Yambo Ouologuem ambidextre

À la recherche du tableau complet des emprunts de Yambo Ouologuem dans Le Devoir de violence : concordance ou asymptote ?

Conférence du Professeur émérite Christopher L. Miller, suivie d’une table-ronde avec Sami Tchak (écrivain), Elgas (écrivain), Jean-Pierre Orban (écrivain, éditeur), Joël Bertrand et Céline Gahungu (MCF, Paris 3)

Séminaire Manuscrits francophones : Littératures du Sud – Le processus de fabrication / 2023

Vendredi 17 mars de 15h à 17h, Site Pourchet du Cnrs (61 rue Pourchet, Paris 17e), salle 311.

— L’hommage au Professeur Daniel Delas est également reporté, en solidarité avec le mouvement social en cours. —

Présentation

 

La critique ouologuemienne semble être partagée entre deux camps. (À tort.) Le premier voit dans Le Devoir de violence une œuvre révolutionnaire préoccupée par l’histoire, qui porte un regard afrocentriste et qui bouleverse la négritude et le colonialisme en même temps. L’autre camp, depuis 1971, voit dans les emprunts (le plagiat, les « prélèvements ») de Ouologuem une autre révolution, une écriture en collage qui pille la littérature européenne.
Mais il n’y a pas de contradiction. La preuve : Ouologuem a fait les deux en même temps. Il a révisé l’historiographie africaine tout en pratiquant un art de l’emprunt dans des proportions inouïes. Il était ambidextre.
Depuis un an j’ai l’idée de constituer pour la première fois un tableau « complet » des emprunts dans Le Devoir de violence. La tâche s’est avérée considérable. Certains cas sont connus depuis longtemps (André Schwarz-Bart, Graham Greene, Maupassant), mais les dimensions totales  restent inconnues de presque tous les lecteurs de ce roman. Grâce aux recherches de (surtout) Joël Bertrand, Antoine Habumukiza, Christine Chaulet-Achour, Jonathon Repinecz, nous pouvons maintenant apprécier non seulement l’ampleur des emprunts mais également la complexité des adaptations.
Mais sait-on déjà tout sur les emprunts de Ouologuem ? Dès la publication de ce tableau, il risque de devenir caduc.
Le but de ce projet n’est pas de relancer le débat sur l’éthique de l’emprunt ou le « scandale » du plagiat. Ce document est purement utilitaire ; il permettra aux lecteurs de voir à la fois l’érudition de Ouologuem et son processus d’adaptation textuelle (et surtout d’africanisation) tout à fait remarquable.

Christopher L. Miller (Yale University)

URL de référence : https://kouroumanus.hypotheses.org/2446



Citer ce billet
editapela (2023, 8 mars). Yambo Ouologuem ambidextre. Carnets de littératures africaines. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9yv