Écrire en français ici ou là en Afrique. Par Daniel Delas

Chroniques des Grands Lacs – RD Congo – Rwanda – Burundi

nouvelles présentées et sélectionnées par Dominique Ranaivoson et Maëline Le Lay, Sépia, 2019, 182 p.

La faible réception des écrivain.e.s africain.e.s est liée à l’ignorance des dirigeants germanopratins des grandes maisons d’édition françaises à l’égard  des littératures francophones et à la faiblesse des quelques éditeurs africains existants. C’est dans ce contexte que de petits éditeurs s’efforcent de modifier ce qu’on peut appeler le nombrilisme littéraire français. Sépia est l’un d’entre eux ; éditions créées en 1986 par Patrick Mérand qui s’orientent principalement vers l’Afrique et les DOM/TOM, Sépia a rejoint en 2016 le groupe Harmattan dont les options ‘tiersmondistes’ sont bien connues.
C’est chez cet éditeur que Dominique Ranaivoson anime une série de Chroniques, réunissant des nouvelles de jeunes écrivain.e.s d’Afrique : Chroniques du Katanga en 2007, Chroniques du Congo en 2012, Chroniques des îles sous le vent en 2018 et en 2019 (associée à Maëline Le Lay) ce Chroniques des Grands Lacs –RD Congo, Rwanda, Burundi.

Pourquoi est-il important de parler de ce petit volume constitué de nouvelles d’écrivains souvent très jeunes et dont la prose n’est pas toujours bien dégrossie des ateliers d’écriture organisés par les Instituts Français, d’où beaucoup d’entre eux sortent ? Parce qu’ils ne continueront pas à faire vivre leurs langues maternelles et leur langue véhiculaire (le français)  si aucun écho ne leur est offert.  La région des Grands Lacs n’est connue que par des récits forts (de témoignage et/ou de fiction) reliés directement au génocide rwandais de 1995 : Scholastique Mukasonga et Beata Umumbyeyi-Mairesse  par exemple (que nous avons chroniquées ici l’une et l’autre), écrivaines très talentueuses, installées désormais en Europe. Visions du monde toutefois partielles, un peu comme si on ne connaissait l’Allemagne que par ce que les survivants de la Shoah ont écrit !
Le français dans ces régions aux cultures séculaires (rappelons le titre de l’ouvrage pionnier de Jean-Pierre Chrétien, L’Afrique des Grands Lacs,2000 ans d’histoire, réed Aubier 2000), est en équilibre instable avec l’anglais (au Rwanda en particulier). La publication par les éditions Métailié du roman (de langue anglaise) de l’écrivaine ougandaise Jennifer Nansubuga Makumbi, Kintu (2019, 467 p) comble un peu, elle aussi l’ignorance abyssale de la critique française sur les productions littéraires d’Afrique Centrale. Est-ce parce que, comme le dit Alain Mabanckou ,« L’Afrique centrale reste une sorte de « cœur des ténèbres » dont on évite de parler » ?
Si je bavarde avec mon voisin et lui parle du Lichtenstein, il connait, plus ou moins. Mais si je lui parle de l’Ouganda ou du Burundi, il me dit « Mais c’est où l’Ouganda ? Mais c’est où le Burundi ? ».

L’anthologie que proposent les deux auteures est modeste, peut-être discutable (on ne sait rien de leurs critères de sélection) mais (p.17) elle ouvre « le lecteur francophone… à se déprendre de ses traditions romanesques, de ses références esthétiques pour réaliser qu’il est l’étranger, l’‘exote’ disait Segalen … »
Ce qui va dans le bon sens.

Daniel Delas



Citer ce billet
danieldelas (2020, 13 janvier). Écrire en français ici ou là en Afrique. Par Daniel Delas. Carnets de littératures africaines. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://apela.hypotheses.org/3875