Rencontre avec Shenaz Patel

Lire et écrire pour réparer le silence

vendredi 24 novembre 2017 de 9h à 17h
U. Toulouse-Jean Jaurès, Maison de la recherche, salle D30

Shenaz PATEL, auteure du Silence des Chagos, « Prétendre gommer les exactions du passé en les silençant : la voix de la littérature »

L’atelier Lectures : fêlures et réparations (LEFERE), organisé par Anne Coignard (ERRAPHIS), Marie-José Fourtanier (LLA-Créatis), Catherine Mazauric (Aix-Marseille, CIELAM et LLA-Créatis) et Létitia Mouze (ERRAPHIS) dans le cadre de l’opération Mémoires dominées & créations critiques dans les sociétés post-traumatiques (MémoCris) du Labex SMS, tiendra sa journée de clôture le vendredi 24 novembre de 9h à 17h, à la Maison de la recherche de l’université Toulouse-Jean Jaurès.

Nous aurons le plaisir d’y accueillir

  • Constance de GOURCY (Aix-Marseille) : « Récits d’absence et variations du silence » ;
  • Sophie DJIGO (Lille) : « Sur les traces des migrants de Calais »
  • Shenaz PATEL (écrivaine, Maurice) : « Prétendre gommer les exactions du passé en les silençant : la voix de la littérature »

Ces conférences seront suivies d’une table-ronde autour de l’œuvre de Shenaz Patel (notamment Le Silence des Chagos, L’Olivier, 2005) et d’une séance de signatures à la librairie Études du Mirail.

Programme détaillé et affiche téléchargeable :

http://lla-creatis.univ-tlse2.fr/accueil/manifestations-scientifiques/lectures-felures-et-reparations-530109.kjsp?RH=ACCUEIL_LLA-CREATIS

Cinquièmes Rencontres des Etudes Africaines en France (REAF 2018)

Les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France se tiendront à Marseille du 9 au 12 juillet 2018. Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants :

  • Laboratoire Population – Environnement – Développement (LPED),
  • Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS),
  • Institut des mondes africains (IMAF),
  • Centre Norbert Elias,
  • Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille (CIELAM),
  • Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM).

Comme les quatre précédentes, ces 5es Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2018 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

URL de référence : https://reaf2018.sciencesconf.org/

Ce que l’art fait à la citoyenneté : rencontre avec Emmanuel Dongala

La prochaine séance du séminaire « Pratiques artistiques contemporaines d’Afrique : formes et enjeux politiques » se tiendra le jeudi 16 novembre 2017 à la Bibliothèque Universitaire de Lettres de BordeauxMontaigne, de 10h30 à 12h (3è étage, rayon littérature).

Pour cette septième séance du second cycle intitulé « Ce que l’art fait à la citoyenneté », en partenariat avec Lettres du Monde – « Rêve général ! », 14è édition du festival des littératures du monde, et avec la Licence Babel de l’Université Bordeaux-Montaigne, nous aurons le plaisir de recevoir Emmanuel Dongala, romancier pour une séance sur le thème suivant :

« Photos de luttes d’une rive à l’autre »

Romancier prolixe, Emmanuel Dongala poursuit depuis plus de quarante ans une œuvre singulière qui, tout en brassant des thématiques variées – les enfants-soldats dans Johnny chien méchant, la violence socio-économique du capitalisme dans Photo de groupe au bord du fleuve – reste innervée par un motif constant : celui de la lutte sociale. Si la plupart de ses romans se déroulent en Afrique, le dernier, La Sonate à Bridgetower (2017), nous promène dans l’Europe du XVIIIe siècle qui bruisse des cris de la Révolution française et qui voit se craqueler son système esclavagiste.

Flyer de l’évènement : 20171109 S2.7 mail DEF R

Page du séminaire : http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/programme-recherche/pratiques-artistiques-contemporaines-dafrique-formes-et-enjeux-politiques

Page Facebook du séminaire : https://www.facebook.com/seminairePACA/

 

Alma de J.M.G. Le Clézio, un roman panthéiste. Par Daniel Delas

JMG Le Clézio, Alma, Gallimard, 2017, 342 pages

Un roman éclaté en 44 « chapitres » non connectés l’un à l’autre par une intrigue cheminant vers une fin attendue, souvent indépendants de toute linéarité narrative. Cette mosaïque forme cependant par la grâce de l’écriture un tout sombre et lumineux à  la fois, lumineux comme le vaste pan de mer scintillant sous le soleil que les esclaves marrons apercevaient à travers le feuillage des forêts montagneuses qui les abritaient, sombre de cette obscurité étoilée et moite des forêts tropicales de l’intérieur de l’ile Maurice.
Et d’ailleurs la composition des 44 séquences du livre alterne caractères romains (15 séquences) et caractères italiques (29 séquences) : les séquences en italiques appartiennent à Dodo, sombre mauricien issu de la branche maudite des Felsen, au visage rongé par une sorte de lèpre, ultime rescapé des désastres historiques comme l’oiseau dont il porte le nom,

Dodo. Such a dodo (p. 17). Je suis Dodo, just a dodo (p. 244). Mon nom est Dodo  (p. 293). Je suis Dodo, Dodo Fe’sen, Cour de ros, Lézard, né pour faire rire, pour   voyager, pour être l’admirable hobo (p. 321).

Clochard céleste qui découvrira Paris et mourra à Nice (ville natale de Le Clézio / Jérémie) :

Je reste immobile dans le soleil d’or, les yeux levés vers l’intérieur de ma tête puisque   je ne peux pas dormir, un jour mon âme va partir par un trou dans ma tête, pour         aller au ciel où sont les étoiles
Les jours et les nuits s’attachent, sans se casser, c’est un lent sac et ressac, un grand     ballet qui emporte les gens (p.328).

Les séquences en romain appartiennent elles à Jérémie, autre Felsen, alter ego de l’auteur  auquel on peut prêter la blondeur lumineuse de JMG Le Clézio.

Histoires croisées donc : Jérémie vient à Maurice pour retrouver le pays, la famille et le domaine (Alma) de son père qui a quitté l’île à seize ans et n’y est jamais revenu ; Dodo est une sorte d’être difforme et drôle qui va aller dans l’autre sens à la découverte de la France. Peut-être  ne sont-ils que les deux faces d’un seul et même personnage ?
Résumer leurs actions selon un fil narratif est sans doute possible quoique difficile puisque chaque séquence les présente dans un environnement différent et non relié aux autres épisodes mais cela ne fera pas comprendre le charme du livre, pourquoi le lecteur, sans qu’on ait besoin de lui expliquer les détails historiques ou les motivations psycho-sociologiques des personnages et des actions relatées, ne lâche pas la lecture de ce best-seller, comme enchanté.
Le charme sourd de l’imprécision voulue des lieux et des temps évoqués qui installe le lecteur dans un ailleurs où peut « naître » (et non « renaître ») le passé. Quand la vieille Emmeline remonte dans ses souvenirs

Bien sûr ce n’est pas pour moi qu’Emmeline raconte, c’est pour faire naître le passé, un passé si lointain qu’il n’y a plus qu’elle qui s’en souvient, ce souffle léger qui vacille, petite flamme pâle prête à s’évanouir (p. 315)

Dans Alma, le passé ne cesse de naître sans jamais se fixer, sans jamais se figer en histoire. Le personnage d’Aditi, jeune femme sans lien avec les autres personnages et qui, enceinte à la suite d’un viol, va accoucher dans la forêt, est le modèle exemplaire de ce panthéisme, elle qui se sent dans une symbiose totale avec la nature

La lumière entre en elle, la réchauffe au plus profond. Aditi respire lentement, le visage levé vers le ciel. La lumière qui grandit dans les gorges défait toute résistance, dénoue tous les liens et la lance dans l’espace (p.192)

Un roman atemporel et spirituel que les lecteurs de notre époque, saturés d’information, attendaient.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Alma de J.M.G. Le Clézio, un roman panthéiste. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 06/11/2017, http://apela.hypotheses.org/1652.

Exposition AWA

Exposition AWA – Musée de la Femme Henriette Bathily (Dakar, Sénégal)

Vernissage Exposition AWA – Musée de la Femme Henriette Bathily  – VENDREDI 3 NOVEMBRE 2017 à 17h :

Table ronde / Studio photo Awa par Antoine Tempé / Performance Wadane Ndiaye ROSE et les Rosettes / Playlist AWA

Side-event des Ateliers de la Pensée.

« Awa, ou Hawwâ’ en arabe, évoque l’étymologie d’Ève, la première femme, la mère de l’humanité. Cette référence mythologique résonne dans le concept du magazine Awa et conforte l’idée qu’il ait pu être dès sa création une matrice, un format éditorial d’un nouveau genre. Ce point d’entrée nous renvoie à l’essence de l’époque des indépendances où tout paraissait réalisable, où l’individu, homme et femme, tous deux ensembles, pouvaient bâtir les bases politiques et sociétales « d’une nouvelle humanité », terme emprunté à Frantz Fanon. C’est de cet humus qu’Awa est constitué. S’affirmant dès 1964 comme un magazine féminin, ce qui serait aujourd’hui soupçonné de frivolité, il s’impose au contraire comme un ouvrage engagé, profond, novateur et audacieux.

Cette exposition est consacrée à un des premiers magazines féminins paru en Afrique francophone et produit entièrement à Dakar. Elle traite de questions liées à la pensée critique, à l’engagement politique féminin, à la catégorie de femme intellectuelle, aux inégalités entre les sexes, à l’éducation et au divertissement en Afrique sub-saharienne.Awa est surtout marqué par une liberté de ton que l’on pourrait lui envier aujourd’hui.

En 2017, cette revue a été numérisée à l’IFAN-Cheikh Anta Diop de Dakar, et elle sera donc disponible pour tous à partir de novembre.

AWA: La revue de la femme noire, fondé à Dakar par Annette Mbaye d’Erneville en 1964. En 2017, cette revue a été numérisée à l’IFAN-Cheikh Anta Diop de Dakar. La numérisation et l’exposition se font dans le cadre d’un projet de recherche monté à l’université de Bristol (Royaume-uni) et l’université Paul Valéry-Montpellier III (France), en partenariat avec l’IFAN-CAD, les Archives du Sénégal et le Musée de la Femme-Henriette Bathily (Sénégal). Pour plus d’informations sur ce projet, voir le site: www.africanreadingcultures.org. Tout en rendant hommage à une grande pionnière des lettres sénégalaises, cette exposition est consacrée au premier magazine féminin paru en Afrique francophone et produit entièrement à Dakar. Elle traite donc de questions liées à la pensée critique, à l’engagement politique féminin, à la catégorie de femme intellectuelle, aux inégalités entre les sexes, à l’éducation et au divertissement en Afrique sub-saharienne.

Les numéros de ces magazines illustrés aux couvertures colorées et doté d’un graphisme étonnant constituent des objets fascinants, tant pour leur forme novatrice que pour leur contenu mêlant divertissement et élan intellectuel propre à la période des indépendances. Mettant en avant des femmes africaines publiquement reconnues – qu’elles soient journalistes, parachutistes ou députés – AWA propose aussi des articles sur la mode, le foyer et la cuisine. Ce journal consacré à la femme noire, resté indépendant tant économiquement que politiquement, a circulé en Afrique mais aussi en Amérique et en Europe, jusqu’en Russie, comme en témoignent les courriers des lectrices et des lecteurs.

URL de référence : http://www.wakhart.com/exposition-awa-musee-de-femme-henriette-bathily/

Comme des rois de Y. Djibaba. Par Daniel Delas

DJIBABA Youssouf, Comme des rois, roman, Marseille, Wildproject, 2014, 217 p.

Dans la cité Carter des quartiers Nord de Marseille vivent Akeem et sa bande de copains, tous nés en 1976. C’est Akeem le Comorien qui fait la chronique de leurs vies :

Plus de sept mille habitants d’origines variées : Maghreb, Sénégal, Comores… C’est une cité très vivante, en perpétuel mouvement, il s’y passe toujours quelque   chose. (p. 15)  La cité Carter, c’était un quartier chaud comme on dit. En général, peu de gens de l’extérieur osaient s’y aventurer de peur de se faire dépouiller – de leurs affaires et de leur voiture. (p.16) Mon équipe c’est cinq gars avec qui j’ai grandi, cinq amis d’enfance, avec qui je partageais toutes mes joies et mes peines. (p. 17)

Il y a Foued le taiseux surnommé Musclor pour son gabarit impressionnant, Philippe, le beau gosse, le « mec à femmes », Baba le sportif surnommé Pelé (« Le foot c’est toute sa vie : il pense, il dort, il mange, il vit foot. »), Youssouf le rigolo avec « ses blagues à un franc » et enfin Brahim, comorien comme Akeem, « un garçon plutôt agressif, un bad boy, un grand bagarreur, avec un goût prononcé pour l’argent facile, les embrouilles, le business des quartiers. Il est né avec la rage. » (p.17)
Brahim est le personnage autour duquel vont tourner les mille et un épisodes du récit, d’abord  parce qu’il finance les sorties « royales » – champagne pour tout le monde ! – de l’équipe mais surtout parce qu’après que ses « conneries » l’ont conduit en prison tout le monde se cotise pour qu’il puisse tenir son rang tandis que lui, en retour, écrit (à son petit frère ou à ses copains) des lettres drôles et émouvantes,  pleines de spontanéité lucide et d’humour, où ce dur, ce frimeur ouvre son cœur et forme des projets d’un nouveau mode de vie. A sa sortie de prison, hélas, il va à nouveau se laisser fasciner par l’argent sale de la drogue, engendrant des rivalités avec d’autres et relançant la sinistre roue des vengeances et des meurtres. Sans trêve ni fin craint l’auteur, malgré le petit espoir  en forme de happy end du dernier paragraphe du livre :

Je veux juste vivre une vie normale. On n’est pas faits pour être des voyous, maintenant je veux juste me lever chaque matin et aller gagner mon pain, honnêtement, faire comme nos pères, vivre avec intégrité en espérant atteindre les étoiles. (p. 213)

Ainsi résumé ce roman risque de sembler bien banal, redisant ce que chacun sait aujourd’hui pour l’avoir lu dans des reportages journalistiques sur les banlieues à risque. Une grande différence existe pourtant : ce récit n’est pas mené de l’extérieur. L’auteur, qui s’est fait un nom comme boxeur, écrit sans prétendre à une quelconque objectivité sociologique, sans multiplier les guillemets ou les italiques pour dire qu’il recueille des propos authentiques, il écrit un français simple (sujet, verbe, complément), avec  des expressions des banlieues qui interviennent naturellement, sans chichis ni recherche du pittoresque. Après un séjour à Paris, le narrateur conclut

C’était un bon petit séjour, mais quand même, une fois rentrés, on se dit qu’il n’y a pas mieux que la cité des fois. (p.145)

Ce qui donne sa richesse à ce texte qu’on pourrait dire pauvre, c’est qu’il est sans cesse irrigué par  l’émotivité : on y pleure souvent parce qu’on s’aime beaucoup, parce que les fils sont très liés à leur famille et à leur mère. Certes ils vivent dans la rue parce que les appartements sont petits et les familles nombreuses, alors les filles restent à la maison et les garçons tiennent les murs mais le lien affectif reste très fort. Comme le dit Brahim en mourant :

« Akeem, dis à ma mère que je m’excuse pour tout le mal que je lui ai fait, occupe-toi d’elle et de la famille. Si je pouvais changer le passé, je souhaiterais n’avoir jamais habité cette cité, n’avoir jamais fait toutes ces conneries qui m’ont conduit à ma perte. » (p.177)

Et Akeem d’ajouter un peu plus loin :

On versait tous des larmes. Même si on faisait les durs dehors, au fond on était resté de vrais enfants. (p. 193)

Ecrit de l’intérieur et plus proche du récit de vie que du reportage, étranger à toute recherche proprement littéraire, un récit touchant et juste.

Daniel DELAS

A noter : Cet ouvrage est une nouvelle édition d’un texte intitulé Les enfants de la cité Carter paru chez L’Harmattan en 2011. Youssouf Djibaba, ancien champion de boxe et travailleur social, vit à Marseille.

https://www.wildproject.org/youssouf-djibaba

Pour citer cet article : Comme des rois de Y. Djibaba. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 01/10/2017, http://apela.hypotheses.org/1640.

JCEA 2018 à Marseille : Les Afriques en débats

Rencontres des Jeunes Chercheur·e·s en Études africaines

Dates : du 9 au 12 juillet 2018

Lieu : Université d’Aix-Marseille, campus Saint Charles, Marseille, France

Thème : Les Afriques en débat

Du 9 au 12 juillet 2018, se tiendra la quatrième édition des Rencontres des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) autour du thème « Les Afriques en débat ». L’évènement sera organisé sur le campus Saint Charles de l’université d’Aix-Marseille, en parallèle des cinquièmes Rencontres des Études Africaines en France (REAF).
Depuis leur première édition en janvier 2013, les JCEA ont vocation à réunir des jeunes chercheur.e.s et docteur.e.s travaillant sur des terrains africains ou liés, historiquement, géographiquement ou politiquement, au continent. En proposant un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s, les JCEA invitent à dépasser les barrières disciplinaires qui structurent encore largement les recherches africanistes. Elles aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines, sociales et économiques, afin de décrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des Afriques. Elles entendent également constituer un lieu d’échanges et de débats rassemblant les jeunes chercheur.e.s, parfois isolé.e.s ou travaillant dans des laboratoires bien souvent non africanistes.
Les Rencontres 2018 sont marquées par une double ouverture, manifeste dans leur choix d’analyser « les Afriques ». D’une part, se tenant à Marseille, ville carrefour et porte d’entrée sur la Méditerranée, elles réaffirment la nécessité de faire dialoguer les recherches portant sur l’Afrique du Nord, en allant du Maroc à l’Égypte, et l’Afrique sub-saharienne et insulaire. Ce faisant, elles s’interrogent sur les modalités du « grand partage » historique et épistémologique qui a conduit à diviser le continent en deux aires culturelles supposées étanches. Si les Rencontres conçoivent l’Afrique dans son unité géographique, elles veulent, d’autre part, rassembler les jeunes chercheur.e.s travaillant autant sur le continent que sur les groupes et les sociétés qui, bien qu’exilés sur d’autres terres du fait de la Traite, de la diaspora ou de la migration, revendiquent une identité « africaine ».

Proposition de communication scientifique

Les propositions de communication soumettant les Afriques aux « débats » peuvent s’inscrire dans l’un des cinq axes identifiés ci-dessous. Néanmoins, toute proposition de communication dont l’objet porte sur un terrain ou sur une problématique liés au continent africain peut être également soumise. Les propositions de communication mêlant sciences sociales et sciences environnementales ou sciences de la santé sont également les bienvenues. Écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots, les propositions de communication devront être envoyées avant le 15 novembre 2017 sur le site : https://jcea2018.sciencesconf.org/

Proposition de contribution artistique

Parallèlement aux discussions des jeunes chercheur.e.s, les Rencontres souhaitent inviter des chercheurs et des artistes amateurs ou professionnels qui, dans leurs recherches photographiques, littéraires, documentaires, cinématographiques, musicales, théâtrales, etc., convoquant ou non les sciences humaines et sociales, proposent un regard original sur les Afriques. Les Rencontres aspirent ainsi à organiser une « entre-vue » entre recherches artistiques et recherches scientifiques. Les projets de performance, de projection, d’exposition ou de lecture, accompagnés d’un paragraphe explicatif et argumenté, devront être envoyés au comité d’organisation des Rencontres avant le 15 novembre 2017 à cojcea2018@gmail.com

Continuer la lecture de JCEA 2018 à Marseille : Les Afriques en débats

Association pour l'étude des littératures africaines (APELA)