«Lumières»: la leçon africaine de Bernard Mouralis

Entretien

Un entretien de Tirthankar Chanda avec Bernard Mouralis, à l’occasion de la parution de Lumières, essais sur une vie, à retrouver sur rfi.fr.

© Archives personnelles de Bernard Mouralis.

Lumières, essais sur une vie est un récit autobiographique. Son auteur Bernard Mouralis, peu connu du grand public, a été un inoubliable professeur de lettres africaines, aujourd’hui retraité. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur l’Afrique littéraire et la littérature en général, Bernard Mouralis a fait l’essentiel de sa carrière universitaire en France, mais il a également enseigné dans les lycées et les universités africaines.  

RFI : Comme l’on pouvait s’y attendre, l’Afrique occupe une place importante dans vos mémoires. Vous ne connaissiez pas le continent, mais vous le découvrez en débarquant au Sénégal au milieu des années 1960. Comment vous êtes-vous retrouvé en Afrique au jeune âge de 24 ans ?

Bernard Mouralis : Cela s’est fait très simplement. Après mes études, je sentais de plus en plus le besoin de changer de cadre de vie, de me déprendre du cadre intellectuel dans lequel j’avais grandi. En 1965, j’ai déposé un dossier auprès de l’administration pour partir à l’étranger en tant que volontaire du service national (VSN). En juin de la même année, on m’a informé que mon dossier avait été accepté et que j’étais affecté à partir de la rentrée en tant que professeur de lettres classiques au lycée Malick Sy à Thiès, au Sénégal. Au début, j’ai regretté de ne pas être nommé à Dakar, mais je me suis vite rendu compte qu’être enseignant dans une petite ville était une expérience formidable, parce que cela m’a permis d’entrer en contact avec l’intérieur même de l’Afrique. C’était, peut-être, moins prestigieux que ne l’aurait été un séjour de trois ans à Dakar, mais l’expérience fut – ô combien – riche en rencontres et découvertes.

Lire la suite sur le site de RFI.



Citer ce billet
editapela (2022, 10 mai). «Lumières»: la leçon africaine de Bernard Mouralis. Carnets de littératures africaines. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9ws