Le théâtre dans les Grands Lacs : état des lieux, circulations et médiations

Ce colloque international en deux volets, organisé à l’Université de Lubumbashi les 10-11 novembre 2015 puis à l’ISP Bukavu le 30 juin 2016, portera sur  Le théâtre dans les Grands Lacs (République Démocratique du Congo, Rwanda, Burundi) : état des lieux, circulations et médiations.

Colloque international en deux volets :
– UNILU, Lubumbashi, 10-11 novembre 2015, à l’occasion de la quinzième édition du festival « Le Temps du théâtre » de Lubumbashi.
– ISP – Institut Supérieur Pédagogique – Bukavu, le 30 juin 2016.
Organisé par : l’École de Théâtre de Lubumbashi de l’UNILU et l’ISP Bukavu.
En partenariat avec :
– CATHEL, Centre d’Animation Théâtrale de Lubumbashi
– UNILU, Université de Lubumbashi
– CELTRAM, Centre d’Études Littéraires de Traitement des Manuscrits
Dans le cadre du programme CRELIM : Congo Récits Littérature Images (U. de Lorraine, Metz).

  • Comité d’organisation
    Fabien Kabeya Mukamba (École de Théâtre de Lubumbashi/UNILU/UPL)
    Maëline Le Lay (CNRS/Les Afriques dans le monde – UMR 5115 – IEP Bordeaux)
    Jean-Claude Makomo Makita (ISP Bukavu/Sembura)
  • Comité scientifique
    Maurice Amuri, U. de Lubumbashi/CELTRAM, Lubumbashi
    Ananda Breed, U. of East London, Londres
    Pierre Halen, U. de Lorraine, Metz
    Mukala Kadima-Nzuji, U. Marien Ngouabi/CELIBECO, Brazzaville
    Jean-Marie Vianney Kayishema, U. du Rwanda, Kigali
    Juvénal Ngorwanubusa, U. du Burundi, Bujumbura
    Marc Quaghebeur, Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles
    Yoka Lye Mudaba, INA – Institut National des Arts – Kinshasa

Procédure

Les propositions de communications, d’une longueur maximale de 500 mots et accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer par mail au comité d’organisation, aux adresses suivantes :
– Fabien Kabeya Mukamba : kabeyafaho@yahoo.fr
– Maëline Le Lay : m.le.lay@sciencespobordeaux.fr
– Jean-Claude Makomo Makita : makimakomo@yahoo.fr

Date-limite d’envoi des propositions : 15 juin 2015.

Loin de l’image de ville enclavée qu’on lui prête parfois, Lubumbashi, « dernier bastion francophone » aux portes de l’Afrique australe, se trouve, en réalité, aux confins de plusieurs Afriques. Effectivement liée à l’Afrique du Sud (et aux Rhodésies voisines d’hier), elle est aujourd’hui, sur un plan économique comme sur le plan culturel et artistique, connectée à la capitale, Kinshasa, mais également, quoique différemment, à l’Est : le Kivu, le Rwanda et le Burundi. Puisque la ville fête cette année la quinzième édition de son festival de théâtre annuel, organisé par le CATHEL, « Le Temps du Théâtre », c’est l’occasion d’interroger la place que son théâtre occupe dans l’espace national, mais surtout régional, au sein de cet espace politique divisé qu’est l’Afrique des Grands Lacs, région que nous limiterons, pour les besoins de notre travail, à la RD Congo, au Burundi et au Rwanda.
Par-delà les différends et les tensions politiques persistantes entre ces trois pays voisins, leur création artistique présente de nombreux traits communs, à commencer par les deux langues qu’ils ont en partage : le français et le swahili. S’y ajoute une histoire artistique commune qui débute au cours de la période coloniale, lors de l’amorce d’institutionnalisation de la scène théâtrale (et des spectacles, en général) par l’autorité coloniale belge qui était aussi, au Rwanda et au Burundi, l’autorité mandataire. Aujourd’hui encore, ces pays ne partagent pas seulement un espace géographique façonné par les lacs et les collines et uni par les relations commerciales ou autres, mais aussi, et paradoxalement peut-être, un espace désuni par les conflits qui ont marqué l’histoire récente et dont les séquelles se font encore sentir. Cette histoire innerve les fictions qui s’écrivent aujourd’hui dans la région, tant dans le domaine de la littérature narrative écrite et dans la poésie que dans celui des arts de la scène. Conséquemment, l’on pense également à la progression constante du paradigme humanitaire dans la création théâtrale (et dans les arts de la performance, plus généralement) mais aussi aux modes de coopération culturelle et artistique que chacun de ces pays développe, en convergence avec les autres. Il semble en effet que les artistes du Congo – principalement ceux de l’Est du pays : Katanga, Kivu, Province orientale – s’appuient sur les mêmes réseaux que leurs confrères du Rwanda et du Burundi puisqu’ils se retrouvent fréquemment sur les mêmes lieux : festivals, séminaires de formations et autres workshops. La proximité géographique ne peut sans doute à elle-seule expliquer cette convergence : l’histoire aussi, et le besoin de cautériser certaines blessures, pourraient jouer.
Circulations
Ainsi cette dernière décennie a-t-elle vu se multiplier les circulations artistiques transfrontalières entre le Congo, le Rwanda et le Burundi ou même des créations issues de collaborations entre artistes kinois, katangais et artistes de l’Est, qui produisent souvent des spectacles originaux et forts. Que l’on songe à L’île de Athol Fugard, John Kani et Winston Shona créée en 2009 à Kisangani (Cie Taccems) et à Bruxelles (Théâtre de poche), avec une distribution symbolisant la circulation (voire la réconciliation), avec Ados Ndombasi Banikina, comédien congolais et Atome Diogène Ntarindwa, comédien rwandais, dans une mise en scène de Roland Mahauden du Théâtre de Poche de Bruxelles et Olivier Maloba de Taccems à Kisangani ; ou bien encore au spectacle Africare de Lorent Wanson et José Bau Diyabanza, créé à Kinshasa en 2007 avec une équipe de Kinshasa, Kisangani et Bukavu. La collaboration entre le Tarmac des auteurs de Kinshasa et la Compagnie Mulao de Lubumbashi a abouti à la rédaction et à l’édition de la pièce Tour de contrôle de Célestin Kasongo, dans un recueil collectif (David-Minor Ilunga, Célestin Kasongo, Jonathan Kombe, Théâtre congolais contemporain. Trois pièces récentes d’auteurs de la République Démocratique du Congo, Carnières-Morlanwelz, Lansman, 2011). La trajectoire de Faustin Linyekula est emblématique de cette circulation dans laquelle le chorégraphe endosse un rôle de passeur : outre ses allers et retours entre Kinshasa et Kisangani où il a installé les studios Kabako, il a impulsé la danse contemporaine à Lubumbashi, lors de la première édition du festival « Le Temps du Théâtre ».
On ne saurait ici lister les collaborations artistiques dans la région francophone des Grands Lacs africains tant elles sont nombreuses et se multiplient depuis une vingtaine d’années. La richesse de cette dynamique tient au fait qu’elles mobilisent tant les circulations spatiales (entre artistes de l’Est, de l’Ouest et du Sud) que disciplinaires, réunissant autour d’une même création, chorégraphes, comédiens, musiciens, cinéastes etc.
L’on songe aussi au réseau « Sembura. Ferment littéraire », plateforme des écrivains des écrivains des Grands Lacs Africains, qui travaille en étroite collaboration avec Samandari, café littéraire animé à Bujumbura par le romancier Roland Rugero et la poétesse Ketty Nivyabandi. Hormis les écrivains rwandais et burundais, ce réseau, qui intègre surtout des écrivains kivuciens, a vocation à s’étendre à Lubumbashi d’ici la fin 2015.
Prenant acte de ces circulations grandissantes d’une ville à l’autre, l’on peut se demander quels sont les apports de ces collaborations aux scènes artistiques locales, en termes d’esthétique, de façons de travailler et de concevoir la création, de rapport avec le public. Quels réseaux d’acteurs sociaux – et notamment de la société civile – sont mobilisés par les artistes pour permettre et faciliter ces échanges ? Certaines ONG nationales et internationales sont connues dans le milieu artistique pour avoir impulsé une véritable dynamique artistique vouée à la sensibilisation, tant dans le domaine de la littérature (BD notamment), du cinéma que dans celui des arts de la scène (théâtre et musique). Dans le cadre de ces créations commanditées par les ONG, ces productions théâtrales « sur objectifs spécifiques » et destinées à des publics ciblés, quels intérêts sont en jeu et quelles stratégies les artistes doivent-ils déployer pour s’inscrire dans ces réseaux, se plier à leurs contraintes tout en négociant leur autonomie ou, du moins, leur auctorialité ? Comment composent-ils avec un paradigme qui tend à dominer la scène artistique dans ces pays, celui que forge le « gouvernement humanitaire » (Fassin) ?
Ces collaborations, qui sont souvent initiées ou impulsées de l’extérieur, donnent-elles lieu, dans un second temps, à des initiatives locales, par les artistes eux-mêmes ?
Comment les artistes pallient-ils non seulement les entraves logistiques (distances et difficulté de circulation physique dans cet espace – du moins dans le triangle Lubumbashi-Kinshasa-Kisangani et dans le ralliement de Kinshasa et de Lubumbashi au reste du pays) mais également les problèmes politiques ? Autrement dit, au-delà des déclarations d’intention pacifique, comment travailler ensemble sur un projet de création artistique lorsque l’on vient de pays qui passent pour être ennemis et que l’on s’inscrit dans une histoire faite de blessures encore à vif ?
Médiations
Art de la performance par excellence, le théâtre n’en emprunte pas moins, depuis l’époque coloniale, la voie des ondes, pour se propager sur une étendue plus vaste, ainsi que le canal télévisuel depuis une période plus récente.
Quelles médiations le théâtre privilégie-t-il aujourd’hui dans l’Afrique des Grands Lacs ?
Il faut reconnaître que l’espace scénique ne constitue pas, au Congo, le médium exclusif de diffusion du théâtre, tant le théâtre radiophonique jouit d’un large audimat jamais démenti depuis ses débuts et compte tenu de la multiplication, depuis quelques décennies à Kinshasa et plus récemment à Lubumbashi, de DVD de « télédramatiques » en lingala et en swahili, dont certains sont mêmes disponibles sur internet (notamment sur Youtube).
Il serait intéressant de s’interroger sur les modalités de production de ces télédramatiques : qui les produit et pour quels publics ? La direction artistique en revient-elle aux seuls acteurs ou le producteur s’en mêle-t-il ? Quels sont les exemples et modèles qui inspirent les artisans de ces théâtres filmés ? Les feuilletons réalisés dans d’autres pays d’Afrique, qui inondent les programmes des télévisions au Congo, au Rwanda et au Burundi, des soap operas tanzaniens au cinéma de Nollywood, constituent-ils des modèles ou des sources d’inspiration pour les artistes et producteurs de la région interlacustre? Comment circulent-ils dans l’espace régional, quelle est leur réception ? Au-delà de ces frontières régionales, les mêmes questions peuvent être adressées aux diasporas congolaises en Europe.
Annulant, de fait, la performance, que d’aucuns considèrent comme la propriété première du théâtre, comment ces médiations influencent-elles la conception du théâtre par les publics et par les artistes eux-mêmes ? Quelles compétences spécifiques l’élaboration de performances ou de théâtre médiatisé requièrent-elles et comment les artistes les acquièrent-elles ?
Au-delà de la dimension verbale qui devient alors centrale dans ces productions médiatiques, comment, lorsqu’ils se trouvent sur scène, les artistes gèrent-ils leur corps – sa présence, son mouvement – et s’approprient-ils l’espace du plateau?

État des lieux
Plus généralement, ce colloque voudrait proposer une sorte d’état des lieux du théâtre dans la partie francophone de la région des Grands Lacs, à un moment où l’on peut se demander comment les différents contextes dans lesquels évoluent les artistes de chacun de ces pays depuis la fin des années 1990, influencent ou non la création contemporaine.
On peut par exemple s’interroger sur les formes et tendances de la scène artistique congolaise depuis la chute du régime de Mobutu ou encore sur la gestion du traumatisme lié au génocide par les artistes rwandais et aux massacres par les artistes burundais et congolais. Y a t-il lieu de parler d’un commun imaginaire de la guerre ou de la violence?
Quels étaient et quels sont encore les thèmes de prédilection des pièces de théâtre et performances diverses ? Comment définir les dramaturgies des différentes formes de théâtre et peut-on esquisser un récit de leur évolution et leur mutation dans le paysage théâtral? Qu’il s’agisse, dans chacun de ces trois pays, des troupes universitaires – leur histoire, leur fonctionnement aux différentes époques – ou des ensembles nationaux.
On observera aussi la dynamique de l’espace de la rue (le théâtre dit « populaire ») d’hier et aujourd’hui : quelle reconnaissance et quelle légitimité ?
Plus contemporains, les collectifs d’artistes transdisciplinaires et le rôle des avant-gardes pourront également être étudiés.
Enfin, d’autres questions relatives à l’économie du marché des arts de la scène et aux politiques culturelles seront abordées.
Concernant les infrastructures culturelles : quels sont les lieux dédiés à la diffusion des spectacles de théâtre dans les différents pays de la région des Grands Lacs, avant les indépendances, après et actuellement ? L’essor des espaces privés gérés et animés par les hommes de théâtre (fait notable au Congo depuis une dizaine d’années), engendre-t-il, en reconfigurant les modèles politiques « traditionnels », un changement dans le rapport du public à la consommation et à la réception des spectacles ainsi que dans les formes et les modalités de création par les artistes eux-mêmes ?
Quid de l’apport des entreprises comme la Gécamines dans la formation, la diffusion et la production du théâtre, du Challenge d’art dramatique de 1957 et des spectacles populaires de Léopoldville et du Katanga qui lui succédèrent, aux concours théâtraux organisés jusque dans les années 1990 dans toutes les cités minières du sud Sud-Katanga ? Existe-t-il des cas analogues à Kinshasa, au Burundi et au Rwanda ?
Plus généralement, qu’en est-il des politiques culturelles de promotion du théâtre ? Quelles sont les pesanteurs qui entravent sa mise en pratique dans les différents espaces de la région? Quels sont les enjeux et défis d’une formation professionnelle aux métiers du théâtre, dans chacun de ces pays?

Forme de l’événement
Le colloque se déroulera en deux temps et en deux lieux.
ACTE I
Le premier acte aura lieu à Lubumbashi, les 10 et 11 novembre 2015, à l’occasion de la 15e édition du festival « Le Temps du Théâtre » organisé par le CATHEL, du 07 au 14 novembre 2015.
Mardi 10 novembre 2015 :
Matinée : 6 communications universitaires. Faculté des Lettres de l’UNILU.
Après-midi : 2 tables rondes entre artistes, opérateurs culturels et académiques. Halle de l’Étoile-Institut français.
Soir : spectacles du festival « Le Temps du Théâtre »
Mercredi 11 novembre 2015 :
Matinée : 6 communications universitaires. Faculté des Lettres de l’UNILU.
Après-midi : 2 tables rondes entre artistes, opérateurs culturels et académiques. Halle de l’Étoile-Institut français.
Soir : spectacles du festival « Le Temps du Théâtre »
Jeudi 12 novembre 2015 :
Dans le cadre du programme pluriannuel CRELIM (Congo : récits littératures images) initié par l’Université de Lorraine de Metz en partenariat avec, entre autres, l’UNILU et le laboratoire LAM de Bordeaux, un atelier de présentation de la base de données en ligne Mukanda (http://mukanda.univ-metz.fr/) sera organisé en vue de mettre en place une équipe de chercheurs en théâtre de la RD Congo, du Rwanda et du Burundi.
ACTE II
Le second acte se déroulera à l’ISP Bukavu le 30 juin 2016.
Matinée : 6 communications universitaires. ISP Bukavu.
Après-midi : 2 tables rondes entre artistes, opérateurs culturels et académiques à l’Institut français de Bukavu.