Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir

Buata B. Malela

préface de Jean Bessière

Paris, Anibwe, coll. Liziba poche, 2019, 320p ISBN : 9782916121192

PRÉSENTATION extrait préface Jean Bessière (professeur ém. Université Paris 3 Sorbonne)

À partir de l’exemple d’Aimé Césaire, Buata Malela propose une mise en situation des écrivains antillais et africains qui ont dominé la scène littéraire francophone depuis la seconde guerre mondiale et une relecture de leurs œuvres. Il ne propose ni biographies, ni monographies des uns et des autres, ni des lectures directes de leur abondante production romanesque, poétique, dramatique. […] Son propos relève d’une sociologie de la littérature, entendue de manière spécifique : écrivains et œuvres se comprennent selon leurs positions comparées au regard des faits du pouvoir colonial et de l’aliénation, et selon les rapports d’accord, de désaccord, manifeste ou implicites, qu’ils entretiennent entre eux et à travers leurs idéologies et leurs œuvres.

URL de référence : https://www.anibwe.com/produit/buata-b-malela-aime-cesaire-et-la-relecture-de-la-colonialite-du-pouvoir-2/



Citer ce billet
editapela (2019, 4 mars). Aimé Césaire et la relecture de la colonialité du pouvoir. Carnets de littératures africaines. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9r9