AAC/CFP: Amos Tutuola, une œuvre à ressaisir

« Writer, Scrawler and Blunderer » : Amos Tutuola (1920-1997), une œuvre à ressaisir

Tours, 16 et/ou 17 novembre 2023

  • Organisation : Guillaume Cingal, Sylvie Humbert-Mougin, Yannick Séité
  • Comité scientifique : Guillaume Cingal, Mélanie Joseph-Vilain (Université de Bourgogne), Mathilde Rogez (Université de Toulouse Jean-Jaurès)

Les propositions de communication (résumés de 300 mots environ, avec courte biographie / affiliation institutionnelle) doivent être envoyées avant le 31 octobre 2022 à Guillaume Cingal : cingal [apud] univ-tours.fr

Le titre de cette journée d’études se fonde sur une réécriture par paronymie du titre du dernier roman paru du vivant d’Amos Tutuola (Pauper, Brawler and Slanderer) : c’est là une invitation à se ressaisir de cette œuvre dans le contexte d’une critique post-coloniale qui n’a cessé de s’enrichir et de se diversifier au cours de ces deux dernières décennies (décolonial, écoféminisme, queer theory…).
Il semble donc nécessaire de reconsidérer l’ensemble des textes de Tutuola, en tenant particulièrement compte de sa postérité et de ses ambivalences.
Voici donc quelques pistes de réflexion, tout en soulignant que le comité scientifique sera particulièrement attentif à des propositions relatives à des livres de Tutuola peu étudiés (dont certains sont inédits en-dehors de l’anglais) :
• 70 ans après The Palm-Wine Drinkard (1952) et sa traduction française par Queneau (L’Ivrogne dans la brousse, 1953) : un statut à part dans le corpus et dans la littérature nigériane
• une œuvre au carrefour : comparatismes et influences de Tutuola en Europe
• traduire Tutuola : la question de l’agrammaticalité ; doublons ; inédits ; étrangéïté et étrangèreté
• quelle postérité pour l’œuvre de Tutuola ? résurgences et crispations – comment se situent les écrivain·es africain·es (et même non africain·es) contemporain·es par rapport à cette figure singulière et problématique ?
• les liens entre les textes de Tutuola et le réalisme magique, l’afrofuturisme et l'”Africanfuturism”
• intermédialités et interculturalité : prolongements vers l’afrofuturisme nord-américain, les expressions du fait religieux et surnaturel dans la Caraïbe, la “reprise” musicale de textes de Tutuola
• identités et genres : l’écriture de Tutuola est-elle non-binaire et queer ?

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
editapela (1 août 2022). AAC/CFP: Amos Tutuola, une œuvre à ressaisir. Carnets de littératures africaines. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9xf