Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas

Alain Mabanckou, un critique sapeur et voyageur

lettresnoiresLettres noires : des ténèbres à la lumière, Collège de France / Fayard, 75 p. , 2016. Le monde est mon langage, Grasset, 319 p., 2016.

Deux publications en 2016 témoignent de l’activité réflexive dans le champ littéraire africain d’Alain Mabanckou qui est devenu aujourd’hui une référence incontournable dans la vie intellectuelle franco-africaine. Qui ne l’a vu à la télé ou sur les réseaux, avec ses grosses lunettes blanches et sa veste brillante, en sa tenue de sapeur ?
Sapeur quesaco ? Un dandy congolais dont l’élégance crée une belle ambiance en réaction à un monde de laideur.

Ouvrons ces deux bouquins.
Le premier, très mince, contient le texte de la leçon inaugurale d’Alain Mabanckou (17 mars 2016) au Collège de France, institution prestigieuse où l’écrivain congolais a été invité pour un an à la chaire de création artistique, à l’initiative d’Antoine Compagnon. Intitulée Lettres noires : des ténèbres à la lumière,  ce qui semble teinter son propos d’une sombre dramaticité conradienne, cette leçon brille pourtant par son charme séduisant et son aisance. L’introduction en particulier. Elu en 2016, Mabanckou s’amuse pour son exposé à partir un siècle plus tôt, de 1916, date plus ou moins précise de l’invention du fameux « slogan dévastateur » « Y’a bon Banania » pour descendre de 6 en 6 (par exemple, 1956, le Congrès des écrivains et artistes noirs, 1968 (un peu raté ! à deux ans près !) le prix Renaudot de Yambo Ouologuem et sa propre date de naissance à lui Mabanckou (1966), 1996 le prix de l’Académie Française de Calixthe Beyala,  2006, date de son prix Renaudot et de la leçon inaugurale d’Antoine Compagnon, son parrain au Collège de France) avant d’en arriver, en une chute impeccable, à son propre portrait en 2016 : « qui suis-je au fond ? ». Pour répondre à cette question Mabanckou remonte encore plus haut sur le grand plongeoir de l’historicité, cette fois jusqu’en 1530, année de la création du Collège de France, pour s’y élancer dans un série de figures sur ses ancêtres esclavagisés, le symbolisme du noir, « cousu de fil blanc », les clichés les plus obscurantistes qui habitent encore les esprits mais que certains combattent, dont bien entendu «  les illustres membres de votre institution » : « En un mot, je suis fier et heureux d’être ici, parmi vous, avec vous… ». L’artiste retombe sur ses pieds et salue le public admiratif.

Suivent deux parties qui sont le corps de cette Leçon inaugurale. La première fait dériver la littérature dite africaine dans les années 30-50 de la littérature coloniale française, laquelle elle-même hérite des récits d’explorateurs et des romans d’aventures et de voyages si appréciés au 19e siècle. La thèse de Mabanckou est que la littérature des écrivains voyageurs a dessiné pour l’Afrique « une prise de conscience qui éclatera avec l’avènement de la littérature africaine écrite par les Africains pour les Africains » (p.48). La seconde, qui commence par un hommage appuyé mais nuancé à René Maran, est moins originale dans son balayage de l’histoire de la littérature depuis la Négritude jusqu’à nos jours, auquel s’ajoute un habile (mais élégant) coup de chapeau aux écrivaines africaines,  sénégalaises en particulier, Mariama Bâ et Aminata Sow Fall, véritables « révélations ».

En conclusion, Mabanckou revient à sa génération qui refuse tout enfermement et, en particulier, toute « départementalisation de l’imaginaire ».
Mabanckou sapeur critique, c’est-à-dire critique élégant ? Un sapeur cultive l’élégance comme valeur première dans un monde   – osons le dire avec lui – de merde. Sa manière de s’habiller le dit, comme  le disait en son temps, la teinture violine de la chevelure de Baudelaire.

L’autre publication d’Alain Mabankou en 2016, Le monde est mon langage, (Grasset) affiche ouvertement cette poétique critique par deux images contrastées : une jaquette montre Alain Mabanckou habillé en sapeur (chapeau noir, veste bleue mouchetée de blanc, chemise blanche au col doublé de rouge, grosse bague d’argent), avec le titre du livre dans un cercle évoquant la pluralité ; derrière la première de couverture est en contraste très sobre. Un écrivain double, critique sérieux vs sapeur élégamment provocateur.lemondeestmonlangage
Le volume s’ouvre par une carte des trois continents (Amériques, Afrique, Europe) où sont soigneusement reportés un nom de ville et un nom d’écrivain, laissant penser à une sorte de journal de voyage de Mabanckou  rencontrant çà et là tel ou tel écrivain. En fait il n’en est rien, ne serait-ce que parce que nombre des écrivains dont il parle sont morts, parfois depuis longtemps, parfois récemment (Métellus, Glissant, Conrad, Sony Labou Tansi, Tchicaya U Tam’si, Ernesto Sabato, les deux Rabe de Madagascar – Rabearivelo et Rabemananjara -, Mongo Beti, Camara Laye). Certes quelques rencontres se sont produites in situ (Le Clezio à Paris ou Laferrière à Montréal) mais c’est finalement une petite minorité et des indications comme Sainte-Marie (Martinique), Pointe-à-Pitre, Buenos-Aires, Madagascar, Conakry, etc… restent en l’air. Elle ne sont pourtant ni gratuites ni exotiques car, comme le dit Mabanckou écrivain : « J’ai écrit la plupart de mes romans dans trois ou quatre continents et je dois l’existence de mes personnages à l’incertitude et à la variété de leurs lieux de naissance » (p.179).
Mabanckou n’est ici critique ou voyageur que secondairement et d’ailleurs il serait facile de pointer de petites erreurs d’érudition (Césaire n’a jamais été professeur de philosophie (p.57) ; il est peu probable que Sony se soit adressé au jeune poète en lui donnant du « mon brave » comme un notaire de province parlant à son jardinier, Métellus ne prend qu’un seul t, Jean Barnabé n’est autre que Jean Bernabé). Non, pour Mabanckou, lire et voyager sont une seule et même chose, lire fait voyager, voyager fait lire. D’ailleurs, étant professeur à UCLA, il passe beaucoup de temps dans les avions et l’anecdote amusante qu’il raconte dans le chapitre consacré à Le Clézio, mettant un scène une dame qui le gronde de s’être assoupi pendant une conférence de l’écrivain, enlève l’excès de solennité que les longues citations qu’il fait du romancier mauricien auraient pu engendrer.
C’est l’un des charmes de ce livre inégal et sympathique, « à sauts et gambades » comme aurait dit Montaigne. Laissons la parole à l’auteur pour conclure : « Je considère les rencontres insolites, les lieux, les voyages, les auteurs et l’écriture comme un moyen de féconder un humanisme où l’imaginaire serait aussi bariolé que l’arc-en-ciel et nous pousserait à nous remettre en question. »

Pour citer cet article : Mabanckou, critique sapeur et voyageur. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 02/12/2016, https://apela.hypotheses.org/1262.