Qui a peur de la littérature wolof ? ELA 46 (2018)

Qui a peur de la littérature wolof ?

Textes réunis par Rémi Tchokothe

Ce dossier met en avant la production croissante de Boubacar Boris Diop en wolof et son rôle de promoteur de « la langue maternelle », longtemps symboliquement étouffée par ce qu’il appelle « la langue de cérémonie, langue du dimanche ». Les réflexions des chercheurs basés au Sénégal, en France et aux États-Unis montrent que le wolof, qui s’enrichit de la traduction d’œuvres désormais classiques comme Une saison au Congo et Une si longue lettre, peut aussi être le matériau dans lequel s’écrivent des textes postmodernes. En associant les fonctions de traducteur, de médiateur et d’auteur, Boris Diop réalise, en amont, un travail patient sur la langue et, en aval, constitue un corpus littéraire. Ce faisant, il lance un défi aux chercheurs qui doutent de la capacité des littératures en langues africaines à se développer sur le marché de la reconnaissance internationale.


**

  • Présentation (Rémi Armand Tchokothe)
  • Introduction à l’œuvre littéraire de B. B. Diop : du français au wolof (Papa Samba Diop)
  • Bàmmeelu Kocc Barma de B.B. Diop ou comment écrire un roman postmoderne en wolof  (Serigne Seye)
  • Peut-on se baigner deux fois dans le même fleuve ? À propos de l’auto-traduction de Doomi golo par B.B. Diop (Ousmane Ngom)
  • Une saison en wolof (Alice Chaudemanche)
  • B. B. Diop et ses publics, entre français et wolof, ancrage local et internationalisation de l’œuvre (Nathalie Carré)
  • « Mettre sa langue à la première place ! » : entretien de B. B. Diop
    avec Fatoumata Seck
  • « L’Histoire est un éternel recommencement et presque toujours pour le pire » : entretien de B. B. Diop avec Rémi Armand Tchokothe

À propos de
Lilyan Kesteloot

À propos de
La Fabrique des classiques africains de Claire Ducournau

Varias

Antigone sous les soleils d’Afrique : trois exemples d’adaptation
(Donato Lacirignola)
« Rira bien, tu riras le damné » : jeu de mots et enjeu des mots dans Za de Raharimanana (Guillaume Sofo)

Comptes rendus

ELA_46_ couverture



Citer ce billet
editapela (2019, 17 février). Qui a peur de la littérature wolof ? ELA 46 (2018). Carnets de littératures africaines. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9r7