AAC: Le théâtre des genres dans l’œuvre de Mohammed Dib

Colloque du centenaire Mohammed Dib

2020 sera l’année du centenaire de la naissance de Mohammed Dib, et à cette occasion plusieurs manifestations auront lieu des deux côtés de la Méditerranée, particulièrement deux grands colloques associés l’un à l’autre par des membres communs des équipes d’organisation, l’un à Alger en avril 2020, et l’autre du 1er au 5 septembre 2020 dans le prestigieux château de Cerisy la Salle, en Normandie, château qui a accueilli depuis un siècle la plupart des grands écrivains et philosophes français, et consacré déjà deux colloques à la culture algérienne.

Modalités de l’inscription et calendrier

Si vous comptez proposer une communication, veuillez envoyer un titre provisoire, accompagné d’un résumé de 8 à 15 lignes, avant le 11 octobre 2019, à l’adresse mail bonn.charles@gmail.com. La communication proposée devra être fidèle à l’argumentaire du colloque. Le Comité scientifique refusera toute proposition ne répondant pas à ce critère.

Les inscriptions proprement dites au CCIC (pour les contributeurs comme pour les auditeurs libres) seront ouvertes le 15 mars 2020 au moyen du Bulletin d’inscription que vous trouverez sur le site web de Cerisy (www.ccic-cerisy.asso.fr) et sur le programme papier qui vous sera adressé. Il conviendra alors d’adhérer à l’Association, le paiement du séjour sera à faire un mois avant le colloque.

Portrait de Mohammed Dib, tous droits réservés.

Argumentaire

Toute œuvre littéraire est confrontée, du moins dans l’espace culturel européen, à la question des genres : il peut s’agir du genre littéraire qu’elle choisit ou subvertit, mais souvent aussi du genre sexuel des personnages. Les deux significations de ce même mot permettent parfois même des jeux sur cette ambiguïté facilement théâtralisable. Alors même que les premiers critiques insistaient, peut-être à tort, sur ce qu’ils considéraient comme le « réalisme » de l’œuvre de Mohammed Dib, on constate maintenant que ses personnages sont parfois davantage des représentations théâtralisées (des formes stylisées dans une esthétique de l’abstraction) que des figures réalistes. Qu’on pense à « L’Homme-tronc » de L’Incendie, ou dans ce même roman au langage ostensiblement non-réaliste du débat qui va mener les paysans à la grève. Plus que par le réalisme, l’œuvre de Mohammed Dib produit le plus souvent le sens par la théâtralisation des situations, comme de certains personnages, ou, plus fondamentalement, du langage. Et cette théâtralisation se retrouve, plus spectaculairement, dans la mise en scène des genres littéraires.
Ce colloque s’intéressera donc à trois théâtralisations majeures dans l’œuvre de Mohammed Dib qui s’organisent autour des ambiguïtés du mot « genre ». Théâtralisation du face à face entre les deux significations de ce mot, mais surtout théâtralisation pour chacune de ces significations, des différents objets qu’elles désignent, et là encore autant dans leurs définitions, souvent perverties, que dans leur face à face.

*

Pour ce qui est des genres littéraires, objet principal de ce colloque, l’œuvre de Mohammed Dib est connue d’abord pour ses romans, qui en forment certes le volume le plus important. Pourtant Mohammed Dib lui-même se considérait comme « essentiellement poète » et ses recueils poétiques étaient pour lui ses livres les plus vitaux, même s’ils sont nettement moins traités par les critiques. Il a de plus écrit plusieurs recueils de contes pour enfants, qui sont probablement la partie la moins étudiée de son œuvre, ainsi qu’un grand nombre de nouvelles. Et dans cette œuvre d’une grande diversité de formes, il ne faut pas oublier le théâtre, ni la photographie, à laquelle la critique commence enfin à rendre justice, ni les textes théoriques qui livrent des informations précieuses sur les intentions esthétiques de l’auteur.
Si ces modes d’expression divers apparaissent dans des recueils différents, ils coexistent souvent au sein d’une même œuvre. Les insertions de poèmes ou d’épisodes théâtraux dans les romans sont nombreux, et de plus ces romans alternent souvent les passages en écriture romaine et ceux en italiques, développant ainsi deux « voix » (deux circuits du sens) différentes et complémentaires. Ils introduisent parfois aussi une mise à distance de certains passages grâce à un style théâtralisé qui va les inscrire dans des registres différents dont nous sommes implicitement invités à questionner le rapport avec le registre romanesque attendu.
Par ailleurs, tout au long de son parcours littéraire, Mohammed Dib a conduit une réflexion sur les formes littéraires, réflexion qui s’intègre au geste même par lequel il cherche sa forme propre. On peut aussi constater qu’à mesure que l’œuvre s’élabore, les frontières génériques s’effacent jusqu’à donner lieu à des livres inclassables. Autant dire que cette pluralité et cette hétérogénéité génériques interrogent la notion même de genre littéraire tel que mis en place au cours de l’histoire littéraire européenne.
Aussi cette particularité de l’œuvre dibienne se présente-t-elle comme une théâtralisation de la diversité générique et une mise en relations intergénérique productrice de sens. De ce fait, elle attire notre attention sur l’écriture elle-même, et derrière l’écriture, sur la parole et ses pouvoirs dont on sait qu’ils constituent une obsession de l’écrivain.

*

Le développement depuis quelques décennies des « études de genres » a en grande partie fait oublier par le « grand public » cette signification littéraire du mot « genre », mot de plus en plus réduit à ses significations sexuelle et sociale (on dit aussi « masculin-féminin »). Or ce passage du mot « sexe » au mot « genre » se justifie, précisément, parce que la dimension sociale du genre se joue ici à travers la référence à la grammaire, c’est-à-dire au langage, tant il est vrai que ce dernier est peut-être l’espace essentiel de la représentation des genres, que ces genres soient littéraires, anthropologiques ou socialement sexués. Le genre n’est donc pas qu’une catégorie abstraite de classement, mais le support de la mise en scène (de la théâtralisation) que permet le langage. Cette dernière est donc, en quelque sorte, première, ce qu’illustre par  exemple la récente découverte par Isabelle Mette[1] de l’antériorité de la pièce Mille Hourras pour une gueuse par rapport au roman La Danse du roi alors qu’on pensait à tort qu’elle n’était que l’adaptation et le développement de la séquence théâtrale du roman.
Le féminin peut ainsi être considéré comme un bon exemple, chez Mohammed Dib, de cette constante relation du genre, au sens social/anthropologique du mot, avec le langage, ses infinies inventions et ses possibles limites. Relation dont il est un des outils privilégiés de cette théâtralisation des pouvoirs de la parole par l’écrivain. Il l’est ainsi dans quasiment toute l’œuvre poétique, particulièrement dans Omneros et Feu, beau feu. Dans les romans, c’est déjà Zhor dont la célébration/exploration finale de son corps dans L’Incendie met littéralement en scène plutôt qu’elle ne la dit, l’impuissance du discours idéologique à exprimer le plaisir (et donc aussi le réel ?). Dans Qui se souvient de la mer et Cours sur la rive sauvage Nafissa, puis Radia et Hellé, plus que des personnages, sont des représentations (des signes dans une esthétique de l’abstraction) d’un processus de questionnement volontairement ouvert et sans réponse préétablie.

*

Ce colloque ne se contentera donc pas de répertorier les alternances génériques dans l’œuvre de Mohammed Dib : il en interrogera les mécanismes producteurs de sens et les significations qui s’en dégagent, comme il se demandera en quoi, dans ce théâtre des genres tant littéraires que sexuels, les formes génériques et les représentations sociales elles-mêmes sont transformées. Il permettra ainsi, nous l’espérons, une approche plus fine de la littérarité de cette œuvre essentielle et complexe, que sa réduction à des approches thématiques ou idéologiques sommaires ont trop souvent déformée.

Patronages (liste provisoire)

Universités ou laboratoires
  • Université Paris 8.
  • Université Bordeaux 3 : laboratoire Telem-CIEMAM.
  • Université Lumière-Lyon 2, Passages XX-XXI.
  • Université de Tlemcen.
  • École Normale Supérieure de Bouzareah : laboratoire LISODIP.
Organismes internationaux
  • Réseau LaFEF (Langue française et Expressions francophones).
  • AUF (Agence universitaire de la francophonie)
  • Services culturels de l’Ambassade de France à Alger
Associations
  • SIAMD (Société internationale des amis de Mohammed Dib, Paris).
  • Association culturelle La Grande Maison (Tlemcen).
  • Coup de Soleil ARA.

Directeurs du colloque

  • Charles Bonn; Professeur émérite, Université Lyon 2; bonn.charles@gmail.com
  • Mounira Chatti, Professeure à l’Université Bordeaux Montaigne, responsable du CIEMAM (laboratoire Telem EA4195), mounira.chatti@u-bordeaux-montaigne.fr
  • Naget Khadda; Professeure émérite, Universités d’Alger et Montpellier; nkhadda@yahoo.fr  

Conseil de direction

  • Zineb Ali-Benali; Professeure émérite, Université Paris 8; zinebbenali@yahoo.fr
  • Sabeha Benmansour; Présidente de l’Association « La grande Maison » et  professeure à l’Université de Tlemcen; benmansoursabeha@gmail.com
  • Assia Dib; Présidente de la Société internationale des amis de Mohammed Dib; assiadib.ad@gmail.com
  • Atika Kara, Directrice de l’École Normale Supérieure de Bouzareah et du laboratoire LISODIP, ATIKAKARA@hotmail.com
  • Hervé Sanson, Vice-président de la SIAMD; herve.sanson3@orange.fr

Comité scientifique

  • Zineb Ali-Benali; Professeure émérite, Université Paris-8; zinebbenali@yahoo.fr
  • Guy Basset; Docteur ès lettres, professeur de philosophie, gfbasset@free.fr
  • Sabeha Benmansour; Professeure à l’Université de Tlemcen. Directrice de l’Association La grande Maison; benmansoursabeha@gmail.com
  • Reda Bensmaïa; Professeur émérite à Brown University, Providence (USA); Reda_Bensmaia@brown.edu
  • Afifa Bererhi; Professeure émérite à l’Université d’Alger 2; afifabererhi@yahoo.fr
  • Charles Bonn; Professeur émérite, Université Lyon 2; bonn.charles@gmail.com
  • Denise Brahimi; Maître de Conférences émérite, Université Paris-7; denise.brahimi@neuf.fr
  • Mireille Calle-Gruber; Professeure à l’Université Paris-3. Membre du Conseil d’administration du CCIC.; mireille.calle-gruber@sorbonne-nouvelle.fr
  • Mounira Chatti, Professeure à l’Université Bordeaux Montaigne, responsable du CIEMAM (laboratoire Telem EA4195), mounira.chatti@u-bordeaux-montaigne.fr
  • Ali Chibani, Docteur ès-Lettres, Vice-président du Conseil scientifique de la SIAMD
  • Assia Dib-Chambon; Présidente de la Société internationale des amis de Mohammed Dib (SIAMD), assiadib.ad@gmail.com
  • Guy Dugas; Professeur à l’Université de Montpellier; dugas.montp3@gmail.com
  • Naget Khadda; Professeure émérite, Universités d’Alger et Montpellier; nkhadda@yahoo.fr
  • Fritz-Peter Kirsch; Professeur à l’Université de Vienne (Autriche); fritz.peter.kirsch@univie.ac.at
  • Abdellah Romli; Professeur. Université de Kenitra; romliabdellah@hotmail.com
  • Hervé Sanson; Docteur ès-Lettres. Vice-Président du Conseil scientifique de la SIAMD; herve.sanson3@orange.fr
  • Habib Tengour; Poète et anthropologue. Directeur de programme Dib à l’ITEM (CNRS); tengourhabib@free.fr
  • Mourad Yelles; Professeur à l’INALCO (Paris). Directeur adjoint LACNAD. Responsable Master “Parcours Maghrébin”; mourad.yelles@inalco.fr

Précisions complémentaires : _Colloque du centenaire de Mohammed Dib

[1] « Les manuscrits de Mohammed Dib, une invitation à explorer les chemins de la création littéraire. » Expressions maghrébines, n° 12 : 2, 2013, p. 167-185.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.