Des femmes esclaves, en résistance. Par Daniel Delas

Jarid ARRAES, Dandara et les esclaves libres,

éd. Anacoana, coll. Terra, traduit du portugais (Brésil) par Paula Anacoana, 2018, 142 p.

L’histoire de la résistance du quilombo de Los Palmares où se réfugièrent et se fortifièrent des esclaves marrons durant un siècle est bien connue. Ne serait-ce pour la France que par l’essai engagé de l’écrivain surréaliste Benjamin Peret, La commune de Palmares qui a valorisé le rôle de Zumbi comme leader, voire roi, de cette communauté résistante d’esclaves marrons (20 ou 30 000 personnes, à son acmè), à la fin du 17ème siècle. Roi ou chef, on ne sait mais on ne parle pas du rôle de sa compagne Dandara qui fut, selon la légende, l’âme d’une résistance offensive.
Jarid Arraes, écrivaine afro-brésilienne née en 1991 et bonne connaisseuse de la littérature de cordel (mode d’édition en cahier de récits et légendes populaires issues de la tradition orale, par exemple les aventures du bandit au grand cœur Lampion ou, moins drôle, le suicide du président Getulio Vargas), entreprend de mettre la lumière sur cette femme, compagne de Zumbi, mais mise au monde par Iansa, l’orixa des vents et des tempêtes :

L’orage éclata brusquement. La nature gronda, le vent dansa en tourbillons et en spirales rosés, sombres et dangereux… jusqu’à ce qu’enfin surgisse dans ses bras un bébé aux yeux espressifs. (p. 14)

On ne sait rien des circonstances exactes de sa vie et de sa mort, de sorte que ce récit mélange des légendes et des faits historiques. Ce qui, après tout, est un trait définitoire de la littérature populaire orale. Dandara  ne relève  ni du traité d’histoire ‘scientifique’ ni du poème romantique et se rapproche plutôt du récit de légendes, pour enfants ou pour illettrés, qui a nourri les imaginaires de tous les peuples.
Tantôt fantastique,

Dandara, bondissant et se pliant en deux pour éviter les épées qui sifflaient dans l’air, s’empara du mousqueton tombé au sol et le pointa vers les hommes.
– Jetez vos épées ! Maintenant ! ordonna la guerrière d’une voix dure
Tenant son akofena d’une main et le mousqueton de l’autre, Dandara fit quelques pas en arrière et fit glisser le pistolet au sol, qui tomba dans la mer.
– Disparaissez de ma vue ! ordonna-t-elle de nouveau le doigt sur la gachette.

tantôt radieux

Une faim de justice, toujours plus vorace l’animait. A mesure que les mots passaient, Dandara sentait son estomac se creuser. Un seul aliment lui apporterait le soulagement : le bruit des chaînes se brisant. (p.120)

Le récit de sa naissance divine comme celui de sa mort (se jetant dans le vide pour échapper au retour à l’esclavage) sont propres à frapper  les esprits et à réhabiliter le rôle des femmes dans l’histoire d’une communauté opprimée.

Qu’on ne s’attende pas à un traité historique sur les révoltes d’esclaves au Brésil (voir quelques références en bas), qu’on ne s’attende pas non plus aux élégances subtiles de l’écriture écrite, non ce n’est ni le lieu ni l’occasion. Ce que vous pourrez écouter c’est la voix des humiliés et des offensés que l’histoire oublie parfois, celle des femmes en particulier.

Petit complément biblio

  • Catherine Coquery-Vidrovitch, Être esclave, La découverte, 2013
  • — Les routes de l’esclavage, Albin Michel, 2018
  • Edison Carneiro, O quilombo dos Palmares, editora brasilense (non traduit), São Paulo, 1947, 1948.
  • Etudes Littéraires Africaines n° 43, dossier « Afrique-Brésil », 2017
Pour citer cet article : Des femmes esclaves, en résistance. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 25/09/2018, https://apela.hypotheses.org/2402.