Sociolinguistics from the Global South/s

…It’s contribution to the Global North

Conférence-débat avec Sinfree Makoni

Professeur d’études africaines et de linguistique appliquée, Pennsylvania State University

Le 12 octobre à 14h, Université Paris Cité, Campus Saint-Germain des Prés, 45 rue des Saints-Pères, Salle des thèses

À l’occasion de la sortie l’an dernier des « Selected Papers » en pas moins de 4 volumes regroupant l’ensemble des articles de Sinfree Makoni, celui-ci est chercheur invité au Cerlis. Si ce chercheur est parfois cité pour ses écrits communs avec Alastair Pennycook pour des ouvrages majeurs, son approche du langage, en Afrique notamment, s’est forgée dès les années 90 alors qu’il enseignait dans différentes universités sud-africaines. Né au Zimbabwe, Makoni a étudié à l’université du Ghana puis a obtenu son PhD à l’université d’Edinburgh, en Ecosse. Il a travaillé longtemps en Afrique du Sud (University of the Western Cape, Bellville, Afrique du Sud et la University of Cape Town, Afrique du Sud) avant de devenir successivement Andrew Carnegie African Diaspora Fellow à la Laikipia University au Kenya puis professeur au département de Linguistique Appliquée dans le Program in African Studies, à la Pennsylvania State University où il exerce toujours.
Ce parcours entre de multiples lieux (Soudan, Afrique du Sud, Australie, Kenya) n’est pas sans lien avec sa conception du langage et sa méthodologie : il ne cesse d’engager des collaborations très nombreuses, la dernière en date avec Christine Severo l’a conduit au Brésil où il mène un travail commun passionnant dans le cadre d’une linguistique intégrationiste .
La thèse majeure de Makoni, qui rejoint celle de rares autres chercheurs comme Harris, réside dans l’affirmation que la notion même de langue (tout autant que celle de dialecte) est une invention européenne qui a été imposée à l’Afrique lors de l’évangélisation par les missionnaires puis de la colonisation. Pour Makoni, la conception du langage en Afrique en termes de « langues indigènes » découle directement du concept européen de “langues”, ces dernières étant assignées à leur écriture et leur standardisation. Elle résulte de la projection coloniale d’un concept occidental sur une réalité communicative pourtant radicalement différente. C’est en ce sens qu’il défend l’idée que les langues africaines seraient le fruit d’écrits européens.
À partir de cette révolution épistémologique majeure, il poursuit une recherche autour des enjeux post-coloniaux, décoloniaux lié à la mise en valeur du concept de Global South, dont il parlera lors de sa conférence.
 

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
editapela (30 septembre 2022). Sociolinguistics from the Global South/s. Carnets de littératures africaines. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9xn