AAP : Eugène Ebodé et Gaston-Paul Effa

Eugène EBODE et Gaston-Paul EFFA :

devoir de mémoire et mémoire de devoir

Appel à contributions

À l’occasion de la présentation des derniers romans parus dans la Collection « Continents noirs » chez Gallimard, le 16 mars 2015, Eugène EBODE partageait avec le public cette vérité sienne, sans doute celle de nombreux autres écrivains : « Tout être est mon être ». Au cours de la même cérémonie, Gaston-Paul EFFA rendait compte de l’échec de l’idéologie de l’anéantissement de l’homme entretenue par Hitler, idéologie reposant sur une barbarie difficilement concevable. En effet, la transformation du camp de concentration de Buchenwald  en une « fraternité humaine » est une victoire de l’humanité de l’homme, la renaissance d’une fraternité d’un type nouveau, cette fraternité qu’instigue Rosa Parks à Montgomery aux Etats-Unis, qui a permis aux Noirs de résister au racisme et de prendre progressivement leur place dans ce pays (EBODE : 201). Raphaël Elizé, ce Martiniquais noir, vétérinaire dans les campagnes de la Sarthe, premier maire d’une commune française métropolitaine, cet être inférieur au Juif, dernier degré dans l’échelle humaine établie par les Nazis, démolit, par son action et son abnégation, cette cruauté gratuite qui alimente le plus terrible projet d’éradication de l’Homme. N’est-ce pas cette même philosophie nihiliste qui a précipité les « averses » meurtrières évoquées Eugène EBODE sur le Rwanda ?

Ainsi donc, la question de l’Homme, de son présent, de son passé et de son devenir, reste une permanence chez les deux auteurs, malgré la diversité des sujets explorés. Il s’agit surtout du « monde noir ». Dès lors, l’exploration et la visite de l’héritage ancestral, autant que celles de la vie quotidienne décrite à travers, par exemple, des matches de football, ne seront jamais à considérer comme le passage en revue d’un folklore, mais comme une caractérisation sincère d’apports, de pratiques, de faits et gestes,  par lesquels se construisent des identités. De même, la convocation de l’histoire, celle vécue par les Noirs/Noires, est nécessaire à l’existence d’une communauté, à celle des êtres, et leur donne un sens, même si le fait fixé dans l’histoire relève du banal, de l’insignifiant, comme le déclare Raphaël Elizé : « après la corvée je racontais cet épisode devenu banal, ou écrivais « comme on respire. Chaque bouchée d’air était, dans l’instant, une bouffée d’encre… » (EFFA : 2015 : 71). L’écrivain est devenu cet éternel confident qui, tandis qu’il dépose ses pensées sur une feuille de papier, ne cesse d’inviter à relire l’histoire de la fraternité humaine qui se dissimule dans l’amas de paroles quotidiennes, les montagnes d’idéologies, l’empilement et la succession des programmes susceptibles de « guérir l’homme ».

Comment s’appréhende dès lors, dans les œuvres d’Eugène EBODE et de Gaston-Paul EFFA, cette articulation « de devoir de mémoire et de mémoire de devoir » ?

Cette question principale ouvre la porte à d’autres interrogations et investigations sur les deux auteurs et leurs œuvres. La perspective comparative/comparatiste indispensable à  cette étude invite formuler les propositions de contribution en considérant toutes les œuvres de deux auteurs.

Quant à ces propositions de contribution (titre, résumé d’une quinzaine de lignes, bref CV), elles sont attendues avant le 30 juin 2015, à l’adresse suivante : marierose.abomomaurin [at] gmail.com. Les travaux entièrement rédigés ne devront pas dépasser une vingtaine de pages.



Citer ce billet
apela (2015, 2 avril). AAP : Eugène Ebodé et Gaston-Paul Effa. Carnets de littératures africaines. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9l4