AAC : Arts chrétiens en Afrique centrale : interculturation et branchements

Appel à communications

 Arts chrétiens en afrique centrale : inculturation et branchements

Colloque de Metz, 12 et 13 mai 2016

Université de Lorraine – Centre de recherche « Ecritures » EA 3943

Programme CRELIM (#2) (Congo : récits, littératures, images)

Argument général

Pour rendre compte des phénomènes de contacts culturels, des études scientifiques ont permis depuis le XIXe siècle l’émergence des concepts d’acculturation, de déculturation, d’interculturalité, de multiculturalité etc… Ces concepts ont tour à tour montré leurs limites car finissent par évoquer l’idée de la pureté originaire des cultures ou de choc des cultures. Ces dernières années, divers travaux ont fait avancer la question des contacts culturels en mettant l’accent sur le caractère ouvert de chaque culture. C’est dans ce sens qu’intervient le concept de « branchement » (Jean-Loup Amselle, 2001). Cette métaphore électrique évoque non pas une mondialisation culturelle mais signifie la dimension non-cloisonnée des cultures mondiales.

Le colloque cherche à examiner de manière pragmatique le phénomène de perméabilité des cultures à travers les productions qui s’inspirent, pour diverses raisons, des traditions chrétiennes et traditions artistiques et culturelles de l’Afrique centrale.

L’existence de beaux livres comme Christliche Kunst in Afrika (1984)[1] témoigne d’une reconnaissance sur le marché de ce type d’art. Cependant, rares sont les travaux universitaires qui rendent compte des enjeux de cette interpénétration culturelle à travers les productions artistiques locales d’inspiration chrétienne à l’échelle d’un pays africain voire d’une sous-région. Dans cette perspective, à titre d’exemple, le cas de la RD Congo revêt une importance toute particulière. Les premières manifestations de ce qu’on peut appeler l’art chrétien africain semblent en effet avoir lieu dans l’ancien royaume du Kongo au xve siècle (Jean-Constant Van Cleemput, 1936).

De la sorte, en raison de son caractère durable jusqu’aujourd’hui, l’art chrétien de l’Afrique centrale peut témoigner de la dynamique des phénomènes d’accommodation, de récupération, d’innovation, de création, d’appropriation et d’invention qui sont à l’œuvre dans les contacts culturels. Parallèlement, il constitue aussi une mémoire, une partie de la « bibliothèque coloniale » qui est désormais aussi une bibliothèque postcoloniale. Une mémoire qui, à la fois, concerne le sacré mais peut, elle-même, être sacralisée, comme toute œuvre d’art, dans un sens plus sociologique.

Objet du colloque et délimitations

  • Cette rencontre, préparatoire à une publication collective, a pour objet les arts d’inspiration chrétienne en Afrique centrale du xve s. à nos jours.
  • S’agissant des limites géographiques, priorité sera donnée à l’actuelle RD Congo, mais des extensions vers d’autres pays d’Afrique centrale seront prises en considération.
  • S’agissant des arts, priorité sera donnée aux arts plastiques de facture locale: peinture, sculpture, architecture, arts appliqués (notamment aux objets liturgiques) et arts décoratifs ; néanmoins,
    a) les perspectives comparées avec d’autres arts sont fortement encouragées ;
    b) en fonction des réponses au présent appel à communication, des extensions vers d’autres arts (arts de la performance : oralité, théâtre, spectacle, danse, chant, musique ; littérature ; cinéma) pourront être prises en considération.
  • La perspective sera délibérément pluri et interdisciplinaire, puisqu’elle invite à croiser les approches historiques, anthropologiques, sociologiques, missiologiques, voire linguistiques et stylistiques, sans négliger la sociologie et les aspects économiques, ni, bien entendu, la théologie et l’esthétique.

Une quadruple perspective à mettre en jeu

Axe 1 : Développement historique

L’histoire du christianisme dans la sous-région peut être divisée en deux périodes : de 1491 à 1838 et de la fin du xixe siècle à nos jours. Dans tous les cas, c’est le processus d’adaptation du christianisme qui doit être observé à travers le prisme des productions artistiques. Il s’agira de déterminer de manière précise l’émergence de l’art chrétien, son évolution et ses différents usages.

Il sera par ailleurs nécessaire de s’interroger sur les formes d’expression de cet art dans les milieux catholiques mais également protestants, et en particulier, aujourd’hui, dans les nouveaux mouvements religieux.

De même, on attend ici des études de cas historiques concernant des expositions locales, nationales, internationales ; mais aussi des études concernant les débats qui se sont tenus au cours des synodes, des Conférences des Ordinaires, etc. De plus, des études de cas historiques concernant des artisans ou des ateliers particuliers qui ont eu un certain rayonnement ou qui ont une valeur exemplaire sont souhaitées. Les approches socio-économiques (emplois, marchés, etc.) peuvent trouver leur place dans cet axe.

Axe 2 : Aspects théoriques concernant la culture comme transculture

Trop souvent, la définition du terme « culture » repose encore sur une conception ethnique, qui suppose que la culture est forcément celle d’un groupe déterminé, et qu’elle constitue un point de départ, un « modèle initial » ; on y définit donc les groupes comme des systèmes en équilibre par eux-mêmes, que les contacts ultérieurs avec d’autres groupes sont susceptibles d’altérer. Si l’on envisage la culture autrement, non comme un donné particulariste, mais comme un processus de construction permanente, d’échanges et de positionnements dans les échanges, l’art chrétien inculturé est une problématique particulièrement significative puisqu’on peut considérer qu’il introduit de l’autre dans le même, ou plutôt qu’il constitue une synthèse dialectique du même et de l’autre, ou encore qu’il révèle l’autre qui était latent dans le même.

Ces aspects, qui sont à examiner en fonction des réflexions récentes sur les identités culturelles et la mondialisation, amènent à s’interroger à propos de la manière dont s’effectuent les « branchements » et, plus généralement, les changements culturels.

Axe 3 : Aspects esthétiques et sémiologiques

Par travail esthétique, entendons les opérations visant à donner à l’objet une forme spécifique susceptible de lui donner à la fois une durabilité mémorielle, une signification collective et une capacité d’émouvoir, ce qui suppose la mobilisation de codes partagés (et parfois de codes « étrangers », produisant du bruit ou du malentendu, créateur ou non).

Ici aussi, des études de cas sont attendues (thèmes, motifs, symboles ; formes, matériaux). En particulier :
– Comment les thèmes, motifs et symboles chrétiens sont-ils réinterprétés, notamment en fonction des langages culturels locaux ?
– Quels sont les motifs, thèmes et symboles qui sont privilégiés dans la production des œuvres ? Lesquels sont ignorés et pour quelles raisons ?
– Quelle est la pertinence des symboles ? c’est-à-dire : comment sont-ils employés pour être saisissables à la fois dans les deux univers (chrétien et local) ? ou comment produisent-ils des gages d’une « contemporanéité » escomptée ?

Axe 4 : Enjeux théologiques

Dans les religions, la production d’images répond à des usages bien définis. Dans la tradition catholique par exemple, on reconnaît à l’art chrétien un rôle trifonctionnel. Au-delà de leur valeur décorative, les représentations religieuses jouent un rôle didactique (enseigner le message biblique), dévotionnel (édifier la foi du fidèle) et mnémonique (remise en mémoire de l’histoire sainte). Il s’agit ici de mettre en évidence, grâce à des études de cas, les implications théologiques de l’art chrétien inculturé et les problèmes que peuvent soulever son usage tant catholique que protestant.

Dans cette perspective davantage « pastorale », on pourra se demander :
– comment les œuvres sont-elles reçues par les chrétiens locaux ? Quels usages en font-ils ? Quelles fonctions leur sont attribuées, y compris en dehors de celles définies par l’Eglise ?
– Comment la singularité reconnue à chaque contexte culturel local permet-elle de rester dans le cadre ecclésial ou d’en sortir ?
– Quels liens entre liberté artistique et exigences théologiques ou liturgiques ?

[1]              Thiel (Josef Franz), Helf (Heinz), Christiliche Kunst in Afrika. [Kulturen,” Steyler Missionare, St. Augustin]. Berlin : Ed. Dietrich Reimer, 1984, 355 p., 603 ill., 32 cm.

Soumission des propositions de communications

Vous êtes invités à envoyer, avant le 15 avril 2015, vos propositions de communication, en langue française, à Pierre Halen (pierre.halen@univ-lorraine.fr) et Erick Cakpo (erick.cakpo@univ-lorraine.fr).

Ces propositions, sous la forme d’un résumé de 400 à 500 mots, doivent mentionner le nom et le prénom de l’auteur, l’institution de rattachement, une adresse électronique, l’axe d’inscription de la proposition de communication et 5 mots-clés.

La langue de travail principale du colloque sera le français, avec dispositif de communication parallèle (résumé/vidéogramme) en anglais. Les communications orales en anglais, en allemand, en portugais et en italien sont possibles, moyennant la production de dispositifs de communication parallèle (résumé/vidéogramme) en français.

Après examen par le Comité scientifique et de coordination, une réponse sera adressée au cours de la seconde quinzaine du mois de septembre 2015.

Coordination 

Pierre Halen : pierre.halen@univ-lorraine.fr
Erick Cakpo : erick.cakpo@univ-lorraine.fr

Comité scientifique

  • Jean-Loup Amselle (Professeur émérite, EHESS, Paris)
  • Ana Stela de Almeida Cunha (Universidade de São Paulo)
  • Sylvie Kandé (Associate Professor à SUNY Old Westbury)
  • Katrien Pype (Professeur assistant, KU Leuven)
  • Kizobo O’bweng-Okwess Boniface (Professeur, Université de Lubumbashi)


Citer ce billet
apela (2015, 8 mars). AAC : Arts chrétiens en Afrique centrale : interculturation et branchements. Carnets de littératures africaines. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9ks