Semaine Senghor

Nous portons à votre connaissance le programme de la semaine Senghor qui se tient à Dakar jusqu’au 2 mai.

Entrée libre. Soyez les bienvenus !

  • Jeudi 27 avril : conférence de Sébastien Heiniger à la Maison Senghor (« les Dents de la mer »), 16h (et en matinée atelier sur les archives littéraires avec une classe du lycée Lamine Gueye à la Fondation Senghor)
  • Vendredi 28 avril : causerie sur Senghor et la musique avec Nicolas Darbon, hôtel Sokhamon, 16h (et en matinée atelier de codicologie à l’EBAD avec Jean-Sébastien Macke)
  • Samedi 29 avril : journée de formation sur l’approche génétique en littérature (Senghor, Zola et alii), FLSH UCAD Salle 115, 9H-15h.
  • Mardi 2 mai : journée d’étude “Relire Senghor à l’aune des archives » (coordination Céline Labrune-Badiane et Mouhamadou Moustapha Sow)

Cette journée d’étude vise à explorer ces fonds Senghor, à interroger le potentiel et les usages possibles des archives ainsi qu’à soulever les enjeux juridiques, épistémologiques et éthiques que ceux-ci posent. 

Le comité d’organisation (UCAD-ITEM).

Détail ci-dessous

  • Conférence donnée par Sébastien Heiniger à la Maison Senghor de Dakar, le 27 avril à 16h.

Sébastien Heiniger présentera le livre Décolonisation, fédéralisme et poésie chez Léopold Sédar Senghor, ouvrage tiré de la thèse qu’il a défendue à la Faculté de lettres de l’Université de Genève en 2019. Son propos portera principalement sur une période relativement méconnue du parcours de Senghor, celle pendant laquelle, en tant que représentant du Sénégal à l’Assemblée nationale, il milite pour une décolonisation de l’Afrique française par fédéralisation de la France. Relisant sa théorie de la négritude à la lumière de ce fédéralisme, Heiniger montrera comment Senghor articule son projet politique et son projet littéraire dans cette période historique, laquelle voit paraître trois de ses recueils (Chants d’ombre, Hosties noires, Ethiopiques) et deux de ses anthologies, dont l’Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française

  • Causerie sur Senghor et la musique, avec Nicolas Darbon, à l’Hôtel Sokhamon (à côté de l’Assemblée nationale), le 28 avril de 16h à 18h. 

Inscription souhaitée auprès de claire.riffard@cnrs.fr

La rencontre portera sur les mises en musique des poèmes de Senghor. Il se trouve que ces poèmes sont déjà en eux-mêmes remplis de l’univers des sons et des musiques, traversé d’une oralité plurielle et d’une musicalité singulière. Nous discuterons des pistes de recherche qui restent à explorer dans ce domaine. L’exposé se concentrera dans un premier temps sur les manuscrits et les partitions éditées de Mikis Theodorakis et d’autres compositeurs de musique classique contemporaine. Toutefois, cet exposé s’inscrira dans une démarche plus large, celui de la transdiction chez Léopold Sédar Senghor. La transdiction étudie l’empreinte d’un Dit sur un autre Dit, écrit ou sonore. Elle croise littérature écrite, littérature orale, musique de transmision orale, musique écrite, univers sonore, et même mouvements du corps, danse. Un point rapide sera aussi fait concernant les archives sonores de Léopold Sédar Senghor.

  • Journée d’étude, 2 mai, Amphithéâtre Kocc Barma Fall de la FASTEF (ex-ENS).

Les archives (manuscrits, écrits politiques, documents institutionnels, photographies, correspondances, témoignages) de/sur Léopold Sédar Senghor ainsi que ses bibliothèques sont éparpillées en différents lieux, principalement au Sénégal, à Dakar (à la fondation Senghor, au musée Senghor, à la Bibliothèque de l’UCAD dans le fonds légué par Lylian Kesteloot ou encore à la Direction des Archives Nationales et au Parti Socialiste) à Dakar, Dijlor et Joal et en France, à Verson, à Saint-Germain-la-Blanche où se trouve l’IMEC, à Nantes (au Centre des Archives Diplomatiques), aux Archives Nationales de France et à la Bibliothèque Nationale de France à Paris, mais également en Allemagne, en Russie, ou encore aux Etats-Unis. Des archives importantes sont également conservées dans des fonds privés parfois difficiles à identifier. Une grande part de ce patrimoine reste encore méconnue et difficilement voire totalement in/accessible. Or, ces archives permettront sans nul doute d’enrichir nos connaissances de l’homme, de son œuvre mais également de l’histoire du Sénégal, et de ses relations avec la France et de nombreux autres pays, ou encore sur l’histoire intellectuelle et la littérature de la seconde moitié du XXème siècle.

Programme02052023



Citer ce billet
editapela (2023, 24 avril). Semaine Senghor. Carnets de littératures africaines. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b9z4