Un dictionnaire buissonnier. Par Daniel Delas

Alain Mabanckou & Abdourahman Waberi

Dictionnaire enjoué des cultures africaines, Fayard, 2019, 335 p.

Deux écrivains africains connus pour leurs convictions mais aussi pour leur approche souriante de la vie, un titre qui laisse attendre un ton plaisant dépourvu de pesanteur académique, voilà de quoi attirer vers un livre-dictionnaire qu’on pourra lire de manière discontinue, certains soirs où le tumulte angoissant de la marche du monde d’aujourd’hui vous donne l’envie de respirer en ouvrant la porte à la fantaisie, à l’imprévu, au fragmenté,  à l’ « enjoué ». Un livre de table de nuit en somme. Avant de tomber de somme-il !!!
Et l’ouvrage des deux amis tient ses promesses, à la réserve près que le choix de l’adjectif ‘enjoué’ du titre est un peu trompeur, car les entrées sont en majorité très sérieuses, un tiers d’entre elles étant d’ailleurs des notices biographiques sur de ‘grands’ Africains, souvent très connus (de Senghor à Mandela) mais abordés sous un angle politique moderne. À ‘enjoué’ un peu trompeur donc, on pourra préférer quelques-uns des adjectifs de la quatrième de couverture : ‘buisssonnier’, ‘tour à tour informatif, ludique, drôle, sérieux’.

Ce qui suscite l’agrément du lecteur, c’est parfois bien entendu le contenu de certaines entrées originales – qu’on ne pourra ici qu’évoquer – mais surtout le choix de l’ordre alphabétique propre à tout dictionnaire et qui fait de chaque page un kaléidoscope de la diversité du monde. Ce pourquoi, Victor Hugo, dit-on, lisait chaque matin une page de dictionnaire. Pour se mettre en appétit, en quelque sorte. De ce dictionnaire – plus abécédaire que dictionnaire d’ailleurs et qui ne cherche aucune exhaustivité, voici la liste des  entrées de trois lettres de l’alphabet :

Lettre C (p. 71)
Café – Cauri – Césaire, Aimé – CFA (franc) – Château-Rouge – Chéri Samba – Coetzee, John Maxwell – Cuba – Cube Maggi

Lettre F (p. 139)
Fanon, Frantz – Farah Nuruddin – Fardeau (de l’homme blanc) – “Femme noire” – Feymania – Fonio – Foufou – France noire (La)

Lettre M (p. 221)
Mami Wata – Mandela, Winnie – Mbappé, Kylian – Mbembe, Achille – Monument (aux héros de l’armée noire)

et pour finir avec la lettre Z :

Zembla – Zemidjian (Zem) (p. 323).

Là, vous séchez, ces noms n’évoquant rien pour vous ? Eh bien, prenez le bouquin sur votre table de nuit et vous apprendrez que ‘Zembla’ est un personnage de bande dessinée qui charmait les enfants congolais il y a quelques lustres et que ‘Zem’ est un moyen de transport béninois (qui signifie en langue fon « emmène-moi vite »), une sorte de mototaxi très populaire. Le dictionnaire assortit une brève description du ‘zem’ du commentaire suivant : « les zems illustrent combien les populations africaines prennent leur destin en main, savent trouver des ripostes aux défaillances des régimes politiques en place » (p. 327).

Ce qui illustre le charme de ce Dictionnaire buissonnier : une alternance constante des notations souriantes à coloration anthropologique et de leur commentaire « mythographique », qui donne à voir et sentir le pouls d’un très grand continent dont la puissance culturelle est en train de se déployer sous nos yeux » (avant-propos, p. 11).
Un deuxième tome est timidement annoncé p. 227. Souhaitons qu’il se réalise, avec le même bonheur.

Daniel Delas


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
danieldelas (18 décembre 2019). Un dictionnaire buissonnier. Par Daniel Delas. Carnets de littératures africaines. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9sr