Madagascar 1947. Par Daniel Delas

Champagne Aurélie, Zébu boy,
roman, Monsieur Toussaint Louverture, 2019, 251 p.

Ambila est le narrateur, un homme aliéné au sens premier, ‘rendu autre’ par son engagement (volontaire) dans les combats de la Seconde Guerre mondiale, lesquels, à la différence du roman de David Diop, Frères d’âme, qui traite de la première, ne sont guère évoqués en tant que tels mais en fonction de ce qu’ils apportent (en bien ou en mal) au narrateur. Le roman est centré sur cet homme rendu fort par ses aventures (combattant, prisonnier, maquisard) en même temps qu’amer en raison des promesses faites par les autorités françaises et non tenues (citoyenneté française, primes, chaussures). Il revient décidé à se battre pour réussir et honorer le surnom de ‘Zébu boy’ qu’on lui avait donné dans sa jeunesse comme champion de tauromachie malgache.

Le début n’emballe pas trop le lecteur : ce récit d’une consultation chez un ombiasy (sorcier) fait un peu folklo et l’écriture, un peu froide, un français impeccable, sonne comme imperméable à toute malgachité (malgré les nombreux termes malgaches insérés dans la narration sans explication). On se retourne alors vers l’auteur au nom si français. Qui est-elle ? Son éditeur fournit quelques renseignements : origines malgaches et indochinoises, père absent. Ce qui me fait penser à une étudiante (devenue une amie), qui s’étant formée seule en France avec une mère seule, un jour, est retournée en Afrique d’où était venu ce père qu’elle ne connaissait pas.
Ceci pour dire que ‘littérature africaine’ ne doit pas se dire dans un esprit africaniste centralisateur réservant l’expression à des écrits produits par des Africains ‘stricto sensu’. Position entachée de nationalisme ; l’expression ‘littérature africaine’ vaut pour moi aussi bien pour des écrivains qui partent du continent africain vers l’Europe ou l’Amérique (migrants) que pour d’autres qui reviennent en Afrique à la recherche de leurs racines. Tant il est vrai que le métissage devient de plus en plus mondial et poétiquement actif, tant il est vrai que le fameux « D’où parles-tu ?» reste la grande question de toute littérature quelle qu’elle soit.

*

La construction de ce roman est complexe, il fonctionne comme un récit picaresque : les aventures d’un héros en quête d’un monde perdu. Son père adoré étant mort peu avant son retour dans l’Ile Rouge, il part de Tana retrouver son oncle maternel à Manankara. Mais nous sommes début 1947 et la colère gronde contre le pouvoir colonial français injuste et violent. Ambila ne se propose pas de jouer au héros rebelle ; réaliste, il désire profiter des troubles pour faire de l’argent (vente d’amulettes anti-balles, pillage et revente d’armes lors de la prise du camp militaire de Moromanga), afin d’amasser un magot lui permettant de  racheter les zébus disparus du troupeau de son père.

1728 francs revenaient à Ambila. Il eut la vision de son glorieux retour chez l’éleveur de Fort-Dauphin. Avec quelle morgue, il lui jetterait ses billets au visage. Il allait se payer ces deux zébus. Les premiers du cheptel. (pp. 91-92)

Anti-héros en un certain sens dont l’aventure finit emprisonné dans l’autorail où sont parqués par les autorités militaires françaises (portraits au vitriol !) des suspects de rébellion, il y passe ses derniers jours.
Sans tenter de relater les innombrables rebondissements de ce retour baroque au pays natal. A la longue, il perd contact avec le réel.

Quand un nouveau débarque avec quelque chose à nous apprendre, on suit avec effarement la chronique des Tabataba. « Tabataba », c’est comme ça qu’on dit pour les ‘événements’. Octobre, novembre, on perd le fil. Ils égrainent des noms de chefs rebelles inconnus. Les lieux, les dates ne disent plus rien à personne. (p 244)

Ambila s’enfonce dans le passé et s’éteint dans le souvenir de sa mère tant aimée.

On l’a compris,  ce roman picaresque dans la première partie ( en y ajoutant les souvenirs du combattant malgache de ses combats en France) dédouble ce simple récit d’aventure réelles de son héros, d’une évocation de son imaginaire. D’où la double justification du début cité ci-dessus. Ambila achète des amulettes à la fois parce qu’il pense les vendre avec bénéfice et parce qu’il croit que les Malgaches y croient.

*

Merci à l’éditeur de donner sa chance à un premier roman comme celui-ci.  Très ambitieux, bien mené mais, reposant sur un personnage ambigu, double : à la fois honnête et malhonnête, rusé et sincère, Ambila,  affectivement durci dans les épreuves puis hanté par le souvenir tendre de sa mère, pourra désarçonner. Le livre mérite pourtant lecture.

Daniel Delas



Citer ce billet
danieldelas (2020, 25 août). Madagascar 1947. Par Daniel Delas. Carnets de littératures africaines. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9tk