(Re)lire les féminismes noirs

Présentation du numéro des Etudes Littéraires Africaines  51 : “(Re)lire les féminismes noirs” Claudine Raynaud et Tina Harpin dir., 2021

EMMA, axe 3 « faire commun », Université Paul-Valéry Montpellier 3

Mardi 7 juin 2022 à 18h en format hybride : en salle 126 sur le campus Saint-Charles 1 (U. Paul-Valéry Montpellier 3) et en visioconférence*

Séminaire animé par 

  • Tina Harpin, Maîtresse de conférence en littérature comparée, Université de Guyane, MINEA, chercheuse associée au laboratoire ITEM/CNRS
  • Claudine Raynaud, Professeur émérite en études américaines, EMMA, ITEM/CNRS

Ce dossier propose de relire des auteures de l’Amérique et de l’Afrique associées au féminisme noir, compris comme mobilisation et comme conscience féministe des femmes noires. La première partie du dossier, dédiée à Angela Davis et à Audre Lorde, se concentre sur l’apport de ces deux penseuses et écrivaines des États-Unis, terre de naissance proclamée du « Black Feminism » par-delà les frontières chronologiques strictes de la « deuxième vague » féministe (1960-1980). La deuxième partie s’attache à deux autres voix pionnières, celles des féminismes africains francophones et anglophones, également de la « seconde vague » : Awa Thiam et Flora Nwapa, dont l’influence durable est commentée. La dernière partie du dossier aborde Roxane Gay, Joan Morgan, Djamila Ribeiro et Chimamanda Ngozi Adichie, quatre auteures « phares » de la « troisième vague » des féminismes noirs africains américains, afro-brésiliens et africains dans un monde globalisé où paraissent s’opposer un féminisme noir radical et un féminisme plus ironique qui joue avec les codes de la culture pop.
Ce choix d’auteures d’Afrique et d’Amérique met ainsi à distance la notion de « féminisme noir » pour en saisir les diverses modalités et l’urgence, passée et présente, à l’heure de débats internationaux grandissants sur l’actualité du féminisme et de l’antiracisme face aux violences faites aux femmes et face aux meurtres dont les Noirs sont toujours victimes. Contre un fétichisme de la théorie, nous suggérons, à la façon de Barbara Christian, l’exploration d’une bibliothèque féminine et féministe noire éclectique et puissante, inspiratrice de nouvelles lectures de la réalité et de nouveaux possibles. La (re)lecture comme activité critique est donc au cœur de cette esquisse transatlantique d’une bibliothèque féministe noire et d’une galerie (quasi infinie) de figures pensantes et militantes entre Afrique et Amériques noires.

*Pour obtenir le lien et les codes de visioconférence, écrire à Marc.Lenormand@univ-montp3.fr



Citer ce billet
editapela (2022, 1 juin). (Re)lire les féminismes noirs. Carnets de littératures africaines. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9x0