Dans le flux des mégalopoles. Par Daniel Delas

Kinshasa chroniques / Kinshasa Chronicles, sous la direction de / edited by Dominique Malaquais, éditions de l’œil, 383 p.

Kinshasa compte 13 millions d’habitants (troisième ville d’Afrique après Le Caire et Lagos) ; en 2075, si sa croissance démographique se maintient telle, elle comptera 56 millions d’habitants et sera la ville la plus peuplée de la planète. C’est dire que le futur du monde de tout un chacun est en éclosion dans ce foyer rougeoyant : ce qui y émerge me concerne en tant qu’être au monde.

Dominique Malaquais qui dans ses écrits scientifiques a exploré les cultures urbaines émergentes en Afrique et leur relation au politique et à l’économique, rassemble dans ce beau livre bilingue non pas tant des spécialistes universitaires – comment d’ailleurs pourrait-on se dire spécialiste d’un univers aussi complexe et non-ordonné que Kin ? – mais des artistes du langage et de l’image. En ouverture quatre déambulations menées par des femmes écrivaines – Bibish Mumbu, Laetitia Ajanohun, Yvonne Owuor et Bill Kouelany –  qui appréhendent la ville tantôt par sa relation charnelle avec les habitants et par leur résistance très physique au vacarme de l’histoire (Bibish M. L. Mumbu, p. 28)

Les gens, ici sont solides comme le brique et fragiles, comme du cristal.
                       Kinshasa.
Sa beauté n’est pas sa plastique. Ses gens. Ses quartiers. Ses logiques. Ses bruits. Ses odeurs. Cette façon de se tenir malgré les années. De survivre à tout. A tous. A Léopold, l’indépendance, Mobutu, la conférence nationale souveraine, Laurent-Désiré, aux guerres de libération successives, l’arrivée des kadogos, de JKK, les coalitions rwando-ougando-congolaises et jusqu’aux shégués, kulunas et autres traitements subis.

tantôt par sa diversité multicolore comme Laetitia Ajahonun (p.35)

A son regard s’offrent des morceaux de viande, de chair, de peau, enveloppés de jeans, de toile, de lycra, de jersey, de coton, de simili, ou de dentelles bon marché. Un paysage. Ça fleure poivré, huileux et amer. Il fait chaud. Elle a le dos qui dégouline. Le chauffeur entonne le futaka mbongo na kati, le ‘paye dans le bus’…

dans ce lingala si chantant qu’évoque Yvonne Owuor, « une langue née de la musique et parlée en micro-intervalles » (p.40). Pour finir par le fleuve, fleuve de mots, fleuves de chants « qui ne cesse pas de ne pas être » pour parler avec Bill Kouelany en franco-lacanien, fleuve qui irrigue une ville amoureuse 

Au fond, avec un homme ou avec une femme, Kinshasa veut faire l’Amour. Faire l’Amour avec demain. (p. 53)

*

Cette diversité infiniment éclatée, neuf chroniques vont l’exemplifier, ville performance, ville sport, ville paraître, ville musique, ville esprit, ville débrouille, ville futur(e), ville mémoire. On lira tout ou partie de ces chroniques, à l’endroit ou à l’envers, comme on voudra, l’ordre du livre n’étant qu’un étalement aléatoire dans l’espace et les photos intercalées constituant une autre piste de lecture.
Arrêtons-nous à ville paraître, consacré à la sape qui est « une culture à part entière de la jeunesse de Kinshasa, la surface où cette jeunesse trame le rêve d’un ailleurs, d’une autre ville peut-être. » Certes originaire de Brazzaville, la sape kinoise selon Didier Gondola se distingue de la sape brazzavilloise par son côté hérétique. Ne pratiquant pas, comme les sapeurs de Brazzaville, l’ostension « chic » de grandes marques classiques de l’élégance européenne, le sapeur kinois illustre a contrario, par sa véhémence même (costume 3 pièces rose bonbon par exemple), la déshérence de la jeunesse. Chômeurs, sans aucune perspective, nus et misérables, les sapeurs de Kin font oublier leur sort, l’habit faisant le moine. Luxueusement habillé dans des quartiers où les gens sont pauvres et pauvrement vêtus, le sapeur kinois clame une nouvelle identité que lui offre la griffe. Moineau de Paris exilé, le sapeur kinois affirme le rêve d’une nouvelle identité des jeunes.

Un mot pour finir de ville musique évoquée par le romancier Fiston Mwanza Mujila (Tram 83, 2014, Métailié). Avec cette présentation hilarante du danseur de ndombolo :

une parodie de la démarche du chimpanzé qui exigeait la souplesse des jambes et des bras, la volupté du bassin, l’étanchéité de la tête ; toutes les parties énumérées devant aboutir à l’élasticité du corps. Le danseur, en un élan gymnaste, bombait le torse, les bras tendus mais légèrement en courbe comme le chimpanzé, la croupe poussée en arrière imitant par de légers coups de reins l’accouplement ou quelque chose du même genre, les tendons
descendant et reprenant de la hauteur (p.218)

Restent sept autres savoureuses chroniques à déguster, ami lecteur. Bien du plaisir !

                                                                       *

Entre littérature et sciences humaines, entre nature et culture, entre quêtes identitaires de divers types, ce genre de livre va dans le sens de notre temps. La croyance en un universalisme hérité des Lumières ne paraissant plus satisfaisante pour dire qui est qui, il s’avère nécessaire d’écouter toutes les voix individuelles, partout et au moment où elles s’affirment.
Que nous disent-elles ?
Que la vie urbaine ne s’oppose plus à la vie rurale parce qu’elle tend à projeter une image totale de l’homme moderne, un homme qui ne s’enferme plus avec lui-même comme le bourgeois européen d’avant la révolution industrielle, pour qui la ville était un aboutissement. L’homme moderne qui s’esquisse dans les mégalopoles, certes pluriel dans tous les domaines mais partout avide d’ailleurs et de nouvelles règles : celles du paraître, du transitoire, du chant, bref, du flux multiforme, tantôt magmatique, tantôt fragmenté, en configurations sans cesse changeantes.

Daniel Delas

Pour citer cet article : Dans le flux des mégalopoles. Par Daniel Delas, in Carnets de littératures africaines, 29/07/2019, https://apela.hypotheses.org/3339.