Colonialisme et babélisme. Par Daniel Delas

Colonialisme et babélisme

  • Carlo Lucarelli, Le temps des hyènes, traduit de l’italien par Serge Quadruppani, Métailié, 2018, 191 p.
  • Cécile Van den Avenne, De la bouche même des indigènes. Echanges linguistiques en Afrique coloniale, Vendémiaire, 2017, 271 p.

Les hasards de mes lectures m’ont mené à lire en même temps deux livres d’inspiration très différente mais qui mettent en scène l’un et l’autre le colonialisme en Afrique à la fin du 19ème siècle et les problèmes linguistiques qui l’ont accompagné, le colonialisme italien dans un roman de Carlo Lucarelli d’une part et le colonialisme français dans une étude sociolinguistique de Cécile Van den Avenne d’autre part. Cette confrontation est très instructive.

Commençons par présenter le roman de Carlo Lucarelli.
Carlo Lucarelli (né en 1960 à Parme) s’est illustré comme journaliste, animateur de télévision, scénariste et surtout auteur de romans noirs décrivant sans complaisance l’Italie d’aujourd’hui et puis un jour, il rencontre la belle érythréenne Yodit qu’il épouse et qui l’initie au monde de sa famille : « découvrir l’histoire de sa famille m’a ouvert les portes d’un monde fantastique. », dit-il. C’est à la suite de cette réorientation de sa vie qu’il entreprend ses romans érythréens. Ce fut d’abord La huitième vibration (2010), roman historique qui fait revivre la colonie italienne de l’Érythrée à la fin du siècle et le débarquement en 1896 d’un corps expéditionnaire composé de recrues de toute la péninsule mais qui n’ont d’italien que le nom, se définissant principalement par leurs accents régionaux, leurs coutumes, leurs représentations du monde. Tellement différents les uns des autres que souvent ils n’arrivent pas à se comprendre entre eux ni a fortiori à former une armée. Résultat : l’armée italienne se fait écraser à la bataille d’Adoua (1896) par les forces du négus d’Éthiopie Ménélik. Première grande défaite d’une armée blanche devant des troupes africaines.
Après ce gros roman, Lucarelli poursuit par une saga dont le premier volume fut Albergo Italia en 2016 et aujourd’hui Le temps des hyènes. Centrons-nous sur le second.
Une sombre histoire de meurtre d’un riche et noble propriétaire qu’on laissera le lecteur découvrir dans ses rebondissements rocambolesques met en mouvement à travers le pays un couple de policiers, le capitaine de carabiniers royaux Piero Colaprico et son brigadier, le zaptiè (carabinier indigène) Ogbà inspiré du duo le plus fameux de la littérature policière de l’époque, Sherlock Holmes et le docteur Watson. Les nécessités de l’enquête les mènent entre Asmara et Massaoua, Asmara au climat frais juchée sur le haut plateau à 2300 m d’altitude, Massoua l’étouffante, port sur la mer Rouge.

Lucarelli s’est documenté soigneusement et les péripéties de la vie politique quotidienne de la colonie sous la houlette du gouverneur Ferdinando Martini (1897-1900) sont historiques et permettent à l’auteur de montrer une autre face du colonialisme italien que celle associée à la politique mussolinienne des années 30. Ce qui est intéressant pour le lecteur français habitué à voir la colonisation de l’Afrique essentiellement dans l’optique française ou, à la rigueur, anglaise.
Mais le plus étonnant pour un lecteur français est l’immersion dans un univers babélien tout bruissant de langues, idiomes, dialectes, tant chez militaires italiens que dans la relation entre italiens et érythréens. L’Italie n’existe alors en tant que nation (avec une langue nationale) que depuis trente ans de sorte que chaque militaire (soldat ou officier) a gardé de nombreux traits dialectaux dans sa parlure

Le capitanio Copalico était dans son bureau en train de reprendre contact avec la Compagnie après presque une semaine de déplacement pour l’enquête et dix jours de fièvres. Le lieutenant Chiti lui faisait un compte rendu au rabais, aspirant ti et ci à la toscane et en introduisant un sicchè, donc, de temps en temps, à la florentine. (p.125)

Les Érythréens ont eux aussi à leur disposition des langues diverses qui apparaissent souvent, comme par exemple à l’occasion d’une visite du capitaine chez Ogbà et sa femme Manna

Il se penche sur la table et prend la viande de tous ses doigts et non pas du bout des trois premiers, et dirigés vers lui, comme il devrait
Tzenè tzer’zeibullù, halle ka’ha, murmure Manna, les doigts devant la bouche. Un malappris ton capitaine.
Ogbà hausse les épaules.
On n’y peut rien, dit-il en tigrigna, et puis il ajoute : C’est un Blanc
Et pour dire blanc il utilise tzadà, pas t’liàn ni ferengi, sinon Colaprico comprendrait qu’ils parlent de lui et Ogbà ne veut pas le vexer (p.93)

Comment les pauvres ferengi (Blancs), déjà empêtrés dans leurs propres dialectes, auraient-ils pu naviguer dans ce tourbillonnement babélien ?

De l’autre côté de l’Afrique, Louis-Gustave Binger est chargé par le général Faidherbe d’une mission exploratoire partant de Bamako et descendant vers la mer de la Côte d’Ivoire. Binger maîtrise le bambara qu’il parle assez bien et des rudiments d’autres langues dont l’arabe ;  néanmoins, comme le capitaine italien, il a choisi un « homme de confiance », interprète et informateur, Diawé Fofana, qui l’accompagne dans toutes ses rencontres. Il communique avec lui dans un mélange de français et de bambara et utilise comme langue de truchement une sorte de koinè qu’il nomme mandé (une variété véhiculaire de mandingue).  Dans ce long voyage (près de deux ans), Binger collecte des mots des langues qu’il découvre de sorte que l’ouvrage qu’il publiera plus tard, Du Niger au golfe de Guinée « est bien plus qu’un récit de voyage mais compile des informations géographiques, ethnographiques, historiques, ce qui en fait un ouvrage encyclopédique, et une encyclopédie aux multiples langues, bon miroir du plurilinguisme important qui caractérise les régions traversées » (p. 39). Notons que l’arabe est la langue écrite dans laquelle sont écrits les missives avec Samory ou les traités qu’il fait signer aux chefs locaux.

Ainsi, avant que le colonialisme ne devînt force militaire brutale et exploitation commerciale rapace, il a existé dans la corne de l’Afrique comme dans l’Afrique de l’ouest une période exploratoire où les premiers découvreurs ont navigué de leur mieux au milieu d’un grand nombre de langues inconnues, la différence étant que les Italiens superposèrent leur propre babélisme aux langues locales, ce qui créa un plurilinguisme inextricable,  tandis que les Français – militaires et missionnaires -,  rassemblés autour de la seule langue française associée à leur idéologie nationaliste, travaillaient à mettre au point des langues de communication. Ce seront le français-tirailleur puis le français « aofien » que Cécile Van den Avenne étudie dans la suite de son étude.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
danieldelas (26 mars 2018). Colonialisme et babélisme. Par Daniel Delas. Carnets de littératures africaines. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9pr