Le théâtre de Sony Labou Tansi – ELA 41

ela_41_couvLe théâtre de Sony Labou Tansi

Textes réunis par Julie Peghini et Xavier Garnier

L’année 2015 a été marquée par diverses lectures et mises en scènes de l’œuvre théâtrale et poétique de Sony Labou Tansi, en France et au Congo. Pourtant, vingt ans après la mort de l’écrivain, ses pièces de théâtre restent mal connues, peu jouées et à peine étudiées. Or, elles donnent d’indispensables clés pour accéder à l’œuvre.

Sony a théorisé sa pratique du théâtre, qu’il voyait comme un « artisanat mondial » susceptible de mettre en contact des hommes de tous les continents. À l’horizon de son théâtre, qui exploite les potentialités du corps physique des acteurs, on aperçoit sa dimension politique concrète, à la fois philosophique et spirituelle, vécue comme résistance humaine à la misère idéologique et matérielle d’un monde à la dérive.

  • Sommes-nous sortis du monde, Sony Labou Tansi ?
    Le théâtre, la scène, la fable (Julie Peghini et Xavier Garnier)
  • Sony Labou Tansi, le souffle d’un marronneur
    (Sylvie Chalaye)
  • Sony Labou Tansi, précurseur de nouvelles écritures
    dramatiques ? (Amélie Thérésine)
  • Le flou et le fou : espace mystique et figure messianique dans
    La Parenthèse de sang de Sony Labou Tansi (Pierre Leroux)
  • Nommer pour conjurer la mort : le désir d’exister dans le
    théâtre de Sony Labou Tansi (Léna Paugam)
  • Enjeux de la transformation de Jules César de Shakespeare en palimpseste : Moi, veuve de l’empire (Fabrice Schurmans)
  • Entretien avec Rodrigue Ndong
  • Entretien avec Dieudonné Niangouna

À propos de Beauté Congo
et des expositions d’art contemporain africain dans l’espace muséal français : le retour du refoulé colonial ?
• L’art contemporain d’Afrique vu par André Magnin :
reprendre ou défaire le discours d’un commissaire (Emmanuelle Spiesse)
• Beauté Congo, un art sans histoire (Anna Seiderer)
• D’une rive à l’autre du fleuve Congo : les expositions Modernités plurielles et Beauté Congo (Nora Greani)

Varias
• Entretien avec le photographe Omar Victor Diop (« Afriques transversales »)
• Le chien au propre : ébauche d’une piste cynique dans les littératures africaines contemporaines (Ninon Chavoz)
• Nelson Mandela et John Dube : une mémorable généalogie politique (Chérif Keita)

Comptes rendus

Pour recevoir la revue, il est nécessaire d’être abonné en adhérant à l’APELA ou en renouvelant son adhésion. Télécharger le bulletin d’adhésion 2016 : Bulletindadhesion2016



Citer ce billet
apela (2016, 24 octobre). Le théâtre de Sony Labou Tansi – ELA 41. Carnets de littératures africaines. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9nj