AAC : en hommage à Lilyan Kesteloot

Colloque international
en hommage à Lilyan  Kesteloot     

Dakar, UCAD, du  15 au 17 janvier 2019

Les propositions de communication suivies d’un résumé, nécessairement en lien étroit avec les thématiques de recherche de prédilection de  Lilyan Kesteloot seront reçues jusqu’au  31  août 2018 aux adresses mail suivantes :

Lilyan Kesteloot, citoyenne belge native du Congo, et africaine dans l’âme, dont le nom est désormais associé à l’aventure historique de la Négritude, a été une personnalité emblématique et une figure de référence des études littéraires africaines dont elle a fait rayonner l’éclat à travers le monde entier. La parution de sa thèse, Les Ecrivains noirs de langue française, naissance d’une littérature (1961), a été le coup d’envoi qui a donné une impulsion  sans précédent aux études littéraires africaines, en leur conférant une assise historique, scientifique et institutionnelle. L’œuvre multiple et pionnière de ce savant  qui est allée de l’avant en franc-tireur et en éclaireur, sans préjugés ni frontières, a traversé notre époque, en la marquant profondément. On en trouve des traces durables dans la critique littéraire, l’anthropologie, l’histoire, la linguistique et les études culturelles. Elle a incarné le besoin d’interdisciplinarité en naviguant,  pour ainsi dire, de discipline à discipline. L’évolution des études littéraires africaines est liée à son nom, à ses travaux, à son sens du travail scientifique et à sa conscience de la dignité des peuples noirs et de leurs cultures. Sa réputation d’impeccable critique littéraire dont la minutie et la sureté des analyses s’alimentent à une mémoire et à une profondeur pour mieux éclairer les intentions profondes des œuvres étudiées, irradie largement la critique littéraire  contemporaine au-delà des murs de l’université africaine et des frontières du continent. Ses travaux  ont été décisifs pour la réception et la compréhension  de poèmes réputés hermétiques de Césaire et de Senghor, en particulier.

Elle a su, par une approche sans aprioris ni spécialisation prématurée, retrouver par l’empathie et au bout d’un patient travail philologique, l’élan créateur des textes.
La capacité à se renouveler de cette enseignante, en ébullition intellectuelle constante, l’emmène par la suite à tourner son regard vers la littérature orale, accomplissant avec ses équipes,  un travail d’envergure de collecte, de transcription, de traduction et d’interprétation. Elle fut l’une des premières à explorer, reconsidérer et valoriser le trésor des traditions orales africaines et elle n’a cessé depuis d’incarner dans sa personne, sa culture, ses objets de recherche, tout ce qui concerne l’Afrique, sa culture, sa littérature. Son aura a pu convaincre et entrainer nombre d’esprits brillants dans son sillage.
Patronne,  au sens étymologique de guide et de modèle, découvreur et protectrice de talents, Lilyan Kesteloot qui a enseigné dans divers établissements (Yaoundé, Bamako, Abidjan, Dakar), et siégé dans de multiples institutions, n’a cessé d’œuvrer pour l’université africaine et son développement.
Femme de conviction, d’action et d’innovation, Lilyan Kesteloot qui savait transmettre sa passion autant que sa rigueur,  a initié des courants de recherche en dehors des modes intellectuelles, et a formé plusieurs générations d’étudiants qui constituent une communauté de spécialistes disséminés à travers le monde, avec le souci de porter  au plus haut le patrimoine patiemment recueilli.
Avec générosité et désintéressement, elle a été la cheville ouvrière de multiples groupes de travail et  a également accompagné dans la réflexion, nombre de projets scientifiques ou artistiques, soutenu des aventures éditoriales, favorisé la publication de manuscrits, écrit plusieurs préfaces. Passeur infatigable, et créatrice de réseaux essaimés dans  divers continents, elle n’a eu de cesse de faire pénétrer les dernières avancées scientifiques dans les lieux de production du savoir situés de part et d’autres des océans. Son autorité a été universellement reconnue et respectueusement acceptée.

L’UCAD qui fut un lieu essentiel pour elle, et l’IFAN, dont elle était comme l’âme pendant plusieurs décennies, ont décidé d’organiser un colloque international en hommage à cette « Grande Dame des Lettres africaines, personnalité hors pair qui a défendu avec acharnement et ténacité jusqu’à son dernier souffle, la cause des études littéraires africaines ».
Ce colloque qui entend déployer la dimension pionnière et novatrice attachée à la carrière et à l’œuvre de Lilyan Kesteloot, et témoigner de l’empreinte que laissent ses travaux, voudrait susciter des contributions qui renvoient directement à ses principaux contres d’intérêt, de sorte que s’y réverbèrent l’ampleur et la diversité de ses curiosités et de ses passions.
Il importe, en définitive, et en guise de reconnaissance et de gratitude, de saisir et de faire vivre la flamme d’une œuvre féconde, séminale et subtile, afin de ressaisir la riche multiplicité des portées et des enjeux de ce qu’elle a contribué à faire advenir.
Ce colloque vise à creuser l’œuvre matricielle de Lilyan Kesteloot, pivot à partir duquel ont surgi nombre de  questionnements des études littéraires africaines contemporaines, afin de réaffirmer l’importance des apports et à mieux faire connaître le legs, en revisitant ses recherches, réflexions et interprétations, en approfondissant ses intuitions, et en amplifiant ses sujets d’études.

Champs de réflexion et axes d’analyse possibles

  1. Etudes africaines : -questions théoriques et méthodologiques. -Savoirs locaux et endogènes et leur place dans la pensée contemporaine.
  2. Etat des lieux de la production théorique et critique sur la littérature africaine.
  3. -Réception critique actuelle des œuvres fondatrices de la littérature négro -africaine écrite.
  4. -Dynamiques actuelles de la création littéraire négro-africaine.
    -Productions artistiques et activation de l’espace public au sein des communautés nègres d’Afrique et de la diaspora.
  5. Statut, enjeux et fonctions des genres oraux traditionnels et modalités de leur réinscription dans des productions littéraires et artistiques contemporaines.
  6. Sources orales et historiographie africaine .

Les propositions de communication suivies d’un résumé, nécessairement en lien étroit avec les thématiques de recherche de prédilection de  Lilyan Kesteloot seront reçues jusqu’au  31  août 2018 aux adresses mail suivantes :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.