Afriques en poésie. Par Daniel Delas

La poésie vivante ne se lit guère que dans des revues ou des anthologies, tandis que l’école se charge de la diffusion de la poésie patrimoniale. Il en va ainsi depuis bien longtemps en France, où l’histoire littéraire de la poésie est étroitement connectée d’une part à la vie des revues de poésie,  très nombreuses mais rarement bien diffusées, d’autre part à la définition par les instances officielles (comme l’Inspection générale du Ministère de l’Education Nationale) des auteurs considérés comme dignes d’entrer dans les programmes officiels. Longtemps (disons de 1950 à 2000), l’idéologie francophoniste a dominé dans les deux domaines : on s’extasiait sur l’ouverture admirable de la France aux productions littéraires africaines pourvu qu’elles soient écrites en français. Régnait en outre, pour cimenter ce bel édifice critique, une conviction idéologique forte : la spécificité de la production littéraire africaine tenant à son oralité, il convenait d’écouter chez tous les poètes africains la voix du griot. Conforté par la caution de Senghor et de quelques autres poètes africains (Pacéré Titinga ou Birago Diop par exemple) le critique français s’obstinait à lire le poète africain comme un dyali, porteur d’un langage de mémoire et donc d’authenticité. Quand des poètes comme Tchicaya U Tam’si protestaient contre cette « poésie en boubou », on les présentait comme des rebelles immatures.

Mais «The Times they are a-changin’ » (Bob Dylan, 1963). ‘Afrique’ s’écrit de plus en plus souvent ‘Afriques’, le poète africain n’a plus à présenter une carte d’identité griotique. Poète africain, il l’est certes mais sans assignation ni demeure fixes, à l’écoute de son enfance africaine certes, mais, loin de tout nationalisme essentialiste, à l’écoute des voix réprimées, oubliées, oblitérées de son ‘peuple’.

Pour prendre la mesure de ce que donne cette évolution aujourd’hui,  lisons deux publications récentes, l’une proprement anthologique publiée par les éditions Bruno Doucey, l’autre constituée des deux récents numéros de la revue Po&sie.

L’éditeur de poésie Bruno Doucey s’est associé au poète Nimrod, d’origine tchadienne, et à l’essayiste Christian Poslaniec pour produire une anthologie commanditée par le Printemps des Poètes. Pour faire un produit grand public, il a imaginé réunir 120 poètes venus de toutes les aires géographiques africaines au sens large (partout où vivent des peuples noirs). Fily Dabo Sissoko, poète malien disparu en 1964 voisine ainsi avec Nicole Cage de la Martinique, née en 1965. L’idée était belle mais d’une réalisation difficile. Comment présenter ces poètes ? Par ordre alphabétique ? C’était possible mais trop niveleur. L’éditeur a préféré les classer à l’aide d’une grille géo-arithmétique : 12 « entités géographiques » regrouperont chacune 10 poètes, après une courte introduction. Proposition égalitaire mais peu raisonnable. D’abord en ce qui concerne le choix de ces zones : « méditerranéennes, sahariennes, sahéliennes, guinéennes, golfe du Bénin, éthiopiques, les grands lacs, golfe du Cabinda & bassin du Congo, australes, les îles vanille, caribéennes, américaines ». N’entrons pas dans une critique détaillée, chacun aura senti que donner la même place aux poètes maghrébins et aux poètes sahariens n’est pas recevable de même que liquider l’immense production afro-américaine à 1/12e de la production poétique des « Afriques » n’est pas sérieux et vraiment francocentriste. D’ailleurs, pourquoi avoir ‘oublié’ les poètes afro-brésiliens ?
Bref, une initiative certes sympathique mais en trompe-l’oeil. Sans doute des poètes mineurs inconnus méritent une écoute mais l’enjeu principal n’est-il pas de donner voix à de poètes majeurs non reconnus ?

En face, si l’on peut dire, les deux numéros de la revue Po&sie (qu’anime Michel Deguy) qu’a pilotés Claude Mouchard. Malgré l’imposant nombre de pages (plus de 600 !) des deux livraisons, aucune ambition anthologique n’est ici à l’œuvre pas plus que la moindre ambition de « couvrir » un champ africain en expansion continue. Pourquoi ? Parce que, comme l’a dit Achille Mbembe cité dans un bref avant-propos de l’équipe responsable de l’entreprise, « l’Afrique n’est plus un espace circonscrit dont on peut définir le lieu », tout au plus un lieu de passage ou de transit. De sorte que l’organisation des deux livraisons de la revue ne repose pas sur une grille quelconque, géographique, historique ou thématique mais sur des rencontres avec des passants poètes considérables auxquels est consacré un dossier, court en général mais parfois consistant. Ainsi, sont accueillis, chacun avec son discours d’escorte, Bakary Diallo, Tchicaya U Tam’si, Sony Labou Tansi, Chinua Achebe, Jean-Luc Raharimanana pour le volume 1, Patrice Nganang, Habib Tengour ou Christopher Okigbo pour le volume 2.
S’y ajoutent nombre de poètes, vaguement classés en fonction de leur pays d’origine mais parsemés dans les deux volumes, sans ordre ni hiérarchie, pour le plaisir d’une découverte stochastique, au fil des jours et des lectures. S’ajoutent à la fin sept courts essais, nouvelles, notes de voyage, échos de performances, commentaires de photos.
Une somme à savourer lentement.

  • 120 nuances d’Afrique, anthologie établie par Bruno Doucey, Nimrod et Christian Poslaniec, éditions Bruno Doucey, 2017, 287 p.
  • Po&sie « Afriques 1 », n° 153-154, éditions Belin, 2016, 319 p. ; Po&sie « Afriques 2 », n°157-158, éditions Belin, 2017, 287 p.

Rappel bibliographique de quelques anthologies de poésie :

  • Damas, Léon-Gontran, Latitudes françaises, Poètes d’expression française, Afrique noire, Madagascar, Réunion, Guadeloupe, Martinique, Indochine, Guyane (1900-1945), Seuil, 1947, 323 p.
  • Senghor, Léopold Sédar, Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française, précédée d’ « Orphée noir » de Jean-Paul Sartre, Paris, Presses Universitaires de France, 1948, 227 p.
  • Pius Ngandu Nkashama et Bernard Magnier , L’Afrique noire en poésie, Gallimard, Folio junior, 1986, 143 p.
  • Locha Mateso, Anthologie de la poésie d’Afrique noire d’expression française, Hatier, 1987, 192 p.
  • Chevrier, Jacques, Anthologie africaine II (La poésie), éditions Hatier International, Paris, 2002, 223 p.
  • Mabanckou, Alain, Poésie africaine. Anthologie (six poètes d’Afrique francophone), Points, 2010, 139 p. (Les six poètes retenus par Alain Mabanckou sont Léopold Sédar Senghor, Birago Diop, Jacques Rabemananjara, Bernard B. Dadié, Tchicaya U Tam’Si, Jean-Baptiste Tati Loutard)

NB : Dans l’Anthologie négro-africaine, histoire et textes de 1918 à nos jours de Lilyan Kesteloot, Gérard & C°, 1967 (reprise et complétée en Marabout 1987 puis chez Edicef en 1992, 556 p.), « prosateurs, poètes et dramaturges » sont mêlés.

Lire quelques pages de Po&sie 153-154 « Afriques 1 » : http://www.pourpoesie.net/IMAI/poesie_153_154_sommaire_et_intro.pdf


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
danieldelas (27 mars 2017). Afriques en poésie. Par Daniel Delas. Carnets de littératures africaines. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9ob