geographies : For a New Approach to World Literature ».

The aim of the conference is to look at the ways in which modern and contemporary South Asian and African writers who produce their work from specific locales consider their place in the world, in world literature, in the wider geographical regions (Africa, South Asia, etc.) or national literary histories in which their work is often read or identified with. How do these writers work through, use, challenge or re-invent the macro categories (region, nation, sub-continent, continent, world), with which literary histories are written and literary cartographies constituted ? What is the relevance of these geographical categories, and how are they often reallocated or realigned ? What worlds do these literatures simultaneously inhabit and create ?

By postulating the plurality of the literary geographies/cartographies to which many South Asian and African writers belong, we postulate that these situated practices are also worldly, and always already connected to wider “significant geographies”, whether real or imagined.

We mean to :
- Analyze the ways by which ideas or representations of what it is to be an “Indian”, “South Asian” or an “African” writer correspond to or contradict the writers’ own practices and representations ;
- Study the unpredictable networks (linguistic, imaginary, literary, etc.) and connections that writers and works of literature invent ;
- Reconsider the doxa on world literature today, with its binaries (centre/periphery, local/global, etc.) and hierarchies ;
- Invite papers on literatures that are generally disconnected from each other (Anglophone vs. Francophone literatures ; the so-called “vernacular” or regional languages of South Asia and Africa vs. literatures in French or in English, etc.)

We welcome papers on the following broad topics :
-  the geographical imagination of specific works, authors, languages, and traditions : what are their “significant geographies” ?
-  “India” and “Africa” as spatio-literary constructs
-  varieties of travel writing
-  the role of Indian/African critics in producing modern literary cartographies/ cosmogonies
-  multilingualism : do multilingual locals produce and inhabit different “significant geographies” ?
-  the way journals and magazines create literary geographies (through correspondence, book reviews, etc.)
-  institutions or networks : associations of writers

Confirmed Participants : Sara Marzagora, Karima Laachir, Xavier Garnier, Peter D. McDonald, Fatima Burney, July Blalack, Clarissa Vierke, Karin Barber, Mélanie Bourlet, Elara Bertho, Amatoritsero Ede, Soofia Siddique, Gisèle Sapiro, Tristan Leperlier, Francesca Orsini, Laetitia Zecchini

URL de référence : http://www.thalim.cnrs.fr/colloques-et-journees-d-etude/article/the-locations-of-world-literature-perspectives-from-africa-and-south-asia?id_evenement=2944#evenement_2944
(où l’on peut télécharger en pdf l’affiche, le programme et les résumés)

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)