Sankofa Cry

Sankofa Cry : mémoires musicales et improvisations littéraires dans les romans de l’Atlantique noir

Marion Coste


éd. Honoré Champion, coll. Francophonies, n° 14. 262 p., 1 vol., broché, 15,5 x 23,5 cm
EAN 9782745358387

48

La musique est très présente dans les romans de ce que Paul Gilroy appelle l’Atlantique noir, comprenant l’Afrique subsaharienne et ses diasporas, notamment antillaises. L’étude de plusieurs romans de Michèle Rakotoson, Scholastique Mukasonga, Daniel Maximin, Léonora Miano, Kossi Efoui et Rachid Djaïdani permet de comprendre cette influence musicale et ses modalités. Les musiques de l’Atlantique noir, musiques traditionnelles, jazz ou rap, accueillent dans la forme romanesque une mémoire de la colonisation et de l’esclavage oubliée ou occultée, donnant à sentir les pertes, les hantises et les tabous qui continuent d’habiter le présent. Elles invitent aussi la littérature à réinventer la forme romanesque et à repenser le rapport de l’écriture à l’improvisation et à l’oralité, par un travail du vocabulaire, de la syntaxe ou de la structure romanesque. La musique, art du temps et de la performance, semble alors le moyen d’échapper à toutes sortes de figements et d’habitudes, dans la diégèse comme dans l’écriture.

Marion Coste est docteure en langue et littérature françaises et agrégée de lettres modernes. Ses travaux de recherche portent sur les rapports entre littérature et musique en littérature française et francophone.

FRAN_14

Page sur le site de l’éditeur.



Citer ce billet
editapela (2023, 13 mars). Sankofa Cry. Carnets de littératures africaines. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9yw