Alma de J.M.G. Le Clézio, un roman panthéiste. Par Daniel Delas

JMG Le Clézio, Alma, Gallimard, 2017, 342 pages

Un roman éclaté en 44 « chapitres » non connectés l’un à l’autre par une intrigue cheminant vers une fin attendue, souvent indépendants de toute linéarité narrative. Cette mosaïque forme cependant par la grâce de l’écriture un tout sombre et lumineux à  la fois, lumineux comme le vaste pan de mer scintillant sous le soleil que les esclaves marrons apercevaient à travers le feuillage des forêts montagneuses qui les abritaient, sombre de cette obscurité étoilée et moite des forêts tropicales de l’intérieur de l’ile Maurice.
Et d’ailleurs la composition des 44 séquences du livre alterne caractères romains (15 séquences) et caractères italiques (29 séquences) : les séquences en italiques appartiennent à Dodo, sombre mauricien issu de la branche maudite des Felsen, au visage rongé par une sorte de lèpre, ultime rescapé des désastres historiques comme l’oiseau dont il porte le nom,

Dodo. Such a dodo (p. 17). Je suis Dodo, just a dodo (p. 244). Mon nom est Dodo  (p. 293). Je suis Dodo, Dodo Fe’sen, Cour de ros, Lézard, né pour faire rire, pour   voyager, pour être l’admirable hobo (p. 321).

Clochard céleste qui découvrira Paris et mourra à Nice (ville natale de Le Clézio / Jérémie) :

Je reste immobile dans le soleil d’or, les yeux levés vers l’intérieur de ma tête puisque   je ne peux pas dormir, un jour mon âme va partir par un trou dans ma tête, pour         aller au ciel où sont les étoiles
Les jours et les nuits s’attachent, sans se casser, c’est un lent sac et ressac, un grand     ballet qui emporte les gens (p.328).

Les séquences en romain appartiennent elles à Jérémie, autre Felsen, alter ego de l’auteur  auquel on peut prêter la blondeur lumineuse de JMG Le Clézio.

Histoires croisées donc : Jérémie vient à Maurice pour retrouver le pays, la famille et le domaine (Alma) de son père qui a quitté l’île à seize ans et n’y est jamais revenu ; Dodo est une sorte d’être difforme et drôle qui va aller dans l’autre sens à la découverte de la France. Peut-être  ne sont-ils que les deux faces d’un seul et même personnage ?
Résumer leurs actions selon un fil narratif est sans doute possible quoique difficile puisque chaque séquence les présente dans un environnement différent et non relié aux autres épisodes mais cela ne fera pas comprendre le charme du livre, pourquoi le lecteur, sans qu’on ait besoin de lui expliquer les détails historiques ou les motivations psycho-sociologiques des personnages et des actions relatées, ne lâche pas la lecture de ce best-seller, comme enchanté.
Le charme sourd de l’imprécision voulue des lieux et des temps évoqués qui installe le lecteur dans un ailleurs où peut « naître » (et non « renaître ») le passé. Quand la vieille Emmeline remonte dans ses souvenirs

Bien sûr ce n’est pas pour moi qu’Emmeline raconte, c’est pour faire naître le passé, un passé si lointain qu’il n’y a plus qu’elle qui s’en souvient, ce souffle léger qui vacille, petite flamme pâle prête à s’évanouir (p. 315)

Dans Alma, le passé ne cesse de naître sans jamais se fixer, sans jamais se figer en histoire. Le personnage d’Aditi, jeune femme sans lien avec les autres personnages et qui, enceinte à la suite d’un viol, va accoucher dans la forêt, est le modèle exemplaire de ce panthéisme, elle qui se sent dans une symbiose totale avec la nature

La lumière entre en elle, la réchauffe au plus profond. Aditi respire lentement, le visage levé vers le ciel. La lumière qui grandit dans les gorges défait toute résistance, dénoue tous les liens et la lance dans l’espace (p.192)

Un roman atemporel et spirituel que les lecteurs de notre époque, saturés d’information, attendaient.

Daniel Delas


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
danieldelas (6 novembre 2017). Alma de J.M.G. Le Clézio, un roman panthéiste. Par Daniel Delas. Carnets de littératures africaines. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9p1